Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

L'ÉNIGME SACRÉE / CORPUS DEAE / PRÉSENTATION 2

par panthère58, vendredi 06 août 2021, 12:59 (il y a 368 jours) @ panthère58

:-) L'ÉNIGME SACRÉE / CORPUS DEAE / PRÉSENTATION 2


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=VAExQqAPj_I
Enseignement ésotérique : Les Vierges-mères, les Vierges noires et les apparitions mariales.
31 739 visionnements10 oct. 2018
Deseille Michel

Toutes les civilisations anciennes vénéraient la Déesse-Mère, la mère universelle. Puis les religions monothéistes ont étouffé le sexe féminin. Mais celui-ci est revenu avec le culte de la Vierge Marie et l'engouement au Moyen-Âge pour les Vierges noires, liées au monde souterrain et à l'Alchimie. Avec les échéances apocalyptiques aux XIXe et XXe siècles, la Vierge Marie est apparue des dizaines de fois pour délivrer un message de repentir et d'espérance. Demain, le retour du Féminin sacré !

À 0H05’04" du vidéo : En recoupant les mythes, c’est la même Déesse-Mère sous des noms différents

. Donc, un culte universel

À 0H09’25" du vidéo : L’archétype de la Déesse-Mère, c’est Isis

. Avec les Empires grecs et romains, le culte d’Isis s’est retrouvé un peu partout et en Gaule
. Les fouilles archéologiques témoignent de ce culte avec des statuettes d’Isis
. Même à Paris = Par Isis
. La Vierge Marie reprend les attributs d’Isis, de la Déesse-Mère
. Le Saint-Esprit serait la contrepartie féminine de la Sainte Trinité du christianisme

[image]

[image]
Anton Parks, Éd. Nouvelle Terre, 2009

En page 122 : Le lecteur se souviendra de ce qui a été relevé dans mes ouvrages précédents : ce Saint-Esprit symbolise le pouvoir des "planificateurs", celui qui permet de donner naissance via la technologie des Elohim (planificateurs) et donc sans rapport sexuel.

En page 127 : Le mythe de la Vierge Marie n'a pas été inventé par les judéo-chrétiens. De nombreux indices nous informent que son origine est assurément égyptienne.

[image]

En page 141 : texte sous la figure # 29 et dont l’image que j’ai trouvée ci-haut s’apparente à celle de l’essai : Meri (Isis), et Meri-Miktal (Nephtys) possèdent les mêmes attributs que les Marie et Marie-Madeleine du Nouveau Testament. La première est la sainte mère qui accouche du Messie, alors que la seconde est regardée comme la maîtresse de ce dernier. Sur cette scène, Isis et Nephtys sont autour du Yuef ("corps") de Sa’am ("l’assassiné"), à savoir Osiris qui prend la forme de Horus. Notez encore l’oiseau présent au-dessus du corps, qui figure le Saint-Esprit des judéo-chrétiens. Temple de Dendérah.

Extrait pp.155-156 : De son côté, l’onction que l’on retrouve dans les rituels judéo-chrétiens relève plutôt d’un geste liturgique qui consiste à appliquer de l’eau bénite sur la tête d’une personne ou d’un objet. Dans la Bible, un être oint est une personne qui a reçu l’onction des prêtres pour être roi, prophète ou libérateur. Jésus-Christ revendique d’ailleurs le titre d’"oint", comme en témoigne Luc 4:18 : "L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a consacré par l’onction". Il s’agit ni plus ni moins de l’onction du Saint-Esprit, dont nous savons qu’il symbolise la Mère divine. […] La mère, comme l’image du père et comme son propre fils, pouvait porter le titre de Mesi. La mère, l’enfant, et la divine statue du dieu mort, sont indissociables, car ces trois acteurs symbolisent la divine triade : la mère, le fils et le père, précisément "recyclée" en Sainte Trinité par les judéo-chrétiens.

Extrait de sa conférence sur "Le Grand Monarque à l'Ère du Verseau" de la Salle 811 du Club CRÉÉE. Encore une fois, l'Égypte, Isis est en évidence...

[image]

Maurice Poulin : C’est un texte [de Nostradamus] qui est un hommage au principe féminin à l’état pur. Il associe à ce principe féminin des concepts qui sont directement associés à la Vierge Marie du christianisme. Et ça va même juste qu’à dire qu’il y a un principe de sagesse éternelle associé à cette déesse féminine, Isis, qui était une préfiguration de la Vierge Marie, qui était en quelque sorte un prototype de ce qui est devenu éventuellement le Saint-Esprit [affectué] de l’Église catholique romaine.

Richard Glenn : Oui, parce que t’as le père, Dieu le Père, Dieu le Fils, le Jésus, mais le Saint-Esprit a remplacé Dieu la Mère.

Maurice Poulin : Et ça, ç’a été une trahison qui est survenue probablement au Concile de Constantinople… Malgré que dans l’Évangile, le proto-évangile de Thomas, on parlait de la mère céleste, carrément, noir sur blanc. Et sachant que la mère céleste était finalement reliée à la déesse Isis, j’ai regardé la mythologie d’Isis, et je me suis aperçu que, finalement, ça rejoignait le principe du Saint-Esprit, ça rejoignait le principe de la bonne mère associée à la Vierge Marie, mais aussi et surtout, à toute une série d’énergies qui sont bleues, c’est-à-dire, tous les soleils bleus de l’univers ou qui tendent vers le bleu, ont un lien avec cette énergie subtile qui est l’énergie de l’Esprit. Et de concert avec l’énergie du Seigneur des Seigneurs, qui est la couleur jaune, ça donne quoi le bleu et le jaune, ça donne la couleur verte du Saint-Esprit. Autrement dit, on pourrait dire que l’Esprit pur, bleu, évidemment pour nous ici sur la Terre est indissociable du jaune. Donc, c’est pour ça qu’on va dire que l’Esprit est vert. Mais, en réalité, cosmiquement, il est bleu. […] …mais l’espérance associée à une sincérité totale et surtout, c’est un message de la déesse Isis de la tradition égyptienne, elle était reliée à l’unité de la famille, tant biologique qu’humaine, la non-violence et un esprit de participation à la nature.

Et quelques points notables de la Salle 811 avec Maurice Poulin :

. Le Grand Monarque : un protecteur de l’Humanité, monarchie universelle
. Aurait voulu le titre : Le Couple Messianique du Verseau, mais pas subtile pour une diffusion internationale
. Grand Monarque avec l’énergie féminine de paix, d’amour et de partage

La notion de "protecteur de l'humanité" est hyper importante. C'est ainsi que l'on décrit Enki / Osiris, ressuscité en Horus.

Grand Monarque : un protecteur de l’Humanité

Ça correspond à Enki, Osiris, Horus. Ça va à l’encontre des sommations de COP15 contre l’Humanité, et de toutes les remontrances faites à l’égard de celle-ci par toutes sortes d’E.T.

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en pp.381-387 : L’assassinat d’Osiris cachait une volonté de briser le nouveau code royal instauré par les deux jumeaux célestes Isis et Osiris. Il est bien évident qu’Osiris était trop près du peuple. Sa vision moderne des choses, qui prévoyait de partager le savoir et la technologie avec l’humanité ne pouvait intéresser ses pères de la "lignée divine". La peur de perdre le contrôle sur l’humanité, comme du fait que celle-ci possède les secrets divins, sont des thèmes très présents dans l’ensemble de l’Ancien Testament et dans les chroniques sumériennes et égyptiennes. Le réveil qu’imposait Osiris à l’humanité mettait en péril le système monarchique de la "lignée divine". […] Osiris-Enki incarnait le bienfaiteur de l’espèce humaine. […] L’assassinat d’Osiris-Enki a sonné le glas d’une époque salutaire et d’un rêve perpétuel : celui de la libération de l’humanité. […] La religion judéo-chrétienne a transformé cet assassinat en sacrifice rédempteur à travers le sacrifice du bouc émissaire et celui du Christ. Comme nous l’avons démontré, le Christ Jésus, personnage ô combien emblématique, peut-être même historique, mélange pourtant les caractères d’Osiris et d’Horus. […] Nous l’avons amplement démontré – comme personne ne l’avait fait auparavant : nous sommes les témoins d’un véritable enterrement de l’épopée osirienne, dont le seul but est de promouvoir une nouvelle version, totalement réécrite, de l’histoire de l’humanité. […] Au risque, donc, de me répéter, ce qui a présidé à la biographie d’Horus semble définitivement avoir été astucieusement dupliqué et transposé dans le temps – et c’est là une chose indéniable. […] C’est bien le contrôle de l’histoire qui est l’arme millénaire absolue, celle qui façonne les comportements et assujettit ainsi l’homme à la tyrannie des Cercles de pouvoir. En occultant l’assassinat d’Osiris et en manipulant les faits historiques qui servaient de fondation aux cultes des mystères égyptiens, les scribes et le clergé bâtirent de fait une nouvelle fiction religieuse, sur laquelle se construisit l’ensemble de notre civilisation judéo-chrétienne. Le crime était ainsi presque parfait…

Dans la Salle 812 du Club CRÉÉE, Maurice Poulin nous révèle que ses recherches l'ont amené à développer une vision d’Isis Hathor, incarnation pré-chrétienne de la femme de l’Apocalypse, Reine du Midi.

[image]


Lien vidéo Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=wvSysWsZcN8
VOR180106 2018 - suite de 1991 avec Maurice Poulin et Richard Glenn
3 542 visionnements Diffusé en direct le 6 janv. 2018
OrandiaTV

Lien du Complément Surprenant : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=150285

À 0H08’16" du vidéo : Uranus, avant-gardisme dans le thème de Jésus

Maurice Poulin : Jésus n’arrêtait pas de parler de choses en relation avec le devenir de l’humanité : « voici, je fais toute chose nouvelle »

Exactement en relation avec cet extrait de l’essai « Le Testament de la Vierge » d’Anton Parks (pp.381-387), qui se trouve plus haut lorsque Maurice Poulin décrit le Grand Monarque comme le protecteur de l’humanité.

À 0H09’30" du vidéo : Spica (Alpha de la constellation de la Vierge) et Dionysos

Voir plus bas avec Michel Deseille et le lien de baltazar10668 sur la constellation de la Vierge reproduite au sol avec des cathédrales dans le Nord de la France.

Dans la partie 3 de ma « Présentation », il est question de Dionysos. Et Maurice Poulin en parle plus abondamment dans son livre.

À 0H13’29" du vidéo : Revue « Nexus » : Astrologie / C’est prouvé !

À partir de la page 340 de son essai « Le Testament de la Vierge », Anton Parks explique pourquoi l’astrologie fonctionne sur l’être humain. En page 345 : L’énergie cosmique est partout. Il est bien clair qu’elle a une influence sur les constellations et les planètes, ce qui nous renvoie à l’astrologie dont nous parlions plus haut. Comment la position des planètes à sa naissance peut-elle influencer le caractère et la vitalité d’une personne ? Parmi toutes les théories connues à ce jour, celle qui expliquerait que la position des astres modulerait les rayons cosmiques et le champ magnétique terrestre – qui auraient, selon les mouvements, une influence différente sur l’énergie vitale – prend un tout autre sens à la vue du fonctionnement hypothétique de la pyramide « Bit-Râ-Hem », "Hathor, lumière du roi Heru". L’influence dominante serait déterminée au moment de la naissance. Cela fixerait la configuration énergétique de base de l’individu, c’est-à-dire les fréquences avec lesquelles il est en résonance.

À partir de 0H48:48 du VidéOrandia : Référence à François Ier, Reine de Sagesse, du Midi, du Saba, Reine messianique

À écouter Maurice Poulin sur la position de Vénus en Lion et de Pluton en Scorpion dans les constellations, ça me fait penser à Nephtys (Marie-Madeleine) et Osiris, roi des morts (Horus).

« La Dernière Marche des Dieux », Anton Parks, en page 34 : Osiris achevait son rôle dans le mythe de la royauté et descendait dans le monde du bas pour devenir le dieu des morts. Mais sa résurrection sous la forme de son fils posthume, Horus, redonna espoir à l’humanité.

Extrait du Complément Surprenant :

Si le thème prophétique du Grand Monarque est bien connu, il en va tout autrement de celui de la Grande Mère. Clairement énoncé dans l’hindouisme, ce thème est également présent dans les textes de Nostradamus… Il fallait fouiller et trouver !

En 1989, l’auteur prit connaissance d’une citation cruciale du Shambhala oasis de lumière de l’auteur Andrew Tomas, extraite du Kalki Purana, équivalent hindouiste de l’Apocalypse de Jean de Patmos… Cette citation indique clairement la manifestation messianique attendue pour notre époque par les hindouistes. Elle concernait non pas un homme seul, mais bien un homme et une femme.

Son de cloche analogue dans l’authentique christianisme où Jésus annonça, pour la fin des Temps, LA MANIFESTATION CONJOINTE D’UN NOUVEAU SALOMON ET D’UNE NOUVELLE REINE DU MIDI…La Genèse indique que Dieu est à la fois homme et femme, dans le verset 27 : « Et Dieu créa l’homme, l’Humanité, à son image ; il le/la créa à son image; homme et femme il les créa. » De grands moments de lecture en perspective pour celles et ceux qui ne peuvent plus supporter une interprétation aussi réductrice que phallocrate de leurs Écritures sacrées respectives. La Grande Mère et le Grand Monarque seront les messagers du Verseau, idée novatrice de l’auteur dans la recherche identitaire du nouveau Messie.

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en page 140 : Pourquoi ? Parce qu’Isis et son frère Osiris étaient regardés comme des amants cosmiques, ceux qui étaient censés pouvoir soigner la Terre de ses maux.

On a donc là, le couple messianique de Maurice Poulin sauf que c’est Nephtys (Marie-Madeleine) qui est, en fait, l’âme jumelle d’Horus (Osiris ressuscité).

[image]


Lien vidéo Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=s2onyk2S-vw

VOR180324 Astrologie 2018 avec Maurice Poulin
3 012 visionnements Diffusé en direct le 24 mars 2018
OrandiaTV

Lien du Complément Surprenant : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=151595

À 0H07’24" du vidéo : « La Grande Mère et le Grand Monarque – Messagers du Verseau »

. Le Grand Monarque et sa parèdre

À 0H10’26" du vidéo : Donald Trump et David contre leur Goliath respectif

Et si la fronde de David était sa glande pinéale, la pierre incandescente du Graal, la pierre au front de Lucifer, d’Horus ?

À 0H29’19" du vidéo : Le Sud des États-Unis et le « Bible Belt »

Toute chose étant égale, à leur propre niveau, on retrouve la même « naïveté » vis-à-vis de la Bible chez des ésotéristes ou exégètes.

À partir de 0H35:36 : Saint-Esprit = Principe féminin

Maurice Poulin : Parce que, selon moi, le Vatican connaissait depuis très longtemps, dès l’époque de Nostradamus, tu te rappelles Richard à notre émission de janvier, on a montré à l’écran l’extrait de son almanach où il parlait carrément dans la prière « au nom du Père et du Fils et », il ne parlait pas du Saint-Esprit, il parlait de la « glorieuse vierge mère… ? » une francisation d’un latinisme « Intemeratus », sans souillure, pure, sans tache, dont la Vierge immaculée céleste… on parle d’une femme spirituelle qui influence le principe féminin. […] Donc, le Saint-Esprit, finalement, n’est rien d’autre que la Mère céleste dont on a enlevé le nom.

Lien : http://www.dicolatin.com/FR/LAK/0/INTEMERATA/index.htm
Extrait « Intemeratus » : non profané, non souillé, non déshonoré voir: inviolé, non gâté, (pur, sans tache)

[image]
Anton Parks, Éd. Nouvelle Terre, 2007

En page 359 : La célébration égyptienne de la résurrection du roi défunt à travers son fils était opérée par des déesses-prêtresses qui portaient la croix ansée. Les deux KIR-IŠ-TI "fils ardent de la vie" Osiris et Jésus connurent la résurrection à laquelle participèrent activement des saintes, respectivement Isis et Nephtys ainsi que Marie et Marie-Madeleine. Ces êtres féminins représentent l’Esprit Saint, le Saint-Esprit des judéo-chrétiens…

En page 480 : Il est indiqué sur la 12e tablette de l’Épopée de Gilgameš que les flots "sur la quille du bateau d’Enki se déversaient comme une ruée d’oiseaux". Les oiseaux qui encerclent la charpente du bateau nous suggèrent les deux déesses Isis et Nephtys qui se transforment en oiseaux pour escorter la barque divine. La transformation des deux déesses en oiseaux est à mettre en relation avec le renouveau de l’âme et de la lumière, l’oiseau étant le symbole de la résurrection en Égypte. Il représente le Saint Esprit chez les chrétiens. L’idéogramme égyptien pour la mère es "Mut", le vautour blanc. On l’utilisait également pour désigner la Déesse-Mère par excellence, la maîtresse du ciel, la mère du soleil ou encore la Mère des Mères, ce qui la rapproche d’Isis et d’Hator.

En pages 489-490 : De plus, nous remarquons que la description mésopotamienne de la sainte trinité suit le même ordre que celle des chrétiens, à savoir le Père, le Fils et le Saint Esprit (la Mère volontairement escamotée par l’Église chrétienne). Nous sommes désormais en mesure de comparer la trinité égyptienne que nous avons relevée dans le dossier précédent (Râ-Osiris = Père / Horus = Fils / Isis = Mère) à celle de Mésopotamie (Indugud-Kingù = Père / Anunna = Fils / Liltith-Lílitu = Mère). Le lecteur pourra par conséquent constater que la trinité égyptienne est une trinité unitaire, à la fois solaire et astrale (Soleil + Vénus + Sirius), alors que celle qui se présente dans la 12e tablette de Gilgameš est une trinité nimbée d’obscurité faisant intervenir des entités plurielles. Lorsqu’on sait que l’église romaine tire ses origines de l’antique Babylone, il y a de quoi avoir froid dans le dos.

À 0H44’56" du vidéo : La corruption généralisée chez les Anglo-Saxons

On peut comprendre à quoi se heurte Donald Trump qui tente de faire le nettoyage de l’État profond et qui a fait la promesse de redonner le pouvoir au peuple « We The People ». Avec le recul, on voit que Maurice Poulin base une partie de son analyse internationale sur des préjugés qui viennent malheureusement le discréditer, comme pour bien d’autres.

[image]


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=VAExQqAPj_I
Enseignement ésotérique : Les Vierges-mères, les Vierges noires et les apparitions mariales.
31 739 visionnements10 oct. 2018
Deseille Michel

La suite :

À 0H14’58" du vidéo : Le culte de Notre-Dame

. Il y avait déjà un culte consacré à Notre-Dame aux Ve et VIe siècle
. Ce culte a été promu par Saint-Bernard de Clairvaux [1090-1153] et les Templiers
. Saint Bernard plus ou moins à l’origine de Templiers
. Surprenant que l’Ordre des moines-soldats avait Notre-Dame comme patronne
. S’ensuit l’éclosion de cathédrales gothiques Notre-Dame à travers l’Europe
. Les plus célèbres en France, au Nord, où elles forment au sol la constellation de la Vierge

[image]

Lien : http://templarii3m.free.fr/doc_vierge_cathedrales.htm
Extrait : Les deux principales étoiles de la constellation de la Vierge sont SPICA (l'épi, le pain, la matière) et VINDIMIATRIX (les vendanges, le vin, le sang, le Graal). Dans l'eucharistie, le pain est le moyen, de l'existence physique, le vin, le moyen de l'existence spirituelle.

LIEN ORIGINAL : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=127731
La constellation de la vierge
par baltazar10668 @, Nivelles Belgique, lundi 07 septembre 2015, 07:57 (il y a 2159 jours)

La constellation de la vierge
par baltazar10668, Nivelles Belgique, lundi 07 septembre 2015, 07:57 (il y a 934 jours)

La Vierge est une constellation du zodiaque traversée par le Soleil du 16 septembre au 30 octobre.

Pour l’anecdote, le 16 septembre est ma date d’anniversaire.

C’est une constellation immense (la deuxième du ciel, après l’Hydre) et extrêmement ancienne.

La Vierge était l’une des 48 constellations identifiées par Ptolémée.

Il existe dans ce que fut autrefois, la Gaule Belgique, dans les anciennes provinces de Champagne, Picardie, Île-de-France et Neustrie, un certain nombre de cathédrales placées sous le vocable de Notre-Dame (celles du XII au XIII eme siècles). Or ces églises tracent sur le terrain, et presque exactement, la constellation de la Vierge telle qu’elle se présente dans le ciel. Si l’on accole aux étoiles les villes où se trouvent ces cathédrales, l’Épi de la Vierge serait Reims ; Gamma, Chartre ; Tzeta, Amiens ; Epsilon, Bayeux… Dans les petites étoiles on retrouve Évreux, Étampe, Laon, toutes ces villes ont une Notre-Dame de la bonne époque. On trouve même, dans la position d’une petite étoile, près de l’Épi, Notre-Dame-de-l’Epine, qui fut construite bien plus tard.

Louis de Batère

[image]
Construit sur des anciens site païens le message des anciens immenses vaisseaux de pierre.

[image]
Amiens

[image]
Amiens

[image]
Bayeux

[image]
Bourges

[image]
Chartres

[image]
Chartres

[image]
Evreux

[image]
Orleans

[image]
Orval ruines

[image]
Reims

[image]

Une statue d’Isis se trouvait à l’église de St-Germain des Prés jusqu’en 1514 ! Et lorsque Lutetia devint Paris (Par-Isis ?)

Des Vierges non chrétiennes

Il faut se rendre à l’évidence que ces Vierges noires nous mettent en présence de cultes qui dépassent les dogmes chrétiens sur la virginité de la « Mère de Dieu ».

Les Vierges Noires sont la manifestation d’un phénomène spirituel. Toutes les religions anciennes sont basées sur le principe de la Déesse-Terre ou Déesse-Mère primordiale, et d’un principe mâle avec le Dieu-Soleil fécondant. Toutes ont abouti à des représentations noires de ces déesses : Égyptiens, Indous, Iraniens, puis Grecs et Romains, même chez les Indiens d’Amérique.

[image]

Faites le plus souvent de pierre ou d’ébène, ces Vierges sont toujours somptueusement parées. Curieusement, elles portent presque toujours une couronne. Elles sont associées à des cultes de la Lune ou des étoiles. Il s’agit donc d’une pratique qui nous ramène à l’ère préchrétienne. Ces rites perpétuent des cultes païens en l’honneur de divinités féminines.

Venues du fond des temps, les Vierges Noires sont issues de 3 sources : celtique, orientale et monastique; mais elles sont la manifestation d’un phénomène spirituel beaucoup plus vaste.

Le fond de civilisation celtique avait imprégné les populations : ils connaissaient les lois profondes de l’âme de la pierre, des arbres, des eaux, des forces telluriques.

[image]

"JE SUIS LA MÈRE ET L'ENFANT. MOI, DIEU, JE SUIS MATIÈRE."

“Le symbole de la Vierge concerne le but global du processus évolutif qui est de protéger, de nourrir et finalement de révéler la réalité spirituelle cachée. Celle-ci est voilée par chaque forme mais la forme humaine est équipée et apte à manifester cette réalité d’une manière différente de toute autre expression de la divinité et, à rendre ainsi tangible et objectif ce en vue de quoi tout le processus créateur a été conçu. ...La Vierge est la Mère cosmique parce qu’elle représente cosmiquement le pôle négatif en lien avec le pôle positif qu’est l’esprit.”

Source :
http://www.lettresdebatere.fr/index.php/ecrits/correspondances-de-louis/99-etude-sur-la...

Car sans ces forces négatives où serait la valeur d’un acte d’amour, si un choix contraire n’était pas proposé, où serait la valeur d’un don, si des forces en nous ne s’y opposaient pas ? Ainsi, notre libre arbitre est de ce fait entier.

Quand l’homme connaîtra la véritable nature de cette Vierge Noire, partout où il ira il sera chez-lui, il ne craindra plus les ténèbres pour aller vers la clarté, il ne fuira plus le noir pour ne vouloir que du blanc.

La confrontation de notre côté obscure pour l'alchimie de notre renaissance de cette fin de cycle.


LIEN ORIGINAL : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=128021

La revue Ça m'intéresse Histoire Hors-série No 1 y fait allusion aussi en page 91 : « Nous autres Occidentaux sommes les héritiers de la civilisation égyptienne. Dans nos églises, les scènes de la Vierge à l'Enfant ne rappellent-elles pas celles d'Isis allaitant Horus? » - Karine Madrigal

[image]

Extrait qui cite Karine Madrigal/professeur de civilisation égyptienne à l'Université inter-âges du Dauphiné (UIAD), Grenoble :

« Le dogme chrétien de la Sainte Trinité (le Père, le Fils et le Saint-Esprit) nous renvoie aussi aux triades égyptiennes. En effet, certaines villes étaient sous le parrainage d'une triade divine (un dieu, sa parèdre et leur fils). À Abydos, on vénérait celle formée par Osiris, son épouse Isis et leur enfant Horus. »

Lien du Complément Surprenant :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=150285

Extrait : L'étoile légendaire de Bethléem resplendit à nouveau d'année en année. Elle est le soleil mystique de minuit qui pénètre notre planète au moment du solstice d'hiver C'est donc, au point de vue cosmique, dans la nuit la plus longue et la plus sombre de l'année que naît le Soleil et qu'à minuit la constellation de la Vierge se trouve à l'horizon oriental pour donner naissance à l'enfant immaculé.

Le soleil "meurt" pendant trois jours le 22 décembre, lors du solstice d'hiver, quand il arrête son mouvement vers le sud, avant de renaître le 25 décembre, lorsqu'il reprend son mouvement vers le nord.
Dans certaines cultures, le calendrier commençait initialement dans la constellation de la Vierge, et le soleil était donc " né d'une Vierge."

[image]

On reprend avec Michel Deseille :

À 0H17’21" du vidéo : La Vierge Marie chez l’Église catholique romaine

. Comment une humaine peut mettre au monde une divinité
. Au Concile d’Éphèse en 431, on statue que Marie est Mère de Dieu (Théotokos)

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en page 128 : Le dogme de la virginité de Marie a été proclamé en 431 au Concile d’Éphèse. Les pères conciliaires ont cédé à la piété populaire et ont renoué avec les traditions immémoriales (venues d’Égypte) de la Vierge Marie, très répandues autour du bassin méditerranéen ainsi qu’en Asie. Les prêtres ont fait preuve d’une remarquable habileté théologale ; ils facilitèrent ainsi la diffusion du christianisme.

. En 451, le Concile de Chalcédoine confirme le rôle de Marie

Wikipédia : Convoqué par l'empereur byzantin Marcien et son épouse l'impératrice Pulchérie, le concile réunit 343 évêques, ce qui est exceptionnel. Seuls quatre d'entre eux viennent d'Occident. Dans la continuité des conciles précédents, il récuse en particulier le monophysisme. Il reprécise également la notion de personne divine (hypostase).

Ses principales conclusions, résumées dans le symbole de Chalcédoine, définissent le dyophysisme, c'est-à-dire les deux natures du Christ, vrai Dieu et vrai homme, parfait dans sa divinité comme dans son humanité. Elles marquent une étape essentielle dans le domaine de la christologie et sont acceptées, encore aujourd'hui, par les trois principales confessions chrétiennes : les orthodoxes, les catholiques et les protestants.

. Se pose la question de l’Immaculée Conception, celles du Christ et de Marie elle-même
. Le dogme de l’Immaculée Conception proclamé officiellement en 1854

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en page 122 : Il en ressort toutefois des éléments intéressants : Marie bénéficie d’une naissance hors norme, tout aussi exceptionnelle que le seront celles de Jean le Baptiste et Jésus.

Dans cet essai, Anton Parks relève quantité de faits, de points chez les personnages bibliques du Nouveau Testament que l’on retrouve en Égypte et qui nous ramènent à la triade Osiris, Isis et Horus.

. Il y avait aussi des Vierges Mères dans l’Antiquité, Cybèlem en étant une
. Ça explique une continuité et l’adhésion facilitée au christianisme des Celtes et autres
. Cybèle, surnommée Notre-Dame de l’Alchimie, se retrouve à Notre-Dame de Paris

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en page 335 : Dans le monde sémitique, un bétyle est généralement supposé être une météorite qui faisait communément l’objet d’un culte et d’offrandes, notamment d’une onction d’huile. Les bétyles les plus anciens que nous connaissions sont, par exemple : l’Omphalos des Grecs à Delphes ; les bétyles de Pétra ; le bétyle de la Cybèle phrygienne, rapporté à Rome en 204 av. J.-C. ; la pierre noire de la Mecque, etc.

Wikipédia : Cybèle (en grec ancien, Κυϐέλη / Kybélê signifiant « gardienne des savoirs ») est une divinité d’origine phrygienne, adoptée d'abord par les Grecs puis par les Romains, personnifiant la nature sauvage. Elle est présentée comme « Magna Mater », Grande Déesse, Déesse mère ou encore Mère des dieux. C’est l’une des plus grandes déesses de l’Antiquité au Proche-Orient.

Elle est connue sous le nom d’Agdistis en Phrygie, dans la Turquie de l'est actuelle ; elle fut également associée aux déesses Astarté, Asherah, Tanit, Narundi (en) ou encore Al-Lat en Arabie préislamique. À la période romaine, elle est vénérée sous le nom d’Idæa mater (« mère de l’Ida »). Dans la mythologie grecque, on la surnomme Damia. Sous Théodose, la religion chrétienne est devenue la seule religion acceptée, le culte de Cybèle fut particulièrement visé au Ve siècle apr. J.-C. Pour nombre d’historiens, en raison de la ferveur religieuse qu'elle engendrait, elle serait à l’origine du culte rendu par les chrétiens à la Vierge Marie en Europe de l'Ouest et du Sud notamment. Cybèle fut également très populaire en Afrique du Nord phénicienne, puis gréco-romanisée, en particulier dans la Cyrénaïque.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 50 : En page 50, « Baal » : Tout au long de leur conquête, les Hébreux firent face à un problème récurrent : la présence de Baal et d’Asherah., "deux divinités idolâtres", doubles cananéens de Bel-Marduk et d’Ištar de la culture babylonienne. Le problème devient sérieux lorsque les "enfants d’Israël" délaissent YHWH au profit de Baal et sa déesse, créant une concurrence impardonnable aux yeux du dieu unique. Les textes font de Baal (ou des Baals) une identité centrale d’une extrême importance, en concurrence avec YHWH pour un enjeu sociopolitique et religieux hors norme.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 68 : Asherah était la déesse principale des Cananéens, à la fois épouse d’El et mère des dieux. Comme l’Isis-Hathor égyptienne, on liait Asherah à la naissance des souverains cananéens et elle incarnait leur mère et nourrice. […] De toute évidence, Asherah forme un mélange des déesses égyptiennes Hathor et Bat, d’Inanna chez les Sumériens, d’Ištar chez les Babyloniens…

Donc, Cybèle, Asherah, Ištar, Isis / Hathor, Nephtys / Bat, Marie-Madeleine, Notre-Dame…

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 233 : Fille [Anat] du grand dieu El et d’Asherah, elle est la déesse de l’ouest sémitique… C’est une fois encore Anat (Nephtys-Ištar) [donc Marie-Madeleine], Porteuse de la coupe divine qui apportera de quoi soigner et relever le dieu. La lumière fera le reste…

. Le culte d’Isis pourrait être passé secrètement dans le christianisme

Lien : https://www.revue-acropolis.fr/cybele-ou-la-sagesse-de-notre-dame-de-paris-gardienne-de...

À 0H25’07" du vidéo : Les titres de Marie

. Porteuse de la Lumière et de la Vérité [Selon Antoine Gigal, Pharaon signifie Porteur(se)]
. Avec tous ses attributs, on aurait rétabli ainsi une divinité féminine dans le christianisme

À 0H30’03" du vidéo : Les Vierges noires

. On retrouve Isis et l’Égypte, et toute une symbolique
. En alchimie, la matière première est appelée matière noire car la dissolution crée du noir
. Œuvre alchimique : Du corbeau, à la colombe, puis au phénix

Œuvre alchimique dans la Grande Pyramide

Dans cette partie de son essai, Parks explique d'une façon fastidieuse le procédé scientifique qui vise à envoyer un écho de la signature de la personne décédée, en l'occurrence ici Osiris, pour rapatrier son âme par la loi d'attraction, et qu'il s'incarne dans le fœtus d'Isis. Ainsi, Osiris est ressuscité en Horus dans la Grande Pyramide de Gizeh. C'est donc ainsi que le Verbe s'est fait chair !

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en p.291 : Avant son envol vers les contrées célestes, le mort est préalablement réveillé grâce au rituel des quatre déesses ailées, comme à l’époque lointaine d’Isis et de ses trois sœurs. Ce rituel magique permet de "noircir" le mort, de le "dissoudre" et de le transformer en volatile. Il fait appel à de la haute magie blanche qu’il serait bien difficile de décrire ici.

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en p.298 : En Égypte, "miroir" se dit « Ankh » et symbolise l’éternité du rayonnement cosmique. À ce titre, « Ankh » est une puissance capable de retenir la lumière des origines. C’est un outil qui réfléchit et évoque les choses oubliées dans les profondeurs. En alchimie, ajoute René Lachaud dans son encyclopédie sur l’ésotérisme égyptien, le miroir est une métaphore de la substance initiale que l’on trouve au début de l’Œuvre, le hiéroglyphe du minerai secret que le feu va transformer en Pierre Philosophale.

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en p.342 : Ces faits sont déterminants pour notre histoire, car le dieu Thot, grand scientifique d’Isis et Osiris, était celui qui réglait l’univers. Lui seul pouvait donc déterminer le moment adéquat pour la mise en œuvre du prodige de l’enfantement, qui devait probablement coïncider avec l’une de ces tempêtes séculaires. Nous retrouvons cet épisode dans l’Annonciation du Nouveau Testament, lorsque l’ange Gabriel prophétise à Marie la naissance du Christ Jésus. Plus simplement, Thot-Gabriel ne lui annonce pas qu’elle est enceinte, mais lui signale le moment où elle devra être enceinte, précisément lorsque la souveraine pourra pratiquer l’insémination artificielle qui lui permettra d’engendrer au cœur même de la Grande Pyramide.

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en p.358 : Depuis la plus haute antiquité égyptienne, la science alchimique est pratiquée par les prêtes et les pharaons, de même que par la célèbre Cléopâtre. Tous les grimoires, quelle que soit leur origine (Égypte, Asie Mineure, Chine, etc.) sont conçus de la même façon, avec le même état d’esprit, celui d’un langage codé, dénommé "langage des oiseaux", composé sous la forme d’un jeu de l’oie…

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en p.359 : L’Œuvre alchimique est triple, dans son essence comme dans ses opérations. Il comprend trois baptêmes correspondant à l’eau, à l’air et au feu. Trois phases essentielles dénommées l’Œuvre au noir, l’Œuvre au blanc et l’Œuvre au pourpre. […] Osiris représente la divinité qui demeure et agit au cœur de la matière que représente la terre noire d’Égypte, d’où le premier secret révélé au néophyte lors du commencement de son initiation : "Souviens-toi qu’Osiris est un dieu noir."

La sainte Isis-Hathor qui enfantera le Mesi, "fait à la ressemblance de [dieu]", dans l’humidité chaude et obscure de la chambre de dissolution, est la Vierge noire qui couvre le corps d’Osiris de sa rosée céleste.

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en p.361 : Le feu du souffre philosophique travaille la matière. Cette matière est lavée régulièrement à l’aide de "la rosée de la Vierge". […] La rosée est un symbole important du Saint-Esprit dans la Bible.

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en p.363 : Poursuivons l’enseignement alchimique, lequel représente notre fil conducteur. La suite des opérations se nomme "Œuvre au blanc". […] L’Œuvre au blanc tout entier est en effet placé sous la protection de Marie, Vierge Blanche. La matière vierge succède à Isis, la Vierge Noire.

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en p.366 : Le "Miroir des philosophes" est un moment important de l’Œuvre où, lorsque la pierre au blanc est réussie, l’alchimiste a devant ses yeux comme un miroir où se reflète le passé et l’avenir du Monde.

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en p.367 : Le miroir alchimique reflète le passé et l’avenir du Monde. L’obsession des anciens Égyptiens était de reprendre l’histoire à l’envers pour rééquilibrer le mythe osirien. […] La dernière phase alchimique se nomme l’Œuvre au pourpre. Comme le révèle l’auteur Pyrame, c’est "l’apparition du Christ glorieux". […] L’Œuvre au pourpre est, en effet, le mariage d’où naîtra l’enfant-Roi, d’où surgira la Gloire.

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en p.370 : L’enfant royal est né de la mère divine, son double céleste et terrestre. Les lumières solaires et cosmiques de la Duat rayonnent sur la mère Meri (Isis-Marie) qui allaite son enfant Heru-Jésus. […] L’obsession des anciens Égyptiens est enfin calmée : le passé a été rectifié et ne forme plus qu’un avec le présent. Osiris est ressuscité.

. Deux Vierges noires à Chartres
. Les Vierges noirs sont toujours de face, assise comme sur un trône pharaonique
. Un Jésus assis sur les genoux avec quelquefois un visage d’adulte
. La Vierge blanche debout, l’enfant dans son bras gauche, représentation d’Isis / Horus
. La Révolution française s’en est prise aux Vierges noires
. Plus de 200 Vierges noires en Europe comme ça

[image]


Lien vidéo sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=SR1zSfWoXo4

Lien du Complément Surprenant : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=111669

À 0H11:22 du vidéorandia : L’histoire de Marie-Madeleine et des Cathares

Dr. Luc Bodin : Et en fait, tout ça, on avait aussi toute l’histoire de Marie-Madeleine qui était arrivée, parce que Marie-Madeleine c’était toute la légende. Marie-Madeleine qui devait prendre la succession de Jésus à la suite de son décès. [Saintes-Maries-de-la-Mer] Elle est arrivée avec sa fille Sarah. Sa fille Sarah qui était née en Égypte et qui est Sarah l’Égyptienne. Donc, c’était Sarah la noire. Et donc, ça a donné la naissance à toutes les vierges noires qu’il y avait dans toute l’Europe.

Selon Roger Sabbah, le nom Égypte vient du grec. La terre des pharaons portait plutôt le nom de SA-RÂ, qui voudrait dire fils de Dieu, fils de RÂ. Alors, Jésus/Marie-Madeleine ou Horus/Isis ? Et comme on le retrouve dans l’un des Compléments Surprenant : « IS-RÂ-EL » !

---
LIENS DOSSIERS : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=197807

P(3)58

  1405 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

193427 messages dans 39306 fils de discussion, 1015 utilisateurs enregistrés, 125 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 125 invités)
Temps actuel sur le forum : 09/08/2022, 04:03
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum