Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

LES SECRETS DE L'EXODE des frères Messod et Roger Sabbah 3

par panthère58, lundi 29 janvier 2018, 19:04 (il y a 2361 jours) @ panthère58

:-) LES SECRETS DE L’EXODE
L’origine égyptienne des Hébreux


Critique personnelle, objective et subjective


[image]

© Seld / Jean Cyrille Godefroy, octobre 2000
Format éditions « Le Livre de Poche » : septembre 2015
567 pages

Auteurs : MESSOD ET ROGER SABBAH


AUTRES LIENS :

1. Dossier Anton Parks :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=128348

2. Dossier VidéOrandia :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=129655

3. Télésérie SMALLVILLE :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=147009

--------------------------------------------------------------------------------

. Mes commentaires subjectifs, mes spéculations factuelles, fantaisistes [en bleu]
(m’inspirant de Yann Vadnais dans le VOR161001)
. Des extraits [en or]
. Des ajouts, précisions, références, des ajouts [ ] pour contextualiser
. Mon résumé en [vert]
. Saut de texte dans l’extrait […]

--------------------------------------------------------------------------------

CHAPITRE 8 : ABRAHAM L’ÉGYPTIEN

En sous-titres :

. Les chameaux d’Abraham / Our-Kasdim
. La vallée du roi
. Abraham, berger ou roi ? / Les idoles de son père
. Hérodote et les prêtres égyptiens
. Les temples d’Aton / Origine de la prière monothéiste sur le pain
. Le temple de Jérusalem était-il un temple égyptien ?
. À trois jours de marche… / Le sacrifice du dieu bélier
. Sarah et Nefertiti / La belle est venue / Saraï et Sarah / Agar l’Égyptienne / Enterrement de Sarah
. La torpeur d’Abraham / Grand Hymne à Aton (extraits) et Psaume 104 (extrait)
. Le Samekh « S »
. Abraham et Isaak / Le sourire d’Akhénaton
. Abimelek est Aménophis III
. Rébécca et Sarah / L’énigme de la tombe No 55
. Abraham et Jacob / La pierre / L’échelle / Le roi Abraham / Le combat avec Dieu / Les stèles
. Jacob et Israël
. Le Soleil sur Jacob / Et Jacob se prosterna sept fois / Le Dieu de ton père
. À l’est d’Éden / À l’est d’Akhet-Aton
. Le mystère de Laban
. Laban est en paix / Amon est en paix
. Les dix-sept années de Jacob

En page 259 : Les historiens et les archéologues ont recherché Abraham en vain dans tout le Moyen-Orient. […] Qui est Abraham ? Existe-t-il en Mésopotamie, à Canaan ou en Égypte un homme répondant à la personnalité d’Abraham ?

Confirmé par du livre d’archéologie « La Bible dévoilée ».
Lien :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=145685

Les auteurs nous parlent de l’impact de l’exil des Judéens en Babylone, en -585 ans de notre ère, sur les écrits bibliques.

En page 261 : Durant cette période trouble, les prêtres yahouds abandonnèrent leur dieu égyptien Aï au profit du Dieu Yahvé. […] Pour protéger leur vie, les prêtres yahouds firent en sorte que l’Égypte, leur pays d’origine, devienne la nation « détestable », responsable de tous les maux. L’Égypte devint alors l’abomination, la terre maudite.

En page 262 : Cependant, ils demeurèrent fiers de leur passé et cachèrent subtilement dans les écrits bibliques la marque de l’Égypte.

Les auteurs s’affairent à nous en donner les preuves, ce qui donne des explications plausibles pour les anachronismes bibliques qui auraient été sciemment voulus par les scribes. Ainsi, Abraham serait en fait Akhénaton. Commence alors une livraison géniale des auteurs pour établir à chaque étape de l’histoire d’Abraham sa contrepartie égyptienne sous Akhénaton. Ils se réfèrent, entre autres, à des cartouches de pharaons dont celle évidemment d’Akhénaton et Néfertiti, ainsi qu’à des stèles et à des commentaires de Rachi, de Cyril Aldred et d’autres références comme Hérodote. Ils décortiquent aussi le nom d’Abraham y trouvant des racines égyptiennes. Ils s’attardent aussi à nous démontrer qu’Abraham était plus qu’un berger pasteur semi-nomade ; il était un puissant roi.

En page 269 : Le parallèle entre Abraham et Akhénaton se précise.

En page 275 : Abraham (Ab-Râh-Amon) est par conséquent un nom purement lié à l’Égypte ancienne.

En page 278 : Les scribes ont caché la lignée royale d’Abraham (Akhénaton) dans le terme hébreu « Roé Tsé-One », ce qui leur permettait d’avoir une attitude d’humilité devant les rois babyloniens.

Tous les personnages bibliques découlant d’Abraham, Joseph et ses frères, les épouses des patriarches et autres, ainsi que, par exemple, les villes de Sodome et Babel, trouvent une correspondance, voire une origine ou une réalité égyptienne grâce à la démonstration des frères Sabbah.

On traite des temples d’Aton et des offrandes du pain et du vin qui seraient à l’origine des rituels monothéistes. De plus, l’architecture du temple de Jérusalem serait calquée sur celle de l’Égypte.

En page 289 : Pourquoi Jérusalem a-t-elle été choisie par les prêtres Yahouds comme ville sainte ? La lettre EA 287 dans laquelle Abdi-heba, gouverneur de Jérusalem, se plaint des attaques des Apirous, précise qu’Akhénaton avait « placé son nom à Jérusalem » …

En page 290 : Akhénaton sacralisa Jérusalem, lui conférant un statut supérieur à celui des autres villes.

La séparation des cultes d’Amon (Thèbes / Aménophis III) et d’Aton (Akhet-Aton / Akhénaton) sert de toile de fond à la démonstration des frères Sabbah concernant les « trois jours de marche » récurrents dans les écrits de l’Exode biblique.

En page 292 : Le bélier d’Abraham est le symbole du dieu Amon. Son âne, le symbole de l’Égypte.

[image]

En page 293 : Aï, continuant la politique d’Aménophis III, sépara l’Égypte amonienne de l’Égypte atonienne.

Les auteurs poursuivent la validation de leurs découvertes en analysant les épouses des trois patriarches bibliques et leur progéniture en fonction de personnages équivalents dans l’entourage d’Akhénaton. On identifie ainsi qui serait chez les Égyptiens les Sarah, Agar, Rébécca, Ismaël, Isaak, Jacob (l’échelle de, libation d’eau et d’huiles saintes), Laban et autres personnages bibliques.

En page 297 : Pourquoi Abraham et Sarah, présentés dans le récit biblique comme des Hébreux, abomination des Égyptiens, sont-ils graduellement élevés aux dignités de princes, rois et d’êtres célestes affiliés à Pharaon ?

On nous explique le sens qu’il faille donner aux mots « sœur », « fils » chez les Égyptiens et le lien égyptien entre le « Grand Hymne à Aton » et le Psaume 104, de même entre l’Abimelek biblique et Aménophis III, le père d’Akhénaton.

Régulièrement, les auteurs tracent un bref résumé succinct établissant un parallèle entre la Bible et l’Histoire égyptienne.

En page 326 : Cette comparaison [pierres en repose-tête] montre que la tradition orale hébraïque, avant les découvertes archéologiques, avait gardé le souvenir d’objets précis [pierre de Jacob] remontant à l’Ancienne Égypte.

En page 330 : Les scribes bibliques gardèrent en mémoire le sourire et la hanche proéminente d’Akhénaton. Abraham, dignité de Râ, Isaac et le sourire, Jacob et la hanche luxée symbolisent Pharaon, fondateur du monothéisme. Tel est le message des prêtres et scribes yahouds exilés à Babylone, cachant dans les textes leur appartenance à l’immense civilisation égyptienne.

Comme Abraham et Jacob, Aménophis IV change de nom pour devenir Akhénaton.

En page 336 : Les trois patriarches de la Bible sont l’image d’Akhénaton, père du monothéisme.

Les auteurs font un parallèle entre Caïn / Abel, Jacob / Esaü et Akhénaton / Thoutmosis. Puis se tournent vers l’expression biblique « en paix » pour lui extirper son équivalent égyptien.

En page 349, avec en référence Mathieu, XVI, 18 : Le Nouveau Testament se réfère spirituellement à l’Ancienne Égypte.

Pourquoi les Gouverne « ments » s’appuient sur la Bible : parce qu’elle contient l’Ancien et le Nouveau Test à « ment » !

Les auteurs nous expliquent comment Akhénaton et Jacob partage le chiffre « 17 ».

CHAPITRE 9 : JOSEPH EST-IL AÏ ? / Le chandelier

En sous-titres :

. Potifar et Pharaon / La coupe de Pharaon
. Ils arrivèrent à soixante-dix
. L’ablution des mains / Origine de l’ablution des mains (Nétilat-Yadayim)
. L’ablution des pieds
. Jacob et Joseph embaumés

En page 359, les auteurs posent la question : Comment Joseph, un Hébreu, a-t-il pu obtenir une telle position officielle, sans connaître les traditions, les mœurs, l’écriture sacrée et la langue de Pharaon ?

Et ils tentent d’y répondre en établissant des liens entre le Joseph biblique et le Divin Père Aï, et en rétablissant certains faits qui étaient déjà connus de Pharaon, comme les rêves de Joseph « sept vaches / gerbe ». Ils identifient qui est Potifar, le puissant Égyptien / Pharaon, qui achète Joseph à ses frères.

En page 371 : Les recherches sur les talatates de Karnak permirent de retrouver l’image gravée d’Akhénaton, élevant sa coupe vers Aton pour l’offrande du vin. La prière monothéiste sur le fruit de la vigne a pour origine l’ancienne Égypte, premier pays à consacrer la « boisson des dieux ».

En page 372 : Comme pour le pain sacré, la prière sur le vin, tradition familiale à Aket-Aton, remerciant Dieu d’avoir créé les fruits de la vigne, fut conservée par les Yahouds dans les différents rituels.

En page 383 : La tradition du lavement des mains (en hébreu : nétilat-yadayim) a été pratiquée par les prêtres judéens (Yahouds), et jusqu’à nos jours dans certaines traditions monothéistes. Une main verse de l’eau sur l’autre, chacune jouant le rôle de « serviteur ». Les talatates de Karnak permettent de reconstituer ce rituel. Elles montrent un serviteur versant de l’eau sur les mains d’Akhénaton.

De même pour l’ablution des pieds qui origine de l’Égypte. Si tous les rituels catholiques proviennent d’Égypte, pourquoi il en serait autrement du Christ Jésus (Horus) ?

Les auteurs posent d’autres bonnes questions en page 386 : L’arche emportée par les Yahouds contenait-elle les tables de la Loi, ou la momie d’Akhénaton ? Y avait-il plusieurs arches ?

Conclusion en page 388 : Joseph n’ayant aucune réalité historique, les scribes de la Bible ont révélé à travers lui la plus extraordinaire figure de l’Ancienne Égypte : le Divin Père Aï, le pharaon oublié.

CHAPITRE 10 : L’EXODE

En sous-titres :

. La face de Dieu
. Mort des premiers-nés
. Itinéraire / La fête de Soukkot
. Le passage de la Mer Rouge
. Le secret de Jéthro
. La femme à l’oiseau
. Deux campagnes militaires
. Pitom et Ramses / La stèle de Merenptah

On apprend que :

1. Comme pour « Dieu », on ne peut voir la face de Pharaon.

2. Que la décision de faire la circoncision à la naissance plutôt qu’à 13 ans, serait à l’origine du décès de plusieurs de ceux-ci.

En page 395 : Rompant avec les anciennes traditions religieuses égyptiennes (circoncision à treize ans), Abraham est l’innovateur de la circoncision à huit jours.

Mauro Biglino donne une explication des plus intéressantes sur le pourquoi de la circoncision à huit jours.

3. Qu’en fait, l’exode est plutôt une déportation des monothéistes d’Akhet-Aton, encadrée par l’armée égyptienne.

En page 398 : L’ambition politique de Aï était de repeupler la nouvelle terre sainte de Canaan avec une population soumise, assurant une zone [tampon] sécuritaire entre l’Égypte et l’ennemi du nord.

4. Qu’il n’est pas question d’une errance de 40 ans dans le désert mais plutôt une attente parce que l’armée égyptienne a été confrontée à des difficultés pour mener à terme cette déportation à Canaan.

En pages 399-400 : Par conséquent, les échecs de la campagne de Moïse correspondent aux revers historiques de l’armée égyptienne commandée par les généraux Horemheb et Paramessou, au cours de la première année du règne de Toutankhamon.

En page 410 : Quarante ans séparent les campagnes [militaires] sous Toutankhamon et Sethi 1er. Pour établir les déportés sur les terres de Canaan.

5. Que selon les Textes des Pyramides, Pharaon a le pouvoir de séparer les eaux. Que ce n’est pas la Mer Rouge, mais la Mer des Roseaux, avec une toute autre signification.

En page 402 : La Mer des Roseaux est l’océan des pharaons, le « noun » dans lequel triomphe le Divin Père Aï sur Akhénaton et Semenkharé, les pharaons monothéistes. La séparation des eaux représente la rupture entre Amon et Aton, entre l’Égypte et ses prêtres.

6. Que l’Égypte a dû complètement se réorganiser sous les directives de Jéthro, Akhénaton l’ayant affaiblie sur tous les plans pour créer sa ville sainte d’Akhet-Aton qui abritait sa doctrine monothéiste. De même, on nous dévoile qui était en fait ce « Jéthro » biblique dans la hiérarchie égyptienne.

7. On nous explique pourquoi il est improbable que l’Exode se soit déroulé sous les Ramses.

8. On tente de cerner qui serait « Moïse » parmi la hiérarchie égyptienne.

CHAPITRE 11 : AARON EST-IL HOREMHEB ?

CHAPITRE 12 : MOÏSE EST-IL RAMSES Ier ?

CHAPITRE 13 : JOSUÉ EST-IL SÉTHY Ier ?

CHAPITRE 14 : L’ÂNESSE DE BALAAM

CHAPITRE 15 : L’EXODE MASSAÏ

CHAPITRE 16 : LE PHARAON DE LA PAIX

BIBLIOGRAPHIE

---
L'ALERTE LAMBERT à Panthère
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=206908

P(3)58

  9992 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

200968 messages dans 40918 fils de discussion, 1235 utilisateurs enregistrés, 96 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 96 invités)
Temps actuel sur le forum : 17/07/2024, 11:41
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum