Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

L'ÉNIGME SACRÉE / CORPUS DEAE / CATHARES / GRAAL 1

par panthère58, dimanche 22 août 2021, 17:27 (il y a 319 jours) @ panthère58

:-) L’ÉNIGME SACRÉE / CORPUS DEAE / CATHARES / GRAAL 1

« Énigme Sacrée », en page 58 : Que les Cathares soient liés au mystère de Rennes-le-Château ne fait pas l’ombre d’un doute. Dans l’un des parchemins trouvés par Saunière, huit petites lettres différentes des autres parsèment le texte, trois en haut, cinq en bas ; réunies, elles forment les mots « REX MUNDI », terme immédiatement identifiable par tous les familiers de la pensée cathare.

C’est donc bien dans cette direction que nous devons maintenant nous engager. Croyances, tradition, histoire, milieu cathares vont donner au mystère de nouvelles et vastes dimensions.

Lien : http://www.dramatic.fr/cathares-p674-para5.html
Extrait : Rex Mundi signifie le roi du monde. Il est essentiellement un type de démon. Rex Mundi vous mènera hors de votre chemin avec des tentations matérielles.

Les Cathares croyaient qu'il y avait deux grandes forces de ténèbres et de lumière qui se sont heurtées au début des temps. Et que le bon Dieu est resté quelque part dans les étoiles, mais le mauvais Dieu, parfois appelé le diable, a appelé de nombreux noms, créé de la matière, et elle a emprisonné nos particules de lumière dans l'humanité.

Les Cathares croyaient que nous sommes des anges contenus dans la chair et que nous luttons chaque jour pour nous rappeler nos origines divines, nous rappeler que des forces obscures nous tentent de nous éloigner de notre spiritualité et du monde physique.

Les Cathares pensaient qu'il fallait mener une vie parfaite, esthétique et exemplaire pour échapper à ce monde. Si vous ne le faisiez pas, si vous deveniez trop impliqué dans les choses de ce monde, à la mort, vous seriez réincarné.

Il n'y avait pas d'enfer. L'enfer est ici, l'enfer est sur Terre.

Les Cathares avaient des idées très étranges sur la race humaine. Leur idée ultime du ciel ou de la fin céleste de l'univers était que tout le monde retrouverait une nature spirituelle et que tout ce qui est physique allait disparaître. Parce que le diable est le dirigeant du monde physique, de ce monde périssable, il va essayer d'échanger ces biens sur cette terre contre des choses immortelles ou impérissables, à savoir les âmes humaines. Et beaucoup de gens désirent tellement les choses sur cette terre qu'ils sont prêts à renoncer à leur âme immortelle, leur âme éternelle, et à vivre sous l'autorité du diable en échange de cette richesse temporaire.

Se pourrait-il que les humains soient vraiment des êtres d'un autre monde emprisonnés dans des corps physiques, comme le croyaient les Cathares ? Et les forces des ténèbres servent-elles à maintenir l’humanité dans des entraves physiques ici sur Terre ? Certains théoriciens l'affirment et suggèrent que des preuves supplémentaires peuvent être trouvées dans l'un des plus anciens récits de la création de l'humanité, l'épopée mésopotamienne connue sous le nom d'Atra-Hasis.

[image]


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=CtI-xQ8Ic8w
Enseignement ésotérique: L'épopée cathare
65 204 visionnements 30 sept. 2015
Deseille Michel

Le Catharisme, une hérésie qui a duré deux siècles. La répression impitoyable de l'Église n'a pu avoir que des raisons secrètes dues à l'ésotérisme rattaché aux traditions gnostiques et manichéennes.

Introduction :

La conférence se divise en quatre parties

1. La doctrine des Cathares
2. La croisade contre les Albigeois
3. L’ésotérisme et les Cathares
4. Quel est l’intérêt d’étudier les Cathares aujourd’hui

Quand on entend parler des Cathares, c’est le Languedoc, Montségur et les châteaux cathares qui sont sur des pics de montagnes. Mais comme ils ont été reconstruits après la croisade par les croisés du nord, ils ne sont plus, à proprement parlé, cathares.

Il n’y avait pas non plus de Cathares au sens propre. Dans la population, on les avait identifiés comme « Cathares » mais eux ne se nommaient pas ainsi. Ils s’appelaient les « Bons Hommes, Bonnes Femmes, Bonnes Dames (aristocratie) » ou les « Parfaits », les « Bienheureux », les « Bons, Vrais Chrétiens ».

« Énigme Sacrée », en page 60 : Divers noms désignent ces hérétiques. Mais soit parce que, en 1165, ils ont été condamnés par le tribunal ecclésiastique de la ville d’Albi, soit parce que celle-ci est longtemps restée un de leurs centres les plus importants, celui d’Albigeois a été presqu’universellement adopté. On les appelle aussi Cathares, Cathari, Patarini en Italie, et quelquefois du nom d’hérétiques antérieurs, Ariens, Marcionites, Manichéens.

Ces termes sont, de toute façon, loin de pouvoir recouvrir une réalité unique et cohérente, les hérétiques albigeois comprenant en effet une multitude de sectes diverses attachées à certains principes de fond, mais divergentes sur tel ou tel point de détail.

Il y a eu donc une hérésie qui a été sauvagement réprimée par une campagne militaire menée conjointement avec l’inquisition du clergé catholique, jusqu’à l’extermination.

Ils ont été aussi nommés comme Albigeois parce qu’il y a eu une ultime « joute théologique » près d’Albi où les Cathares et les Catholiques se sont confrontés en vain sur leurs positions théologiques. L’Église a compris à ce moment-là que c’était des hérétiques irrécupérables à réprimer et le nom d’Albigeois leur a été accolés. D’où la croisade contre les Albigeois. Mais les Cathares étaient plus dans la région de Toulouse, Carcassonne, Béziers.

À 0H06’19" du vidéo : La doctrine des Cathares

. Elle se rattache à des idéologies qu’on dénomme « dualistes »
. Doctrine antérieure au Christ qui représente le bien et le mal
. Comment un Dieu bon, a créé un univers avec la « mal » dedans
. La doctrine traditionnelle l’explique par le fait que le mal serait la résultante de la liberté de choisir, donnée à la créature humaine et même à Lucifer et aux anges déchus
. Ça sous-entend un pouvoir du bien beaucoup plus puissant que le mal ; un « bien » toujours vainqueur
. Dans la doctrine dualiste, les deux, le bien et le mal, sont équivalents en force avec un Dieu du bien et un Dieu du mal qui se livrent une guerre éternelle

Toujours Osiris (Enki) / Isis / Horus VS YHWH / SETH (Enlil)

. Dans le catholicisme, un seul Dieu tout-puissant
. À la « fin des temps », le bien devrait l’emporter sur le mal
. L’origine de la doctrine dualiste vient du Moyen-Orient, le culte de Zoroastre en Perse (Iran) avec la confrontation de deux dieux : le dieu du bien Ahura Mazda, et le dieu du mal Ahriman

Évidemment, il n’y a pas un dieu d’une quelconque religion connue, qui a créé l’Univers. Quand on comprend ça, on voit bien que la doctrine dualiste est plus crédible que la traditionnelle de l'Église romaine.

Le culte de Zoroastre ne fait que raconter à sa manière, comme toutes les mythologies et religions d’ailleurs, la confrontation entre :

Pro Humanité : Osiris (Dieu) / Isis / Horus (Lucifer) / Veilleurs (anges déchus)

VS

Anti-Humanité : An (YHWH) / Seth (Satan) / Anunnaki.

Tout ce beau monde a échoué dans notre système solaire suite à une bataille dans le cosmos. Ils ont créé l’Humanité pour les servir. C’est pour ça que je dis que nous sommes les p’tits derniers d’une famille galactique dysfonctionnelle. Ils sont nos « dieux » exactement comme des parents le sont pour leur progéniture jusqu’au moment où celle-ci devient leur égale en grandissant. Donc, globalement, dans notre attitude, l’Humanité est encore au stade de l’enfance et croit au Père Noël, en ces dieux !

Mais il y avait déjà des entités présentes : des Grands Blonds et des Planificateurs des Temps Primordiaux. Mais toutes ces entités (sauf certains Planificateurs) font partie du même bestiaire céleste. Et leurs ancêtres communs, les Mušidim, habitaient ce même système solaire des millions d’années auparavant, avant leur disparition suite à une ÉMC (éjection de masse coronale).

Ça implique que l’Humanité doit grandir, Ésotérisme-Expérimental aussi. Malheureusement, on fait tout pour empêcher que l’Humanité y arrive, « s’élève » pour paraphraser Jean de Flor dans le VOR210814. Et Ésotérisme-Expérimental fait du surplace depuis le tournant des années 2000 malgré la sortie de « La Bible dévoilée » et autres livres allumés. Orandia s'est plutôt réfugié dans un déni total à chaque fois au lieu de changer. J'imagine que c'était trop compliqué de repartir sur de nouvelles bases ésotériques pourtant plus vraisemblables. Ainsi, Ésotérisme-Expérimental a eu peur du changement ! Pourtant dans ce même VidéOrandia, Kiwan pour Richard Glenn dénonce ceux qui sont réfractaires au changement et qui empêchent l'Humanité de s'élever. Il ne pouvait pas dire plus vrai !

. Puis cette doctrine est devenue manichéenne ; tout est blanc ou noir
. Au quatrième siècle, avec Constantin, l’Église a mis son pied à terre et c’est devenu hérétique et pourchassé
. Alors, comment se fait-il qu’au XIe siècle de notre ère est apparue une doctrine dualiste
. Le manichéisme s’est fait discret mais à germer un peu partout en Europe pour ressortir au Languedoc

Wikipédia : Le manichéisme est une religion fondée par le perse Mani au IIIe siècle.

C'est un syncrétisme du judaïsme, du bouddhisme, du brahmanisme et du christianisme, mais pas du zoroastrisme qui était la religion de l'empire perse1.

Par déformation et simplification du terme, on qualifie aujourd'hui de manichéenne une pensée ou une action sans nuances, voire simpliste, où le Bien et le Mal sont clairement définis et séparés.

« L’Énigme Sacrée », en page 63 : Leur origine d’abord. Certains y voient des descendants des Bogomiles, secte hérétique répandue en Bulgarie au Xe et XIe siècles ayant émigré ensuite vers l’ouest. Le Languedoc en accueillit sans doute alors un certain nombre ; pourtant il semble que les Cathares possédaient des racines profondément ancrées dans le sol de la France depuis longtemps déjà, certaines d’entre elles ayant pris souche lors d’hérésies antérieure, au tout début de l’ère chrétienne.

. C’est au Languedoc que le phénomène a le plus émergé
. Il n’y avait pas de clandestinité et l’idéologie cathare attirait de plus en plus d’adeptes
. Deux « Dieu » et donner autant de place au « mal » ne pouvait qu’attiser la réprimande catholique
. De plus, pour les Cathares, la Création, les corps, le matériel faisaient partie du « Mal »

Dans le fond, la croisade contre les Albigeois donne raison à leur doctrine puisque l’Inquisition, le Vatican a choisi le « Mal »…

. Dans leur doctrine, le dieu du bien aurait créé tout ce qui est immatériel ; et le dieu du mal aurait créé tout ce qui est matériel
. Les hommes seraient un mélange de bien (âme) et de mal (corps)
. Et le but est de retrouver notre corps de lumière
. Et le Christ est envoyé pour nous montrer le chemin vers ce corps de lumière
. L’enfer est sur Terre
. Le « Parfait » Cathare retourne à la lumière dans un monde céleste à sa mort ; les autres se réincarnent
. Un humain très très bas pourrait se réincarner en un animal (métempsycose)
. À la longue, tout le monde devient Cathare ; puis Parfait et retourne à la lumière ; fin de l’enfer
. Ils sont les « vrais » chrétiens parce qu’ils s’en remettent aussi à des idées qui viennent du premier christianisme

« L’Énigme Sacrée », en pages 61-62 : Chaque Parfait offrait ses biens à la communauté pour se consacrer à un idéal de méditation, d’enseignement et de soins aux malades ; pour eux, Cathares, ils représentaient véritablement l’Église d’Amour, beaucoup plus proche en conséquence de l’enseignement des Apôtres que ne l’était l’Église de Rome, s’adonnant à tous les vices du siècle.

. Il y avait un syncrétisme au Ier siècle de notre ère : un mélange de mysticisme, d’ésotérisme, de mythes ; il y avait les gnostiques d’Égypte, d’Orient ; un christianisme d’avant le IVe siècle avant que tout soit codifié sous Constantin

« L’Énigme Sacrée », en page 61 : Les Cathares cependant, en dépit de la force de leurs convictions, ne sont ni violents ni des fanatiques, et c’est là l’une des raisons de leur succès. Ce sont des sages épris de simplicité et désireux de sauver des âmes, des mystiques probablement instruits de quelque grand secret cosmique, certains points de leur doctrine, restés obscurs, pouvant laisser penser qu’elle comportait un enseignement ésotérique.

. Il y a un peu de tout
. Pour eux, le YHWH de la Bible, c’est le diable ; comme il crée le monde matériel…
. Pour les Cathares, le Paradis est aussi une création satanique

J'acquiesce mais pas pour les mêmes raisons. L'Humanité était asservie par les anti-Humanité, contrairement aux prétentions énoncées dans le VOR210814 et autres VidéOrandias antérieurs.

. Le Christ aurait eu une apparence physique mais pas de corps, puisque le corps…
. D’où l’idée qu’il n’aurait pas souffert lors de sa Passion

« L’Énigme Sacrée », en page 60 : Leur religion est, comme pour beaucoup, fondée sur un dualisme, ici très poussé. L’univers est le théâtre d’un conflit [voilà un exemple quand je mentionne que dans le VOR210814, BdM nous sert du réchauffé] entre deux grands principes irréductibles, le principe spirituel du Bien et le principe matériel du Mal ; pour donner la victoire au parti du Bien, de la Lumière, il faut rompre avec la matière, domaine souillé du Mal et des Ténèbres, du dieu « usurpateur », du Mauvais, appelé « Rex Mundi », le Roi du Monde. Il faut être pauvre, chaste et pur disent les prêcheurs cathares, les « Parfaits », transcender la matière impure, renoncer à toute idée de « pouvoir », pour n’accepter que celle d’Amour. Alors seulement, l’âme peut atteindre le salut et la perfection ; sinon, au travers d’une série de transmigrations, elle se réincarnera jusqu’à ce que, libérée, elle puisse parvenir à la pureté parfaite.

Pour ce faire, l’homme, créé par Satan, ne peut être affranchi que par la connaissance personnelle [le « Savoir » de BdM dans le même extrait du VOR210814], expérience ou « gnose » qui le met en contact avec Dieu, sans intermédiaire humain ni notion de foi. C’est dire que les Cathares rejettent toute hiérarchie ecclésiastique et l’ensemble des dogmes de l’Église catholique romaine.

BdM serait-il un adepte de la pensée cathare ?

Aux yeux de celle-ci, le point le plus noir de l’hérésie cathare est son attitude vis-à-vis de Jésus. [qui sera partagée par les Templiers d’une certaine façon] Certes celui-ci a accepté de descendre dans le monde sensible, essentiellement impur, pour enseigner aux âmes le chemin de la lumière ; mais il n’avait que l’apparence d’un corps, n’était en somme qu’une vision [projet Blue Beam de Serge Monast, déjà…] se soumettant apparemment aux lois terrestres, mais ne s’y rattachant nullement.

« L’Énigme Sacrée », en page 61 : Or le Démon ayant cherché à le faire mourir sur une croix, celle-ci est, par excellence, l’instrument du Mal, et ne doit nullement être un objet de vénération, car Jésus n’a pu réellement souffrir et mourir sur cette croix.

« L’Énigme Sacrée », en page 89 : Ce qui est néanmoins certain, c’est que l’attitude des Templiers vis-à-vis de Jésus n’était pas entièrement conforme à celle de l’Église catholique, sans que nous soyons capable de la définir clairement. Contentons-nous enfin de noter que le reniement de la croix qu’on leur a souvent reproché était déjà dans l’air une cinquantaine d’années avant 1307, cette attitude ayant déjà été effectivement mentionnée, dans le contexte de la VIe croisade qui survint en 1249.

. Marie aurait été mise enceinte par l’opération du Saint Esprit par l’oreille droite
. Très compliquée comme doctrine, par l’oreille c’est allégorique, c’est par le son, une onde, la puissance du Verbe
. Les Cathares vénéraient les cinq premiers versets de l’Évangile de Saint Jean
. Ils n’avaient comme références que l’Évangile de Saint Jean et le Livre de la Révélation comme en ésotérisme

Au lieu de « Parole », remplacer par « Verbe ».

Lien : http://www.bible-en-ligne.net/bible,43N-1,jean.php
Extrait : 1:1 Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.

1:2 Elle était au commencement avec Dieu.

1:3 Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle.

1:4 En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes.

1:5 La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue.

Toujours la même conférence avec Michel Deseille


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=CtI-xQ8Ic8w

À 0H34’25" du vidéo : Leur Église

. Il y avait une hiérarchie avec des évêques, des diacres
. Il y avait trois niveaux d’adhésion : les sympathisants, les croyants, et les « Parfaits » qui prêchaient et qui pratiquaient un ascétisme austère
. Pas de mariage, pas de viande sauf le poisson, pas de procréation
. Il y avait un noviciat pour les sympathisants voulant devenir Cathare d’un à trois ans
. Les Cathares refusent le baptême d’eau et Jean le Baptiste ; par contre ils reconnaissent le baptême du feu (Pentecôte)
. Tous ceux qui ont sacrifié à YHWH font partie du dieu du Mal

Wikipédia : Le consolamentum (ou consolament en occitan) est la pratique rituelle majeure du catharisme, qui s'est développé dans le Midi de la France entre la deuxième moitié du XIIe siècle et la fin du XIIIe siècle1.

C'est une forme de baptême, mais elle ne se fait pas au nom de la Sainte-Trinité mais au nom du Christ seul puisque la doctrine des Cathares professe une divinité unifiée.

C'est un baptême spirituel par opposition au baptême d'eau de Jean le Baptiste. Il est donné par imposition des mains selon des rites qui rappellent ceux de l'église primitive, moins les éléments matériels (eau, onction, huile) que le catharisme ne reconnait pas vu qu'il pense que le monde matériel a été créé par le Diable.

Il s'ensuit une lecture à haute voix de l'Évangile de Jean, de son début « Au commencement était le verbe » (Jean 1,1) à la quasi-fin du premier chapitre « la grâce et la vérité advinrent par l'entremise de Jésus-Christ » (Jean 1,17)

Bien que leurs rites soient semblables, Alain de Lille au XIIe siècle et Jean Duvernoy de nos jours distinguent deux cérémonies :

• Le consolamentum, baptême des parfaits cathares permet d'élever un croyant au rang de parfait. Il renonce alors aux choses du monde et doit respecter les règles de vie des parfaits.

• Le consolamentum, baptême des mourants, leur apporte l'espérance d'être sur la voie du salut et de la rémission de leurs péchés. Le mourant est alors consolé. Il doit respecter pour le temps qui lui reste à vivre les règles de vie des parfaits (ne pas jurer, ne pas mentir, ne pas consommer de viande, ne pas manger seul sans la présence d'un parfait...). Si le mourant survit, le consolamentum est caduc et le croyant reprend sa vie ordinaire. A moins de se préparer à recevoir le consolamentum des parfaits.

Pour recevoir le consolamentum, le mourant doit être parfaitement conscient (pouvoir réciter le Notre Père). Mais les personnes dont la vie est menacée (les soldats par exemple), peuvent demander au préalable la convenenza qui leur permet d'être consolé même si inconscient.

Il est à noter que les femmes tout comme les hommes peuvent recevoir le consolamentum, être élevées au rang de Parfaites et le transmettre à leur tour.

. Pour devenir Cathare ou Parfait, il y avait une cérémonie spéciale appelée « Consolamentum » (consolation) qui se faisait par l’imposition des mains d’un Parfait
. Ça servait de baptême et d’extrême onction, ce qui permettait à l’Inquisition de demander si la personne avait reçu le « Consolamentum » / code QR pour « séparer le bon grain de l’ivraie, les vaccinés des non-vaccinés » et ainsi identifier ceux à passer au « batte »
. Se sachant mourant, un Cathare demandait le « Consolamentum » et se laissait mourir sans s’alimenter
. Malgré tout, certains, même après plusieurs jours ou semaines, guérissaient
. Il y a des saintes dans l’Église catholique qui réussissaient à se maintenir en vie sans s’alimenter
. Pour l’Église romaine, c’était une incitation au suicide, un acte d’accusation de plus

« L’Énigme Sacrée », en page 61 : Ils condamnent également le mariage, la chair et la procréation qui, loin de servir le principe de l’Amour, ne relèvent que du « Rex Mundi ». Mais comme les Cathares sont, pour la plupart, des hommes et des femmes ordinaires – sauf pour les Parfaits et les Parfaites, d’une très haute rigueur morale – la sexualité n’est pas entièrement bannie de leur vie. Pour la leur pardonner, un sacrement spécifiquement cathare, le « Consolamentum », leur est accordé à l’article de la mort, les contraignant pour le temps qu’il leur reste à vivre, à une chasteté absolue.

Leur vie était, on le voit, toute de dévotion, de bonté et d’austérité. Leurs cérémonies, leurs prières ne se déroulaient pas dans des temples ou des églises, mais dans des maisons particulières et des granges, ou sous les halles du village.

À 0H45’50" du vidéo : Pourquoi les Cathares ont eu autant de succès

. Les gens avaient un ras-le-bol de l’Église romaine
. Parce que l’Occitanie, à l’époque, n’était pas française ; donc c’est une terre étrangère à la France
. Sauf l’élite, la population parlait la langue d’oc ; elle ne connaissait pas le français ni d’autres langues
. C’était une civilisation très brillante

Wikipédia : Le nom de Languedoc est une traduction française et une contraction du nom latin Linguae Occitanae littéralement traduit par « Langue occitane ». Le Languedoc fait partie de l’Occitanie, vaste espace géographique de langue d'oc. Ses habitants sont les Languedociens, son dialecte s'appelle le languedocien.

Wikipédia : La langue d'oc peut désigner :

• L'ensemble des pays de langue d'oc, appelé aussi Occitanie ou Pays d'Oc ;
• L'ancienne forme de la province de Languedoc (prend alors une majuscule en début d'expression) ;
• L'occitan ou langue d'oc, une langue romane (langue parlée dans le Sud de la France, dans le Nord-Ouest de l'Italie, en Val d'Aran et à Monaco).

« Énigme Sacrée », en pages 59-60 : Au début du XIIIe siècle, le Languedoc ne fait pas partie de la France. C’est un fief indépendant, de langue et de civilisation plus proches des royaumes espagnols de León, Aragon et Castille que de l’Île-de-France. Une poignée de familles nobles le dirige, parmi les quelles se distinguent les comtes de Toulouse et la puissante maison de Trencavel. Quant à sa culture, elle est l’une des plus raffinées de toute la Chrétienté, à l’exception peut-être de Byzance, avec laquelle elle a d’ailleurs beaucoup de points communs.

La philosophie y est tenue en haute estime, la poésie et l’amour courtois y sont exaltés comme les activités intellectuelles par excellence, au sein d’une société élégante et polie ; le grec, l’arabe et l’hébreu y ont une place de choix, tandis qu’à Lunel et Narbonne des écoles étudient l’ancienne tradition ésotérique du judaïsme, la Cabale.

Contrairement aussi à ce que l’on observe ailleurs en Europe, une tolérance religieuse certaine est de rigueur sous le ciel clément de cette civilisation occitane.

Mais cette civilisation, toute brillante qu’elle soit, comporte aussi ses propres faiblesses, dont le manque d’unité n’est pas la moindre. Lorsque l’Église, soucieuse d’y rétablir son autorité, décidera d’agir, le Languedoc se révélera en effet particulièrement vulnérable, et impropre à supporter son impitoyable assaut. D’autant plus impitoyable qu’au cœur de cette séduisante culture sévit l’hérésie la plus menaçante de tout le Moyen-Âge, l’hérésie albigeoise, issue d’une véritable Église, avec hiérarchie et concile, qui connaît jusque dans les grandes villes d’Allemagne, de Flandre et de Champagne une diffusion et un succès surprenants.

. L’Église romaine et les croisés du nord se sont heurtés pas seulement aux Cathares mais à une imposante entité régionale raffinée, cultivée contrairement à eux au nord, perçus comme des barbares
. L’hérésie médiévale ne s’enseigne pas

À 0H51’54" du vidéo : La croisade contre les Albigeois

. Le pape envoie des prêcheurs pour parer à cette hérésie dérangeante à souhait
. Il choisit saint Bernard comme porte-étendard de l’Église, une célébrité, une sommité avec un grand pouvoir d’influence, qui est à l’origine des Templiers, pour les convertir
. Celui-ci s’est heurté à la barrière de la langue et aurait échoué dans sa mission

« L’Énigme Sacrée », en page 62 : En 1145, un demi-siècle avant la croisade des Albigeois, saint Bernard venu en personne combattre les Cathares ne manque pas d’ailleurs de s’étonner : ils sont nombreux certes, mais « il n’y certainement pas de sermons plus chrétiens que les leurs, et leurs mœurs sont pures.

. Plus tard, saint Dominique de Guzmán a eu l’idée d’y aller dans une simplicité à l’image des Cathares au lieu du faste de l’Église romaine ; mais cela aussi s’est avéré un échec
. De même pour les Franciscains parce qu’ils étaient tous inféodés à Rome
. Il restait la campagne militaire mais le roi de France est déjà aux prises avec d’autres conflits ; il va laisser le choix à des vassaux
. C’est pour ça qu’on n’a pas de princes mais de petits seigneurs pour entamer la croisade
. Ils ont vidé des prisons et des quartiers pauvres pour bâtir leur armée
. C’est le contexte en 1204-1208 où on se prépare à envahir le Languedoc
. Simon de Montfort est le légat du pape qui dirige cette armée ; c’est une canaille finie, cruel et barbare
. On promet aux croisés l’absolution totale de leurs péchés, et aux seigneurs, les terres des vaincus
. Un légat du pape assassiné en 1208 par un chevalier, sert de prétexte pour lancer la croisade

« L’Énigme Sacrée », en page 62 : Toujours est-il qu’en 1200 de plus en plus inquiète des progrès de l’hérésie et parfaitement consciente de l’envie que suscite dans le Nord cette riche province occitane, l’Église décide d’intervenir à la première occasion. Elle ne tarde pas à se présenter : le 14 janvier 1208, le légat du pape Pierre de Castelnau est assassiné et, bien que l’hérésie cathare soit des plus étrangères à ce meurtre, Rome donne le signal de la levée des boucliers.

En juillet 1209, une armée massive se réunit à Lyon sous les ordres de l’abbé de Cîteaux et se met en route pour le sud. Simon de Montfort, guerrier éprouvé et vassal du roi de France, prend la tête des opérations militaires, décidé à ne reculer devant rien pour réduire à néant ce pays hérétique. Il est aidé dans sa sainte mission par Dominique de Guzman, jeune et ardent missionnaire espagnol, fondateur, en 1216, de l’ordre monastique qui porte son nom et dont les représentants siégeront aux tribunaux de l’Inquisition. Les Cathares ne seront pas les seules victimes de cette regrettable et tristement célèbre institution ; il faut y joindre aussi la large population juive indigène du Languedoc, que protégeaient les familles nobles de la contrée.

. On assiste à des prises de châteaux ou de villes un par un
. Pour ça que cela a duré des années et avec le système médiéval de guerre
. C’est-à-dire une règle entre vassaux et suzerains qui obligent les vassaux à guerroyer pour leur seigneur mais pour une période de 40 jours
. Pendant l’hiver, on suspendait la croisade
. Et les Cathares ont démontré une belle résistance
. La première croisade s’étend donc de 1209 à 1229
. Ça commence avec le massacre de Béziers : 20 000 morts

« L’Énigme Sacrée », en page 58 : Dans la seule ville de Béziers, on peut avancer le chiffre de quinze mille hommes, femmes et enfants, dont un grand nombre assassiné à l’intérieur de l’église. « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens! » aurait répondu le légat du pape Innocent III au chevalier qui lui demandait comment distinguer les hérétiques des bons catholiques.


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=Dhwsdy0GXKU

. L’Ordre de Cîteaux, fait partie de l’Ordre de saint Bernard, les Cisterciens
. En 2018, Simon de Montfort veut régler le cas de Toulouse une fois pour toutes
. L’armée du roi de France intervient dans la croisade en 1228-1229 et suivra un traité
. Affaiblis militairement, les Cathares subsitent : l’Église (Grégoire IX) va créer en 1233 l’Inquisition
. Les Cathares vont passer dans la clandestinité
. Mais les dérives de l’Inquisition vont générer une deuxième campagne militaire royale de 1242 à 1244, année de la reddition de Montségur
. Montségur marquera la fin officielle des cathares, suite à un siège de neuf mois, bien qu’il y aura une récidive en 1255 dans un autre château de moindre importance
. Puis l’Inquisition va faire leur chasse, les traquer partout, pendant plusieurs décennies encore
. En 1321, est brûlé celui qu’on dénomme « officiellement » le dernier Cathare

Wikipédia : Guilhem (ou Guillaume) Bélibaste, né vers 1280 à Cubières-sur-Cinoble, est le dernier « bon homme » ou « parfait » cathare occitan connu. Il fut brûlé vif en 1321 à Villerouge-Termenès.

« L’Énigme Sacrée », en page 63 : En 2018, Simon de Montfort est tué pendant le siège de Toulouse, mais les massacres vont pourtant continuer, à l’exception de quelques instants de répit, pendant un quart de siècle encore. En 1243 enfin, toute résistance est anéantie ; les plus grandes villes, les plus importants bastions cathares se sont soumis, en dehors de quelques points isolés. Parmi eux, la majestueuse, l’orgueilleuse citadelle de Montségur

De petits noyaux persistent à « pulluler çà et là », à l’abri des montagnes ou dans des grottes, fidèles à leurs croyances, poursuivant une guérilla inlassable contre leurs persécuteurs. C’est ainsi qu’une poignée d’entre eux va survivre dans les environs de Rennes-le-Château.

Toujours avec la conférence de Deseille.


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=CtI-xQ8Ic8w

À 1H16’21" du vidéo : L’Inquisition et le « passe nazitaire » de l’époque

La description qu’en fait Michel Deseille invite à la réflexion avec l’instauration de la « passe nazitaire » pour éviter pareille dérive. On prépare tranquillement la chasse aux « hérétiques » non-vaccinés. Legault et Arruda nous ont menti de bout en bout sur tout. On vise maintenant 95 % de vaccinés. Et après, on va s’en prendre aux « hérétiques ». L’Histoire est en train de se répéter sous nos yeux, et les « Light Seeker » de ce monde (qui prétendent en plus de l’avoir enseignée), ne sont pas foutus d’en voir les signes précurseurs trop occupés déjà à siéger sur ce tribunal de l’Inquisition des années 2020.

À 1H26’17" du vidéo : L’ésotérisme et les Cathares

. D’abord ils ont comme textes de référence l’Évangile de Saint-Jean et le Livre de la Révélation, reconnu pour être ésotériques
. Leur doctrine est inspirée de la gnose égyptienne qui n’était pas diffusée, très connue à l’époque
. Et il y a l’histoire du « trésor » des Cathares
. Trois à quatre Cathares auraient descendu la falaise de la forteresse de Montségur avec des cordes pour échapper au siège et mettre en lieu sûr un « trésor » avant la reddition
. Leur « trésor » serait des manuscrits et / ou un trésor matériel caché ailleurs et qu’il fallait que quelques-uns sortent pour en assurer la pérennité

« L’Énigme Sacrée », en pages 64 à 68 : Mais il y a autre chose, car dès les débuts de la croisade, déjà, on murmurait que ce haut lieu de leur foi, ce formidable vaisseau de pierre qu’était le château de Montségur, renfermait une richesse, non point matérielle, mais d’essence mystique.

Au mois de janvier suivant, trois mois avant la chute de la citadelle, deux Parfaits quittent ses murailles, emportant avec eux la majeure partie du trésor matériel des Cathares (or, argent et une grande quantité de monnaie) qu’ils transportent dans une grotte fortifiée dans la profondeur des montagnes, puis dans un autre château fort : jamais plus on n’en entendra parler…

Le 1er mars, Montségur se rend…

Les pourparlers s’engagent aussitôt…

Les assiégés demandent alors une trêve de quinze jours…

La trêve expire le 15 mars…

Quatre hommes pourtant échappent au bûcher. Ce sont les quatre Parfaits que les défenseurs restés dans la citadelle ont cachés dans un souterrain, au péril de leur vie, pendant que les autres hérétiques quittaient le château pour les flammes. La nuit du 16 mars, ils s’évadent au moyen de cordes suspendues au-dessus de la façade occidentale du pic.

De quelle importante mission sont-ils chargés, pour avoir choisi cette périlleuse évasion nocturne…

Les quatre fugitifs emportent donc avec eux autre chose qu’un bien matériel.

C’est autour de la trêve, demandée et obtenue, que semble le mieux s’ébaucher la réponse à cette énigme.

Or les Cathares, qui mettent en doute la Crucifixion, n’ont aucune raison d’attacher de l’importance à la Résurrection. Pourtant on sait avec certitude que le 14 mars, veille de l’expiration de la trêve, une fête eut lieu dans la citadelle encerclée. Cette date n’a certainement pas été choisie au hasard, non plus que la cérémonie à l’issue de laquelle six femmes et une douzaine d’hommes, chevaliers et sergents d’armes, ont aspiré à entrer dans l’Église cathare. L’une et l’autre ont-elles quelque rapport avec le mystérieux « objet » qui quittent clandestinement Montségur deux nuits plus tard ?

…quel était donc exactement ce légendaire et tout à la fois extraordinaire trésor des Cathares ?

C’est alors que nous revinrent à l’esprit les multiples légendes existant sur les liens étroits qui, aux XIIe et XIIe siècles, unissaient les Cathares et le Saint Graal.

Or de nombreux témoignages existent ; d’aucuns vont même jusqu’à prétendre que les romans du Graal – ceux de Chrétien de Troyes par exemple, et de Wolfram von Eschenbach en Allemagne – sont une interpolation, au cœur de l’orthodoxie chrétienne, de la pensée cathare dissimulée dans l’allégorie poétique. Cette assertion comporte une part de vérité ; au cours de la croisade des Albigeois, en effet, les représentants de Rome condamnèrent les romans du Graal, pernicieux à leurs yeux sinon hérétiques, en raison du dualisme très particulier qu’ils exprimaient.

Qui plus est, Wolfram, le poète allemand, situe dans les Pyrénées le château où est conservée la coupe sacrée, Richard Wagner semble avoir donné son adhésion à cette thèse.

Dans l’un des poèmes d’Eschenbach, en outre, le seigneur du château du Graal se nomme Perilla [Périllos] ; or le seigneur de Montségur était Raymond de Péreille, plus souvent orthographié dans les documents de l’époque sous sa forme latine de Perella.

Si ces coïncidences nous frappent, elles ont aussi frappé Saunière, plus imprégné que nous encore du folklore de son terroir.

Et, dans ces conditions, pourquoi le « secret de Montségur » ne serait-il pas aussi celui de l’abbé Saunière ?...

[image]


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=yKC4HjpNpy8

À 0H48’15" du vidéo : L’Occitanie, les Cathares et Montségur

. Montségur le dernier château cathare à tomber [officiellement en 1244 sauf une petite récidive dans une autre citadelle en 1255…]
. Les Templiers étaient sur place mais n’ont jamais levé l’épée contre les Cathares
. Il y avait des rapports étroits entre Templiers et Basques
. Les Basques, à la demande des Templiers, auraient permis la chute de Montségur pour favoriser la fuite du Graal que les Cathares protégeaient
. Les Pyrénées sont un véritable sanctuaire (Amašutum, Graal)
. Les Basques à l’ouest des Pyrénées ; Rennes-le-Château à l’est

Kiwan pour Richard Glenn : …car il avait deux jambes !

Puis Kiwan enchaîne avec le descendant du Graal au Québec, à Précieux-Sang, par l’entremise de Samuel de Champlain et de Saint-Vincent-de-Paul.

Lien Complément Surprenant qui accompagne le VidéOrandia :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=142223
Extrait : Extrait 2 : MONTSÉGUR GRAAL
[image]
Montségur a longtemps été considéré comme étant le château du Graal où certaines clefs de la connaissance graalique étaient, dit-on, conservées par les Cathares. Refuge de la hiérarchie cathare et des chevaliers languedociens mis en fuite par la Croisade et le pouvoir royal en 1243, ce château aurait abrité le fabuleux trésor des Cathares dont on raconte qu'il aurait disparu la veille de la reddition afin de ne pas tomber dans les mains ennemies. Montségur n’était pas seulement une forteresse mais également un immense coffre-fort. Le trésor n’aurait pas été constitué d’or mais d’un objet bien plus précieux : la coupe du sang du Christ, le très précieux Graal. Lors du solstice d'été, le château est traversé de part en part par les rayons du Soleil sans compter que le donjon au nord-ouest voit ses quatre archères alignées parfaitement avec le Soleil. Un tel phénomène a donc laissé penser à l'existence d'un culte solaire à Montségur, conforté par le fait que le catharisme fut considéré par certains comme une religion solaire.

2. PAROISSE PRÉCIEUX-SANG

C'est ça l'histoire du Grand Monarque qui a été cachée... quelque part près de Trois-Rivières dans une ville que l'on appelle... Précieux-Sang ! Ce sont les mêmes initiales que le Prieuré de Sion, P.S. !! L'histoire est là au bout de nos doigts. On a caché l'enfant aux yeux de la France.

3. ST-VINCENT DE PAUL / LIGNÉE DAVIDIQUE

St-Vincent de Paul, membre de la SOCIÉTÉ DU ST-SACREMENT, est "disparu" d'Europe pendant deux ans, sans explication de la part de tous les historiens. Son "absence de l'Histoire" coïncide entre deux voyages de Samuel de Champlain de la France vers la Nouvelle-France puis son retour deux ans plus tard en France. La société du ST-SACREMENT fut dissoute en France très tôt alors qu'elle subsiste toujours au Québec dont la devise est :
"LA SOCIÉTÉ DU SAINT SACREMENT POSSÈDE LE PLUS PETIT TRÉSOR QUI EST AUSSI LE PLUS GRAND SECRET QUE LE MONDE N'AIT JAMAIS PORTÉ"
Rien de moins qu'un enfant de la lignée davidique de par la descendance de Jésus ! St- Vincent de Paul est reconnu pour s'être occupé particulièrement des orphelins.

Selon Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Samuel_de_Champlain

Samuel de Champlain effectue plusieurs voyages en Nouvelle-France mais spécifiquement dans la région de Trois-Rivières en 1618 et à son dernier voyage en 1633-1635 pour la fondation de Trois-Rivières.

Selon « L’Énigme Sacrée », la Compagnie du Saint-Sacrement aurait été fondée entre 1627 et 1629. Louis XIV ordonne sa dissolution en 1660, édit royal que la Compagnie va ignorer jusqu’en 1665 où elle va mettre en sécurité toutes ses archives.

[image]

. Curieusement, on ne parle jamais dans l’épopée cathare de Rennes-le-Château alors que c’est en plein milieu de la région cathare et il y a plein de commanderies templières dans le coin dont le Bézu en est la principale

« L’Énigme Sacrée », en page 57 : Nos investigations s’engagèrent alors dans une voie déjà familière, celle de l’hérésie cathare, ou albigeoise, et de la croisade qu’elle provoqua au XIIIe siècle ; de toute évidence, elle semblait jouer un rôle dans le mystère de Rennes-le-Château.

Un « pape cathare » n’avait-il pas vécu jusqu’à sa mort, en 1978, au village d’Arques ?

Natif de cette contrée… Saunière ne peut ignorer la tradition cathare, ni que la ville de Rennes-le-Château a été, au cours des XIIe et XIIIe siècles, l’un de ses plus importants bastions.

En 1890, Jules Doinel, bibliothécaire à Carcassonne, fonde une Église néo-cathare, puis il adhère à la Société des Arts et des Sciences de la ville, dont il est élu secrétaire en 1898 ; parmi les membres de cette brillante association culturelle figure l’abbé Henri Boudet. Et, dans l’entourage proche de Doinel, on rencontre Emma Calvé. Ainsi, le curé de Rennes-le-Château a-t-il dû faire la connaissance du bibliothécaire de Carcassonne.

Il ne le nomme pas, mais une simple recherche nous met rapidement en rapport avec un profil qui correspond à ce « pape cathare » d’Arques.

Wikipédia : Déodat Roché (Arques (Aude), 13 décembre 1877 - Arques (Aude), 12 janvier 1978) est surtout connu pour ses travaux sur le catharisme. Il fut à la fois magistrat, philosophe, anthroposophe, franc-maçon et historien du catharisme.

Il fut très jeune préoccupé par les questions spirituelles et ésotériques. Depuis 1890, il étudiait avec son père les auteurs occultistes de son époque, entre autres, Fabre d'Olivet, Papus, Édouard Schuré, Paul Sédir, Allan Kardec, Fabre des Essarts, etc. À l'âge de quatorze ans, il prit conscience de la tragédie qui s'était déroulée dans sa région au xiiie siècle résultant de la croisade des albigeois. De là son intérêt pour l'histoire et les doctrines des Cathares.

En 1896 il s'affilia au « Groupe indépendant d'études ésotériques » de Papus et entretint une correspondance avec Sédir. Puis en 1898 il fut initié dans l'Ordre martiniste par le docteur Louis-Sophrone Fugairon1 et en 1899 il s'affilia à l'Église gnostique de France de Jules Doinel et, en 1901 en sera ordonné diacre, finalement en 1903, le diacre Theodotos est ordonné évêque gnostique de Carcassonne, « Sa Grandeur Tau Theodotos », mais peu de temps après, il prit ses distances de l'Église gnostique dont il trouvait les enseignements figés.

. Tout se recoupe dans le même coin : Cathares, Templiers, Rennes-le-Château, alchimistes
. De par leur lien avec saint Bernard de Clairvaux, du fait qu’ils n’auraient pas d’idéologie dualiste, les Templiers n’auraient pas de liens directs avec les Cathares mais seraient restés à l’écart de la croisade des Albigeois

Pourtant, Templiers et Cathares partagent une attitude semblable vis-à-vis de Jésus.

. Par contre, il serait possible qu’il y ait un lien entre Cathares et rosicruciens
. Derrière leur doctrine officielle dualiste, les Cathares auraient eu une idéologie secrète de type « solaire », un culte païen du Soleil parce qu’il fallait capter et contempler la lumière
. Montségur est aligné en fonction de la course du Soleil avec les signes du zodiaque et certaines étoiles ; c’est de la géographie sacrée
. On aurait retrouvé pareil phénomène dans d’autres châteaux cathares
. Une partie de la doctrine cathare inspirée du « Livre d’Hénoch » (Nag Hammadi) qui, à l’époque, ne circulait pas

Autre exemple de géographie sacrée :

Lien : https://www.journaldemontreal.com/2016/05/07/un-ado-decouvre-une-cite-maya
Extrait : Un adolescent découvre une cité maya

[image]

Le Québécois de 15 ans a fait le lien entre la forme des constellations et la position des villes mayas

Samedi, 7 mai 2016 07:30
MISE À JOUR Samedi, 7 mai 2016 07:30

---
LIENS DOSSIERS : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=197807

P(3)58

  1181 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

193022 messages dans 39199 fils de discussion, 1011 utilisateurs enregistrés, 82 utilisateurs en ligne (1 enregistrés, 81 invités)
Temps actuel sur le forum : 07/07/2022, 09:33
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum