Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

L'ÉNIGME SACRÉE, CORPUS DEAE, MÉROVINGIENS / GRAAL 27

par panthère58, jeudi 20 janvier 2022, 16:04 (il y a 168 jours) @ panthère58

:-) SUITE : Childéric 1er, Abeilles, Taureau, Onction

361. En 1653, découverte de la tombe de Childéric Ier, fils de Mérovée, père de Clovis
362. On y trouva entre autres une tête de taureau en or et trois cents abeilles en or

Enki / Osiris, le taureau céleste et Horus le Veau marin… L’abeille symbole royal d’Égypte, d'Israël, des Mérovingiens.

« L’Énigme Sacrée », en pages 234-235 : Là n’est d’ailleurs pas la seule manifestation de l’intérêt porté par l’empereur [Napoléon] des Français aux rois qui, bien longtemps auparavant, l’avaient précédé sur le trône. Sur son ordre, l’abbé Pichon se livra à de très sérieuses recherches généalogiques pour savoir si la race mérovingienne avait, ou non, survécu à la chute de la dynastie. Et ce sont ces documents mêmes, demandés par Napoléon, qui allaient être utilisés, pour une très large part, dans les généalogies des « documents du Prieuré ».

[image]

[image]

DANS LE CLUB CRÉÉE de Juin 2021 avec FRANÇOIS CHARTRAND

Dès le début, on fait allusion aux Mérovingiens.

Kiwan pour Richard Glenn : …mais dans les statues que j’ai vues, c’était Méroé…, le premier, Clovis le premier Mérovingien. Celui qui a été adombré par l’oiseau qui est venu porter une huile, qui est devenue l’huile pour nommer tous les rois de France, un en arrière de l’autre.

François Chartrand : Qui est le père des Mérovingiens. Justement, j’ai vu, là où se trouve le tombeau de Childéric, ici à Tournai. J’étais là hier, à Tournai. J’étais justement sur la montagne sacrée, le Mont Saint-Aubert, la montagne sacrée des Mérovingiens. Il y a un hôtel avec la Salle Clovis et la Salle Childéric.

1. Le premier est Mérovée. Il l’avait sur le bout de la langue. C’est lui qui a donné le nom à la lignée mérovingienne. La tombe de Childéric Ier, elle, fut découverte en 1653 dans les Ardennes.

2. Clovis a été baptisé en 496 suite au pacte avec l’Église romaine. Il était déjà roi. L’onction, elle, a commencé avec Pépin le Bref, maire du Palais, qui déposa le roi Childéric III et l’enferma en 751 avec l’aval de l’Église. En 750, avec le fameux « faux » document de « La donation de Constantin » daté de 312, léguant tous ses biens et ses droits à l’Église, que celle-ci a pu créer des rois avec la fameuse onction, le saint chrême, qu’elle s’empressa d’octroyer à Pépin le Bref en 751. Il y aura un second sacre en 754 à Ponthion.

Lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9pin_le_Bref
Extrait : Le sacre de 751

Mais si Pépin gagne le titre de roi des Francs par son pouvoir et sa reconnaissance par le pape Zacharie en 750, il n'en a pas la légitimité divine, et la rupture politique avec la dynastie mérovingienne en appelle une nouvelle, religieuse celle-là, qui doit faire consacrer par l'Église la succession naturelle de père en fils. Cette continuité est assurée par le sacre royal, dont l'onction puise son symbole dans celle du baptême de Clovis Ier, premier roi franc mérovingien, vers 500, onction qui de ce fait est devenue le sceau d'une alliance particulière entre l'Église et le roi des Francs. L'onction est également une référence aux anciens rois hébreux dans une période alors favorable à l'Ancien Testament.

Là, en novembre 751, à Soissons, après l’élection de Pépin par les Francs réunis, les évêques des Gaules le sacrent au nom de l'Église catholique en lui donnant une onction, marquant son front avec de l'huile, le Saint-Chrême, pour lui transmettre l'Esprit Saint — comme cela se faisait déjà lors d'une cérémonie chez les rois wisigoths de Tolède ou comme l'onction des rois d'Israël dans la Bible. Par cette onction, peut-être administrée par l'archevêque Boniface de Mayence, le roi des Francs est désormais investi par Dieu d'une mission de protection de l'Église. De plus, le droit divin lui confère une sacralité dont la traduction politique est de《 diriger les peuples que Dieu lui confie selon le dogme catholique, au nom de l'Églisе 》. Mais cette légitimité a un coût politique, celui de favoriser et d'aider politiquement l'Église et celui qui la dirige, le pape Zacharie, qui avait donné de Rome son assentiment au changement de dynastie.

Le 6 janvier 754, au palais de Ponthion, au sud de la Champagne, le roi Pépin vient au-devant du pape Étienne II et avec déférence, prend la bride de son cheval, reproduisant de la sorte le geste d'allégeance de l'empereur Constantin le Grand à l'égard du pape Sylvestre Ier. À la suite de cet habile acte politique, Étienne II propose à Pépin une alliance par laquelle il confirmerait par un second sacre, fait par lui-même, la grâce divine sur le roi des Francs et sur ses fils. L'accord définitif se fait le 14 avril, jour de Pâques27, à Quierzy, sur les bords de l'Oise, entre Chauny et Noyon. Le pape apporte son appui spirituel à Pépin, et ce dernier s'engage à offrir au Saint-Siège un domaine assez grand pour le mettre à l'abri de toute agression.

[image]

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 61 : Étant âgé, David désire que son fils Salomon devienne le prochain roi. Le souverain demande alors à Tsadok et à Nathan, le prophète, d'oindre Salomon avec l'huile sainte. Le mot hébreu pour "oindre" et "onction" est Mashiyah. Étrangement, ce terme évoque les deux mots égyptiens employés pour nommer un crocodile : Mesah et Meseh. L'association entre l'onction et le crocodile rappelle justement l'ancien rite égyptien de la cérémonie du couronnement des Pharaons qui s'effectuait dans le temple du dieu crocodile à Kom Ombo, où les prêtres employaient de la graisse de crocodile en guise d'onction royale. Ce mot n'est pas sans rapport avec le Messie. Lors de mon enquête auprès de Francs-Maçons, l'un d'eux m'a signalé que les sacres des rois de France s'effectuaient à Reims de façon ésotérique. L'huile consacrée dans la sainte ampoule, et ensuite mélangée au saint chrême, aurait été de la graisse de crocodile comme chez les anciens Égyptiens ! Dans les derniers comptes-rendus historiques, l'huile en question se présentait sous la forme d'un baume desséché. Il serait à envisager que ce genre de procédé, sans doute inspiré par Râmosé (Moïse), s'opéra aussi à Jérusalem de la même façon.

On voit que le lien de l’onction remonte, encore une fois, en Égypte.

[image]

[image]
Anton Parks
Éditions Nouvelle Terre
2010

Lien : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=151796

Objet : Abeilles / Jésus dans le film La Belle Histoire de Lelouch

Salle 805 du Club CRÉÉE : L’initiation vécue par Anubis Shénouda dans la chambre de la Grande Pyramide rappelle presqu'à l'identique celle évoquée par Anton Parks dans son récit du tome 3 des Chroniques du Ğírkù, soit « Le Réveil du Phénix ».

Extraits :

En page 221 : Sabu (Anubis) posait un regard bienveillant sur ma personne. Ses deux prêtres qui nous accompagnaient, ne m’inspiraient aucune sympathie et je tentais de les effacer de mon esprit. Ils m’avaient presque mené de force au cœur de Bit-Râ-Hem (la Grande Pyramide) sans m’adresser la parole. Nous étions dans les profondeurs de notre Mer (pyramide), dans le Shetat ("chambre du roi"). C’était le grand jour. Sabu me fit allonger dans le lit d’Asar. Derrière le sarcophage se trouvait son couvercle, mais celui-ci ne semblait pas destiné au voyage que j’allais réaliser. J’étais enfin prêt à connaître la vérité sur mon père et sur moi. Sabu m’avait convaincu de franchir la porte de l’horizon des événements malgré l’interdiction formelle de notre mère.

En pages 223-224 : Un bourdonnement étrange emplit la chambre. Le plafond se fait transparent au-dessus de moi : les différents compartiments des pièces à compensation forment comme une ruche gigantesque, des milliers d’abeilles battent des ailes sans relâche. Le bourdonnement se fait de plus en plus intense et se transforme en pulsation régulière.

En page 227 : Je sais depuis mon plus jeune âge que l’abeille est notre symbole royal par excellence et qu’il provient de mon père. Nombre d’entre nous prétendent qu’Asar possédait une colonie importante de ces insectes dont il s’était occupé pendant de nombreuses années, jusqu’à ce qu’il trépasse. Il en avait en A’amenptha (Atlantide) et en Kemet (Égypte). Mais nous avions perdu leur trace. C’est ma mère qui m’avait parlé de ces abeilles au cours de mon enfance. Elle m’avait raconté que le passage du Benu Céleste (le Phénix) avait fait monter les eaux un peu partout sur Uraš (la Terre). Les survivants de l’A’amenptha avaient suivi les abeilles d’Asar vers Kemet, alors que le sol était recouvert de boue et de cadavres de tout genre. Les souterrains qui reliaient autrefois l’A’amenptha à Kalam (l’Afrique) s’étaient effondrés.

[image]

Lien Gilles Surprenant :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=125140

Extrait :
LYStoire du KÉKEK
[image]
Une abeille stylisée. L’abeille protège le Pharaon (le roi).

[image]

Lien complément Surprenant :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=68541

L’historique

Les produits apicoles ont de nombreuses propriétés thérapeutiques qui sont connues et utilisées depuis des millénaires. En effet chez les Égyptiens, les produits de la ruche servaient déjà à la fabrication d’onguents.

[image]

[image]

Malheureusement, les VidéOrandias sur Viméo ne sont plus disponibles. Il reste les Compléments Surprenant dont celui-ci :

http://www.orandia.com/forum/index.php?id=50622

Dans le film de Lelouch, on associe l'abeille à Jésus. Dans cet extrait d'un autre complément de Gilles Surprenant, une fois encore on voit que l'abeille est associée à l'Égypte (Mérovingiens) ! C'est un point parmi tant d'autres qui ramène Jésus à Horus le « Veau marin ». Horus, père de Mérovée ?

À 28:38 du VidéOrandia (Viméo) : Le taureau et Jésus dans le film de Lelouch

Kiwan : Et vous savez, curieusement, et c’est une bonne chose, ils n’ont plus le droit de tuer le taureau dans les corridas, depuis 2012, cette année, en Espagne, partout dans le monde. […] Et le Jésus, dans l’histoire où il fait couler son sang pour attirer les abeilles, c’est le Jésus qui va être réincarné plus tard. Et aujourd’hui, à notre époque, bien il naît dans une famille où il joue au taureau. […] Et on sait que chez les apôtres, il y avait quatre symboles : l’aigle, le lion, le taureau et l’ange. Alors, le taureau c’est important parce qu’on passait d’une époque du Bélier, du Taureau, etc. On arrive à l’ère du Poisson. Et maintenant, on entre dans l’ère du Verseau. Tout ça, c’est de l’ésotérisme. Tout ça, ça fait partie d’une Tradition. […] Alors le taureau, c’était le Jésus qui arrêtait l’histoire de tuer le taureau. Ç’a prit 2000 ans pour le comprendre ! [péninsule Ibérique, Iber = hébreu, Louis Hébert, Hébert = l’hébreu, en Amérique près de Lévis = Lévitique, l’autre bord, les plaines d’Abraham]

Extrait :
DU TAUREAU AU REDEMPTEUR MARCHANT A LA MORT

Chargé de symboles, le rituel de la corrida l’est sans conteste, aux nombreuses références bibliques.
[image]
Ainsi le geste qui assimile le taureau au Rédempteur marchant à la mort dans la “ passe de Véronique ” parce qu’il consiste à tenir la cape devant la face du taureau comme la femme compatissante, sainte Véronique, présenta son voile au Sauveur épuisé et lui essuya le visage. Passe d’offrande de la cape au taureau.

[image]
Auteur : Anton Parks
Éd. Nouvelle Terre
2009

Taureau

En pages 83-84 : 3. Le bouc émissaire : Azazel et Umm el-Qaab

Le sacrifice du bouc, avec lequel Joseph est mis en relation dans l’épisode que nous décryptons, est une ancienne pratique instaurée par Yahvé lui-même pour laver les péchés de ses serviteurs. Les exégètes voient en ce bouc émissaire l’emblème du Christ immolé à Dieu comme rançon du monde ou comme emblème rédempteur d’iniquité. L’Ancien Testament est on ne peut plus clair à ce sujet : Lévitique 4:22-27

Ce bouc correspond au signe astrologique du dieu sumérien Enki-Éa. Peu comprennent pourquoi le bouc-bélier est attribué à la "divinité de la sagesse" des Mésopotamiens. C’est pourtant simple : Enki-Éa est le Christ ou Kirišti, "fils ardent de la vie", ou "poissons des étoiles et de la vie" en suméro-akkadien. La représentation zodiacale du capricorne englobe les symboles du bouc émissaire (ou bélier) et du Christ. Nous avons démontré dans Ádam Genisiš que la disparition d’Enki est subtilement annoncée dans le mythe akkadien d’Enki au Pays des Morts (cf. Ádam Genisiš p.457)

Figure 15 : Le bouc-poisson ou le bélier-poisson est le signe du dieu mésopotamien Enki-Éa. Il s’agit du signe zodiacal du capricorne. Cet emblème englobe les symboles du bouc émissaire et du Christ sacrifié. Le Bélier à cornes droite est une race qui s’est éteinte à l’époque du Moyen Empire.

En Égypte, le bouc ou le bélier était vénéré à Djedet (Mendès), ville consacrée à Osiris et au symbole solaire. On y adorait Bandebdjed, divinité incarnée sous la forme d’un bélier (Hérodote parle d’un bouc), et assimilée à Osiris. C’est en ce lieu que, selon la légende théologique, Râ (la lumière) et Osiris auraient uni leur Ka (esprit et force) en une seule âme incarnée dans un bélier.

Petite parenthèse : le fameux Baphomet est l’idole que les 30 000 hommes de guerre et leurs chevaliers de l’Ordre du Temple furent accusés de vénérer après leur retour des croisades. La très sainte Église et ses ecclésiastiques accusèrent ainsi les Templiers d’hérésie et en profitèrent pour les juger, les mettre à mort et récupérer leurs terres.


En pages 85-86 : Le bouc émissaire se nomme Asa’el ou Azazel ou encore Azazyel en hébreu. Ce terme apparaît plusieurs fois dans le Lévitique de la Bible pour désigner le bouc sacrifié à Yahvé.

Un Azazel que les anges de Yahvé doivent donc supprimer comme l’a sauvagement été Osiris…

[image]

Lien : http://www.lepouvoirmondial.com/media/02/01/1043381862.pdf

En page 77 : En Égypte, Heru est symbolisé par le taureau céleste qui se fait massacrer. Vous allez découvrir plus loin que Walt Disney dissimule de nombreuses vérités dans ses histoires « pour les enfants » ! Vos « spectacles », telles que les corridas espagnoles illustrent parfaitement la symbolique du massacre du Christ. Des foules entières se déplacent pour encourager et cautionner la mise à mort du taureau ou de la vache. Allez-vous continuer à encourager une telle folie ? Allez-vous continuer à fermer les yeux sur la symbolique du massacre du Christ ?

---
LIENS DOSSIERS : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=197807

P(3)58

  793 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

193018 messages dans 39198 fils de discussion, 1011 utilisateurs enregistrés, 73 utilisateurs en ligne (1 enregistrés, 72 invités)
Temps actuel sur le forum : 07/07/2022, 08:57
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum