Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

L'ÉNIGME SACRÉE / CORPUS DEAE / GRAAL 3

par panthère58, lundi 30 août 2021, 18:03 (il y a 343 jours) @ panthère58

:-) L’ÉNIGME SACRÉE / CORPUS DEAE / MÉROVINGIENS / CATHARES / TEMPLIERS / LE GRAAL 3

LA LIGNÉE, LE SAINT GRAAL, SA LÉGENDE

[image]

082. Le thème du Saint Graal revient constamment dans l’enquête de « L’Énigme sacrée »
083. Ce thème est lié à la lignée mérovingienne

« Énigme Sacrée », en pages 273 : Le Saint Graal… Trésor présumé des Cathares, gardé par les vigilants Chevaliers du Temple, conté et chanté par les célèbres romans nés à la cour des comtes de Champagne, eux-mêmes liés de près à la fondation de l’ordre du Temple… Le Graal, revêtu des mêmes et mystérieux pouvoirs que ceux détenus par la tête [Baphomet (Bat)] qu’adoraient les Templiers au cours de leurs cérémonies, réputée source de toute richesse et de toute fertilité sur terre.

« L’Énigme Sacrée », en page 274 : …le Graal semblait capter à lui seul l’ombre immense et fantastique de l’admirable cycle romanesque médiéval portant son nom ; cycle légendaire certes, mais empreint de réalité, avec Godefroi de Bouillon devenu fils de Lohengrin, le Chevalier aux Cygnes, avec ce Lohengrin ayant pour père Parzival ou Perceval, selon les pays. Le Graal, nous l’avions enfin rencontré, dans le sud de la France, sur les terres du prince médiéval Guillem de Gellone, ami de Charlemagne, sous la plume de Wolfram von Eschenbach, qui évoque en son héros le membre d’une très mystérieuse lignée…

« L’Énigme Sacrée », en pages 259-260 : Selon ces légendes médiévales, Lohengrin, descendant de la mystérieuse « famille du Graal » et quelquefois appelé Hélias en raison de ses liens avec le soleil, est en effet dans le poème de Wolfram von Eschenbach le fils de Parzival, le « chevalier du Graal ».

Il laisse cependant derrière lui un enfant qui, selon les récits, serait le père, ou le grand-père, de Godefroi de Bouillon.

Godefroi possédait par conséquent du sang mérovingien, il était le descendant direct de Dagobert II, de Sigisbert IV et des autres « rois perdus » de la lignée.

[image]


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=Sr5tDH1OmfA
L'énigme du Graal, une chevalerie initiatique - Cycle du symbolisme
8 858 visionnements 26 oct. 2018
Arcana les Mystères du Monde

La légende du Graal est née sous la plume de Chrétien de Troyes à la fin du 12ème siècle, des centaines de romans de toute époque on suivit, puis le cinéma s'en est emparé de nos jours. Nous allons revenir à l'origine de la légende, les premiers textes, les influences mythologiques et les nombreuses interprétations que l'on peut en donner. La quête du Graal ne semble pas réserver aux seuls chevaliers de la table ronde de la prestigieuse cour du Roi Arthur, ce n'est pas seulement une quête matérielle d'une vague coupe sacrée, mais bien une démarche d'ordre spirituel qu'il nous faut effectuer. Nous serons donc pour cette soirée, de simple pèlerin en quête d’un ou des Graals, dans un pays de fables ou l’histoire et la légende se confonde.

À 0H17’40" du vidéo : Le Graal apparaît pour la première fois dans un roman de Chrétien de Troyes et c’est, non pas une coupe, une pierre incandescente ou un chaudron, mais un plateau, dans la langue de l’époque. C’est un Graal et non « le » Graal. Il n’est pas question du Christ, de Marie-Madeleine, de crucifixion, de dernière Cène, ni d’extraterrestres…

À 0H21’15" du vidéo : « Le roman du Graal » de Robert de Boron (1205-1210)

. De Boron est un ecclésiastique, contrairement à Chrétien de Troyes
. Il raconte d’où vient le Graal, c’est quoi et à quoi ça sert
. Le Graal devient « le » Saint Graal, la coupe utilisée par le Christ et Joseph d’Arimathie
. Celui-ci, avec son neveu Bron, s’expatrie en Bretagne devenant le gardien du Graal jusqu’au Roi pêcheur
. Ainsi naît la plus importante relique de la chrétienté

Wikipédia : Selon des légendes médiévales, il aurait recueilli le sang du Christ dans un vase, le Saint Calice, ou le Saint Graal dans le cycle arthurien, et aurait participé à l'évangélisation de la Grande-Bretagne avec l'apôtre Philippe.

« L’Énigme Sacrée », en page 278 : Parmi ces nombreuses versions postérieures à celle de Chrétien de Troyes, trois nous semblent devoir retenir l’attention. La première est le « Roman de l’estoire dou Saint Graal », composé par Robert de Boron, clerc de Franche-Comté, entre 1189 et 1199. Avec ce nouveau récit dans lequel l’auteur s’attache à dégager la valeur symbolique du mythe, celui-ci va devenir symbole spécifiquement chrétien ; évoquant ses sources, antérieures à celles de son prédécesseur, Robert de Boron fait en effet allusion au caractère spécifiquement chrétien du Graal et à un grand « livre » dont les secrets lui auraient été révélés.

Après la Crucifixion, les membres de la famille de Joseph en devinrent les gardiens, et ce sont leurs aventures et leurs vicissitudes que content, pour Robert de Boron, les romans du Graal. Ainsi Galaad aurait été le fils de Joseph d’Arimathie, et son gendre Bron celui-là même qui recueillit le Graal, le transporta en Angleterre et devint lui-même le Roi Pêcheur.

« L’Énigme Sacrée », en page 279 : En même temps que le « Roman de l’estoire dou Saint Graal » paraissait, en Angleterre probablement, un autre roman en prose, « Perlesvaus », consacré lui plus particulièrement à la quête de Perceval.

Comme les précédents romans de Chrétien de Troyes et de Robert de Boron, « Perlesvaus » insiste également beaucoup sur la notion de lignée : Perceval y est plusieurs fois décrit comme le « plus saint » ; ailleurs il appartient au « lignage de Joseph d’Arimathie », et plus loin « ce Joseph est l’oncle de sa mère, ancien soldat de Pilate pendant sept années ».

À 0H24’40" du vidéo : Wolfram von Eschenbach et son « Parzival » (avant 1220)

. Le Graal évolue vers quelque chose de plus complexe et ésotérique
. Le Graal est un objet christique sans être catholique
. Le Graal serait fait à partir de l’émeraude tombée de la couronne de Lucifer au moment de sa chute et cette coupe aurait des vertus et des pouvoirs incommensurables

« L’Énigme Sacrée », en pages 283-284 : Wolfram von Eschenbach, dans son histoire du Graal, accorde une place importante aux Templiers puisqu’ils y sont gardiens du Graal et de sa famille. [plusieurs allusions aux Templiers aussi dans « Perlesvaus » ]

Le Graal, par conséquent, n’appartenait pas uniquement au passé. Il faisait aussi partie de la réalité contemporaine, et c’était là sans doute l’un des messages communs aux deux romans.

[image]

084. Le Graal : coupe de la dernière cène ou le vase qui recueille le sang de Jésus
085. Au XIVe, les poèmes gallois « Sire Gauvain et le chevalier vert » et « Mabinogion »

« Énigme Sacrée », en page 275 : On y trouve ainsi un mystérieux « chaudron de résurrection », où les guerriers morts sont jetés au crépuscule pour en ressortir, vivants, à l’aube du matin suivant.

Lien : https://www.broceliande-vacances.com/decouvrir/incontournables/foret-broceliande/legend...
Extrait : Avant d’être saint ou sacré, le Graal est l’héritier des chaudrons de la mythologie celtique, qui apportent abondance et immortalité. Et lorsque les auteurs identifient le Graal avec l’écuelle de la Cène, derrière le calice de l’Action de Grâce, apparaissent encore, fragmentés mais lisibles, les coupes merveilleuses de l’ancienne religion.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 154 : Ces trois nouvelles lignes rapportent quelques détails sur le rituel pratiqué par la communauté divine en vue de restaurer le corps de la déesse et de faire revenir son âme du fin fond de l’Univers. On comprend qu’il s’agit d’une sorte de magie incantatoire réalisée dans ou sur un monticule. S’agit-il de la Grande Pyramide d’Égypte ? Les textes égyptiens traitant de la mort d’Isis le confirmeront.

"Le sarcophage [chaudron]de la jeunesse, source pour elle d’une première nature, impose son pouvoir. (Mais) la marque du cou tranché (était) puissante et sans précédent connu ; la population l’invoqua en prononçant son nom, (toute) la foule rassemblée. Le nettoyage de l’épouse de l’humanité, exposée à la Lumière, ne procura pas l’entièreté du charme, I-si-iš ne compléta pas sa santé." (Tablette sumérienne G.1.2.b.1725, lignes 21 à23)

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 156 : Cette idée de sarcophage régénérateur ne provient pas d’un esprit imaginatif, ni même d’un film de science-fiction de type Stargate ; il trouve plutôt écho dans les plus lointaines légendes du Monde, comme par exemple, la littérature nahuatl du Mexique. Le folio 7 du « Codex de Cuauhtitlan » narre un épisode où Quetzalcóatl, le Lucifer des Aztèques – donc Horus en personne – donne ordre aux siens de tailler un lit en pierre (sarcophage en pierre comme celui de la Grande Pyramide d’Égypte) pour que ce dernier puisse s’y allonger. Passé quatre jours, il se releva avec une santé régénérée

« L’Énigme Sacrées », en page 285, extrait de « Parzival » de Wolfram von Eschenbach : De vaillants chevaliers ont leur demeure au château de Montsalvage, où on garde le Graal. Ce sont des Templiers qui vont souvent chevaucher au loin, en quête d’aventures. Quelle que soit l’issue de leurs combats, gloire ou humiliation, ils l’acceptent d’un cœur serein, en expiation de leurs péchés… Tout ce dont ils se nourrissent leur vient d’une pierre précieuse, qui en son essence est toute pureté… On l’appelle "lapsit exillis". C’est par la vertu de cette pierre que le phénix se consume et devient cendres ; mais de ces cendres renaît la vie ; c’est grâce à cette pierre que le phénix accomplit sa mue pour reparaître ensuite dans tout son éclat, aussi beau que jamais. Il n’est point d’homme si malade qui, mis en présence de cette pierre, ne soit assuré d’échapper encore à la mort, pendant toute la semaine qui suit le jour où il l’a vue. Qui la voit cesse de vieillir. À partir du jour où cette pierre leur est apparue, tous les hommes et toutes les femmes reprennent l’apparence qu’ils avaient au temps où ils étaient dans la plénitude de leurs forces… Cette pierre donne à l’homme une telle vigueur que ses os et sa chair retrouvent aussitôt leur jeunesse. Elle porte aussi le nom de Graal.

[image]

[image]

« L’Oracle de l’Oiseau Tonnerre », Tome 4 des Chroniques du Ğírkù d’Anton Parks :

1. En page 62 : D’un geste, j’ordonnai que l’on récupère rapidement la blessée, demandant ensuite à Djehuti pourquoi il fallait employer une cuve d’eau de régénération et non un lit en pierre comme celui de notre pyramide. Sa réponse ne se fit pas attendre :

Les lits en pierre sont parfaits pour une régénération périodique, il s’agit d’un entretien. Les cuves sont employées en cas de coup dur, lors d’une dégradation ou d’une blessure importante impossible à soigner avec un lit en pierre. Le corps de Nut-Nammu est fortement endommagé, le seul moyen de la sauver est l’utilisation d’une cuve régénératrice.

Ici, je fais une petite digression. Dans ce tome 4, en pages 260-261, Horus se retrouve en difficulté. Il est un rescapé qui a besoin de récupérer, ainsi que les survivants de sa troupe. Ils vont se réfugier chez les Hommes-Jaguars, une tribu amérindienne. Horus y sera considéré comme le « Serpent à Plumes », soit Quetzalcóatl. J'ai pensé aux conférences de Laurence Poole.

Lien Complément Surprenant : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=21332
Extrait :

L'INVITÉ DU MOIS D'AVRIL EN CONFÉRENCE

[image]

[image]

LAWRENCE J-E. POOLE

''LE CHEMIN DU ROY JAGUAR''

[image]

[image]

[image]

2. En page 323 : Il est pour moi, Sabu, difficile d’enregistrer ce qu’il m’a récemment été donné de voir. Malgré sa dernière initiation, mon frère Quetzalcóatl n’est plus capable de diriger son peuple. Il a demandé il y a peu qu’on lui fabrique un sarcophage en pierre évidé dans lequel il s’est durant quatre jours complets allongé auprès de ses pierres luminescentes et l’eau de résurrection que je lui avais rapportée de la grotte de notre père. Mais l’eau utilisée avait perdu de sa capacité à régénérer les chairs. Malgré son dernier Gibil’lásu (mue), mon frère a trop attendu pour se régénérer, sans doute trop occupé à jeûner et à s’imposer son autosacrifice.

3. En pages 346-347 : J’appris à notre retour des souterrains qu’Anna obtint de Nammu que son fils fût soigné. N’ayant pas succombé depuis trop longtemps, il fut possible de revivifier son corps et de faire revenir à lui son esprit en le plongeant plusieurs jours dans une cuve d’eau régénératrice.

[image]

086. Sir James Frazer avec son « Le Rameau d’or » cherche les sources païennes du Graal
087. Le thème du Graal se fixe dans l’univers chrétien avec le sang du Christ
088. En 1470, en Angleterre, « La Mort d’Arthur » de Thomas Malory
089. Joseph d’Arimathie cueille le sang de Jésus avec la coupe qu’il emporte en Angleterre

090. Pour d’autres, Magdeleine l’emporte en France, Marseille selon des sources du IVe
091. « Perceval ou le conte du Graal » (1188 - Chrétien de Troyes), arrive la quête du Graal
092. Perceval est qualifié de « fils de la Dame veuve »
093. Au château du « Roi Pêcheur » le Graal apparaît à Perceval

« L’Énigme Sacrée », en pages 277-278 : Quittant sa mère veuve, Perceval s’éloigne donc vers la cour du roi Arthur et son noble destin de chevalier. Il connaît un grand nombre d’aventures et une nuit, dans le château où le Roi pêcheur lui a offert un abri, le Graal lui apparaît. Aucune précision n’est cependant donnée par Chrétien de Troyes à son sujet ; on apprend seulement qu’il est porté par « une demoiselle très belle, et élancée et bien parée » et « fait de l’or le plus pur », serti de « pierres de maintes espèces, des plus riches et des plus précieuses qui soient en la mer ou sur terre ». Et, le lendemain, Perceval quittera le château sans avoir posé la question qu’on attendait de lui sur le Graal, sur son origine et sa raison d’être, « qui en est servi » étant une formulation ambiguë, pouvant se comprendre dans un sens littéral ou allégorique, devant lever un sortilège. Quoi qu’il en soit, Perceval continuera son chemin pour apprendre qu’il appartient à la « famille du Graal », et que son oncle est le mystérieux Roi pêcheur qui « soutient et conforte sa vie » avec le Saint Graal.

Chrétien de Troyes est mort avant d’avoir achevé son roman. Ainsi n’en connaîtrons-nous jamais la fin, si tant est qu’il en existe une.

Tout l’intérêt de ce « Perceval » est avant tout d’être la première œuvre consacrée au Graal.

Mais si certaines de ces expressions ont indiscutablement leurs origines chez Chrétien, d’autres romans du Graal, plus tardifs, puiseront les leurs dans une époque antérieure à celle de l’auteur champenois, les uns mettant en scène le roi Arthur, d’autres Jésus.

[image]

Une autre digression avec le Roi Pêcheur :

Télésérie Merlin : Saison 3 Épisode 8

The Eye of the Phoenix / Les Terres des Périls

Résumé détaillé de Wikipédia :

Arthur se lance dans une quête qu'il doit accomplir seul et personnellement pour devenir roi. Merlin, découvrant que Morgane va tenter de le tuer pendant son périple, se lance à son secours aidé de Gauvain.


Lien vidéo Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=ZMs54_faSF4

Dialogue entre le Roi Pêcheur et Merlin

De Wikipédia : Le Roi pêcheur ou Roi blessé : (en vieux français le Roi Méhaigié) figure dans la légende arthurienne comme le dernier d'une lignée chargée de veiller sur le Saint Graal. Dans les textes du Moyen Âge tardif, on le qualifie de ce fait souvent de « Riche Roi Pécheur » en référence à l'inestimable trésor dont il assure la garde (un trésor spirituel plus que matériel).

Roi Pêcheur : Ainsi, Emrys, te voici enfin arrivé.

Merlin : Alors, vous êtes encore en vie.

Roi Pêcheur : Pour l’instant.

Bruit venant de l’extérieur d’Arthur et Gauvain cherchant à forcer l'entrée pour secourir Merlin.

Merlin : Ça doit être…

Roi Pêcheur : …tes amis, Courage et Force, je sais. Sans leur aide, tu ne serais pas ici.

Merlin : Qu’est-ce que vous voulez alors ?

Roi Pêcheur : Ah, je veux une fin à mes souffrances.

Merlin : Vous voulez mourir ?

Roi Pêcheur : Sache que j’ai attendu toutes ces années QUE NOUS ARRIVE ENFIN UN TEMPS NOUVEAU, LE TEMPS DU ROI QUI FUT ET QUI SERA.

Merlin : J’ai déjà entendu ces paroles.

Roi Pêcheur : Et tu les entendras encore. Car ce temps va bientôt commencer. Et mon temps peut enfin arriver à son terme. C’est pour cela que tu as été conduit ici. Car cette quête n’est pas celle d’Arthur ; c’est la tienne. Arthur croit que le prix à gagner est le TRIDENT. Mais le véritable prix est une chose beaucoup plus importante : de l’eau provenant du lac d’Avalon. Je l’ai gardée en sureté toutes ces années en attendant que la bonne personne vienne la demander. Et c’est toi. TU ES CELUI QUI A ÉTÉ CHOISI.

Merlin : De quoi est-ce que vous parlez ?

Roi Pêcheur : POUR ALBION (KÉBEK ?), DES TEMPS DIFFICILES VONT ARRIVER. ET DANS CES HEURES SOMBRES, TU DEVRAS ÊTRE FORT CAR TOI SEUL POURRA LE SAUVER. TES POUVOIRS SONT GRANDS MAIS TU AURAS BESOIN D'AIDE. C'EST JUSTEMENT CE QUE JE TE DONNE.

[image]

Roi Pêcheur : LORSQUE TOUT SEMBLERA PERDU, CECI TE MONTRERA LE CHEMIN.

[image]

Merlin : MERCI.


Lien vidéo Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=FNgRTwc0yAc

Roi Pêcheur : Je t’ai donné un présent. Maintenant, tu dois m’en offrir un en retour.

Merlin : Mais je n’ai vraiment rien à vous donner.

Roi Pêcheur : Je crois que tu as quelque chose.

Merlin : Si je vous donne ce bracelet, vous mourrez.

Roi Pêcheur : MERCI.


Lien vidéo Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=ytMT9amUUHU


Lien vidéo Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=iwKZPIX8OnM
Le Roi pêcheur, le gardien du Graal - Légende Arthurienne
10 948 visionnements 17 févr. 2018
Arcana les Mystères du Monde

Le Roi pécheur n'est pas le plus connu des personnages de la légende arthurienne, et pourtant c'est une figure essentielle car il est intimement lié à la plupart des chevaliers en quête du Graal. À la foi guidé et manipulateur, il est le gardien du Graal et attend son successeur.

[image]

094. Des romans vont par la suite « christianiser » l’œuvre inachevée de Chrétien de Troyes
095. Apparaît (1190-1199) le « Perlesvaus » d’un auteur anonyme possiblement Templier

« Énigme Sacrée », en page 280 : L’action de « Perlesvaus » ne se déroule pas à l’époque de Joseph d’Arimathie mais, comme celle de Chrétien de Troyes, elle est contemporaine du roi Artur.

« Énigme Sacrée », en page 281 : De tous les romans consacrés au Graal, le plus célèbre, cependant, le plus représentatif du genre reste incontestablement le « Parzival » de Wolfram von Eschenbach, composé entre 1195 et 1216.

096. Wolfram se base sur des infos d’un Kyot de Provence dixit Flégétanis
097. Les aventures du Graal ont une origine juive [eux-mêmes d’origine égyptienne]

« Énigme Sacrée », en pages 282-283 : Élément inattendu car si le Graal, comme on l’a vu, est un mystère chrétien, pourquoi a-t-il été transmis par des initiés juifs, et pourquoi des écrivains juifs ont-ils eu accès à des textes chrétiens ignorés de la Chrétienté elle-même ?...

098. Les Templiers sont présentés comme gardiens du Graal et de sa famille
099. Le Graal existait au temps d’Arthur mais des Croisades aussi
100. Pour Wolfram von Eschenbach, le Graal est un secret qui doit le demeurer
101. Gardiens du Graal désignés par Dieu (Benjamin → Francs → Mérovingiens → Templiers)

102. Le Graal est un pendentif d’une beauté céleste, une corne d’abondance, puis une pierre
103. L’ensemble du roman / poème de Wolfram von Eschenbach fourmille d’ésotérisme
104. Pierre venue du ciel, tombée des cieux, Pierre le disciple, le rocher, Jésus lui-même

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 309 : On allumait le feu pour un dieu spécifique ; bien souvent à Horus, guerrier lumineux dont le combat repousse le mal et met en fuite Seth. L’Œil d’Horus incarne le Feu sacré des temples, mais le Feu Sacré lui-même représente l’Uraeus, le serpent frontal d’Horus que l’on retrouve sur la couronne des Pharaons. Nous le savons désormais, il s’agit de la pierre lumineuse tombée du front de Lucifer, sa force vitale perdue qu’il faut retrouver, "reconstruire", polir et savoir maîtriser.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 146 : Comme Lucifer, Bel-Marduk porte un feu incandescent [la pierre incandescente du vidéo avec la télésérie « Kamelot » plus haut] sur sa tête. […] Nous le savons, ces différents aspects se retrouvent chez Horus.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 150 : Il est intéressant de noter qu’une des armes très connues d’Horus est son œil qu’il utilise lors de ses combats. S’agit-il du fameux œil de Lucifer, responsable de sa chute ? C’est fort probable. Nous y reviendrons plus loin lorsqu’il sera question de restaurer cet œil, début de la quête initiatique…

« Corpus Deae », Anton Parks (178)

3. Le fonctionnement du 3e Œil d’Horus

[Plusieurs pages sur la glande pinéale / paraclet]

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 305 : Dans l’idéologie chrétienne, tout être peut réceptionner le Saint-Esprit, comme les apôtres, en faisant pénitence. Cette réception de la foi divine commémore la victoire du Christ sur son "ancien moi" grâce à ses Passion et Résurrection qui ouvrirent la voie du chemin de l’humilité. Cet Œil intérieur, ce siège de la force vitale placé sur le front ou sur le haut de la tête, centralise un pouvoir "surnaturel" que Lucifer (Horus-Marduk) n’avait pu maîtriser à cause de sa colère. Une bonne utilisation de ce centre énergétique apporte illumination, ou destruction. Il s’agit là de transmuter l’énergie vitale en énergie spirituelle :

"Ton Œil est la lampe de ton corps. "
Évangile de Luc, 1:34

Apocalypse 22:16 : Moi, Jésus, j'ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les Églises. Je suis le rejeton et la postérité de David, l'étoile brillante du matin.

Horus est Lucifer, l'Étoile du Matin ; si David est cet astre brillant, David = Horus.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 163 : Revenu du fond des abysses temporels, Osiris s’incarna en Horus chargé d’une colère sans limite. […] Qu’il soit Horus ou Bel-Marduk, les textes lui attribuent des massacres sans nom et des destructions dans un bain de sang !

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 157 : Isis transmit à Horus un don de puissance pour libérer l’humanité de l’emprise de Seth. Cette puissance et ce pouvoir, rassemblés dans son œil divin (dont nous reparlerons), se retournèrent contre lui-même et sa mère.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 144 : Pourtant, Bel-Marduk, prototype même de Lucifer, est un dieu de Lumière. Les textes récités lors de la deuxième journée [de la fête de l’Akitu] ne cessent d’acclamer la lumière qu’il dégage et qu’il transmet à l’humanité…

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 170 : Toutes ces caractéristiques [de Lucifer] répondent au portrait-robot de Bel-Marduk / Horus à qui l’on reproche une fulgurante ascension et l’ambition d’accéder au trône par la force, en utilisant la colère et un pouvoir surnaturel issu de sa force vitale centralisée sur son front [troisième œil, glande pinéale].

Horus possède un objet vert comme Lucifer : il porte une pierre ou un œil vert en guise d’arme, son nom est Uatch [son cristal (Ğírkù), Excalibur, "la sainte épée"]. Le terme égyptien « Uatch » englobe les définitions suivantes : "Sceptre d’Isis", et "l’arme que Horus utilisera contre les ennemis d’Osiris". Son homophone Uatch exprime ègalement une "pierre verte" ou une émeraude, conformément à « l’Egyptian Hieroglyphic Dictionary » de Wallis Budge.

« Le Réveil du Phénix », première version, Anton Parks, en page 45 : "Tu possèdes la puissance, tu possèdes l’efficacité, Ô Horus, seigneur de la pierre verte !"

Textes des Pyramides, 301, ligne 457

Moi, Heru, fils de la très grande Aset (Isis) – la fille et l’héritière de ma grand-mère Nut – je prends possession, dès ce jour, du cristal de mon géniteur posthume, le révéré Asar (Sa’am-Osiris). Le titre de l’auguste objet est « Ugur », cependant, depuis qu’il se trouve en Terre Sainte, ma génitrice lui a octroyé le nom de « Uatch ». Depuis le trépas de notre père, elle a tenu en main l’objet vénérable avec lequel elle a dirigé le Pays de Lumière. En ce jour de ma 16e année terrestre, moment solennel où tu es en ma possession, je jure en ton nom, Uatch, de te manier comme un équipement redoutable qui aura raison de nos ennemis, les fils des ténèbres des contrées qui se situent par-delà le désert.

[image]


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=lwLjIsrmSqs
LE GRAAL : SOMMES-NOUS TOUS DES TEMPLIERS ?
14 727 visionnements Diffusé en direct le 1 juill. 2020
BTLV, Numéro 1 sur le Mystère et l'Inexpliqué

À 0H24’50" du vidéo : Sandrine, Philippe Liénard, et Lucifer

[image]

« Corpus Deae », Anton Parks, en pages 172-173 : Une compilation de formules contenues dans les textes des pyramides de Saqqarah nous permet de reconstituer l’histoire du Lucifer égyptien. « Le Chaos des Origines » propose une version écourtée de l’épisode, voici une variante plus détaillée…

Petits extraits : Si la sœur du roi est Sirius, la descendance du roi est l’Étoile du Matin.

À toi appartient la divinité et le pouvoir des dieux (après que) l’Œil fut monté sur ta tête. Le refuge du roi est son Œil ! La protection du roi est son Œil ! La force du roi est son Œil ! La puissance du roi est son Œil !

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 174 : Rappelons cette information déjà développée dans d’autres de mes ouvrages et particulièrement dans celui-ci : Horus, le Porteur de Lumière (Lucifer) se lança dans un combat sans merci contre l’assassin de son père Osiris, le dénommé Seth (Satan). En s’engageant dans cette lutte vengeresse et de conquête du Trône d’Osiris, Horus fait face à lui-même et doit conjuguer avec le pire de lui-même. Une mauvaise utilisation de son pouvoir aboutira à la mort de sa mère Isis.

Voyons maintenant comment une certaine déesse [Inanna-Ištar, dite Nephtys, dite Marie-Madeleine] réussit à soigner l’Œil d’Horus afin d’apaiser la colère du jeune dieu.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 226 : Cet extrait nous permet de comprendre qu’il est question de la quête de l’Œil d’Horus ; objectif même du rituel alchimique d’Horus-Marduk où l’on doit restaurer "la vue d’Horus" brisée par sa colère et sa souffrance…

« L’Oracle de l’Oiseau Tonnerre », Anton Parks, en page 306, Sabu (Anubis) : Mais je tremble pour Quetzalcóatl [Horus] : le roi Asar [Osiris, père de Sabu (Anubis) ] n’est plus, le guerrier vengeur Heru a épanché sa soif de justice – alors qui est-il désormais ? Comment se recréera-t-il sur ce champ de ruine qu’ont laissé en lui tous ces affrontements et ses guerres sanglantes ?

Sa colère dévastatrice – son fameux Œil intérieur – et son désir de vengeance semblent désormais s’être retournés contre lui-même. J’aime mon frère de toute mon âme et le voir souffrir ainsi me dévaste.

Pourtant, au-delà de ces éléments perturbateurs, jamais dans sa vie je ne l’avais vu arborer une expression aussi satisfaite. Quetzalcóatl semble éprouver un immense sentiment d’accomplissement, une joie indicible.

Colère verte d’Horus… comme HULK ! On voit comment l’histoire d’Horus se retrouve même chez Marvel. Et ce qui est comique, c’est que Thor est une autre représentation d’Horus, dit Neb-Heru, dit Bel-Marduk.

[image]
Anton Parks, Éditions Nouvelle Terre
© 2006-2007

« ÁDAM GENISIŠ », première version, Quatrième partie – Archives et décodages, Anton Parks, en pages 427-429 : Revenons quelques instants sur la naissance de Vénus. La mythologie de l’Edda interprète la naissance de l’Étoile du Matin d’une façon fort appropriée. Odin est le chef de la mythologie nordique. Il était le plus respecté des dieux et était considéré comme le plus sage d’entre eux. Odin possédait un sceptre-épée parfois identifié à une lance qui émettait des rafales d’énergies. Il est dit qu’il vivait au sommet de l’arbre cosmique, Yggdrasil. Il possédait deux corbeaux qu’il envoyait dès l’aurore pour qu’ils lui rapportent les secrets du vaste monde.

Nous avons discuté des deux oiseaux célestes (le faucon et le phénix) et reparlerons de leurs fonctions un peu plus loin. Ces quelques éléments nous permettent d’assimiler Odin (UD-IN5 "l’éclat de la souveraine (= de la Déesse)" en suméro-akkadien) à Sa’am-Osiris. Comme ce dernier, Odin trouva la mort lors d’un affrontement contre un démon dénommé Surtur (SUR8-TUR "détruire et mettre en pièces" en sumérien). Surtur est co-créateur des 9 mondes nordiques. À sa mort, toute la puissance d’Odin fut transmise à son fils Thor qui lui succéda sur le trône d’Asgard. Comme Osiris, Odin vivrait dans le Walhall ou Val-Halle, le séjour des héros morts en héros.

Les traditions germaniques et scandinaves attirent particulièrement notre attention dans l’épisode où Thor est allé à la rencontre d’une guérisseuse dénommée Groa. [Semblable à l’histoire de M. Corbeau dans le VOR190608 à 0H08’05", à 0H11’51" et à 1H09’01" lorsqu’il chante] Après une bataille épique, Thor fut blessé à la tête par une pierre qui resta enfoncée dans son front. Thor vint alors trouver Groa, réputée pour sa médecine. Alors que Groa parvenait enfin à déchausser la pierre du front de Thor, ce dernier, pour la récompenser, donna à la magicienne quelques nouvelles de son mari Aurvandil, décédé lors d’une bataille… Thor lui expliqua qu’il avait tenté de ramener le corps d’Aurvandil en le plaçant sur son dos, dans une caisse. Cependant, lorsqu’il franchit les terribles fleuves glacés qui sont à l’origine du comblement du vide originel, le gros orteil d’Aurvandil dépassa du cercueil et fut saisi par le froid. Thor le cassa et le plaça dans le ciel, l’orteil devint alors l’Étoile du Matin. À l’audition du récit, Groa oublia ses incantations et la pierre resta enfoncée définitivement dans le front de Thor !

Cette version ne nous dit pas que Thor serait le fils d’Aurvandil, toutefois la superposition des aventures d’Odin et de celles d’Aurvandil nous livre ici une transposition intéressante de l’histoire d’Osiris et Horus.

Nous avons plusieurs fois assimilé Horus à Lucifer, et il n’y a qu’un pas pour identifier Thor à ce même Lucifer. Dans l’épisode où Thor explique qu’il ramena le corps de Aurvandil du royaume des morts, certaines versions surnomment le fils d’Odin "Donner". Ce nom transposé en sumérien se traduit en DÙN-NER "le prince (ou le prestige) jeté à terre". Les traditions de l’Edda prétendent que Thor fit plusieurs fois le tour de la Terre dans son chariot tiré par deux boucs, qui avaient la possibilité de se régénérer (tel le phénix) après avoir été mangés. Ces éléments nous laissent penser que Thor est bien une forme de Lucifer, l’astre qui fit le tour du ciel et qui fut jeté à terre. Thor possède, comme Lucifer, une pierre sur son front ! Ajoutons que Thor pourrait se traduire en TUR en sumérien, c’est-à-dire "le petit" ou "celui qui détruit".

Groa la guérisseuse nous évoque Isis, la mère d’Horus ou bien Nephtys, la soi-disant "maîtresse" d’Osiris et la nourrice d’Horus. Ce nom transposé en sumérien nous donne GURU6-Á "le pouvoir d’illuminer" ou bien GURU8-A "source profonde".

Comme Odin, Aurvandil est un dieu des morts. Le premier est associé à Yggdrasil, l’arbre de l’univers, c’est-à-dire l’arbre de l’horizon qui accoucha de l’Étoile du Matin chez les Égyptiens. Le second, Aurvandil, est généralement associé aux marécages, tout comme l’est Enki dans la littérature sumérienne… Une fois encore, la naissance de l’Étoile du Matin est en rapport avec un dieu des morts assassiné.


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=NcLmyi46VYA

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 178 : Les différentes formules égyptiennes en rapport avec l’apaisement de l’Œil d’Horus évoquent pour ma part les recherches effectuées sur le fonctionnement de la glande pinéale du cerveau.

Voir le billet original du dossier avec infos sur la glande pinéale et, évidemment, l’essai « Corpus Deae » d’Anton Parks, plus complet :

http://www.orandia.com/forum/index.php?id=185283

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 182 : Par ailleurs, le nom « Asar » [Osiris en grec] se traduit en "le Siège de l’Œil". C’est bien le siège royal de ses parents et les pouvoirs de son père qu’Horus doit recouvrer…

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 233 : Nous parlerons des Vestales en fin d’ouvrage ; la notion primitive du Graal étant aussi en connexion avec ces antiques porteuses du flambeau luciférien.

« ÁDAM GENISIŠ », première version, Anton Parks, en page 402 : On oublie souvent que le nom de Lucifer a été utilisé par les premiers chrétiens pour désigner le Christ.

Le Christ égyptien ?...

VOR210814 : Élévation de l’Humanité passe par la glande pinéale, le troisième œil, le paraclet. N’est-ce pas ce qu’on essaie d’empêcher par toutes sortes de moyens, ex. fluor, comme déjà mentionné dans des VidéOrandias antérieurs ? Peut-être aussi à travers les vaccinations successives ?

Dans le vidéo du Club CRÉÉE associé à ce VOR210814, Kiwan pour Richard Glenn est revenu avec sa vision idyllique et puérile du Paradis terrestre en dénigrant par la bande le Serpent initiateur, Enki, à qui il impute le fait que l’Humanité en ait été chassée. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois où il fait la promotion du retour à l’esclavage pour l’Humanité. C’est pour ça qu’il dit « comprendre » ce qui se passe présentement. Ce faisant, il a fait le choix d’avoir un statut d’esclave au lieu de s’élever. Alors, voilà ce qui semble être ce « Nouveau Monde » qu’il souhaite.

La Terre est le Paradis Terrestre. Et on essaie présentement de nous en chasser. C'est l'objectif de COP-15 qui se met en place depuis.

Enki (Osiris), le Serpent biblique, en partageant la connaissance avec l’Humanité, a voulu l’ÉLEVER, contrairement à YHWH. Il en a payé de sa vie pour avoir tenté de sauver l’Humanité. Tentative à être complétée, tôt ou tard, par un Grand Monarque / Lucifer, issu de sa lignée christique spirituelle et de celle d’Horus.

« ÁDAM GENISIŠ », première version, Anton Parks, en page 436 : La majorité des Gnostiques [Cathares et Templiers] et occultistes considèrent Lucifer comme le Libérateur, celui qui a libéré l’humanité des chaînes de l’esclavage et de l’ignorance créées par le faux dieu qui gouverne ce monde malfaisant.

Mais encore…
Et il y a eu un Grand Monarque primitif…

[image]
Anton Parks, 2010

« Le Réveil du Phénix », première version, Anton Parks, en page 59 : Le nom donné à Her-Râ dans l’Assemblée est Tih’Reth, "la flamme de l’humanité". Tih'Reth est le point central autour duquel la totalité de l'assemblée s'organise. Ses éléments et attributs sont : le soleil, le feu, le roi, le fils, le cœur et l'équilibre. En tant que Grand Monarque, Râ-Tih'Reth doit me consacrer au sommet de la Mer (pyramide) d'Aset, la montagne artificielle qui m'a mis au monde.

[image]

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 306 : Une bonne maîtrise de ce centre énergétique [troisième œil, glande pinéale, paraclet, pentecöte] apportera la capacité de vivre éveillé à toute chose et à s’émerveiller de l’environnement qui nous entoure grâce à un abandon de soi au profit de la Lumière Originelle. Tout individu est apte à contempler ce Mystère. Notre cœur a besoin de se fondre dans cet état de béatitude et de s’ouvrir au dialogue d’amour avec la Source de toutes choses, symbolisée par le Saint-Esprit ou Sophia ou encore le Feu Sacré présent dans les temples. Les Vestales des anciens temps, gardiennes du Feu Sacré, connaissaient ce principe.

Lien : https://esoterisme-exp.com/ClubCREEE_pub/Resumes/Resume2004/creee415.php
Extrait : Paraclet chez Les CATHARES

C'est sous forme de langues de feu que le Saint-Esprit descendit sur les Apôtres. On l'appelle aussi Consolation, consolament en occitan, consolamentum dans les textes latins, parce que c'est le Paraclet ou Saint-Esprit consolateur qui infuse la gnose...

Consolamentum ou Consolament

Véritable passage entre l'état de croyant et celui de parfait, cathare...

Le consolamentum (ou consolament) est l'événement le plus important de la liturgie cathare. Il s'agit d'un baptême spirituel (opposé au baptême de Jean, utilisant de l'eau). Il est donné par l'imposition des mains, selon des rites s'apparentant à l'Église primitive (sans les éléments matériels tels l'eau et l'onction d'huile).

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 309 : L’Œil d’Horus incarne le Feu Sacré des temples, mais le Feu Sacré lui-même représente aussi l’Uraeus, le serpent frontal d’Horus que l’on retrouve sur la couronne des Pharaons.

---
LIENS DOSSIERS : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=197807

P(3)58

  1279 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

193427 messages dans 39306 fils de discussion, 1015 utilisateurs enregistrés, 78 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 78 invités)
Temps actuel sur le forum : 09/08/2022, 03:07
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum