Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

L'ÉNIGME SACRÉE, CORPUS DEAE, REX DEUS, TEMPLIERS / GRAAL 20

par panthère58, dimanche 31 octobre 2021, 13:33 (il y a 249 jours) @ panthère58

:-) L'ÉNIGME SACRÉE, CORPUS DEAE, REX DEUS, LES TEMPLIERS, GRAAL 20

Lien Complément Surprenant :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=184254

[image]

[image]

Lien Complément Surprenant :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=135396

Extrait : GÉNÉALOGIE HISTORIQUE DES ROIS DU GRAAL

[image]

Sir Laurence Gardner est le biographe officiel de nombreuses familles royales européennes. À partir d'archives officielles et d'archives secrètes, il affirme avoir reconstitué la généalogie historique des "Rois du Graal," à partir d'Adam, en passant par David, Jésus-Christ, les Rois Mérovingiens, le Roi Arthur d'Angleterre, et jusqu'aux Maisons royales européennes. Il aboutit ainsi à la Maison Mérovingienne des Stuart d'Écosse, véritable héritière, selon lui, du trône d'Angleterre, et de laquelle est issue Diana Spencer. Sir Laurence Gardner tente manifestement de faire passer le message subliminal suivant : "Diana nous a laissé son fils premier-né, un enfant en qui coule pleinement le "sang royal de la lignée messianique." Vous trouverez aussi des choses très intéressantes sur le choix de Lady Diana Spencer comme épouse du Prince Charles. La famille Spencer descend de l’ancienne famille royale anglaise Stuard et des Mérovingiens ; selon certaines prophéties, il fallait absolument relier le sang des Stuart à celui des Windsor pour assurer l’avenir de la monarchie anglaise. En effet, deux familles royales de Grande-Bretagne ont toujours prétendu descendre de la Tribu de Juda, d’où sont issus le Roi David et Jésus-Christ. Ce sont, d’une part, l’actuelle Maison des Windsor (à laquelle appartiennent la Reine Elizabeth, le Prince Charles, et son fils le Prince William, entre autres) et d’autre part, la Maison Écossaise des Stuart, dont faisait partie la Princesse Diana. Ces deux familles, Windsor et Stuart, sont très connues dans les sociétés occultes, comme étant rattachées à la descendance royale messianique du Roi David. Les historiens ne sont pas tous d’accord pour reconnaître à la Maison des Windsor le droit légitime d’hériter du trône d’Angleterre, ce qui fragilise donc leur prétention à descendre du Trône de David. Tandis que la plupart d’entre eux sont d’accord sur le fait que la Maison des Stuart possède des droits incontestables sur le Trône d’Angleterre. Considérant cela, il était donc de la plus haute importance, pour la Maison des Windsor, de rechercher une « femme » de pure lignée Mérovingienne, dans la Maison des Stuart, pour la marier à l’héritier du trône d’Angleterre, le Prince Charles. De cette manière, la Maison royale d’Angleterre serait légitimée. [On va retrouver plus tard dans le dossier, la même stratégie pour unir Marie-Madeleine à Jésus.] En outre, le fruit de cette union, notamment le premier-né éventuel, bénéficierait de la « sainte ascendance de Christ et de David, » et unifierait en sa personne les deux Maisons royales. C’est pour cette raison que le clan des Windsor a cherché activement cette « femme Mérovingienne » et l’a trouvée en la personne de la jeune Diana Spencer, héritière des Stuart d’Écosse. Avec le Prince William, le sang des deux Maisons est ainsi réuni.

[image]

Kate Middleton est la fille de Carole Goldsmith c’est-à-dire qu’elle est juive cela voudra dire que la future reine d’Angleterre sera juive et donc que l’alliance scellée entre l’Angleterre et Israël par l’intermédiaire des Windsor sera accomplie définitivement.

Le Prince William, né le 21 juin 1982, est né juste après une éclipse solaire, le jour du solstice d'été.

LA COUPE AURAIT ÉTÉ TRANSPORTÉE EN ANGLETERRE

Graal ou Saint-Graal (du latin médiéval, cratella, "vase"), dans la littérature médiévale, coupe sacrée dans laquelle Jésus-Christ aurait bu lors de la Cène qui fut l'objet, plus tard, d'une quête initiatique entreprise par les chevaliers du légendaire roi Arthur. Selon la tradition, le Graal fut conservé par Joseph d'Arimathie, qui l'utilisa pour recueillir le sang du Christ crucifié. Par la suite, la coupe aurait été transportée en Angleterre, où elle se serait transmise de génération en génération dans la descendance de Joseph.

[image]

A l'aube du XIVe siècle disparaissent les Templiers, victimes d'une machination ourdie par le pape et le roi de France. Pourquoi ces deux rivaux font-ils soudain cause commune contre le plus prestigieux de tous les ordres militaires et religieux de la chrétienté ? Aux tortures de l'inquisition succède la désinformation orchestrée par l'Église et l'État car, il s'agit de protéger un terrible secret sur lequel repose le pouvoir.

Qui en sont aujourd'hui les dépositaires ? Le Suaire de Turin nous donne une nouvelle réponse ! Christopher Knight et Robert Lomas ont reconstitué l'histoire du Suaire de Turin et, ils sont parvenus à identifier tous ceux qui sont impliqués dans l'affaire. Les derniers procédés scientifiques leur ont aussi permis de comprendre l'étonnant processus chimique qui a donné naissance à cet objet unique en son genre.

En résolvant l'énigme du Suaire de Turin cet ouvrage dévoile un mystère, encore plus insondable, celui des liens qui rattachent directement cet objet au Christ. Les dépositaires de ce secret se sont efforcés de le cacher au commun des mortels, voire à leurs frères. Mais ils n'ont pas réussi à détruire les indices dissimulés dans les rituels francs-maçons aujourd'hui abandonnés.

[image]

Lien : https://www.thelibertybeacon.com/bloodlines-of-all-us-presidents/

Extrait traduction Google : Sur les 43 présidents à ce jour, 34 d’entre eux ont des liens avec Charlemagne (742-814), le plus célèbre de tous les monarques Français. Même si l’Amérique a été qualifiée de creuset d’immigration, cette diversité génétique n’a PAS été équitablement représentée parmi les occupants de la Maison Blanche. Il n’y a pas eu d’autres présidents que de riches hommes blancs aristocratiques – pas de femmes, pas de minorités, et certainement pas de membres de la classe moyenne ouvrière. Ainsi, il faut dire que l’Amérique n’est gouvernée QUE par des membres d’une aristocratie oligarchique. Bill Clinton était représenté comme un soi-disant « homme ordinaire », cependant, ses liens avec la famille Rockefeller ont longtemps fait l’objet de rumeurs, et il devrait posséder ce type de lien familial pour avoir réussi à réquisitionner la Maison Blanche pendant deux mandats.

Selon le site Web Burke’s Peerage, 26 des 42 premiers présidents sont des cousins au septième degré, tout au plus. 28 de ces hommes sont cousins au sixième ou septième degré tout au plus. George Bush Père partage avec Franklin Roosevelt, 15 cousins qui étaient présidents. Gerald Ford et William Taft sont apparentés à 14 ans, et Barbara Bush est un membre de la famille Pierce, et est elle-même liée à Franklin Pierce, notre 14e président.

36 des 42 premières familles présidentielles remontent à la royauté d’Angleterre, d’Écosse ou du Pays de Galles. Lors des élections présidentielles de 2000 et de 2004, George W. Bush et Al Gore et John Kerry sont cousins. En plus d’être des membres de la famille apparentés, Bush et Kerry sont tous deux membres de la fraternité occulte Skull & Bones de l’Université de Yale. Le danger caché de Skull & Bones est que le serment qui est prêté lorsque l’on a été choisi pour rejoindre la cabale, remplace tous les serments suivants, y compris le serment présidentiel !

David Icke a écrit ce qui suit dans son livre THE BIGGEST SECRET [pgs. 191-192] :

Au moins 33 des 42 premiers présidents des États-Unis ont été liés au roi d’Angleterre Alfred le Grand (849-899) et Charlemagne (742-814), le célèbre monarque de France, et 19 présidents sont liés au roi d’Angleterre Édouard III (1312-1377), qui a mille liens de sang avec le prince Charles. George Bush et Barbara Bush sont tous deux de la même lignée aristocratique, entre autres que j’ai notés. Ils viennent de la lignée Pierce, qui a changé son nom de Percy après avoir fui l’Angleterre à la suite du complot de la poudre à canon pour faire sauter le parlement anglais. Les Bush se sont mariés pour la génétique, comme les familles de l’establishment oriental aux États-Unis l’ont toujours fait en accord avec leurs camarades de famille royale et aristocratique en Europe.

[image]

LA BIBLE DÉVOILÉE : Partie 6
par panthère58, samedi 18 mars 2017, 18:42 (il y a 1688 jours) @ panthère58

Lien : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=145774

Extrait : Tiré de « La Bible dévoilée », des Silberman et Finkelstein

En pages 447-448 : De la catastrophe au révisionnisme historique

Joiakîn, le roi exilé de Jérusalem en 597 av. J.-C., chef de la communauté judéenne de Babylone, représentait le dernier espoir d’une restauration future de la dynastie davidique. Seulement voilà : après la catastrophe qui venait de se dérouler, la conviction autrefois incontestée qui voulait qu’un héritier de David accomplît[isse] la promesse divine ne pouvait plus être prise à la lettre. C’est pourquoi le besoin désespéré d’une réinterprétation des événements historiques des décennies précédentes, qui entraîna une réécriture de l’histoire deutéronomiste originelle. Il fallait bien expliquer pourquoi cette rédemption tant attendue, que le règne du grand-père de Joiakîn, Josias, avait fait espérer, ne s’était pas manifestée.

En page 448 : Le récit [l’histoire deutéronomiste originale] aurait dû s’achever sur la rédemption divine et la béatitude éternelle. Or, la catastrophe avait frappé.

En page 449 : Il devenait donc nécessaire d’actualiser l’histoire deutéronomiste.

En page 450 : Il fallait répondre à la question théologique suivante : comment se faisait-il que la droiture et la piété de Josias aient été impuissantes à prévenir la brutale et sanglante conquête de Jérusalem ?

D’où la deuxième version de l’histoire deutéronomiste sous le sigle Dtr². Josias ne peut que « retarder » l’inévitable. Et on trouve un coupable : Manassé.

Sont y bons pour trouver des boucs émissaires ! Les Mérovingiens seraient-ils issus des magouilleurs deutéronomistes, par hasard ?

En page 451 : Dtr² procède en outre à un retournement théologique. […] La droiture d’un seul monarque davidique ne suffisait plus à assurer la destinée d’Israël.

70 % de vaccinés ne suffisent plus pour revenir à la "normale"... !

En page 452 : Mais c’est la droiture du peuple tout entier [qui doit être vacciné...] – sur la base des droits et des devoirs individuels précisés par le Deutéronome [des experts à la solde des pharmaceutiques, des oligarchiques] – qui est devenue le facteur déterminant pour le futur d’Israël [de la planète]. Ainsi réécrite [fake news], l’histoire deutéronomiste subordonne habilement l’alliance avec David à l’accomplissement de l’alliance passée entre Dieu et le peuple d’Israël au Sinaï.

En page 456 : Les textes et l’archéologie contredisent donc l’idée qu’entre la destruction de Jérusalem, en 586 av. J.-C., et le retour des exilés à la suite de l’édit de Cyrus en 538, Juda, abandonné, était resté en ruine.

Contrairement aux Assyriens, les Babyloniens n’ont pas repeuplé Juda avec des immigrés. Et [qu’en] est-il de la lignée davidique ?

En page 459 : Sheshbaççar qui rapporta les trésors de l’ancien Temple et posa les fondations du nouveau, est un personnage énigmatique. La Bible l’appelle « le prince de Juda » (Esd 1,8), ce qui le fit identifier par de nombreux savants avec le Shéneaççar du premier livre des Chroniques (1 Ch 3,18), l’un des héritiers du trône davidique, voire avec le fils de Joiakîn.

Zorobabel, qui termina la construction du Temple en 516 av. J.-C., descendait apparemment lui aussi de la lignée de David. Pourtant, il ne dirigeait pas seul, mais avec le grand prêtre Josué. En outre, détail significatif, il disparaît du récit biblique après l’achèvement des travaux du Temple. Il est bien possible que son lien avec la maison de David ait suscité des espérances messianiques dans Juda (Ag 2,20-23), qui aurait poussé les autorités perses à le rappeler pour des raisons politiques. À partir de ce moment-là, la famille davidique n’a plus joué aucun rôle dans l’histoire de Yehoud. […] La monarchie ne jouant plus aucun rôle, le Temple devint le centre de l’identité du peuple de Yehoud. Ce fut l’un des tournants les plus cruciaux de l’histoire juive.

Oups. En apparence, la lignée davidique disparaît… Dans le Nouveau Testament aussi !

Juda sous une double autorité : perse et cléricale.

En page 460 : L’une des fonctions principales de l’élite cléricale dans la Jérusalem postexilique fut la production permanente d’une littérature sacrée destinée à souder [à laver le cerveau de] la communauté et à lui fixer ses propres normes en opposition à celles des populations voisines. Les savants ont remarqué que la source « P » ("sacerdotale"), dans le Pentateuque, est, en grande partie, postexilique. Autre détail d’importance, la rédaction finale du Pentateuque date également de cette période.

En page 461 : Mais d’autres circonstances – tels le déclin de la maison de David et l’appartenance à un vaste empire – contraignirent les auteurs postexiliques à reformuler [du "sacré" fake news comme on aime entretenir sur Orandia] les anciennes notions. [en particulier l’histoire de l’Exode et d’Abraham]

En pages 463-464 : Les derniers rédacteurs de la Genèse ne se contentèrent pas de simples métaphores. […] Les origines urites d’Abraham ne sont mentionnées que dans deux versets isolés (Gn 11,28-31 – un document « P »), alors que son histoire paraît davantage centrée au nord de la Syrie, dans la ville araméenne d’Harân. Mais, aussi brève soit-elle, la simple mention d’Ur suffisait : attribuer à Abraham Ur comme lieu de naissance revenait à conférer un énorme prestige à l’ancêtre putatif de la nation. Ur était déjà renommée comme lieu de savoir d’une très haute antiquité, mais son prestige augmenta considérablement dans toute la région lorsque, vers le milieu du VIe siècle av. J.-C., elle redevint un important centre religieux grâce au roi babylonien – un chaldéen – Nabonide.

En page 464 : Pour résumer, l’étape postexilique de la rédaction de la Bible récapitulait nombre de « thèmes clés » qui appartenaient à l’étape précédente, celle du VIIe siècle av. J.-C., dont nous avons abondamment parlé tout au long de cet ouvrage. La similitude des réalités et des besoins de ces deux époques en fut la cause.

En page 468 : L’espoir de rédemption future, qui ne se rattachait plus à la dynastie terrestre et défunte de David, continuait à vivre dans les attentes prophétiques et messianiques du judaïsme, et dans la croyance chrétienne de l’appartenance de Jésus à la lignée davidique. La mort poignante du prétendu messie Josias, bien des siècles auparavant, avait défini un modèle qui allait perdurer à travers l’histoire.

Ainsi en est-il aujourd’hui de la croyance en un Grand Monarque. La seule crédibilité que j’accorde à cette attente messianique, repose sur le fait que la « Maison de David » origine de l’Égypte, et non pas de la fabulation des biblistes judéens. David serait en fait Horus.

Ainsi, il est légitime de remettre en question la royauté mérovingienne, sans totalement l'exclure. Si Grand Monarque il y a, c'est l'esprit d'Osiris (Horus / Lucifer) qui doit être le gage de cette incarnation. Quand on regarde la génétique royale des Mérovingiens, des Carolingiens, des Capétiens, des Stuart, des Windsor, il y a un paquet de rois fous, déjantés, extrémistes, sanguinaires, abus de pouvoir. La génétique seule ne peut faire foi de tout.

En pages 469-470 : Cependant, l’intégrité de la Bible et, en fait, son historicité, ne se fondent pas sur les preuves historiques d’événements ou de personnages donnés…

[image]

REX DEUS - Les Templiers du Graal

[image]

Lien : http://templarii3m.free.fr/doc_rex_deus_templiers_du_graal.htm

Les Sinclair étaient des descendants de Guillaume de Gellone, par sa petite-petite-petite fille, Poppa de Valois, qui épousa le leader Viking Rollo Ragnvaldsson. Parmi les descendants de Rollo se trouvent Guillaume le Conquérant de Normandie. [Viking ?]

La lignée des Sinclair ou Saint Clair, serait originaire de Normandie, plus exactement de Saint-Clair-sur-Epte. Un illustre aïeul, Guillaume de Saint Clair fut compagnon de Guillaume le Conquérant. En raison de ses exploits, il reçut en héritage, la baronnie de Roslin ou Rosslyn en Écosse, sur laquelle les descendants de la famille Saint Clair édifièrent par la suite la chapelle de Rosslyn.

Les comtes de Sinclair de Rosslyn ont abrité en toute sécurité les quatre coffres du trésor des Templiers dans leur château jusqu'à ce qu'un incendie se déclare de façon inattendue là-bas et ils ont été obligés de les retirer du bâtiment qui s'effondrait. Mais cette catastrophe avait apparemment son côté positif, car, selon la légende, peu après l'incendie du château, la construction de la chapelle de Rosslyn a commencé sérieusement.

[image]
Extérieur de la chapelle de Rosslyn, Roslin, Ecosse. (Photo : Mark Amaru Pinkham)

La dynastie des Stewart, dont le nom sera francisé en Stuart, reçoit le sceptre et la couronne des rois du Graal. Le 26 mars 1371, avec Robert Stewart qui accède au trône, les lignées du Graal se retrouvent unies au sein de la famille écossaise, comme la première fois au VIème siècle avec Arthur mac Aedan du Dalriada (le roi Arthur de la légende).

Lien pour la suite : http://templarii3m.free.fr/doc_robert_the_bruce_saint_clair.htm

ET IN ARCADIA EGO

[image]

Henry Saint Clare ou Sinclair (ca. 1355-1404), Comte des Orcades, conquiert les îles Féroé et Shetlands alors possessions norvégiennes. Surnommé "le Navigateur", Henry aurait voyagé en 1395 jusqu’au Groenland et aurait dirigé une expédition en 1398 vers l'Amérique, en compagnie de l’explorateur vénitien Antonio Zeno, soit 100 ans avant la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb.

Ne serait-ce pas ce "secret du Temple" qui se cacherait dans la devise ET IN ARCADIA EGO ?

L'A[R]CADIE, ancienne région du Canada oriental, est située au nord-est du continent américain, aujourd'hui répartie entre les provinces maritimes de la Nouvelle-Écosse (Nova Scotia), du Nouveau-Brunswick et de l'Île-du-Prince-Édouard.

La petite ville de Green Oaks serait une très ancienne colonie de réfugiés Templiers, liés à la famille Sinclair d’Ecosse. Selon ces théories, son expédition pourrait être à l'origine de la construction de la tour de Newport.

Rosslyn Chapel, dont la construction débuta en 1441, abrite des gravures d'épis de maïs et de fleurs de cactus aloès, plantes qui ne poussaient alors que sur le continent américain, et qu'elles étaient parfaitement inconnues à l'époque en Europe. Ceci appuierait l'hypothèse d'un accostage des navires templiers sur les côtes du continent américain, puis d'un retour en Écosse antérieur à 1441.

[image]

Lien Complément Surprenant : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=33754

Extrait : LE MYSTERE DU PUITS DE OAK ISLAND

Tout a commencé aux alentours de 1795 quand un jeune homme du nom de Daniel McGinnis s'aventura aux alentours de l'île de Oak Island, petite île canadienne dans Magone Bay en Nouvelle Ecosse.

Voilà comment commença le mystère du puits de Oak island, appelé aussi "Money Pit", c'est-à-dire le puits de l'argent.

Il est troublant de penser que dans le message ET IN ARCADIA EGO se trouve ACADIA qui est l'ancien nom français de la Nouvelle Écosse et le Nouveau Brunswick au Canada moderne, territoires saisis par les Anglais et visités par Anson. N'oublions pas que l'un des bergers pointe le pouce sur le R de ARCADIA comme pour montrer que cette lettre serait en trop...

En 1995 on rédigea un rapport sur l'Île d'Oak et depuis lors les chasseur de trésor continuent de tenter de retrouver le trésor si mystérieux et désiré.

[image]

BOURSES DE VOYAGE - Jules Verne (1903)

"Cependant, il ne pouvait oublier sa patrie dont tout un océan le séparait alors, et dulces reminiscetur Argos, mais il n’oublierait pas davantage les satisfactions d’amour-propre qu’il rencontrait aux Antilles, et, à son heure dernière, pourrait répéter : Et in Arcadia ego, car les Antilles auraient été un morceau de cette Arcadie qui fut le séjour de l’innocence et du bonheur. Enfin, il avait toujours désiré visiter ce splendide archipel, hoc erat in votis, répétait-il avec Horace, déjà cité, et dans lequel, si parva licet componere magnis – Virgile déjà nommé, – lui, l’économe d’Antilian School, il venait de mettre le pied près de quatre cents ans après Christophe Colomb."

William de Saint Clair, 3ème Prince d'Orkney, est précepteur de la Militi Templi Scotia (Knights Templar of Scotland).

A sa mort en 1484, il sera inhumé dans la chapelle de Rosslyn en forme de croix qu'il a fait construire. Sir William était le petit-fils du Prince Henry St. Clair d'Orkney, dit "le Navigateur".

Charles VII remet la ville d'Aubigny(-sur-Nère) à Jean Stuart de Darnley (1423), le plus prestigieux des chefs de l'armée écossaise qui lui permit de mettre un terme à la Guerre de Cent ans au nom de l'Auld Alliance (traité d'aide mutuelle entre la France et l'Ecosse conclu en XIIIe siècle). Bérault et Robert Stuart, compagnons d'armes du chevalier Bayard et contemporains de Léonard de Vinci, firent construire les châteaux d'Aubigny et de la Verrerie.

La dynastie des Stuart (ou Stewart) règne sur l'Écosse entre 1371 et 1714, et sur l'Angleterre, l'Irlande et le Pays de Galles entre 1603 et 1714. Les Stuart ont comme premier ancêtre juif Joseph, le fils de Jacob. Le monument funéraire des derniers Stuarts se trouve dans la Basilique St-Pierre au Vatican. De nombreux membres de la famille Sinclair servirent les rois de France dans la Garde écossaise.

Vers l'Islande ?

Le "trésor" aurait été trouvé par les chevaliers templiers autour de 1125, en partie à Jérusalem et en partie à Cythère (Citera/Kythira), transféré en France (Mont Cardou) et finalement caché dans la chambre souterraine en Islande, environ un siècle plus tard. (Hera Magazine November 2006) En 1217 un groupe de chevaliers Templiers aurait voyagé en Islande (proche de l'Ecosse) et soutenu l'élection de Sturlusson.

Des indices se trouveraient dans l'œuvre de Leonard de Vinci et dans La Divine Comédie de Dante. La description du séjour de Dante en Islande (probablement en 1319) serait codée dans le chant 27 du Purgatoire. Dante y fait référence à un amphithéatre naturel situé près de la rivière Jökulfall. Sous un rocher taillé comme un trône se trouverait la chambre secrète du trésor des Templiers.

[image]

Lien : https://histoire-templier.blogspot.com/search?updated-max=2011-01-30T09:02:00-08:00&...

Extrait : Les Templiers et l'Écosse

Une légende tenace rapporte qu’un groupe important de Templiers s’enfuirent de France lors de l’arrestation générale des membres de l’Ordre en octobre 1307. Certains, donc, s’étaient échappés. On dit qu’ils se réfugièrent en Écosse, sous la protection du roi Robert the Bruce. Après sept ans d’exil, ils s’acquittèrent de leur dette en fournissant à Bruce un appoint décisif lors de la bataille de Bannockburn. C’était le jour de la saint Jean d’été 1314. Bruce combattait les anglais et l’issue de la bataille était incertaine. C’est alors qu’une troupe fraîche, composée dit-on de Templiers et d’ouvriers maçons, entra dans la mêlée, et les Anglais s’embourbèrent dans le marais. Cette bataille offrit à l’Écosse trois siècles d’indépendance, chèrement gagnée. Une amitié « parfaite et fraternelle » lia, depuis ce jour, les Écossais aux Français. A la chute de la dynastie Stuart (descendant de Bruce), c’est en France que les Écossais se réfugièrent. Louis XIV les accueillit avec magnificence, en leur offrant la jouissance du château de Saint-Germain.

[image]

[image]

170. En Lorraine (en Allemagne à cette époque), les Templiers sont protégés par le duc
171. En Europe, en s’adaptant, les Templiers réussissent à échapper à l’hécatombe
172. Les trois caravelles de Christophe Colomb vont battre pavillon de l’Ordre en 1492
173. En 1522, les Chevaliers Teutoniques (Luther) prennent leur revanche sur l’Église
174. Avec la Révolution française de 1789, le mystère des Templiers s’amplifie

« Énigme Sacrée », en pages 83-84 : À la fin du XIXe siècle, un funeste « Ordre des Nouveaux Templiers » est même fondé en Allemagne et en Autriche, en choisissant le svastika comme l’un de ses emblèmes. La théosophe russo-allemande H.P. Blavatsky et le philosophe autrichien Rudolf Steiner, fondateur de l’anthroposophie, évoquent dans leurs œuvres une « tradition de sagesse » qui, par l’intermédiaire des Rosicruciens, trouverait son origine chez les Cathares et les Templiers, eux-mêmes dépositaires des plus anciens secrets.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 21 : Il sera signalé plusieurs fois dans cette étude que de multiples écoles mystiques et intellectuelles, comme la Franc-maçonnerie, tirent leurs origines principalement des Mystères de l’Orient, notamment de l’Égypte ancienne, mais aussi de la Mésopotamie. […] Certains membres de la Franc-maçonnerie revendiquent une connexion templière et prétendent détenir un savoir égyptien depuis longtemps oublié. Ne se nomment-ils pas "fils de la veuve", comme Horus, le fils d’Isis ? D’autres diront qu’Hiram, le bâtisseur du Temple de Salomon, portait aussi cette épithète…

À noter que Perceval est identifié comme le fils de la « Dame Veuve » dans le roman du Graal « Perlesvaus », de même dans celui de Chrétien de Troyes.

Page 78 de « Corpus Deae » : . Un certain Arnaud sera initié par l’Ordre de Kadosh ou des Solitaires égyptiens
. Revenu en France, s’en inspirant, Arnaud fonde l’Ordre d’Amus en 804
. Le Roi Henri 1er Beauclerc d’Angleterre et le pape Sylvestre II en auraient fait partie
. De même Godefroi de Bouillon et les neuf membres fondateurs de l’Ordre du Temple
. Les connaissances acquises par l’Ordre d’Amus issues de la Fraternité du Serpent d’Enki

En pages 80-81, Anton Parks nous explique, par le jeu de l’homophonie sumérienne, les deux chemins d’initiation, l’A-MUŠ ET l’À-MUŠ, et en quoi les temples aquatiques d’Enki-Osiris-Ptah sont liés à la Fraternité du Serpent, aux Solitaires égyptiens, à l’Ordre d’Amus et aux Templiers.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 81 : Cette connaissance secrète issue du Serpent biblique, révélée dans mes essais Eden et Le Chaos des Origines, accoucha d’une organisation secrète intitulée la Fraternité du Serpent.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 89 : Qui était donc Sylvestre II, membre de l’Ordre d’Amus, et donc, cocréateur secret de l’Ordre des Templiers ?

. Sylvestre II, le premier Saint-Père français, dit le pape de l’An 1000
. Il acquiert une somme de connaissances diversifiées qu’il transposera en inventions
. La tête qui lui parle, lui aurait prophétisé sa mort en lien avec « Jérusalem »

« Corpus Deae », Anton Parks (p.82)

. L’Ordre d’Amus et la gnose égyptienne d’Alexandrie
. Cet Ordre des Solitaire avait son noyau près de Nag Hammadi
. Amus était un Solitaire, un sage et un mystique égyptien

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 84 : Ailleurs encore, qu’ils [les Templiers] possédaient une sorte de secret concernant les origines de la Chrétienté ; qu’ils étaient gnostiques…

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 122 : Bornons-nous maintenant à mettre en évidence ce qui ne le fut jamais dans le contexte des études sur les Templiers. Ces derniers fréquentèrent l’Égypte de fin 1164 à 1168, soit pendant quatre années.

La présence des Templiers à Alexandrie, d’où la gnose se répandit jusqu’en Europe, marque aussi une ère cruciale dans l’histoire de l’Ordre.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 87 : Mais ce savoir caché, purement égyptien, provenait de la Connaissance Primordiale des temps éloignés d’Isis et Osiris, de secrets transmis par Isis à son fils Horus et ensuite reproduits par Thot-Hermès à qui l’on attribue toute la littérature hermétique d’où découlera la gnose (le savoir caché). C’est au cœur des temples de l’Égypte ancienne et ensuite dans le désert [DUNE] que la gnose fut initialement propagée pour finalement se retrouver à Alexandrie.

. Synésios de Cyrène (élève d’Hypatie, Alexandrie) nous réfère à un certain Amus en 404

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 83 : Elle [Hypatie] incarnait la Sagesse même, celle tant vénérée par l’école gnostique alexandrine de Philon. Cette Sagesse égyptienne se basait sur la Connaissance Première révélée par Thot-Hermès et transmise par les Disciples ou Suivants d’Horus.

[image]

Bande-annonce « Agora »


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=fG7aCXJVZnc

[image]

[image]

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 123 : En Égypte siégeaient de véritables collèges initiatiques issus de la pensée du dieu Thot. Le nom Djehuti [Djédi] grécisé en Thot et Hermès (Trismégiste) nous dévoile le grand inventeur de l’hermétisme.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 135 : Les papes et l’Église redoutaient les Templiers étant donné que, parmi ses dirigeants spirituels, certains d’entre eux étudiaient attentivement la Bible ainsi que les textes parallèles, dits gnostiques ou intertestamentaires, non retenus par le clergé lors du montage de l’Ancien et du Nouveau Testament. Les Templiers étaient donc gnostiques, mais aussi pauliniens, à savoir qu’ils admettaient l’existence des principes du bien et du mal.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 91 : Lors de leur voyage en Orient [1104-1107], Hugues de Champagne et Hugues de Payns séjournent à Constantinople (Istambul) et entrent en contact avec la Société des Frères de l’Orient fondée par un certain Michel Psellos, ancien vestarque (grand chambellan) des empereurs byzantins de la seconde moitié du 11e siècle.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 92 : Michel Psellos réalisa de longs séjours en Égypte et en Orient ; voyages grâce auxquels il tira d’innombrables connaissances en théologie, en histoire, philosophie, géométrie et médecine. Une de ses grandes réflexions touchant la nature sans tache de la Vierge et du Saint-Esprit.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 94 : L’Ordre de Michel Psellos se composait en une fraternité de bâtisseurs spécialisés dans l’architecture, en une organisation initiatique d’architectes et fondateurs. […] Par ailleurs, ces derniers étaient organisés comme les Francs-maçons, en trois grades principaux : disciples, adeptes et maîtres.

« Corpus Deae », Anton Parks, en pages 97-98 : Parallèlement, les archives historiques nous informent que Hugues de Champagne et Hugues de Payns retournèrent une seconde fois en Terre Sainte entre 1114 et 1116 en passant par Constantinople. […] Au regard des éléments relevés plus haut au sujet de Michel Psellos et de sa Société des Frères de l’Orient, il serait étonnant qu’ils n’aient pas repris contact avec eux, sachant que les Templiers employèrent par la suite cet Ordre mystique pour la construction de leurs bâtiments en Terre Sainte.

« Énigme Sacrée », en page 84 : Ici, on leur [aux Templiers] attribue, au moins pour une large part, la construction des cathédrales gothiques, là, on les rend responsables de la flambée d’énergie et de génie qui a donné naissance à l’architecture médiévale. Ailleurs, on démontre que les Templiers avaient, dès 1269, établi des liens commerciaux avec les Amériques et que leur fortune provenait des mines d’argent du Mexique. Ailleurs encore, qu’ils possédaient une sorte de secret concernant les origines de la Chrétienté ; qu’ils étaient gnostiques, qu’ils étaient hérétiques, qu’ils étaient traîtres ayant rallié l’Islam. On affirma aussi qu’ils avaient cherché à établir une unité créatrice entre les sangs, les races et les religions – une politique de fusion entre les pensées islamique, chrétienne et judaïque.

[image]

[image]

Entrevue avec Philippe Liénard, avocat, franc-maçon, auteur et essayiste, notamment sur les Templiers.

Lien : https://portail-rennes-le-chateau.com/les-templiers-proces-et-metamorphose-interview-de...

Extrait : Comme il en fut pour les manuscrits de Qumran, le Vatican a conservé par devers lui de capitales informations pendant des siècles. Il ne s’agit pas d’une accusation mais d’une constatation. Les chercheuses italiennes Frale et Cerrini, notamment, ont parfaitement débroussaillé ce travail archival. Les Templiers ont promu la recette d’une société nouvelle, pacifiée, aux doux accents révolutionnaires, de surcroît, et ce n’est pas peu dire, sans distinction fondamentale de principe entre hommes et femmes ou d’adhésion à une religion. Une grande première au XIIe siècle. L’idée n’était donc pas stricto sensu de former des moines-soldats. Les Templiers n’ont pas choisi la voie de la guerre comme seule ligne de conduite. Ils y ont été mêlés par le Pouvoir et seront défaits par celui-ci. Imaginez-vous une seconde que l’Église rende publique cette réalité en pleine Guerre de Cent ans ou aux débuts du protestantisme après les thèses de Luther en 1517 ? Impensable.

[image]

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 78, Tau Eléazar : Vous voyez, les ordres initiatiques étaient déjà très répandus en ces temps reculés, ce qui prouve que les principes initiatiques ont toujours existé, car nous pouvons aller plus loin encore, tous les ordres dont nous parlons sont eux-mêmes issus d’autres ordres qui nous font remonter jusqu’à la Fraternité du Serpent, dont faisait partie Enki, mais cela est une autre histoire…

« Corpus Deae », Anton Parks, en pages 324 : Le détournement de l’information ou des énergies ne date pas d’aujourd’hui. On le voit par exemple avec le Baphomet sur lequel nous avons largement travaillé et lui-même décodé. Selon de nombreux échos, cette figure transformée en démon et employée lors de rites sataniques servirait de représentation au cœur de cérémonies de haute magie noire. Or, nous savons qu’il s’agit à l’origine de la Vierge Bat, figure protectrice d’Hathor, donc de la Déesse-Mère égyptienne.

Le détournement est majeur : les bons (ex. Lucifer) sont devenus les méchants dans la tête des gens ! Ils ont donc la recette pour faire accroire à une pandémie qui nécessite d'abdiquer nos libertés et de se lier au Nouvel Ordre Mondial. Dans quelle mesure la lignée mérovingienne (Grand Monarque) y est mêlée ? Parce que ça transpire tout au long du dossier.

---
LIENS DOSSIERS : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=197807

P(3)58

  1436 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

193023 messages dans 39199 fils de discussion, 1011 utilisateurs enregistrés, 66 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 66 invités)
Temps actuel sur le forum : 07/07/2022, 09:55
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum