Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

L'ÉNIGME SACRÉE / CORPUS DEAE / RENNES-LE-CHÂTEAU 2

par panthère58, vendredi 13 août 2021, 19:54 (il y a 360 jours) @ panthère58

:-) L’ÉNIGME SACRÉE / CORPUS DEAE / INTRO / RENNES-LE-CHÂTEAU 2


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=7ChGY138Ixc
« Rennes Le Château : Le Livre qui confirme Tout ! » avec Rudy Jacquier - NURÉA TV
49 676 visionnements Diffusé en direct le 20 juill. 2017
NURÉA TV - Au coeur de l'inexpliqué

[image]
Rennes-le-Château " les Sources 2" se veut être un concept totalement inédit, tant sur la forme que sur le fond. Entre BD et livre véritable, l'auteur confirme sa solution à l'énigme développée dans son premier opus par le biais du très controversé tableau de Poussin « Les Bergers d'Arcadie ». Mais aussi par d'autres pièces de ce grand puzzle ayant créé le mythe de Rennes-le-Château. Sans jamais se prendre au sérieux et toujours de manière amusante et étayée, l'auteur rassemble une à une les pièces de ce grand puzzle pour nous amener jusqu'au lieu tant recherché... Les preuves sont irréfutables et laisserons le lecteur devant le choix du doute ou de l'acceptation ! Mais une chose est certaine, il ne pourra plus dire " Je ne savais pas " L'énigme aux 600 ouvrages vit ses dernières heures tant les preuves apportées sont convaincantes. Et si ce livre était le dernier sur cette histoire ? Sans oublier la préface de ses compagnons d'aventure, devenus ses amis au fil de leurs périples. Comme pour le premier livre l'auteur s'amuse même à vous mettre au défi en codant lui-même son livre par le biais de la méthode BOUDET, pour peut-être une dernière révélation ! Avis aux amateurs ! L'éditeur WARCADIA

Dans son introduction, il précise que « son livre confirme tout » au niveau du décodage de Rennes-le-Château. Car il dit se limiter au décodage. Quant à la base historique de Rennes-le-Château, il dit avoir beaucoup d’incertitudes. Il dénigre au passage Pierre Plantard et le Prieuré de Sion. Pourtant, son « décodage » est aussi sujet à caution car il faut l’interpréter. Il dit, lui, n’avoir travailler que sur des sources authentiques s’arrêtant à 1917. Pourtant, « L’Énigme Sacrée » aussi a fait du décodage jusqu’à la fin du XXe siècle. Les principales sources de Rudy Jacquier sont :

1. les constructions [restaurations] de Rennes-le-Château (1891-1905)
2, la pierre tombale de la marquise d'Hautpoul de Blanchefort (1906)
3. la vraie langue celtique de l'Abbé Boudet (1886)

Son deuxième ouvrage se concentre principalement sur « Les Bergers d’Arcadie », amené par l’ouvrage de Gérard de Sève en 1967, via Pierre Plantard.

Comme quoi… car il avait pourtant dit que le tableau « Les Bergers d’Arcadie » n'avait rien à voir avec Rennes-le-Château. Mais il eu le mérite d'aller au-delà de ses préjugés.

Il fait un retour sur son premier ouvrage où le rocher qui apparaissait comme un « crocodile », suite à divers échanges et diverses collaborations, bien finalement, et malgré la mythologie autour du crocodile, ressemble davantage à un « serpent ». De plus, il y aurait plus de symbolique significative autour du serpent.

Moi, j'y vois une tête de tortue. M'enfin...

Il avoue que le titre de son premier ouvrage était provocateur.

À 0H11’28" du vidéo : C’est visuel, factuel, ce n’est pas du « mythe »

. Il revient sur l’encoche faite à la scène 1 du chemin de croix de Rennes-le-Château qui trouve son sens sur le terrain
. Il revient aussi sur la gravure de l’abbé Boudet que l’on retrouverait dans son livre « La vraie langue celtique »

À 0H19’40" du vidéo : Bref résumé de 1885 avec l’abbé Saunière, à Pierre Plantard

Il dit que c’est très flou l’affaire Plantard mais en même temps l’accuse d’avoir monté un canular sur sa descendance mérovingienne à partir de l’énigme de Rennes-le-Château, et d’avoir créé ce mythe de concert avec Gérard de Sède, ce qui va mener au fameux livre de 1967 qui va devenir un best-seller en France, alors que l’histoire de Rennes-le-Château n’était alors que régionale.

Pourtant, c’est grâce à eux si on a mis Rennes-le-Château sur la mappe et qu’il a pu faire du décodage qu’il partage dans sa trilogie. Comment Plantard pouvait savoir ce qui se cachait derrière Rennes-le-Château si c’était un imposteur ? Il fait donc des allégations douteuses de façon prétentieuse et présomptueuse.

Et dans ce livre co-écrit avec l’aide d’une troisième personne (Chérisey), il est question des parchemins et de trois tableaux dont la fameuse toile « Les Bergers d’Arcadie » de Nicolas Poussin. Et pour lui, ce tableau n’était pas une source crédible parce qu’elle avait simplement été amenée par de Sède et Plantard. C’est pour ça qu’il ne l’a pas traitée dans son premier bouquin. Mais il avoue qu’en même temps, il n’avait pas vraiment saisi la portée du tableau. C’est suite à de nombreuses rétroactions qu’il a décidé d’avoir un œil plus avisé sur ce tableau dans ce deuxième bouquin qu’il nous présente.

À 0H34’25" du vidéo : Une pierre singulière qui mène à Nicolas Poussin

. Il mène l’enquête sur cette pierre auprès de scientifiques
. Cette pierre semble identique à celle dans le tableau « Les Bergers de l’Arcadie »
. Sa réticence à y croire vient du fait qu’il ne croit pas en Gérard de Sède et Plantard
. Puis NuréaTv présente une émission où une peinture du Jardin des Hespérides l’allume sur Poussin
. Nicolas Poussin a beaucoup peint sur la mythologie grecque
. Poussin et Herucle se retrouvent encodés à la page 296 du livre de l’abbé Henri Boudet :

http://templarii3m.free.fr/doc_boudet_vlc.htm

« …puisque le terme chik, marquant la petite dimension d'un morceau dans le même dialecte, correspond en langue celtique à chick (tckick) poulet, maigre portion, en effet, pour l'appétit de ces hommes à taille gigantesque. La mythologie grecque avait remarqué dans Hercule, personnification du peuple Celte… »

. Quand il y a une erreur avec Boudet, c’est qu’il y a un « message codé » et « chick » voudrait dire « poussin », allusion à Nicolas Poussin

Et en page 301, il relève les mots Arcadie, peinture fabuleuse et Paris : « Erymanthe, montagne d'Arcadie, était l'asile d'un sanglier dont la fureur remplissait d'effroi la contrée entière. Eurysthée demande à Hercule de délivrer le pays de cet hôte redouté. Hercule poursuit le sanglier, le prend vivant, et le charge sur ses épaules pour le porter à Eurysthée. Celui-ci est saisi d'une telle frayeur, qu'il va se cacher sous sa fameuse cuve d'airain.

L'histoire du sanglier d'Erymanthe est la peinture fabuleuse des chasses au sanglier si chères aux Gaulois.

(1) Dictionnaire de la Fable par Fr. Noël – Paris, 1803. »

À 0H40’06" du vidéo : Tableau « Les Bergers de l’Arcadie » suivi de celui du « Jardin des Hespérides » de Nicolas Poussin

. On nous montre où sont l’entaille et la pierre qui correspondent à son décodage
. Puis il explique en quoi le tableau du « Jardin des Hespérides » réfère à celui des « Bergers de l’Arcadie » par la langue des oiseaux
. Il superpose le tableau « Des Hespérides » au terrain de Rennes-les-Bains (abbé Boudet)
. Le méridien de Paris serait dans le tableau de Poussin ; il frôlerait le tombeau de Rennes-les-Bains par 700 m
. Localisation du Berger blanc sur le terrain en un rocher

À 0H54’13" du vidéo : Le tombeau des bergers à Rennes-les-Bains

. Juste en-dessous du rocher (crocodile / serpent)
. En résumé, la fresque de Rennes-le-Château et le tableau des « Bergers de l’Arcadie » amènent au même lieu
. Un tombeau réel ou symbolique ?

À 1H01’07" du vidéo : « ET IN ARCADIA EGO »

. Il dit quitter le factuel pour la théorie
. Il nous explique comment il en arrive à « AUGE À IDA GRANITE »
. « IDA » pour Sainte Ida de Lorraine ou de Boulogne, mère de Godefroy de Bouillon, premier roi de Jérusalem
. Elle a récupéré des reliques de la Terre Sainte sur lesquelles se sont construites des basiliques et des cathédrales
. Le tombeau de Rennes-les-Bains pourraient contenir des reliques de la Terre Sainte

Wikipédia : La bienheureuse Ide ou Ida de Boulogne (ou Ide de Lorraine), née vers 1040 en Ardennes...

. Ou « IDA » pour Ida de Blanquefort, mère du pape Clément V (Templiers)
. Y a-t-il un lien entre Blanquefort et Blanchefort…

Wikipédia : Bertrand de Got (ou de Goth, de Gotz, de Gout), fils de Béraud de Goth et d'Ide de Blanquefort… devenant, sous le nom de Clément V, le 195e pape de l’Église catholique.

Clément V fut d'abord le pape du procès de l'ordre du Temple. Philippe le Bel, le 17 novembre 1307, avait fait parvenir à Clément V les aveux de hauts dignitaires templiers.

« Énigme Sacrée », en pages 97-98 : Avant de monter sur le trône pontifical sous le nom de Clément V, l’évêque de Bordeaux, simple pantin entre les mains de Philippe le Bel, avait pour nom Bertrand de Goth. Et quelle était sa mère ? Ida de Blanchefort, de la famille de Bertrand de Blanchefort… Le nouveau pape était-il par suite lié au formidable secret confié à la garde de sa famille et qui le resta jusqu’au XVIIIe siècle, époque à laquelle l’abbé Antoine Bigou, curé de Rennes-le-Château et chapelain de Marie [Hautpoul] de Blanchefort, allait découvrir l’énigme et composer les parchemins trouvés plus tard par Saunière ?

Une personne du clavardage a suggéré le lien du Mont Ida en Crête pour le « IDA »

Wikipédia : Le mont Ida en Crète (ou Ida crétois, par opposition à l'Ida phrygien), actuel mont Psiloritis (en grec moderne Ψηλορείτης), est le plus haut sommet de l'île, culminant à 2 456 mètres. Son imposant massif occupe la partie centrale de l'île, sur les territoires des préfectures de Héraklion et Réthymnon.

Mythologie

C'est dans la « caverne de l'Ida » (en grec Ideon Antron) située sur le versant nord de ce mont, que Zeus est censé être né de Rhéa qui s'y était réfugiée pour le soustraire à une mort promise par son père Cronos pour éviter ce qui finalement lui arriva : finir jeté dans le Tartare, où les cent bras des Hécatonchires le retinrent à jamais. Zeus fut élevé par la nymphe Ida avec l'aide des courètes et de la chèvre Amalthée.

La légende veut que c'est au sang d'Ida, qui s'était écorchée sur une de ses épines, que les fruits du framboisier (Rubus idaeus ou « ronce du Mont Ida ») doivent leur teinte, ayant été blancs avant cet événement.

On se retrouve avec un autre lien en rapport avec les Basques, Hercule, Dionysos… et Rennes-le-Château.

Un autre lien avec « IDA » suggéré :

Wikipédia : Le monastère d’Arkadi (en grec moderne : Μονή Αρκαδίου / Moní Arkadhíou) est un monastère orthodoxe situé sur un plateau fertile à 23 km au sud-est de Réthymnon, sur l'île de Crète (en Grèce).

À 1H06’39" du vidéo : Un mea culpa qui n’en est pas un…

Rudy Jacquier : Et rappelez-vous ce que j’ai dit en début d’émission, par rapport à la belle histoire de Bérenger Saunière qui aurait ramené de Paris la copie du « Bergers d’Arcadie », la copie d’un Teniers, et un portrait du pape Clément V. Et ce qui est hyper étonnant, c’est que Gérard de Sède quand il écrit son bouquin, comment peut-il savoir à ce moment-là qu’il y a un lien entre l’Ida et Clément V, par rapport à l’abbé Saunière. Et c’est là où il y a eu aussi un énorme travail de Christian Doumergue [qui] a écrit deux livres, hyper étayés, hyper documentés, un travail d’historien, sur l’œuvre de Pierre Plantard. Et on se rend compte que Pierre Plantard n’a peut-être pas dit n’importe quoi.

« Énigme Sacrée », en page 45 : Au cours de son séjour à Paris, Saunière se rend au Louvre. Ces visites ont-elles quelque rapport avec les trois peintures dont il cherche les reproductions ? Il s’agit, croit-on, d’un portrait anonyme du pape Célestin V qui régna brièvement à la fin du XIIIe siècle, d’une œuvre de David Teniers père ou fils et du célèbre tableau de Nicolas Poussin, « Les Bergers d’Arcadie ».

Lien : http://rotary-carcassonne.org/secrets-du-razes-et-de-labbe-sauniere.html
Extrait : En mars 1892… Sur ordre, Saunière se rend au Musée du Louvre et en repart avec des copies de trois tableaux : « Les bergers d’Arcadie » de Nicolas Poussin (1594-1665), « L’ermite Saint Antoine » de David Téniers le Jeune (1610-1690) et le « Portrait du pape Célestin V » par un anonyme ; le premier de ces tableaux : d’un peintre célèbre ; le deuxième : d’un artiste obscur ; le troisième : d’un auteur tout à fait inconnu.

. Mais il a sa propre théorie sur Pierre Plantard [Théorie toute aussi fumeuse que ce qu’il dénonce pourtant chez De Sède et Plantard, malgré des évidences du contraire, comme quoi il est ce qu’il allègue aux autres en persistant dans cette avenue parce que c’est la seule qui lui convienne. Mais son apport à l’énigme Rennes-le-Château est original et mérite le respect.]

À 1H08’35" du vidéo : André Douzet et le Mystère de Périllos

. Il n’attaque pas la qualité du travail d’André Douzet, mais reproche à celui-ci de ne pas avoir expliqué la méthodologie qui relie une maquette, qui aurait été commandée par l’abbé Saunière en 1916, aux terres de Périllos
. Parce que les gens rigolent de Rennes-le-Château ; c’est le Loch Ness d’aujourd’hui
. L’abbé Saunière, c’est l’arbre qui cache la forêt

[image]

Lien :
http://www.rennes-le-chateau-doc.fr/etudes%20et%20articles/images/Quelques_Observations...
Extrait : Y sont repris certains éléments précédemment exposés, contradictoires à la théorie défendue par M. Douzet, non sans les avoir complétés et nourris.


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=cthkRcxOU-o
Mes Causeries avec André Douzet #001 - Le Mystère Périllos
21 976 visionnements16 mai 2016
MIASME TV

Pour le n°1, André abordera le Mystère Périllos. L'enquête qu'il a menée est tout simplement extraordinaire et ses découvertes incroyables ! A travers cette causerie, il vous amènera à vous interroger sur les réelles motivations de l'abbé Saunière, et de ses prédécesseurs, à se rendre dans la zone de Périllos. Peut-être pour se rendre sur la tombe du Christ, peut-être pour y rechercher le Saint Graal ? André s'exclame que ce n'est pas ce qu'il dit !! Mais ses démonstrations parlent peut-être d'elles-mêmes !!

André Douzet est un des plus anciens spécialistes des mystères de Rennes-le-Château, Rennes-les-Bains, Périllos, ... Il est aussi un passionné des Templiers ou des histoires merveilleuses du Pilat. En compagnie de Mary Ange Tibot, il a fondé le Musée de l'étrange, qui expose l'ensemble des découvertes de ces deux auteurs. Le musée est visitable à Serrières (07).

Wikipédia : Périllos Écouter (en catalan, Perellós) est une ancienne commune française des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie. La commune est rattachée le 1er janvier 1972 à Opoul pour former la commune d'Opoul-Périllos et la localité est actuellement un hameau abandonné.

Lien : https://www.les-pyrenees-orientales.com/Villages/Perillos.php
Extrait : Périllos est un hameau abandonné du village d'Opoul, qui n'est pas à la hauteur de son prestigieux passé. Qui pourrait croire, au vu des quelques maisons entourant une vieille église, que ce lieu était le siège d'une seigneurie très puissante dans la région ? C'était pourtant le cas, et ce n'est pas si étonnant que ça, la période faste de Périllos, du XIVe au XVe siècle, se déroula a un moment où la plaine du Roussillon et la Salanque était peu pratiquable, les lieux d'habitations étaient dans les collines. Périllos est relativement central dans les Corbières orientales, ce qui accrut ses possibilités d'extension.

Lien : http://tousleschemins.hautetfort.com/archive/2013/09/28/perillos-un-etrange-village-518...
Extraits : L’endroit semble fréquenté par les seuls OVNI. En 2005 un père et son fils qui prenaient le frais un soir ont vu s’élever dans le ciel au-dessus du village un disque orange cerné de bleu, plus gros que la lune. En 2010 à nouveau des témoins observent un bolide lumineux blanc qui traverse le ciel étoilé de Périllos.

Les légendes et anecdotes sur ce haut lieu du paranormal sont nombreuses. Par exemple plusieurs crashes d’avions ont eu lieu ici. En 1963 entre autres, un appareil de l’armée de l’air s’écrase et fait 7 victimes. Un mémorial aux aviateurs commémore ces pertes.

Tout ceci aurait peut-être son origine dans des grottes comme celle de la Caune au nord du village. Une mystérieuse inscription atteste que le seigneur Ramon de Perillos connaissait l’aven. Cette grotte initiatique organisée en 3 salles reliées par des passages étroits laisse découvrir à qui ose l’explorer des symboles sur la paroi et de petites effigies en argile comme une salamandre, une étoile, un homme debout, une patte d’oie (emblème des compagnons bâtisseurs).

Là au plus profond de l’aven se cache une minuscule statuette d’argile de 4 cm de haut C’est la déesse mère de la terre, signe de fertilité mais aussi force obscure, figure de la nuit et des enfers.

Cette toute petite présence nichée aux entrailles de Périllos pourrait bien expliquer sinon le mauvais sort qui s’est acharné sur le village au moins son étrange destinée.

Introduction : Les terres de Périllos serait liées à une maquette commandée par l’abbé Saunière en fin de vie et à un chevalier qui, à la fin du Ier siècle de notre ère, aurait quitté la Palestine emportant avec lui un secret qu’il devait préserver et cacher. Pour Douzet, Périllos est la pièce maîtresse d’une quête qu’il a commencée voilà 47 ans, donc plus de 50 en date d’aujourd’hui.

À 0H04’23" du vidéo : Dans un vieux cadastre notarié, un lopin de terre à Périllos contiendrait un tombeau royal sacré

. Ce lopin de terre aurait été sous la responsabilité des Périllos mais sans leur appartenir
. On retrouve des Périllos comme conseillers de la couronne de Catalogne, aux côtés du roi de France et de la papauté

À 0H08’49" du vidéo : La chronologie de Rennes-le-Château

. Bérenger Saunière ne serait que la partie visible de l’iceberg
. Il serait monarchiste et c’est mal vu par la République ce qui lui vaut un séjour à Narbonne
. À son retour à Rennes-le-Château, les choses se mettent en place grâce à un premier don fait par la comtesse de Chambord
. Saunière aurait été téléguidé pour conduire les travaux de restauration
. L’abbé Boudet va guider Saunière dans certaines démarches
. Au cours de ces travaux de restauration, en juillet 1887, il découvre des pièces d’or sous une dalle déplacée


« Énigme Sacrée », en pages 42-43 : Entre 1885 et 1891, le revenu du prêtre est quelque peu supérieur à une soixantaine de francs annuels. Sans être l’opulence, c’est mieux que le traitement habituel d’un curé de campagne français à la fin du XIXe siècle. Ajoutée aux dons en nature de ses paroissiens, cette somme suffit à peu près aux besoins de la vie quotidienne, à condition bien sûr de ne pas faire d’extravagance.

C’est le cas de Bérenger Saunière qui passe ainsi six années sereines. Il chasse et pêche dans les montagnes et les torrents de son enfance, lit, se perfectionne en latin, apprend le grec, essaie l’hébreu.

C’est à cette époque que Saunière songe à restaurer l’église du village ; construite vers le VIIIe ou IXe siècle, elle s’élève sur les fondations d’une très ancienne construction wisigothe, et se trouve en cette fin de XIXe siècle dans un état de délabrement presque désespéré. En 1891, encouragé par son ami Boudet, Saunière emprunte un peu d’argent à ses paroissiens et entreprend une très modeste restauration.

Lien : https://www.jepense.org/abbe-sauniere-mystere-rennes-le-chateau/
Extrait : 1885 est aussi une année électorale et Bérenger ne se prive pas de fustiger la municipalité radical-socialiste pour l’état de décrépitude des lieux de culte ; il appelle les paroissiennes à influencer leur mari pour le vote. Ce qui pousse le maire du village à écrire une lettre de protestation au ministre des Cultes, lequel sanctionne l’abbé financièrement.

De retour dans sa cure, Bérenger, comme en témoigne ses livres de comptes, vit très pauvrement, lisant et chassant beaucoup. Saunière se noue alors d’amitié avec un homologue, le curé d’une paroisse voisine, Rennes-les-Bains, située plus bas.

Quelques mois plus tard, grâce à son frère Alfred, la veuve comtesse de Chambord, nièce de l’empereur d’Autriche François-Joseph, lui remet une somme importante pour entreprendre le sauvetage de son église. En outre, elle lui aurait donné mission de rechercher dans l’église des documents (soit de nature monarchique, soit dangereux pour l’église) que souhaiterait récupérer son oncle François-Joseph. Rappelons que les Habsbourg étaient les protecteurs de Rome, l’empereur ayant droit de véto sur l’élection du pape (d’ailleurs, à la surprise générale, Charles Ier, dernier empereur, a été canonisé par Jean-Paul en 2002).

Bérenger Saunière entreprend les travaux de colmatage de la toiture et multiplie les fouilles dans son église, qu’il décide de mettre au goût du jour. Nous sommes en 1887, peut-être en 1888-89 (sources différentes).

Les ouvriers déplacent la pierre du vieil autel et mettent à jour le sommet de deux piliers oubliés. Les témoignages concordent pour dire que c’est dans l’un de ces piliers qu’ont été trouvés des rouleaux de bois scellés à la cire. De même, les témoins confirment la découverte d’une fiole dans le balustre.

Peu de temps après cette découverte, Bérenger Saunière décide d’enlever le dallage du cœur de l’église. Juste devant l’emplacement de l’ancien autel, une dalle de pierre de belle dimension livre deux surprises : la partie de la dalle ayant sa face en contact avec la terre se trouve ornée d’un superbe bas-relief représentant d’étranges sculptures de cavaliers apparemment très anciennes et une urne contenant des pièces de monnaie.

En 1891, l’abbé met en œuvre des plans très sophistiqués pour son domaine. La configuration de cet espace est entièrement basée sur l’opposition entre le jour et la nuit, la lumière et obscurité, le blanc et le noir.

Le domaine s’organise comme un jeu d’échecs. La tour Magdala (sombre) et la serre (lumineuse), de dimensions identiques, sont construites sur les mêmes emplacements que celui du jeu. Pour la Tour Magdala, on entre dans une pièce sombre et l’on monte 22 marches pour accéder à la lumière. Pour la serre, on arrive en pleine lumière et l’on descend 22 marches pour pénétrer dans une salle obscure.

Les plans du jardin jouxtant l’église reproduisent au centimètre près les contours de l’église, comme si pour pénétrer dans l’église visible, il fallait d’abord traverser une église invisible.

Dans l’église elle-même, le statutaire a été réalisé par l’atelier Giscard, franc-maçon affiché. Si l’on relie les initiales des saints qui ornent les murs en formant la lettre M, on obtient le mot GRAAL.

De chaque côté de l’autel se trouvent deux statues : Joseph tenant l’enfant Jésus d’un côté, de l’autre la Vierge-mère (et non pas la Vierge Marie) enserrant le même enfant dans ses bras. Deux enfants donc…

Quant à la station XIV du chemin de Croix, les trois frêles silhouettes évoquent une discrète sortie du tombeau conduite par Marie-Madeleine. En effet, le Christ est mort un vendredi, jour du Shabbat qui interdit toutes activités après le coucher du soleil. Or y figure une lune dont on peut estimer l’heure à 22h00, donc incompatible avec la religion juive. Par contre, on peut y percevoir une imagerie proche du langage cathare : un monde créé par le diable (bénitier), un Christ pas mort sur la Croix, l’existence d’un frère, dont les évocations proviendraient de textes araméens détenus par les Cathares de Montségur… Marie-Madeleine initiée comme prêtresse d’Isis n’aurait-elle pas rendu souffle de vie à Jésus comme l’affirment certaines légendes du Moyen-Orient ?

À 0H16’08" du vidéo : Les abbés Gélis et Bigou

. L’abbé Gélis sera assassiné après qu’on ait tenté de lui soutirer un secret ; le secret de sa fortune ?
. L’abbé Bigou, dernier curé avant la Révolution française, va écrire dans les registres civils de l’église : « Jésus n’est pas ici » à plusieurs reprises [Jésus de Galilée n’est point icy.]
. L’abbé Bigou va écrire le texte qui sera gravé sur la pierre tombale de la dernière seigneuresse du château de RLC, Marie de Hautpoul, de Blan[ch]efort, que Rudy Jacquier dit avoir décodé
. « Catin » inscrit sur la pierre tombale, en patois local veut dire grotte : « Repose en paix dans la grotte »

Lien : https://www.jepense.org/abbe-sauniere-mystere-rennes-le-chateau/
Extrait : Saunière est aussi en contact avec des érudits, dont l’abbé Boudet de Rennes-les-Bains, qui mourra curieusement empoisonné, et l’abbé Gélis, curé à Coustaussa. Ce dernier sera atrocement assassiné dans des circonstances jamais élucidées. Ses meurtriers signeront leur crime par le nom d’une société secrète, « Viva Angelina », dont personne n’a jamais pu identifier l’origine.

Il faut aussi évoquer l’abbé Bigou, prêtre de Rennes-le-Château à la veille de la Révolution. Le curé Bigou se trouvait très lié aux familles Chefdebien et d’Hautepoul, très impliquées, comme nous le savons, dans la franc-maçonnerie.

À 0H24’20" du vidéo : Bérenger Saunière va devenir riche, trop riche

. Un trafic de messes n’arriverait pas à expliquer les ressources de Saunière
. L’abbé va avoir une villa digne de la bourgeoisie de l’époque, fréquentée par des artistes, des politiciens, des historiens, des francs-maçons

Lien : https://www.jepense.org/abbe-sauniere-mystere-rennes-le-chateau/
Extrait : Rappelons en outre qu’un grand nombre de personnalités de la Troisième République, ministres, députés, sénateurs, artistes, écrivains et maîtres en ésotérisme sont passés à Rennes-le-Château et ont été en contact avec l’abbé Saunière. Jean de Habsbourg s’y est aussi rendu.

À 0H27’33" du vidéo : L’abbé Bigou fuit la Révolution en passant par Durban, Périllos, pour se réfugier en Espagne

. Les abbés Boudet, Gélis et Saunière vont eux aussi, d’une façon ou d’une autre, être liés à Durban et Périllos
. Saunière fait des réceptions à sa villa mais n’y habitera jamais se réfugiant dans son presbytère
. Et à la fin de sa vie, Saunière va commander une maquette, un moulage qui serait une carte géographique en relief et la paie d’avance ayant des problèmes cardiaques et il mourra avant de la réceptionner

[image]
Maquette commandée par l’abbé Saunière

. Cette maquette serait son testament philosophique avec une cartouche « Le Saint Sépulcre état primitif »
. Il y aurait sur ces paysages le jardin de Gethsémani, le Saint Sépulcre, des tombeaux, un nom commun « citerne »
. André Douzet explique comment il a eu cette maquette en sa possession un temps donné avec les documents qui allaient avec
. Cette maquette a été exposée à Rennes-le-Château

À 0H44’51" du vidéo : La maquette ne correspond pas aux lieux qui sont à Jérusalem

. À l’envers, on y voit toute une partie du territoire de Périllos et on y retrouve la « citerne »

« Corpus Deae », Anton Parks, en pages 78-79 : En ancienne Mésopotamie, l'entendement de l'antique Serpent (MUŠ) se retransmettait dans les Maisons de Sagesse ou É-ABZU en sumérien, littéralement É_AB-ZU "maison de l'abysse de la connaissance" ou "maison de la cavité de la connaissance". La plupart de ces Maisons de Sagesse se composaient de citernes...

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en pages 79-80 : À l'instar d'Enki-Osiris, Joseph sera contraint de s'exiler. Mais avant cela, il sera jeter dans une citerne par ses frères et laissé pour mort. (Gen. 37:24). Il est fort probable qu'il y ait une connexion avec le temple aquatique d'Enki qui est parfois comparé à une citerne dans les textes d'argile.

Nous l'avons vu dans le chapitre précédent: À Abdju (Abydos) en Égypte, le temple aquatique, l'Osireion en forme de citerne, évoque un endroit semblable.

Le terme égyptien utilisé pour nommer une citerne ou un bassin sacré pour les libations est Mer, parfait homophone des mots égyptiens pour nommer l'"amour" ou une "pyramide". Étrange phénomène linguistique qui exprime conjointement le bassin sacré où Osiris a été assassiné et les instruments de sa prochaine résurrection.

. Tout serait transposé à Périllos
. Douzet reprend l’idée d’une expédition venant de Palestine à la fin du premier siècle de notre ère avec pour mission d’emporter quelque chose, un secret, et de le déposer aux pieds des Pyrénées
. Et les Périllos en deviennent les gardiens
. C’est l’un des fameux romans du Graal de Wolfram von Eschenbach qui raconte ça
. Il y aurait donc là un « Graal » ; une coupe ou un être humain ?
. En quatre, cinq lignes, le notaire Bernard Courtade nous dit : « Un terrain qu’il ne peut pas classer, qui est enclavé sur les terres des Périllos mais qui ne leur appartient pas… parce qu’il y a là un tombeau royal et sacré. »
. Des Gaulois auraient crucifié Jésus à Jérusalem ! mais qu’il n’en ait pas mort (démontré par un patchwork composé de faits historiques et archéologiques)
. Jésus ne monte pas au ciel ; il disparaît, il fait sa valise… pour Périllos

Lien : https://profidecatholica.com/2018/10/16/salvador-mundi-linceul-de-turin-tombeau-royal-e...
Extraits : « Ce lieu est Saint et Sacré ». Notaire Royal Courtade.
Opoul-Périllos -Pyrénées-Orientales

Une embarcation venant de Palestine a accosté aux Saintes Maries de la Mer dans les Bouches du Rhône et ensuite à Sainte Marie de la Mer dans les Pyrénées-Orientales.

Une congrégation Millénaire s’est créée à Perpignan : LA SANCH = LE SANG

La Sanch célèbre la Passion du Christ tous les Vendredi Saint depuis le Moyen-Âge.

Peut-être pour nous dire que la Sainte Coupe y est cachée ?

Alors que l’Abbé Saunière de Rennes le Château a laissé pour Seul Testament un moulage d’une maquette faisant état de la Tombe de Joseph d’Arimathie et de celle du Christ sur le territoire d’Opoul-Périllos dans les Pyrénées-Orientales, une explosion a eu lieu justement dans ce lieu en 2009.

Et ce sont des agents de la DGSE qui « par mégarde » ce sont fait exploser alors qu’ils avaient eu très certainement la consigne de faire exploser le lieu mentionné sur la maquette par l’Abbé Saunière !

Je précise qu’il n’y a AUCUN ENTRAINEMENT MILITAIRE dans ce lieu. Il faut bien que la DGSE explique pourquoi deux agents se sont fait exploser et pourquoi leurs agents sont munis d’explosifs sur une terre SAINTE et SACREE où se trouve le Tombeau d’un parent de Jésus-Christ.

À 0H55’58" du vidéo : L’Évangile apocryphe de Ponce Pilate et la Cène

. La citerne, le tombeau de Joseph d’Arimathie et le tombeau de Jésus-Christ
. Sur le site de Périllos, on aurait découvert une « coupe » datée de 2000 ans
. Il ne dit pas que c’est le « Graal » ; il y en a 5 ou 6 qui sont répertoriés aujourd’hui comme des Graal

À 1H14’48" du vidéo : Pendant la guerre, les Allemands s’intéressent à Périllos

. La franc-maçonnerie aussi s’y intéresse ; on cherche la « grande relique »…
. De même que les services secrets plus récemment, dont deux agents avec des explosifs qui leur ont explosé en pleine face, les tuant

[image]

ON REPREND AVEC RUDY JACQUIER


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=7ChGY138Ixc

À 1H23’12" du vidéo : Affiche avec Gino Sandri, secrétaire du Prieuré de Sion, proche de Pierre Plantard

À 1H31’00" du vidéo : Rudy est franc-maçon et a eu des commentaires désobligeants de ses pairs pour avoir écrit sur Rennes-le-Château

. Mais sans l’accord de sa loge, il n’a pas publié le codage maçonnique de Rennes-le-Château dans ses ouvrages
. Les Templiers avaient beaucoup de liens avec les musulmans

À 1H35’30" du vidéo : Le secret, Nicolas Poussin et les frères Louis et Nicolas Fouquet

. Sur la mausolée de Poussin en Italie : « Poussin se tait dans la mort, mais ses tableaux parlent »
. François Mitterrand fait construire en 1989 le monument « maçonnique » des Droits de l’Homme et une façade porte gravée dans le bronze l’inscription de Nicolas Poussin, année naissance et mort, « Les Bergers d’Arcadie » et « ET IN ARCADIA EGO »
. Louis XIV a fait des pieds et des mains pour avoir ce tableau qu’il a [confiné] à Versailles et qui s’est retrouvé au Louvres après la Révolution

Lien vidéo : https://aphadolie.com/2018/12/13/paris-franc-maconnerie-monument-droits-de-lhomme-et-du...
Lien : http://www.rennes-le-chateau-archive.com/monument_droit_de_lhomme_1.htm

À 1H43’40" du vidéo : Conclusion impliquant Emmanuel Macron et les méridiens

. Lors de son discours d’investiture [d’imposture], pour la symbolique du Grand Monarque et des prophéties, avec l’anagramme « Macron / Monarc », Emmanuel Macron s’est placé en 2017 devant la pyramide du Louvres, à côté des « Bergers d’Arcadie », avec « l’œil », entre le méridien de Paris dit « matériel » et le méridien de Saint-Sulpice dit « spirituel »
. Ils savent quelque chose parce que ce n’est pas anodin de se placer là


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=2cJh_v5mmuc
Emmanuel Macron au Louvre | Discours du 7 mai 2017
171 560 visionnements 9 mai 2017
La République En Marche !

---
LIENS DOSSIERS : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=197807

P(3)58

  1352 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

193427 messages dans 39306 fils de discussion, 1015 utilisateurs enregistrés, 77 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 77 invités)
Temps actuel sur le forum : 09/08/2022, 03:31
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum