Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

L'ÉNIGME S / CORPUS D : HYPERBORÉE - CELTES - GRAAL 8

par panthère58, mercredi 22 septembre 2021, 21:29 (il y a 439 jours) @ panthère58

:-) MARIE-MADELEINE, NEPHTYS, INANNA-IŠTAR, ŠARPANITU-IŠTAR, IMPÉRATRICE ANNE, PORTEUSE DU GRAAL 8

[image]

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 301 : "La Porteuse du Graal est elle-même une sorte de Vestale, chargée de veiller sur la lumière mystérieuse qui émane de la coupe sacrée. Elle est prêtresse et elle ne peut s’unir qu’à un être exceptionnel." – Jean Markale, « Les Dames du Graal »

Dans la plupart des contes celtiques et chrétiens du Graal, le héros doit soigner ou remplacer un roi mourant. Le rôle rédempteur incombe, certes, au jeune chevalier, mais derrière lui se dissimule systématiquement la jeune femme initiée, l’inspiratrice, l’Impératrice ou la Porteuse du Graal dont nous avons très clairement trouvé la trace orientale dans le personnage Nephtys-Ištar. À l’image de la mythologie égyptienne, le jeune héros Perceval les pas de Heru (Horus).

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 303 : Le « Gardal » [Garâal] des Égyptiens est donc la clef du « Graal ».

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 213 : Nous savons désormais, grâce à l’étude détaillée des textes égyptiens sur la mort d’Isis et la Passion d’Horus, que Nephtys représente le prototype archaïque de la Porteuse du Graal. [même histoire diffusée à Babylone avec Inanna-Ištar]

[image]


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=rqgWE3yJLNY
« Histoire secrète de France » (1ère Partie) avec Michel Deseille - NURÉA TV
103 964 visionnements Diffusé en direct le 11 janv. 2018
NURÉA TV - Au coeur de l'inexpliqué

À 0H11’27" du vidéo : L’Histoire secrète de la France

Michel Deseille : Ce n’est pas pour rien que le royaume de France, c’est le royaume de Marie, la Vierge. La France, c’est la fille aînée de l’Église. La France, c’est le royaume hexagonal du Graal. La France a une histoire ésotérique avec les druides [Celtes], les Cathares, les Templiers, des alchimistes (Nicolas Flamel), Nostradamus.

À partir de 1H14’40" du vidéo : Les Celtes à Delphes

[image]

Lien : https://www.histoiredumonde.net/Brennus.html
Extrait : Brennus ou Brennos (nom latinisé ou hellénisé à partir de la racine celtique « Brenn », signifiant « chef de guerre ») est le nom qu’ont retenu respectivement, l’historiographie grecque et l’historiographie latine pour désigner deux chefs celtiques de la période des « migrations et invasions celtiques ».

Épisode des oies du Capitole

Le premier mène, au début du IVe siècle avant Jésus Christ, ses guerriers en Italie, s’illustrant notamment en rançonnant Rome, en 390 av. JC. ; c’est lors de cet événement que ce « Brennus » est l’auteur de la sentence « Malheur aux Vaincus ! » (« Vae Victis » en latin), expression devenue célèbre par la suite : Tite-Live fut bien plus tard l’auteur de la formule contraire, « Gloria Victis » (V,48,9).

La Grande expédition

Le second, Brennos, dirige la troupe qui pille Delphes en 279 av. J.-C. Il pénétra dans la Macédoine, avec une armée considérable, tua Sosthène, général de cette nation, et saccagea la Thessalie et la Grèce ; il s’avançait vers le temple de Delphes pour en enlever les trésors, lorsqu’il fut repoussé ; ses soldats saisis d’une terreur panique suite à un ouragan d’une rare violence prirent la fuite, dit-on, et s’entretuèrent. Désespéré de ce désastre et blessé, Brennus se donna la mort en s’empoisonnant.

[image]

. Des légendes courent au sujet de cette incursion en Grèce antique et de trésors
. Un talisman extraordinaire qui serait une pierre magique, ramené dans un coffre lumineux et enterré du côté de Bourges

« Corpus Deae », Anton Parks, en pages 65-66 : C’est seulement en 624 de notre ère, après une révélation, que Mahomet décida de se tourner dorénavant vers la Kaaba de la Mecque, à savoir le sanctuaire cubique où l’on vénérait les bétyles ou météorites.

La vénération des pierres célestes béthyles (de l’hébreu béthel "pierre sacrée") relève d’une très ancienne coutume dont les traces se perdent dans la plus lointaine Antiquité. La Pierre Noire de la Kaaba provient d’un culte préislamique très répandu dans tout le Proche-Orient. Nombre de pierres passées pour être tombées du Ciel avaient gardé de leur traversée à travers l’abîme céleste, une vertu spéciale et les anciens les tenaient pour responsables de prodiges. De Rome à la Grèce en passant par l’Égypte, ce genre de pierres noires était systématiquement associé à la Déesse-Mère.

. Les druides étaient les personnages les plus savants de l’époque (rois mages, Gandalf)
. Ils étaient, avec les dieux et certains sites sacrés, l’âme des Celtes plutôt divisés en tribus guerrières et éparpillées
. César a fait le même constat à propos des Gaulois en massacrant leurs druides
. Des survivants se sont enfuis en Irlande
. Des centaines de tribus gauloises celtes qui se confrontaient dans une ambiance d’anarchie
. Seul Vercingétorix a réussi à les réunir un certain temps contre les Romains

À 1H51’49" du vidéo : Routes rectilignes des Celtes sur les voies dites « herculéennes »

. On retrouve les deux sanctuaires sacrés des Celtes : Alesia et Bourges sur une voie
. Et le méridien zéro vers le Sud tout près de Rennes-le-Château
. Une autre voie qui aboutit à Delphes
. Et encore une autre qui rejoint Ankara, Anatoli. Turquie d’où auraient été installées auparavant les Mérovingiens, les Francs, les Gaulois [les Celtes]

On peut dire que Vercingétorix avait une chevelure digne des Mérovingiens.

[image]

[image]
Éditions Nouvelle Terre, 2019, 404 pages
Anton Parks, 11 mai 1967

« Du Plérôme à la Matière », Anton / Hanael Parks, en page 75 : Les scènes réceptionnées à la fin des années 80 correspondaient à la période celtique et préceltique.


Lien vidéo Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=OuFnQSmpJqY

« Du Plérôme à la Matière », Anton / Hanael Parks, en page 76 : Musicalement parlant, je reconnais volontiers ne pas démarrer par le plus facile. Les épisodes traitant de la période celtique et du Graal mettent en scène des séquences difficiles où les personnages principaux sont malmenés : beaucoup de conflits, de sang, de guerres, de trahisons… Cela va fatalement se ressentir dans la musique.

« Du Plérôme à la Matière », Anton / Hanael Parks, en pages 78-79 : Afin de préserver ma propre santé mentale, j’ai depuis longtemps abandonné l’idée d’avoir été les deux personnages principaux de mes visions, encore perçus à mes yeux comme ne faisant qu’un. Cela ne m’empêche pas de me regarder parfois comme une bête ou le fameux loup de plusieurs légendes nordiques. Je suis malgré tout imprégné par les succès, les défaites et les actes d’Osiris et Horus

« Du Plérôme à la Matière », Anton / Hanael Parks, en page 81 : Septembre 1994, Céline et moi partons en bateau pour l’île de Man, située entre l’Écosse et l’Irlande. Là-bas se trouvent des traces de mon personnage et l’épopée du Graal reçue à la fin des années 80. […] De plus, je demeure dans une sorte de dépression endémique depuis la coupure volontaire avec mes visions.

« Du Plérôme à la Matière », Anton / Hanael Parks, en pages 81-82 : Notre voyage sur l’île de Man m’aura apporté quelques confirmations. Suffisamment afin de vérifier mes propres données pour la suite de mon projet musical en cours d’enregistrement. Ces investigations viennent compléter celles effectuées par Norma Lorre Goodrich sur des manuscrits de 1066 à 1399, incluant ceux de Geoffroy de Monmouth. Ce dernier lista des batailles d’Arthur en latin. En traduisant ces noms en gaéliques, Goodrich trouva la trace des sites de l’épopée arthurienne entre l’Écosse et l’île de Man. Pour l’heure, l’île de Man attira bien plus mon attention, ayant capté de nombreuses scènes sur ce caillou trônant dans la Mer d’Irlande.

À noter que la période celtique et du Graal des Chroniques du Ğírkù reste à venir.

« Du Plérôme à la Matière », Anton / Hanael Parks, en page 89 : Heureusement, la musique me permet d’évacuer une partie de mes souvenirs échoués dans le cycle du Graal et dans l’ivresse des échos des palais de l’Impératrice Anna. Tapie dans l’ombre, assise sur un trône encadré de hautes colonnes en marbre, elle attend son heure.

« Du Plérôme à la Matière », Anton / Hanael Parks, en page 90 : Afin de compléter mes données et les confronter aux recherches anthropologiques du monde celtique, je tombe par hasard sur l’ouvrage de Jean Markale, « La femme celte ». Cette étude va tout changer dans le sens où elle m’apporte, dès sa lecture, des confirmationsimportantes à propos de certaines scènes captées.

Déjà, Jean Markale parle rapidement d’une Impératrice, laquelle endosse différents aspects lors de la quête du Graal. Initiatrice par excellence, elle n’apparaît que dans le seul récit gallois Peredur, version archaïque du conte oral du Graal, recueilli par Chrétien de Troyes (seconde moitié du XIIe siècle). Elle porte différents visages et noms, tout en assumant de multiples rôles dans l’histoire du Graal et la mythologie celtique. Dans le texte gallois de Perceval, Chrétien de Troyes la nomme « L’Impératrice », souveraine incontestée des régions de l’aube et du crépuscule.

Par l’intermédiaire de l’Impératrice, l’initié obtient la vision intérieure ou le don de double vue grâce à « une pierre spéciale » permettant d’entraîner le héros dans l’Autre Monde mystérieux où elle règne en Souveraine.

On peut reconnaître en cette Impératrice Anna des aspects de Morgane, de Viviane (la Dame du Lac), et bien d’autres encore…

« Du Plérôme à la Matière », Anton / Hanael Parks, en page 91 : Ainsi, je retrouvais la trace de mon Impératrice Anna dans la mythologie celtique du Graal.

« Du Plérôme à la Matière », Anton / Hanael Parks, en page 97, extrait d’une critique de Claude Chemin (1995-1996) sur l’album d’Anton Parks sous le pseudo de Wolf Lintz : Avec l’album [Mag Tureg] de 78 mins, nous entrons dans la grande épopée, dans l’univers de la saga du Graal, une des plus grandes légendes de l’Histoire de l’Humanité, vue par le musicien, et qu’un épais livret raconte (en français et en anglais).

Lien : https://www.antonparks.net/wolf-lintz-bis

« Du Plérôme à la Matière », Anton / Hanael Parks, en page 121 : Lors de la première bataille de Mag Tured, Nuada perd un bras. Cette infirmité l’empêchera d’exercer la royauté au nom de la déesse. Un peu plus tard, un dieu médecin lui fabriquera une prothèse argentée qui lui permettra de reprendre royauté, combat, mais surtout de brandir à nouveau son épée éclatante dénommée Claíomh Solais (litt. « épée de lumière » en irlandais). Cette épée lumineuse (le fameux Ğírkù), peut trancher tout type de métal et prend l’éclat de l’arc-en-ciel au moment de frapper l’ennemi…

« Du Plérôme à la Matière », Anton / Hanael Parks, en page 124 : Je lui avais expliqué que le fameux Lucifer irlandais Nuada (« sans bras » en sumérien) se retrouve dans les Contes du Graal plus récents sous la forme de Merlin. Souvent vêtu de peaux de bêtes, il incarne un devin fou que l’on retrouve sous la forme de Lailoken dans les textes écossais. Possédant le don de prophétie, il s’accompagne souvent de bêtes sauvages et particulièrement d’un loup que l’on regarde comme son double ou son esprit titulaire, comme on le retrouvera dans les légendes plus récentes relatives à Myrddyn (Merlin). Le loup est, d’une certaine manière, la face cachée de Lailoken-Merlin, sa part de lui-même capable de passer entre les mondes, particulièrement celui de l’Au-delà.

On pense généralement que Lailoken tire son nom du vieux gallois Llalloganfrère jumeau »). La même histoire se trouve avec Quetzalcóatl et son frère jumeau le loup Xolotl (« jumeau » ou « chien » en langue nahuatl du Mexique).

[image]

Michel Deseille et Deïmian sont à la recherche de l'Hyperborée alors qu'elle se trouve sous leur nez : Atlantide et Égypte prédynastique. Il ne peut qu'y avoir qu'une civilisation mère.


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=kAgAeEUNtmA
« Hyperborée » avec Michel Deseille - NURÉA TV
68 536 visionnements • Diffusé en direct le 12 nov. 2018
NURÉA TV - Au coeur de l'inexpliqué

Nous retrouvons avec joie Michel Deseille sur l'antenne de Nuréa TV pour une émission consacrée à Hyperborée et son peuple mythique : les Hyperboréens qui habitent aux confins septentrionaux du monde habité, « par-delà les souffles du froid Borée ».

À 0H08’42" du vidéo : Hyperborée : la civilisation mère mais sans date précise ; mais avant les glaciations

. Les Atlantes seraient les héritiers de l’Hyperborée

À 0H22’13" du vidéo : Hyperborée vient des Grecs qui veut dire au-delà du cercle arctique, et à l’intérieur

« ÁDAM GENISIŠ », Anton Parks, partie récit, en pages 41-42 : La volonté de ne pas répéter mes erreurs passées me conduisit à parcourir l’Abzu (le monde souterrain) d’Uraš [la Terre]. En tant que successeur de notre roi Abzu-Abba, je me devais de porter un regard sur le monde abyssal de cette planète.

Aux abords des deux Šèka (l’ouverture) polaires, mon Gigirlah [vaisseau spatial Gina’abul dit "roue étincelante"] suivait le trajet que les oiseaux prennent pour trouver des zones où l’alimentation abonde. Il s’est ainsi engouffré là où les vents modifient leur orientation pour se précipiter dans le ventre fécond d’Uraš et au cœur de la source des origines.

Le rayonnement intense et constant du soleil intérieur d’Uraš éclaire un univers en apparence décousu. Mon appareil survolait les montagnes nivelées où des torrents coulaient à flot. C’est ici, au bout du monde, dans ce véritable trésor naturel, que je rencontrai pour la première fois le peuple de l’abîme, la race fabuleuse des Ama’argi [mot basque décrit dans le VOR161203].

À 0H46’41" du vidéo : L’Étoile polaire en vedette en Hyperborée

. Parce que c’est vertical et fixe au-dessus du Pôle
. De même, la porte d’entrée de la pyramide de Khéops face à l’étoile polaire

À 0H49’40" du vidéo : Apollon, dieu de la Lumière, associé à l’Étoile polaire et l’Hyperborée

À 1H01’09" du vidéo : Ce qui reste de l’Hyperborée

. Les druides [les Celtes] aussi [ainsi que les Grecs et autres] aurait récupéré une partie de l’enseignement, de la sagesse, et les sorcières de l’île de Man auraient des rituels hérités de l’Hyperborée

Wikipédia : L’île de Man a un peuplement celtique depuis la protohistoire ; elle devient un royaume viking au Moyen Âge, mais l’influence anglo-saxonne s’y fait sentir.

À 1H018’17" du vidéo : Les animaux symboliques liés à l’Hyperborée

. Le cygne : le char d’Apollon est tiré par des cygnes, le cygne associé à Godefroi de Bouillon, Lohengrin
. Les griffons aussi tirent le char d’Apollon
. Le loup : on surnommait Apollon le loup, dont la racine est lumière en latin

Wikipédia : Apollon (en grec ancien Ἀπόλλων / Apóllôn, en latin Apollo) est le dieu grec des arts, du chant, de la musique, de la beauté masculine, de la poésie et de la lumière.

…c'est l'un des principaux dieux capables de divination, consulté, entre autres, à Delphes, où il rendait ses oracles par la Pythie de Delphes.

Au rebours de la thèse traditionnelle, Bernard Sergent, spécialiste de mythologie comparée, s'attache à montrer dans Le livre des dieux. Celtes et Grecs, II (Payot, 2004) l'identité d'Apollon et du dieu celtique Lug.

Dans Apollo the Wolf-god, Daniel E. Gershenson voit en Apollon un dieu d'origine indo-européenne, dont les attributs principaux seraient rassemblés dans l’expression Apollon dieu-loup.

Par le terme de « loup », il faut entendre non pas le culte de l'animal en lui-même, mais de son symbolisme, lequel n'est autre que le vent considéré tant par ses vertus bénéfiques que destructrices.

Apollon est particulièrement associé à Borée, le Vent du Nord.

Toujours dans les poèmes homériques, il y est perçu comme un dieu-vengeur... Cette attitude vengeresse est accompagnée de traits de caractère belliqueux : Homère l'y décrit comme un dieu orgueilleux, emporté par ses sentiments et par la violence.

Le dieu Apollon n'a pas encore subi les influences [La Passion et Résurrection d'Horus-Marduk] qui l'amèneront à devenir le dieu complexe qu'il est dans la Grèce classique.

Peu après la naissance d'Apollon, Zeus lui remet un char tiré par des cygnes et lui ordonne de se rendre à Delphes. Le dieu n'obéit pas immédiatement, mais s'envole à bord de son char pour le pays des Hyperboréens qui, selon certaines versions, est la patrie de Léto. Là vit un peuple sacré qui ne connaît ni la vieillesse, ni la maladie ; le soleil y brille en permanence.

Comme on peut le constater, Apollon a plusieurs des attributs d’Horus- Lailoken-Merlin : dieu vengeur d’Osiris, don de prophétie, apparenté avec le loup

. L’ours et le sanglier symbolisent aussi le Nord hyperboréen, avec la Grande et Petite Ourse ainsi que le roi Arthur, Arcadie (Nicolas Poussin)…
. Le svastika sphérique lié à la Grande et Petite Ourse, donc à l’Hyperborée, et se retrouve dans pratiquement toutes les civilisations, les cultures

[image]


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=Og3BMdMPFjE
« L’Histoire occultée de l’Humanité » PARTIE 1/2 avec Deïmian - NURÉA TV
184 697 visionnements • Diffusé en direct le 14 janv. 2020
NURÉA TV - Au coeur de l'inexpliqué

PARTIE 1

Cette émission s’articule dans la continuité des recherches que Deïmian a menées à ce jour, recherches relatives à l’existence d’une ou plusieurs civilisations du passé que notre histoire ne mentionne pas, et dont elle aurait travesti l’existence et le passage. Ce sera l’occasion pour Deïmian de nous présenter une nouvelle hypothèse sur la science des anciens.

Beaucoup d'analogies entre des civilisations qui n'auraient pourtant pas eu d'interactions entres elles. On cherche la souche commune, l'agent civilisateur de l'Humanité.

À partir de 2H00'03" du vidéo : Le mythe d’Hyperborée et la piste des Celtes

. Les Celtes revendiquent une descendance de cultures venues du Nord
. Hérodote, Platon, mentionnent l’Hyperborée, les Hyperboréens étant très appréciés chez les Grecs
. L’Hyperborée serait un lieu mythique, légendaire parce qu’il n’y a pas de preuves officielles de son existence
. Hyper veut dire « qui est en haut » et Borée veut dire « vent du Nord » donc l’Hyperborée « le pays du vent du Nord »
. Hyperborée, le pôle spirituel du monde, un paradis terrestre, un peuple de sage, de justes
. Décrite par les Grecs comme des champs élyséens de lys, sa capitale se dénommait « Thulé »
. Héraclès / Hercule aurait vu le jour en Hyperborée, une contrée verdoyante à la température clémente
. Apollon serait un descendant d’Hyperborée de par sa mère Léto
. Les Hyperboréens vouaient un culte au Soleil
. Des changements climatiques d’importance les auraient forcés à migrer vers le Sud

Je trouve que sa description de l’Hyperborée correspond à l’Atlantide, et à l’Égypte prédynastique, avant qu’elle ne devienne désertique. De plus, le clan d'Enki-Osiris-Isis-Horus, a joué un rôle de civilisateur sur la planète entière. Est-ce que les Grecs mélangent l'Hyperborée avec les Jardins des Hespérides (Ouest) ?

Hyperborée, définition : situé à l’extrême Nord

Wikipédia : Les Hyperboréens (en grec ancien Ὑπερϐόρεοι / Hyperbóreoi) sont un peuple mythique de l'Antiquité. Au sens étymologique, ce sont ceux qui vivent « par-delà les souffles du froid Borée » (le vent du nord).

Les Grecs ont associé Hyperboréens et Borée. Mais il serait vain de vouloir localiser le pays des Hyperboréens, qui représentait pour les Grecs une sorte de paradis lointain et mal défini, le séjour des Bienheureux. Vers 470 av. J.-C. un culte nouveau fut dédié au dieu Apollon Hyperborée, à Métaponte en Italie, comme le montrent une monnaie et le témoignage d'Hérodote.

À 2H12’23" du vidéo : Le lapin blanc, la pilule rouge, le terrier, le miroir, l’Autre Monde de Vérité, la Terre creuse avec une entrée à l’extrême Nord

. À l’extrême Nord, on est au centre du monde, peu importe où on veut aller, ce qui expliquerait qu’ils aient civilisé la planète avec les mêmes symboles, les mêmes constructions mégalithiques

À 2H20’30" du vidéo : Pour preuve, en Turquie, une évidence d’influence nordique, celtique, hyperboréenne avec un étrange objet d’Alaca Hoyuk, un disque solaire dédié au culte de Hathor, avec un cerf au milieu, et deux taureaux de chaque côté, avec une corne chaque côté (- 3000 ans)

[image]

. Pour Deïmian il n’y aurait pas de lien avec l’Égypte ; c’est une torque et un cervidé très présents chez les cultures nordiques, notamment chez les Celtes
. De plus, on retrouve la torque en Mésopotamie, chez la déesse Ištar

« Corpus Deae », Anton Parks, en pages 204-205 : Šarpanitu [autre titre pour la déesse Ištar] est la déesse principale de Babylone et elle partage cette fonction avec Inanna-Ištar. […] La Lune [évoquée par trois traductions en sumérien de ŠAR-PAN-ITU] évoque la puissance de la femme et son cycle mensuel lui permettant de procréer. Pour exemple, nous pouvons nous référer aux différentes représentations d’Inanna-Ištar où on la voit avec un croissant de Lune sur la tête en forme de cornes, signe distinctif d’Hathor.

Le titre Šarpanitu semblait se partager initialement entre la vierge Inanna-Ištar (Nephtys) – regardée dans de nombreux textes comme « Tappattu », femme rivale et maîtresse de Marduk (Horus) – et la femme officielle de ce dernier, dénommée Belit (Dame), alias Isis.

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 211 : Šarpanitu-Ištar est la Vierge, porteuse du Graal.

. Le cerf est un symbole de vie, de mort et de résurrection parce qu’il perd ses bois à l’automne et repousse au printemps

« Corpus Deae », Anton Parks, en page 197 : Nephtys est pleinement responsable de la résurrection d’Horus comme elle fut précédemment garante de la guérison de sa cécité. Dans les deux épisodes, elle utilise du lait. Au sujet des yeux, le papyrus Jumilhac dit qu’il s’agit d’un lait de gazelle, animal christique par excellence, de la famille du cerf et de la biche.

. Et on retrouve aussi cette figure du cervidé sur le Chaudron de Gundestrup avec le culte de Cernunnos
. Cernunnos est une divinité archaïque gauloise, celtique, scandinave, associée à la Déesse-Mère et qu’on retrouve en Indes, représentée sur une poterie
. Cernunnos qui semble tenir un serpent entre ses mains, et semble en contact avec les animaux qui l’entourent

Wikipédia : Le chaudron de Gundestrup est un chaudron datant du Ier siècle av. J.-C. retrouvé en 1891 dans une tourbière du Jutland au Danemark. Il est conservé au Musée national du Danemark de Copenhague dont il est une des pièces les plus célèbres.

[image]

Ce chaudron est parcouru de nombreux motifs illustrant la mythologie celte, telles qu'une représentation de Cernunnos, une autre de Taranis, une encore d'un dieu ou d'un géant plongeant des guerriers morts dans un chaudron afin de les ressusciter. Dans la mythologie celtique, le chaudron « magique » peut, suivant les légendes, donner de la nourriture pour un millier d'hommes, tel le chaudron d'abondance du Dagda, ou bien donner le savoir universel à celui qui goûte de son contenu ou encore ressusciter les morts. Ces vertus sont d'ailleurs à rapprocher de celles des sources bienfaitrices. Le Saint Graal du roi Arthur n'est autre qu'une représentation christianisée du chaudron d'abondance ou du chaudron de la connaissance.

. Le culte de Cernunnos va disparaître avec le christianisme qui va diaboliser tout ce qui a des cornes
. Ce qui expliquerait la représentation du diable [Baphomet] avec des cornes...

« Le Testament de la Vierge », Anton Parks, en page 84 : Le bouc-bélier est en effet souvent observé comme le symbole de la fécondité, il est également celui du dieu Pan (litt."Tout", dieu de la totalité en grec) qui, comme Osiris-Enki, avait un comportement bienveillant et présidait aux troupeaux, aux pâturages et aux grottes. Comme le signale Wikipédia, le dictionnaire du Web : "le christianisme s’inspira sans doute de l’apparence populaire du dieu Pan et le diabolisa pour lutter contre le paganisme et tout autre tradition qui résistait à son implantation." Nous pouvons ajouter que la déformation est telle que le bouc est la représentation de Baphomet, symbole satanique bien connu des occultistes, des satanistes… et de l’Église.

Petite parenthèse : le fameux Baphomet est l’idole que les 30 000 hommes de guerre et leurs chevaliers de l’Ordre du Temple furent accusés de vénérer après leur retour des croisades. La très sainte Église et ses ecclésiastiques accusèrent ainsi les Templiers d’hérésie et en profitèrent pour les juger, les mettre à mort et récupérer leurs terres.

Ce que Deïmian ne semble pas savoir ou tenir compte, c’est que la déesse Ištar se trouve à être Nephtys, la jumelle d’Isis, une déesse Hathor ! Alors, son hypothèse ne tient pas la route. De plus, Ištar se trouve à être l’Impératrice celte Anna, liée à Horus (Quetzalcóatl, Merlin, Lailoken, Nuada, Cernunnos). Non, l’Hyperborée correspond au groupe d’Osiris, Isis, et ses Nungal, Veilleurs, Anges déchus en plus des Abgal (Nommos). Et on a déjà parlé du Chaudron magique des légendes du Graal en lien aussi avec l’Égypte.

À 2H30’00" du vidéo : Autre artéfact en Turquie identifié comme Disque Solaire

. On y retrouve des éléments qui s’apparentent à la « fleur de vie », à des croix celtes ou hyperboréennes, à l’Étoile polaire, et à des inflorescences de Cyprès

[image]

. Encore une fois, Deïmian réfute l’association avec le culte d’Hathor à cause des inflorescences (la disposition des fleurs sur la tige d’une plante à fleur) de Cyprès, mais doit néanmoins faire le lien entre le Cyprès et les sarcophages égyptiens
. Le bois de Cyprès est associé à la vie éternelle car il ne pourrit pas
. En Mésopotamie, on fabriquait des huiles médicinales avec
. Ainsi, pour Deïmian, ce symbolisme est forcément beaucoup plus lié à un culte nordique, celtique, qu’égyptien
[et ce, malgré qu'il y ait pratiquement toujours un lien avec l'Égypte]

Wikipédia : Le Cyprès commun est un arbre représentatif de la flore méditerranéenne, l'arbre des cimetières, symbole du deuil dans le monde méditerranéen. Les Cyprès sont des conifères. Les inflorescences mâles et femelles sont séparées mais présentes sur le même pied, sous forme de cônes globuleux soit staminés, soit pistillés.

. Le symbole d’une croix dans un cercle qu’on retrouve sur l’artéfact, on le trouve aussi sur un pétroglyphe en Sibérie avec un cervidé
. D’autres figures sur des pétroglyphes se retrouvent en Turquie, en Indes, en Mésopotamie

[image]

À 2H48'57" du vidéo : Les mégalithes du site d'Abakan en Russie.

. Abakan signifiant "le sang de l'ours", l’ours étant l’animal totem de la Russie et tout aussi important chez les Celtes
. Souvent cet ours est associé au sanglier ou s’y oppose dépendamment
. Avec la croix, l’ours se rapporte à 'Étoile Polaire et la constellation de la Grande Ourse
. La Grande Ourse aussi appelée la Charrue, mot qui associe les mots « chariot » et « Arthur »
. La racine d’Arthur est « l’ours »
. Dans la tradition celte, en langage des oiseaux, sanglier est sang lié et se réfère directement à la légende du roi Arthur et la coupe du Graal

Et qui dit roi Arthur, dit Merlin (Horus, à la peau écailleuse reptilienne comme le personnage sur un pétroglyphe en Mésopotamie-Iran).

À 03H04’32" du vidéo : La Grande Ourse chez les Égyptiens, avec une animation représentant le svastika et la croix celtique

. Chez les Égyptiens, dans le mythe osirien, la constellation de la Grande Ourse est qualifiée de patte de sanglier ou de cuisse de taureau

« ÁDAM GENISIŠ », Anton Parks, en page 470 : Le titre de "Taureau Céleste" fut donc originellement attribué à Osiris (Sa’am). Cette dénomination fut ensuite associée aux pharaons défunts en tant qu’images d’Osiris mort et ressuscité.

. La constellation de la Grande Ourse tourne autour de l’Étoile polaire et, aux dates des solstices et des équinoxes, forme un svastika ; et quand on relie les deux axes, vertical et horizontal, avec un cercle autour, on obtient la croix celtique, hyperboréenne ou polaire, selon

[image]

On continue avec Deïmian


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=Og3BMdMPFjE
« L’Histoire occultée de l’Humanité » PARTIE 1/2 avec Deïmian - NURÉA TV
184 697 visionnements • Diffusé en direct le 14 janv. 2020
NURÉA TV - Au coeur de l'inexpliqué

À 3H14'00" du vidéo : Les Mayas et la connexion Hyperboréenne

. Apparence de fleur de lys (Champs Élysées-Hyperborée) au-dessus d’un temple Maya
. Des textes védiques rapportent que les Atlantes seraient des descendants hyperboréens
. Selon d’anciens textes, les Toltèques seraient aussi une branche descendante des Atlantes
. Ancien à Tula (Thulé-capitale hyperboréenne) au Mexique, capitale des Toltèques

[image]

. Les statues au sommet de la pyramide seraient des guerriers atlantes selon des codex mayas

[image]

. Contrairement aux Aztèques, les Toltèques posent problème aux archéologues et historiens
. Les descriptions d’Hérodote rapprochent les Toltèques des Hyperboréens
. Toltèques en langage nahualt veut dire "Maîtres Bâtisseurs"
. Plusieurs civilisations en Mésoamérique étaient en conflit parce qu’elles se réclamaient toutes descendants légitimes des Toltèques
. Mayas et Aztèques ont travesti le chamanisme des Toltèques avec des sacrifices humains
. Les Codex de Florence parlent des Toltèques comme étant des Atlantes

Deïmian cite des codex mayas : "Les Toltèques étaient sages, leurs œuvres étaient toutes bonnes, toutes parfaites, toutes admirables, et toutes merveilleuses. Ils ont inventé l’art de la médecine ; ces Toltèques étaient justes, ils n’étaient pas trompeurs ; ils avaient la parole juste, ils étaient très purs et ils étaient très riches." Pas pour rien qu’on a les quatre accords toltèques.

À 2H02’55" du vidéo : Hyperborée : les hommes qui vivaient là-bas étaient des Justes qui jouissaient d’une vie céleste

[image]

« La Dernière Marche des Dieux », Anton Parks, en page 246 : Osiris subissait ensuite le jugement des dieux en vue de devenir le Juge des hommes. Dès lors, il était déclaré "Juste de Voix", en harmonie avec les règles universelles.

. C’est QUETZALCÓATL [Horus], un Toltèque, dieu des Aztèques, qui aurait bâti la capitale Tula des Toltèques
. Tula (Tolan), c’est la « ville du Soleil »
. Donc, Quetzalcóatl va devenir le héros civilisateur, le dieu des arts, de l’agriculture, l’architecture, l’artisanat, l’écriture, et apporte le calendrier
. Dans son hypothèse, Deïmian voit une influence ou une lignée hyperboréenne chez les Toltèques

[image]

« ÁDAM GENISIŠ », Anton Parks, en page 345 : Fig.4 Dans l’inscription archaïque sumérienne (à gauche), [Fig.4] on retrouve le signe de la croix, symbole des KIR-IŠ-TI, litt. "fils ardent de la vie" ou "poisson des étoiles et de la vie" qui sera repris par l’église chrétienne comme symbole de Jésus le Christ (voir plus loin la partie intitulée "Sous le signe de la croix"). Le signe de la croix est bien antérieur au christianisme et se retrouve sur bon nombre de monuments antiques, particulièrement sur ceux d’Amérique centrale, où il est identifié comme étant "la croix de Quetzalcoatl". Ce même Quetzalcoatl étant assimilé à l’Étoile du Matin et au Christ de la culture précolombienne. Nous verrons plus loin qu’il s’agit d’un double d’Heru (Horus).

« ÁDAM GENISIŠ », Anton Parks, en page 416 : Quetzalcoatl, "le Christ Cosmique" de la culture du Mexique est engendré par l'ouverture de la gueule du Serpent Igné. La similitude entre la naissance de Quetzalcoatl et celle d'Horus, issu de la butte primordiale de l'au-delà, est frappante. Quetzalcoatl et Horus symbolisent tous les deux "l'Étoile du Matin"... Codex Borgia, planche 38

« ÁDAM GENISIŠ », Anton Parks, en page 436 : La majorité des Gnostiques et occultistes considèrent Lucifer comme le Libérateur, celui qui a libéré l’humanité des chaînes de l’esclavage et de l’ignorance créées par le faux dieu qui gouverne ce monde malfaisant. Nous verrons dans le troisième volume des "Chroniques du Ǧírkù" que ce rôle incombera à Horus (Quetzalcoatl), le vengeur de son père, dont le but sera de récupérer le trône de son géniteur et de "sauver" l’humanité de l’oppression patriarcale des faux "dieux".

[image]

Revue : Les Énigmes de l’Histoire
Graphik Éditions
Rédacteur en chef : Philippe Ilial
No 24 Octobre/Novembre/Décembre 2014

[image]

1. Les CITÉS D’OR des INCAS

Par : Charles Riatour, Rédacteur

Extrait p.56 : Moctezuma II, l’empereur des Aztèques, est terrifié par l’apparence de ces « blancs barbus » et se persuade vite que Cortés est le dieu Quetzalcóatl de retour sur la terre indienne comme le veut une prophétie ancienne. Il l’accueille en grandes pompes…

P(3)58 : D’une façon globale, on sait que plusieurs tribus autochtones sont en liens avec des entités ou phénomènes extraterrestres. (Voir Salle 1010 du Club CRÉÉE et le livre Le Réveil du Phénix d’Anton Parks.) Ça donne de la crédibilité au fait que le Quetzalcóatl serait en fait une autre appellation pour désigner Osiris/Horus qui aurait instruit l’humanité. (Voir le livre ÁDAM GENISIŠ, section archives et décodages, d’Anton Parks.)

Et comme on attend le Grand Monarque, ils attendent Quetzalcóatl. Leur méprise face aux Espagnols leur a coûté cher. Va-t-on commettre la même méprise avec le Grand Monarque ? Espérons que non... ! Parce que des Cortés, il y en a à chaque époque. Moi, je me méfie des Cortés extraterrestres et/ou intraterrestres... qui se plaisent à dénigrer l'Humanité à la moindre occasion et ce, sans jugment ni discernement. Leurs sommations lors du COP15 et après, ainsi que leur comparaison qualifiant la Terre de "Zoo avec des singes humains"... alors qu'ils font possiblement partie du problème ! Et ils ont des "solution"... ("Jupiter Ascending")

Il y en a qui opte pour une descendance juive/hébraïque pour le GM. Moi, je persiste à croire qu’il sera de descendance probablement d'esprit d’Enki/Osiris/Horus ! Et la récente découverte du jeune Québécois William Gadoury vient aussi confirmer une présence d’entités évoluées voilà plusieurs millénaires. Parce que c’est plus qu’observer les étoiles. C’est reproduire sur Terre des cités sans boussole ni GPS, sans les technologies humaines d’aujourd’hui. Patrick Lambert en a fait aussi une étonnante démonstration avec les pyramides de Gizeh.

Extrait p.58 : La prophétie ancestrale de Quetzalcóatl joue une fois de plus en faveur des hidalgos ; les Incas se prosternent vite devant les « dieux blancs barbus », et Pizarro s’empare – au prix d’un grand massacre – d’un butin mirifique en en pillant le palais de l’Inca Atahualpa, après l’avoir fait prisonnier en novembre 1532.

[image]

À 3H50’50" du vidéo : La tradition orale de Nan Madol met en vedette la thématique des « jumeaux » [Les Merlins avec Éric Charpentier]

À partir de 3H57'45" du vidéo : D'autres évidences d’une influence, d’une présence de peuples nordiques, celtiques et/ou hyperboréens sur la planète

À 4H38’48" du vidéo : La « redécouverte » de l’Amérique Christophe Colomb à la recherche des Indes avec des cartes de navigation scandinaves

À 4H51'54" du vidéo : Des Scandinaves à la recherche de Thulé, capitale de l'Hyperborée suite à des récits, notamment ceux de Saint-Brendan

Wikipédia : Les données biographiques sur la vie de Brendan [484-578] ne reposent que sur deux sources hagiographiques, mêlées de récits surnaturels : la Vie de Brendan qui nous a été transmise par plusieurs versions, latines et irlandaises (Vita Brendani / Betha Brenainn) ainsi que le fameux Voyage du saint abbé Brendan (Navigatio sancti Brendani abbatis). Ses dates approximatives, ainsi que quelques faits, sont toutefois confirmées par les annales et généalogies irlandaises. Si la Vita et la Navigatio ne sont pas vraiment fiables, du moins portent-elles témoignage de la vénération dont l'abbé fut l'objet dans les siècles qui suivirent son sacerdoce. Au plan philologique, il se pose aussi le problème des influences mutuelles entre les traditions que représentent ces deux sources.

. Ils vont découvrir l'Islande (861) puis le Groenland (Greenland, 920 et 986) et l'Amérique du Nord (999)

Cette information se retrouve dans la suite de 33 minutes, soit la Partie 2. Lien vers la fin du vidéo.

[image]


Lien sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=xRjkctiZqhQ
VOR190608 Réalité des Mythes d'Islande
2 162 visionnements • Diffusé en direct le 8 juin 2019
OrandiaTV

À 0H49’13" du vidéo : M. Corbeau nous dit que des personnes croient que l’Is-lande est liée à la déesse Isis et à Israêl

---
LIENS DOSSIERS : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=197807

P(3)58

  1636 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

194925 messages dans 39627 fils de discussion, 1027 utilisateurs enregistrés, 23 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 23 invités)
Temps actuel sur le forum : 06/12/2022, 04:51
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum