Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

L'ÉNIGME SACRÉE / CORPUS DEAE / TEMPLIERS / GRAAL 18

par panthère58, vendredi 29 octobre 2021, 15:19 (il y a 251 jours) @ panthère58

:-) L'ÉNIGME SACRÉE, CORPUS DEAE, LES TEMPLIERS, GRAAL 18


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=-Mq0mBdOeTE

À 0H0358" du vidéo : Arthur et la Table Ronde des anciens rois

Épisode final de la saison 3 :

Arthur : Venez. Venez me rejoindre. Cette table appartenait aux anciens rois de Camelot. Et autour de cette table ronde, aucun homme n’était plus important qu’un autre. Ils croyaient en l’égalité en toute chose. Il semblerait judicieux de redonner vie à cette tradition, aujourd’hui. Sans chacun d’entre vous, nous ne serions pas là. Mon père se languit en prison depuis trop longtemps. Demain, je tenterai de lui venir en aide. Qui autour de cette Table se joindra à moi ?

Arthur / Celtes & Bernard de Clairvaux / Druides : même tradition.

Lien : https://histoire-templier.blogspot.com/

Extrait : D’autre part, le rôle des nouveaux chevaliers, tel que Bernard de Clairvaux, Grand druide des Gaules au 12e siècle le définit n’a pas changé. Ils devront surtout respecter cette Règle, purement druidique :

Nul n’est inférieur parmi eux, ils honorent le meilleur, non pas le plus noble...

[image]

Lien : http://www.sapienzamisterica.it/files/Le_Graal_le_don_d_Orion.pdf

Extrait en pages 11 et 12 : ROERICH ET LA LEGENDE DE LA PIERRE

La date de naissance du rabin étant en 1250, et on présume donc la période de sa fuite vers la fin du XIII siècle. Léon compila le Zohar entre 1270 et 1286. Il résidait à Guadalajara pendant un certain nombre d'années, durant la composition du Zohar, au moins jusqu'en 1291, on peut donc présumer sa fuite à cette date. Moïse de Léon et ses disciples traversèrent la France à cheval, sans que leur présence ne fût remarquée, mais par qui furent-ils protégés ou quel soutient reçurent-ils? La réponse est, qu'ils étaient particulièrement liés à la Science Sacrée de Salomon, les Templiers.

Extrait en page 13 : A cette époque, les chevaliers du Temple maintenaient encore un contrôle de type militaire sur les routes, avec le but déclaré de protéger les pèlerins, surtout sur la route qui menait vers l'ouest jusqu'à Compostelle. A l'époque de leur procès, ils possédaient en France presque mille commanderies, chacune dirigeant plusieurs granges ou fermes, cultivées par les "Mesnie du Temple" : régisseurs, serviteurs et serfs. Les Commanderies ou Capitaineries ou Maisons Fortifiées, les Maisons Rusticali fermées qui s'appelaient souvent les "Enceintes" du Temple, constituaient des unités territoriales de base de la formidable organisation du Temple, certaines étaient millitaires.

On peut supposer que la voie la plus courte et la plus sûre suivie par les Cavaliers en fuite, sous le contrôle militaire des Templiers, qui protégeaient les pèlerins se rendant à Saint-Jacques vers de Compostelle, fut la Route Podense, le chemin du Puy. Le Chemin de Saint-Jacques qui était appelé " Le Chemin de l'Etoile" semble réfléchir sur terre, un tracé du ciel. La Voie Lactée décrit un parcours stellaire qui mène dans la constellation du Grand Chien, puis à l'étoile Sirius. L'Étoile Sirius garde les secrets de notre Origine oubliée. Sirius est reliée à Orion et les deux à la Pierre des Etoiles. Cet élément est reproduit dans l'iconographie sacrée de Saint-Jacques, précédé par un chien alors qu'il rejoint la butte sacrée de l'Etoile. Les populations Celtiques, qui vivaient en Galicie et, au pays Basque, toute la région actuelle de l'Espagne septentrionale, croyaient que la Voie Lactée était l'Arc Iris du Dieu Lug, un dieu obscur, noir comme le pelage d'un loup dans la nuit ou comme les plumes d'un corbeau, l'oiseau messager. Lorsque Lug est sur terre, et parcourt le Chemin de Compostelle, il est un loup ou un chien; lorsqu'il vole par le Chemin du Ciel, lug est un corbeau.

On avance dans le dossier et pourtant, des noms, des symboles, des personnages, des civilisations refont surface après avoir été évoqués dans des billets précédents du dossier. On poursuit les pérégrinations du don d’Orion, entamées au billet « Graal 4 », avec notamment comme référence le couple Nicholas (peintre) et Helena (auteure) Roerich.

Extrait en page 10 : Dans le livre, les feuilles du Jardin de Morya II, 348, de 1925, il est écrit que Salomon vénérait un Aérolithe [météorite] particulier. L'aérolithe de Salomon est intimement lié au couple Roerich.

Wikipédia :

Extrait en page 17 : A qui furent confiée la Pierre et le coffret de Rothenburg, afin d'être conservé, durant la période qui va du XIII au XX siècle ? Pas aux Templiers, puisqu'à partir du 13 octobre 1307, ils furent arrêtés par Philippe le Bel, roi de France, sur des accusations d'hérésie, de blasphème et de complot. Les Templiers appartenant à des degrés moindres de l'Ordre, échappèrent aux soldats du roi de France, se réfugièrent au Portugal et aussi comme on le dit également en Écosse. Privés de leur Grand Maître, les Chevaliers du Temple ne pouvaient pas perpétuer l'Ordre dans le temps. Le roi de France condamna à mort les Templiers ; il entendait s'emparer de leurs richesses, mais cela ne s'est pas produit, le trésor et la flotte de navires des Templiers disparurent, et du côté financier, l'action fut également un échec total. Avec ces événements, on peut supposer que tous les mystères et secrets des Templiers ne tombèrent pas dans les mains des inquisiteurs, et qu'un groupe limité d'Initiés entra en clandestinité. L'Ordre des Templiers disparu, les protecteurs du Graal apparurent, les Rose-Croix devinrent les gardiens du Trésor du Monde, la magnétique Pierre d'Orion.

[image]

Lien Complément Surprenant :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=40516

Extrait : HELENA ROERICH et L'AGNI YOGA

Agni Yoga, le Yoga du Feu, est aussi appelé l'Enseignement de l'Éthique Vivante, l'Enseignement de Vie ou l'Enseignement de Lumière. AGNI c'est le Feu, et Yoga c'est l'union. Union avec le Feu. Nous dirons mieux encore : reconnaissance de notre identité de Feu. TOUT EST FEU. Que le Feu est l'élément qui a le pouvoir de tout traverser, tout pénétrer. Il descend des couches élevées de notre Vie Systémique, du Cœur, de notre Soleil, et pénètre jusqu'au cœur de la Terre, alimentant son noyau de vie. C'est par le feu de notre pensée que nous pouvons, nous aussi, traverser les "apparences" qui nous environnent et aller au cœur des choses et des êtres, afin de nous unir au feu de leur propre noyau de vie. Nous verrons donc que pour réaliser l'Agni Yoga, il convient tout d'abord de cultiver des pensées de feu, car ce sont les pensées de feu qui nous unissent, par la Loi d'Affinité, au cœur du feu de toute vie sur la terre et dans le ciel. Les pensées de feu sont les pensées qui viennent du fond de notre cœur et ceci est scrupuleusement exact. Observons le Feu Cosmique, dans la mesure où nous le pouvons et en nous contentant de demeurer pour l'instant dans les limites de notre monde, notre Terre. Pénétrons par une pensée d'amour (le cœur) au cœur même de notre Logos planétaire (Esprit Régent de la Terre), qui est là, toujours ouvert et disponible. Le cœur, en nous, EST le réceptacle du Feu SOLAIRE. Il est aussi le transmetteur de ce même Feu. C’est par le cœur que nous entrons en contact avec le feu de l’âme. Un Agni Yogi ne peut pas vivre comme tout le monde, et pourtant il ne cherche en aucune façon à se singulariser et à se faire reconnaître. Il apprend alors tout l'art des "justes relations" et cette expression prend pour lui toute sa signification. Il faut savoir reconnaître la place de chacun autour de soi et agir en conséquence. Beauté, simplicité, absence de crainte.

[image]

Elle commence à écrire une série de livres appelés Agni Yoga ou Enseignement de l’Éthique Vivante. Présentés comme dictés par le Maître Morya, ces livres traitent de l’évolution de l’humanité. Se fondant à la fois sur les connaissances les plus anciennes de l’Orient et sur l’approche expérimentale de la science occidentale. Le terme agni yoga a été introduit au public occidental par les Roerichs — Nicolas et Héléna. Ils l'ont appris dans leur expédition à travers l'Asie Centrale des habitants de la montagne. Ce terme signifie "Fusion avec le Feu Divin" ou le "Chemin menant à une telle Fusion". Le Feu dans ce contexte est une flamme semblable à l'état de la plus Haute Conscience Divine. La Conscience Divine peut prendre cette forme quand Elle entre dans Sa Création. Les Roerichs ont développé les Enseignements de l'agni yoga et les ont apportés en Russie et en d’autres pays de l'Europe et de l'Amérique. Et maintenant le terme agni yoga est fermement associé à leurs noms, la capacité de converser avec Dieu. Le registre de ces saintes conversations a été rassemblé dans quatorze volumes intitulés, Éthique Vivante.

Lien Complément Surprenant :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=125592

Extrait : LA BANNIERE DE LA PAIX de ROERICH

Durant les années 1930, Nicolas Roerich fit des démarches pour la conception du traité Nicolas Roerich pour la culture et la paix. Ce traité fut signé par la suite le 15 avril 1935 à Washington. Ce même traité, en 1954, fut transféré de New York à l'UNESCO à Genève. Par la suite, le traité de Nicolas Roerich servit de modèle pour rédiger le traité de "La Haye" en 1954 qui servira en cas de guerre. De nos jours, ces deux traités sont toujours en vigueur.
[image]
Le symbole de la Bannière de la Paix est composé de trois sphères entourées par un cercle de couleur magenta sur fond blanc.

J’avoue que ce symbole me fait l’effet contraire. Ça ne colle pas avec ce que c’est sensé représenter. On dirait plus un symbole de "radioactivité", genre. Mais ce n’est que moi.

[image]

Partage Shambhala Livre de Nicolas Roerich
par Chelidoine, lundi 06 février 2012, 13:34 (il y a 3536 jours)

Ses peintures lumineuses et bien d'autres livres fort intéressants.

Lien : https://www.editions3m.com/livre.php?ID=5

Extrait : Dans cet ouvrage, Nicolas Roerich dévoile des faits surprenants sur Shambhala, cité légendaire localisée quelque part dans de l'Himalaya.

Lien : https://www.roerich.org/roerich-paintings-selected.php

[image]

ET...
par gédéon ⌂ @, FRANCE, jeudi 22 avril 2021, 07:52 (il y a 173 jours) @ gédéon

La tâche implique d'initier une nouvelle compréhension du rapport entre les mondes. Vous avez devant vous un exemple significatif de ce que l'on nomme Samadhi sans se retirer de la vie. – E Roerich

En vérité, la coopération offre toutes les possibilités, mais il faut comprendre en quoi elle consiste. Les hommes la relèguent souvent à l'écart alors que la coopération est la condition de la vie tout entière. Précisément, la moindre assistance mutuelle s'inclut dans la coopération qui s'étend au Cosmos. Tout regard, toute poignée de main, toute pensée est un signe de coopération s'il est consciemment utilisé. Quelle importance pour les humains de sentir qu'ils engendrent constamment des conséquences ! Comme des titans, ils secouent le monde. Mais qui cherchera à coopérer avec le Monde Subtil ? Où s'inscrit le courage, la sollicitude envers l'Invisible ? Où est la résolution d'aider là-bas alors que les liens terrestres ne sont pas entièrement oubliés, alors que des monstres menacent là aussi, comme ils le font ici ? C'est donc un grand accomplissement de coopérer dans le Monde Subtil. Comme sur terre, il faut appeler les gens et les guider, les défendre vaillamment contre les bêtes féroces et les chiens sauvages. Pareille coopération est vraiment désintéressée. On peut s'entrainer progressivement à se rendre utile dans tous les mondes. – Elena Roerich.

[image]

[image]

147. Dès les débuts de leur existence, les Templiers entretenaient avec les Cathares des rapports étroits
148. Officiellement, l’Ordre du Temple a affiché une neutralité vis-à-vis la croisade des Albigeois
149. Dans les faits, l’Ordre a protégé du mieux qu’il pouvait les hérétiques cathares

« Énigme Sacrée », en page 78 : C’est alors qu’en 1306 le roi de France Philippe le Bel décide soudain de se débarrasser des Templiers. [à qui il doit beaucoup d’argent et qui ne relèvent que du pape]

[image]


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=bBHVSDbHmoM
Philippe le Bel, prélude aux Rois Maudits - Histoire de France épisode 5
41 863 visionnements • 6 mai 2017
Arcana les Mystères du Monde

Après Maurice Druon et les Rois Maudits, tentons de voir la réalité du règne de Philippe IV le Bel et ses descendant au destin tragique. Le complot contre les Templiers, l'affaire de la tour de Nesle, la guerre avec le pape Clement V et la fin de la dynastie des Capétiens.

[image]


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=QYMsZoDe-JQ
Le Procès des Templiers - Cycle Ordre du Temple
12 039 visionnements • Première diffusée le 28 avr. 2021
Arcana les Mystères du Monde

Les templiers étaient-ils coupables ou innocents ? Quelles sont les accusations ? Étaient-ils hérétiques, gnostiques ou encore autre chose ? Avaient-ils un secret ? Nous allons suivre « la chute de l’ordre du Temple », les raisons qui poussent le roi de France « Philippe le Bel » à les arrêter et les tentatives du Pape Clément V pour reprendre la main sur l’affaire.

Il nous faudra suivre le prélude à l’anéantissement du temple, l’arrestation des templiers en France et dans les autres pays d’Europe, puis le déroulé du procès et des aveux des templiers. Notre étude historique va s’étendre sur la période de 1291 (la chute de Saint-Jean d’Acre) jusqu’au bûcher de Jacques de Molay en 1314.

À 0H03’11" du vidéo : Tout commence en 1291 avec la chute de Saint-Jean d’Acre

. Jérusalem est perdu, les Templiers se replient à Chypre, Jacques de Molay devient maître de l’Ordre du Temple en 1292
. Il va tenter sans succès de relancer les croisades
. Un projet de fusion des divers Ordres (5) est dans l’air mais échoue au grand dam de Philippe le Bel, chacun des Ordres ayant leurs propres projets

À 0H10’10" du vidéo : Philippe le Bel veut devenir Rex Bellator (le roi combattant)

. Il vise de reconquérir Jérusalem en fusionnant les Ordres sous sa gouverne, d’en devenir le roi, et de céder la régence de la France à son fils
. Il doit cependant faire face à des émeutes lorsqu’il augmente les taxes et doit trouver refuge chez les Templiers à Paris
. Habitué de voir ses demandes de prêts financiers acceptées, Philippe le Bel va mal recevoir le refus de Jacques de Molay pour sa nouvelle demande
. La perte de la Terre Sainte va causer un énorme préjudice aux Templiers qui ont été créés pour la conserver

À 0H19’59" du vidéo : Le témoignage d’Esquieu de Floyran va préparer l’arrestation des Templiers

. De 1305 à 1307, les pires rumeurs se mettent à circuler sur les pratiques templières, et les soupçons se précisent

À 0H26’51" du vidéo : L’arrestation des Templiers

. Jacques de Molay obtient du pape Clément V une enquête pontificale pour faire la lumière
. Philippe le Bel va précipiter son plan d’arrestation en sollicitant le Grand Inquisiteur de Paris pour accuser d’hérésie les individus puisque l’Ordre relève du pape
. La veille de son arrestation, de Molay assiste aux funérailles de la belle-sœur du roi
. On estime à 138 le nombre de Templiers arrêtés à Paris et à 546 au royaume de France sous 128 chefs d’accusation ; et ça ne comprend pas juste les combattants mais des frères qui ont d’autres tâches au sein de l’Ordre
. Ils n’offrent aucune résistance car ce ne sont pas tous des combattants et pour démontrer leur bonne foi et leur innocence
. Ils vont être détenus dans leurs commanderies à Gisors, à Domme, à Chinon, dans leur Tour du Temple à Paris

[image]

Entrevue avec Philippe Liénard, avocat, franc-maçon, auteur et essayiste, notamment sur les Templiers.

[image]

Lien : https://portail-rennes-le-chateau.com/les-templiers-proces-et-metamorphose-interview-de...

Sur la base de quelques détracteurs et de rumeurs assassines, des 127 chefs d’accusation concoctés par Guillaume de Paris, inquisiteur, et par Guillaume de Nogaret, juriste de formation, pas une seule accusation ne subsistera. Et pourtant, Philippe le Bel y a mis le paquet. L’hérésie est le plus grave des crimes. La sodomie le plus vil car il ravale l’homme au rang d’animal. Aucun monarque ne le suivra. Rien ne tiendra, pas même l’usure… et pourtant… De tous les États de la chrétienté, il n’y aura de condamnés à mort qu’en France et que dans le comté de Provence, appartenant alors au roi de Naples et de Sicile, Charles II. Partout pourtant, les Templiers, avec plus ou moins de zèle, seront arrêtés, c’est-à-dire, pour être exact, une petite partie d’entre eux, les plus vieux, les plus faibles, de nombreux servants et sergents, et des commandeurs non informés, outre, c’est vrai, quelques dignitaires, mais peu, même si l’un d’entre eux entrera dans une légende que jamais il n’aurait pu prévoir, et si on lui prêtera des paroles non prononcées comme l’a romancé Maurice Druon par exemple dans ses « Rois Maudits ». Les Templiers arrêtés furent soit brûlés vifs notamment à Paris en 1310 par de Marigny qui finira à Montfaucon. D’autres ont péri en prison. Plus de six cents membres du Temple furent cuisinés encore et encore, sur la base d’un document nouveau pour l’époque, un formulaire type, telle réponse conduisant à telle suite et pas forcément à la question suivante. Les minutes du procès retrouvées mal classées naguère de même que le parchemin de Chinon de 1309 au Château Saint-Ange à Rome sous un numéro de référence erroné, ont abondamment servi à voir clair dans les écrits en tous sens.

[image]

« Corpus Deae », Anton Parks, (pp.264-269)

Parks explique que pour assainir ses finances, Philippe IV le Bel va vouloir spolier les biens de l’Église, va lever des impôts, va saisir les biens de 100 000 Juifs, va s’en prendre aux Templiers par une propagande diffamatoire, des rumeurs, des bruits de couloir, l’espionnage, mettant en vedette l’idolâtrie, l’hérésie. L’Inquisition va se faire un plaisir de torturer les Templiers dans des lieux secrets.

On peut y voir la recette d’aujourd’hui des Macron (France), Sinclair-Castro (Canada) et Legault (Québec).

150. Il « élimine » deux papes, Boniface VIII et Benoît XI, et met le sien, Clément V, sur le trône papal
151. Vendredi 13 octobre 1307, arrestation des Templiers dans toute la Chrétienté
152. Les Templiers possédaient six commanderies près de Rennes-le-Château
153. Ceux de la commanderie de Bézu vont échapper au raid de Philippe le Bel

« Énigme Sacrée », en page 96 : En 1153, donc, un seigneur de la région partisan des Cathares devient grand maître de l’Ordre du Temple. Il s’appelle Bertrand de Blanchefort et sa demeure ancestrale est située au sommet d’une montagne, à courte distance de Bézu et de Rennes-le-Château. […] Au cours des quelques années qui ont suivi la création des Templiers, Bertrand de Blanchefort, après avoir rejoint leurs rangs, leur a donné des terres dans les environs de Rennes-le-Château et de Bézu.

154. André de Montbard (oncle de saint Bernard), conseiller de Bertrand de Blanchefort
155. Devenu grand maître, de Blanchefort fait venir en 1156 des mineurs parlant l’allemand
156. Ils auraient creusé une crypte pour servir d’entrepôt dans la montagne de Blanchefort
157. En 1285, le seigneur de la région fait venir un détachement spécial de Templiers

« Énigme Sacrée », en page 97 : Si l’on en croit la tradition locale, ces Templiers supplémentaires vinrent du Roussillon avec plusieurs objectifs possibles ; exploiter, enterrer ou surveiller un trésor.

158. Wolfram von Eschenbach disait d’eux qu’ils étaient les gardiens du Graal
159. Sous la férule du seigneur de Goth, ils bénéficient d’une immunité le 13 octobre 1307

« Énigme sacrée », en page 97 : Goth… Avant de monter sur le trône pontifical sous le nom de Clément V, l’évêque de Bordeaux, simple pantin entre les mains de Philippe le Bel, avait pour nom Bertrand de Goth. Et quelle était sa mère ? Ida de Blanchefort, de la famille de Bertrand de Blanchefort. (Antoine Bigou, Marie de Blanchefort, Béranger Saunière, Rennes-le-Château)

« Énigme Sacrée », en page 98 : Comme on le voit, la simple histoire de cette petite communauté locale de Templiers [Bezu] est aussi chargée d’énigmes que l’ensemble de leur destinée.

160. Philippe le Bel convoitait le trésor des Templiers qui, toutefois, lui échappe
161. Dix-huit galères de l’Ordre au port de La Rochelle vont s’évanouir avec leur cargaison

[image]

Entrevue avec Philippe Liénard, avocat, franc-maçon, auteur et essayiste, notamment sur les Templiers.

Lien : https://portail-rennes-le-chateau.com/les-templiers-proces-et-metamorphose-interview-de...

La fin de l’Ordre de facto, c’est 1307, sur [la] base d’un coup de filet orchestré par les polices de manière spectaculaire d’organisation, bien que le projet fut éventé et connu du Temple. La preuve : l’essentiel avait disparu le 13 octobre 1307, les Templiers les plus importants s’étaient volatilisés, et les pauvres Templiers arrêtés le furent sans fuir, encore au lit ou prenant leur petit déjeuner. Il n’y eut aucune résistance en France, comme si ce qui se passait était prévu. La fin juridique du Temple, c’est 1312. Sa fin morale à l’époque, c’est le bûcher de 1314 sur l’île aux Juifs. Il y a pour la suite deux écoles. Celle qui consiste à prétendre qu’excepté quelques Templiers qui ont pu se cacher ou disparaître, c’en fut fini. Et l’autre, ayant nécessité de lourdes recherches, qui parvient à mettre en évidence plusieurs pistes, celle d’un départ outre-Manche ou outre-Atlantique. Les éléments ne manquent pas. Outre, bien sûr, le refuge que [de nombreux Templiers] ont pu trouver auprès d’autres Ordres dont ceux des Hospitaliers, du Christ, de Calatrava, de Montesa, dans les régions ibériques et en Écosse. Les documents ne manquent pas. Mais application du principe du rasoir d’Ockam, entre deux solutions, celle qui semble la plus simple à l’esprit humain l’emporte. Il est plus apaisant d’imaginer l’Ordre mort, qu’un Ordre métamorphosé et ayant survécu à lui-même dans la diversité en plusieurs directions. Pourtant, tout est sous nos yeux. Encore une fois, c’est au-delà du voile et des apparences que la lumière se situe. Les Templiers ont semé cailloux et énigmes. Ils ont laissé une trace, un esprit, une mouvance d’idées. Elle n’est pas éteinte. Elle ne peut l’être car on n’éteint pas le feu régénérateur.

[image]

162. Des procès débutent ; il est question de l’adoration d’un dieu du nom de Baphomet

« Énigme Sacrée », en pages 85-86 : Mais, contrairement à ce quepeuvent penser certains historiens, le nom de « Baphomet » n’est pas une déformation de celui de « Muhammad », mais plutôt du nom arabe « abufihamet », prononcé en maure espagnol « bufihimat ». qui signifie « père de la compréhension », « père de la sagesse », « père » en arabe impliquant la notion de « source ». Si telle est l’origine de Baphomet, ce nom ferait probablement référence à quelque principe divin ou surnaturel.

[image]


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=LAbPT0PIRl8
Baphomet, une idole occulte
59 879 visionnements • Première diffusée le 8 sept. 2021
Arcana les Mystères du Monde

Baphomet, qui es-tu ? S’agit-il d’une idole satanique, d’un symbole gnostique, ou d’une relique vénérée par les Templiers ? Aujourd’hui, je vous invite à plonger dans les mystères du Baphomet, nous allons retracer ses origines avec les différentes sources qui le mentionnent et nous poursuivrons avec l’énigme de l’idole templière ou baphométique. Dans une seconde partie, nous traiterons de la représentation moderne du Baphomet, qui fut créée par Éliphas Lévi au 19e siècle, mais nous ferons également des digressions avec d’autres symbolismes équivalents, notamment dans le Tarot (avec l’Arcana 15, le Diable), mais aussi avec le Phanès de l’orphisme. Le Baphomet fut-il vénéré lors de rituel occulte par les templiers, les francs-maçons, ou encore d’autres sociétés secrètes à travers le temps ? Nous allons tenter de répondre à ces questions en exhumant les différents textes qui mentionne ces hypothèses, entre Léo Taxil, Albert Pike ou encore Aleister Crowley, les réponses sont bien différentes. Pour finir, nous présenterons le symbolisme associé au Baphomet et toutes les Arcanes Occultes que les occultismes ont vus à travers lui.

Les Templiers eux-mêmes ne nommaient pas leur idole « Baphomet ».

Dans l’introduction, il fait un survol des différentes associations qu’on peut adjoindre au terme « Baphomet ». Je retiendrai les plus plausibles, soit les notions de baptême, de sagesse (gnose), de Paraclet (baptême gnostique de feu), de divinité des gnostiques, liées à l’Égypte.

« Les templiers et les francs-maçons remontent, selon lui [M. de Hammer - 1863] jusqu’au gnosticisme, ou du moins certains usages ont été transmis par les gnostiques aux templiers, et par ceux-ci aux francs-maçons. »

À 0H07’30" du vidéo : Étymologie et symbolisme de « Baphomet »

Étymologie :

. Déformation linguistique qui origine du prophète Mahomet
. Baptême de sagesse ou vie-lumière-sagesse
. Nom d’un port de Chypre
. De l’arabe : Père de la compréhension ou la bouche du Père

Symbolisme :

. Une idole païenne
. Un symbole gnostique d’initiation à la sagesse issu de l’Antiquité
. Un symbole sataniste

À 0H09’55" du vidéo : La nature de l’idole des Templiers

. Sur les 138 Templiers arrêtés à Paris, seulement 8 évoquent une idole aux représentations variables
. L’idole est une « tête » dénommée « Sauveur », dont la description varie selon les témoignages
. Baphométique signifiait à cette époque « fausses idoles », « faux dieux »
. Le diable du portail de l’église de Saint-Merri, qui date du XIXe siècle, mais qui correspond à l’idée moderne que l’on se fait du Baphomet
. Une tête momifiée qui pourrait appartenir soit au fondateur de l’Ordre Hugues de Payns, soit à Jean le Baptiste
. Divers objets dits baphométiques, de tradition gnostique, hermétique, avec des inscriptions arabes

À 0H26’42" du vidéo : L’idole des occultistes au XIXe siècle

. L’image du Baphomet telle qu’on la connaît, est une création d’Éliphas Lévi en 1854

[image]

[image]

Lien Complément Surprenant :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=150517

Extrait : Alphonse Louis Constant (1810-1875), était un abbé qui s'est fait emprisonner pour avoir prôné une doctrine différente de l'Église romaine. Après sa libération, il se fit déclarer mort afin qu'on ne le retrouve, et il se mit à écrire sous le pseudonyme d'Éliphas Levi. L'abbé Constant était un Maître de la Cabale et il en démystifia le sens. C'est dans son livre « Transcendental magick » qu'on voit pour la première fois l'image de Baphomet. Cette représentation de Baphomet par Éliphas Levi dans son livre Dogmes et Rituels de la Haute Magie (Dogmas and Rituals of High Magic) est devenue la représentation visuelle « officielle » du Baphomet. En 1861, l’occultiste français Éliphas Levi inclus dans son livre Dogmes et Rituels de la Haute Magie un dessin qui allait devenir la plus célèbre représentation de Baphomet : une chèvre humanoïde ailée avec une paire de seins et une torche sur sa tête entre ses cornes. Elle comprend également plusieurs autres symboles ésotériques se rapportant aux concepts ésotériques incarnées par le Baphomet…

[image]

Certains ont voulu voir dans ce mot l’association de Saint Jean-Baptiste à Mahomet sous la forme [BAP]TISTE-MA[HOMET] ; Prenant en compte les deux sources de traditions, chrétienne et musulmane.

[image]

. Elle va faire du chemin et des petits
. Comment avec Léo Taxil à la fin du XIXe siècle, et de façon fallacieuse, la figure du Baphomet va devenir un symbole sataniste

Ce n'est pas la première fois qu'on détourne des symboles, des vérités...

[image]

. Pour Aleister Crowley, le Baphomet des Templiers représentait le « Père Mithras », le Christ pierre angulaire de l’Église
. Au XXe siècle, les courants satanistes vont s’approprier le symbole du Baphomet

Dans le fond, comme les Nazis se sont appropriés la croix gammée, le svastika.

À 0H37’37" du vidéo : L’idole des satanistes (trois courants satanistes)

. L’association avec le « bouc »

À 0H42’55" du vidéo : L’idole ésotérique

. L’archétype du dieu cornu, l’association avec « Cernunnos » le dieu celtique, les faunes ou satyres des mythologies grecques et romaines, le dieu Pan, Apis chez les Égyptiens, Enkidu (l’homme sauvage) dans l’épopée de Gilgamesh

On revoit différents dieux cornus associés avec Merlin, Horus, Osiris. Ajoutons maintenant avec la fameuse "Pierre" et "Pan", "Peter Pan"... ! Parce que c'est aussi une quête d'immortalité, la quête du Graal.

. Les cornes représentent aussi des sortes d’antennes avec les forces célestes dans les sociétés celtiques, germaniques, chez les Vikings, les Étrusques
. Un lien à faire avec l’Abraxas de la fraternité gnostique des Basilidiens, symbole utilisé par les Templiers
. Il a pu servir de modèle pour le Baphomet d’Éliphas Lévi
. De même avec le Phanès grec
. Le Baphomet est une sorte de construction syncrétique moderne d’un archétype qui provient de l’Antiquité

[image]

« Énigme Sacrée », en page 80 : D’autres accusations, des plus vagues, pèsent contre eux, celles d’infanticide, d’avortement, d’homosexualité, de pratiques obscènes lors des cérémonies d’initiation ; et, les plus graves, à peine vraisemblables, dans le cas de ces soldats du Christ qui ont combattu les Infidèles et offert leur vie pour leur foi, celles d’avoir renié leur Dieu et craché sur la croix.

« Corpus Deae”, Anton Parks, (p.269)
[image]
Représentation faite par Eliphas Lévi
Au procès des Templiers, on associe leur « Baphomet » au satanisme pour les condamner.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 285 : Peu de gens semblent avoir replacé le Baphomet dans son contexte primitif, à savoir celui de l’Égypte ancienne

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 286 : Le Baphomet ne représentait pas une simple idole pour les Templiers, mais plutôt un puissant symbole provenant de la gnose égyptienne. […] …le Baphomet représente la déesse égyptienne Bat forme protectrice d’Hathor (déesse qui mélange à la fois Isis et Nephtys).

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 135 : Un seul objet permettait de rester en lien avec le divin et formait une divine protection contre les forces du mal, il s’agit de la tête de Bat, véritable talisman protecteur de la Sainte Vierge Isis-Hathor, mère du Christ égyptien Heru (Horus).

[image]
Voici le talisman Bat, le Baphomet des Templiers avec ce qui ressemble à une barbe que Parks décrit comme le nœud d’Isis, le nœud Tit.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 134 : Seuls les hauts dignitaires, en relation avec la royauté égyptienne, portaient le talisman Bat. Nous démontrerons plus loin que les initiés Templiers l’arboraient également.

« Corpus Deae », Anton Parks, (p.208)
[image]
La Papesse affiche les cornes d’Hathor, Isis / Nephtys (cornes du Baphomet templier)

Dans « Corpus Deae », Anton Parks décortique amplement la déesse Bat, i.e. le Baphomet des Templiers. Sont liés à Bat : Nag Hammadi, l’Esprit Féminin (Saint-Esprit).

« Énigme Sacrée », en page 88 : Bref, quelle que soit la signification de ce « culte de la tête », l’Inquisition y attache, elle aussi, une grande importance. À preuve, la liste des charges dressées à son encontre le 12 août 1308 :

« Item, que dans chaque province ils avaient des idoles, particulièrement des têtes…
Item, qu’ils adoraient ces idoles…
Item, qu’ils disaient que la tête pouvait les sauver.
Item, que [elle pouvait] les rendre riches…
Item, qu’elle pouvait faire fleurir les arbres.
Item, qu’elle faisait germer la terre.
Item, qu’ils entouraient ou touchaient chacune des têtes de ces idoles avec des petites cordelettes qu’ils portaient eux-mêmes entre leur chemise et leur chair. »

[image]
Exactement comme sur la poitrine du noble de la statue égyptienne.

Or, il semble que cette allusion à des cordes ait une relation directe avec les Cathares qui, disait-on, portaient sur eux une cordelette sacrée, plus surprenante encore est l’énumération des prétendus pouvoir de la tête… qualités qui lui sont attribuées en propre dans les romans du Graal.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 293 : …le roi Narmer porte quatre têtes de Bat-umet ("Bat liée, ficelée"), attachées à sa ceinture par des cordelettes ! Les Templiers portaient une petite ceinture consacrée au préalable, ayant été en contact avec le Baphomet.

Wikipédia : La palette de Narmer ou grande palette de Hiérakonpolis est une palette à fard datée du XXXIIe siècle avant notre ère portant parmi les plus anciens hiéroglyphes connus. Les inscriptions relatent l'unification de la Haute et de la Basse-Égypte par le roi Narmer. Elle est conservée au musée égyptien du Caire.

[image]
On peut voir les quatre têtes de Bat sur sa culotte.

« Énigme Sacrée », en page 86 : Tous les témoignages s’accordent à reconnaître qu’une tête intervient dans les cérémonies des Templiers, et qu’on la retrouve régulièrement dans les comptes rendus de l’Inquisition.

163. L’une des phases du processus alchimique se nomme « caput mortuum » (tête morte) ou « nigredo » (noircissement)
164. Une tête de femme revient dans les rapports de l’Inquisition qui suivent les arrestations
165. Elle porte l’inscription « CAPUT LVIIIm » et est associée à Yse, dérivé d’Isis

Pour l’anecdote, on retrouve le « 58 » et le signe de la Vierge

« Énigme Sacrée », en page 87 : Cette « Caput LVIIIm » (« Tête 58m ») reste par conséquent une énigme, à moins que la lettre « m » ne soit en réalité le signe utilisé pour le symbole astrologique de la Vierge ♍︎ qui, stylisé, présente quelque similitude. Mais cette fameuse tête figure encore dans une autre anecdote curieuse, traditionnellement associée aux Templiers, et qui vaut elle aussi la peine d’être narrée dans l’une de ses nombreuses variantes :

"Un Templier, seigneur de Sidon, aimait une grande dame de Maraclea ; mais celle-ci, mourant en pleine jeunesse, lui fut brutalement arrachée. La nuit même de son inhumation, le chevalier, fou d’amour, se glissa jusqu’à sa tombe, l’ouvrit et assouvit son désir sur le corps privé de vie. Une voix alors s’éleva des ténèbres, lui disant de revenir neuf mois plus tard, pour recueillir le fruit de ses œuvres. Le chevalier obéit à cette injonction, et, lorsque le temps se fut écoulé, il ouvrit de nouveau la tombe ; entre les tibias du squelette, il trouva en effet une tête. "Ne t’en sépare jamais, dit la même voix, car elle te procurera tout ce que tu peux souhaiter." Il l’emporta avec lui et à partir de ce jour, partout où il alla, dans tout ce qu’il entreprit, la tête fut son génie protecteur et lui fit accomplir des prodiges, avant de devenir propriété de l’ordre."

« Corpus Deae », Anton Parks, (p.276)

. Même histoire racontée par Parks mais avec des variantes
. L’auteur serait Gautier Map (Walter Map dans « L’Énigme Sacrée »)
. La tête magique pétrifie les ennemis (mythe de Méduse, suite à la décollation d’Isis)
. Ça serait une allégorie d’une opération alchimique dite « Caput Mortuum » (tête de mort)

Wikipedia : Gautier Map (en anglais Walter Map), né vers 1140 et mort vers 1208-1210, est un homme d'église et écrivain anglais du Moyen Âge. Un seul ouvrage lui est attribué avec certitude : De nugis curialium (vers 1180), mais il est principalement connu pour l'attribution fictionnelle qui lui a été faite du cycle du Lancelot-Graal (Lancelot en prose).

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 277 : On l’aura compris, tous ces éléments alchimiques se retrouvent dans les épisodes relatifs à la décapitation d’Isis et à la Mort et Résurrection d’Horus-Marduk disponibles dans les archives égyptiennes et mésopotamiennes.

« Énigme Sacrée », en page 88 : Mais les propriétés magiques de cette tête, telles que les pressentait plus haut l’auteur de l’anecdote, peuvent évoquer aussi celle de Bran le Bienheureux dans la mythologie celte et les « Mabinogion ». Remarquons dans cette hypothèse que son chaudron magique, réceptacle mystique que lui envient les dieux, sera identifié à maintes reprises comme l’équivalent païen du Saint Graal.

« Corpus Deae », Anton Parks, (p.273)

. On retrouve la tête de Bran le Béni, du conte celtique irlandais « Mabinogi » et le Chaudron de la Résurrection

---
LIENS DOSSIERS : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=197807

P(3)58

  1507 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

193020 messages dans 39198 fils de discussion, 1011 utilisateurs enregistrés, 73 utilisateurs en ligne (1 enregistrés, 72 invités)
Temps actuel sur le forum : 07/07/2022, 09:22
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum