Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

Les Secrets de la Bible # 2 : Anton Parks #7

par panthère58, vendredi 19 juin 2015, 18:21 (il y a 3318 jours) @ panthère58

:-) Anton Parks Partie #7

[image]
2009

CHAPÎTRE VII : L'OEIL BRÛLANT DU FIRMAMENT - LE SOLEIL NOIR ET LA MASSUE DU ROI
pp.202 à 239

Sous-titres :

1. L'oeil d'Horus
2. Le retour du Phénix ou l'arme d'Horus
3. Marduk-Neberu et le poème d'Erra
4. Nergal-Horus
5. Jean le Baptiste, l'aîné du Messie biblique

Introduction

p.202

Ce nouveau chapître présentera de précieux indices concernant Neb-Heru (le seigneur Horus). Nous avons déjà travaillé sur le lien entre le Christ et Horus dans le tome 2 des Chroniques à travers l'étude concernant l'Étoile du Matin. Mais les éléments relevés ici apporteront des confirmations capitales qui démontreront une fois encore que la planète Vénus a occasionné des bouleverwsements importants sur Terre et dans le système solaire.

Avant de nous plonger dans le thème de l'oeil brûlant, évocation égyptienne de l'astre perturbateur, nous allons examiner un autre aspect de ce dernier qui figure la royauté qu'Horus doit recouvrer pour régner sur l'ensemble de la terre d'Égypte.

Parks explique, développe et démontre les points suivants :

. le scarabée Khepri

https://fr.wikipedia.org/wiki/Kh%C3%A9pri

Khépri (Le soleil en devenir) est une entité de la mythologie égyptienne associée au soleil et symbole de la renaissance.

Il est représenté par un homme à tête de scarabée ou comme un scarabée poussant devant lui le disque solaire. Il renaît chaque matin avant de devenir Rê, le soleil à son zénith, puis Atoum, le soleil couchant.

Khépri, dont le nom signifie celui qui vient à l'existence, était adoré à Héliopolis. Au côté de Rê et d'Atoum, il forme la triade d'Héliopolis.

Symboles de Khépri

Khépri vient de kheperer qui signifie « scarabée », et du verbe kheper « venir de l'existence ».

Il est représenté sous la forme d'un scarabée ou d'un homme dont la tête est coiffée d'un scarabée ou dont le visage est remplacé par un scarabée. On connaît aussi des scarabées à tête humaine, à tête de bélier ou de faucon.

Aucun attribut particulier ne lui est dévolu en dehors des traditionnels sceptre ouas et croix de vie ânkh.

Ses animaux sacrés sont le scarabée, mais aussi le bélier en raison de son lien avec Atoum.

Ses éléments sont la terre, l'eau et le feu et sa couleur est le noir, dans ses nuances métallescentes (comme celles des scarabées).

[image]

On retrouve le "scarabée" dans un épisode de la télésérie SMALLVILLE, à la saison #10 :

[image]

--------------------------------------------------------------------------------

. différents aspects de l'oeil d'Horus (l'Udjat)

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C5%92il_Oudjat

[image]Dans l'imagerie de l'Égypte antique, l'Œil Oudjat est un symbole protecteur représentant l'Œil du dieu faucon Horus.

Origine

En translittération de l'écriture hiéroglyphique, irt signifie « œil » et wḏȝ, le verbe signifiant « se préserver » ou le mot « protection ». Irt oudjat, ou plus communément oudjat, en transcription signifient donc « œil préservé », l'Œil d'Horus en l'occurrence.

Les égyptologues considèrent généralement que la figuration de l'Œil Oudjat est un hybride d'œil humain et d'œil de faucon : elle combine des parties de l'œil humain, conjonctive, pupille et sourcil, avec vraisemblablement les taches en dessous de l'œil du faucon.

Légende

D'après le mythe, Horus, fils d'Isis et d'Osiris, aurait perdu un œil dans le combat mené contre son oncle Seth pour venger l'assassinat de son père. Au cours du combat, Seth lui arracha l'œil gauche, le découpa (en six morceaux, d'après une version de la légende) et jeta les morceaux dans le Nil. À l'aide d'un filet, Thot repêcha tous les morceaux sauf un! Thot le rajoute et rend donc à Horus son intégrité vital. La somme de l'Oudjat fait que 63/64 , et le 1/64 manquant est le lien magique que Thot à ajouté pour que l'oeil fonctionne.

L'Œil Oudjat avait une fonction magique liée à la prophylaxie, à la restauration de la complétude et à la vision de « l'invisible ». Il fut représenté sur les sarcophages et sur les pectoraux. Les innombrables amulettes en forme d'Oudjat protégeaient leurs porteurs. Lors de la momification, les embaumeurs le plaçaient sur les incisions qu'ils avaient pratiquées. L'Œil Oudjat était aussi peint sur les proues des bateaux, leur permettant de « voir » et de tenir leur cap.

Interprétation métrologique

En 1911, à partir de documents du Nouvel Empire, l'égyptologue Georg Möller fit l'hypothèse qu'on pouvait identifier certains signes hiéroglyphiques utilisés pour mesurer des capacités de grain à des parties du signe représentant l'Oudjat. Il en déduisait que l'Oudjat (signe religieux) était à l'origine de ce système particulier de mesure.

Plus précisément, dans cette conjecture, les parties constituantes de l'Oudjat serviraient à écrire les fractions ayant 64 comme dénominateur commun et servant à mesurer les capacités de grain :

[image]
L'Oudjat (vue de droite à gauche)


Hiéroglyphe Signification Valeur

[image] partie de la conjonctive 1/2 (soit 32/64)

[image] pupille 1/4 (soit 16/64)

[image] sourcil 1/8 (soit 8/64)

[image] partie de la conjonctive 1/16 (soit 4/64)

[image] larme (?) 1/32 (soit 2/64)

[image] tache du faucon (?) 1/64

L'addition des six fractions, 32/64 + 16/64 + 8/64 + 4/64 + 2/64 + 1/64, donne 63/64, la fraction manquante étant sans doute retrouvée par Thot.

Cette notation était employée pour indiquer les fractions du boisseau, le heqat, mesure de capacité des céréales, valant environ 4,785 litres.

En 1927, cette identification et la thèse associée furent reprises à deux endroits importants :
dans une des deux éditions du Papyrus Rhind, celle due à Arnold Chace, Henry Manning et Raymond Archibald et destinée aux enseignants de mathématiques
avec quelques modifications, dans l'Egyptian Grammar de Alan Gardiner, ouvrage très important pour la langue égyptienne.

L'identification de l'œil Oudjat avec des fractions continua donc à être répétée pendant plusieurs décennies, à partir de ces deux sources, l'une reprise par les mathématiciens et historiens des mathématiques non spécialistes de l'Égypte antique, l'autre par les égyptologues reproduisant les indications de la grammaire de Gardiner. Dès cette période, pourtant, les rares spécialistes des mathématiques de l'Antiquité critiquèrent cette thèse, en particulier Thomas Eric Peet, éditeur de la première édition du Papyrus Rhind (qui fait autorité), ou Otto Neugebauer. La découverte de nouvelles sources, dans les années 1960 et 1970, et le renouveau des études sur les mathématiques égyptiennes dans les années 1980, ont permis à Jim Ritter en 2003 d'invalider la thèse. Plus précisément, on a maintenant accès à l'évolution des signes utilisés pour désigner les capacités de grain sur une longue période, et on peut donc montrer qu'ils ne proviennent pas des sous-parties de l'Oudjat, et n'y sont pas associés en général.

Que certains Égyptiens aient ou non imaginé d'identifier des signes numériques à des morceaux de l'Oudjat, dans un contexte religieux, par exemple, reste en débat ; le texte connu suggérant cette possibilité est très tardif, postérieur à l'ère chrétienne, une période de grande floraison de textes de spéculations mystico-religieux.

--------------------------------------------------------------------------------

. lien entre Horus et Vénus
. les territoires royaux : les deux couronnes et le Gigal
. les différents aspects de l'astre brûlant (Vénus)
. lien entre Phénix/Scarabée/Héron
. comme vu avec Roger Sabbah : Sirius est associée à la crue du Nil autour du solstice d'été et Vénus au déluge

Extrait

p.211

La confusion entre l'antique Phénix qui marquait la naissance d'Horus et celui qui signalait la date de l'inondation se trouve ici ; les deux sont censés symboliser le renouveau de la vie et la nouvelle année. C'est donc pour cette raison que le calendrier chrétien fait naître Jésus-Christ fin décembre, approximativement à la date de la naissance d'Horus, et qu'il démarre sa nouvelle année juste après.

. les cinq jours "épagomènes"/lever héliaque de Sirius et le cycle sothiaque
. lien Neberu/Vénus
. lien Horus/Vénus/Lucifer
. les deux Horus : l'aîné et le fils d'Isis/Osiris versus Jean le Baptiste et JC
. le Poème d'Erra texte akkadien sur argile (Babylone)/Luc 3:28

Extraits

p.222

Il ne faut pas perdre de vue que les Akkadiens et Babyloniens étaient sous le régime royal d'An et de ses Annunaki, les ennemis de la terre d'Égypte. Dans ces conditions, il était facile de transformer un adversaire en un allié consanguin dans les textes mythologiques.

p.224

Le poème d'Erra est donc un document exceptionnel en ce sens qu'il nous apporte la confirmation que l'astre Marduk-Neberu des textes akkadiens est bien la planète Vénus.

p.228

Une fois encore, nous avons la démonstration évidente que les anciens prêtres de l'Orient et les scribes qui travaillaient à leur service n'ont cessé de jouer avec le sens des termes.

. qui était Jean le Baptiste de la Bible ?/Jean 1:19-23

http://www.bible-en-ligne.net/bible,43N-1,jean.php

1:19 Voici le témoignage de Jean, lorsque les Juifs envoyèrent de Jérusalem des sacrificateurs et des Lévites, pour lui demander: Toi, qui es-tu?

1:20 Il déclara, et ne le nia point, il déclara qu'il n'était pas le Christ.

1:21 Et ils lui demandèrent: Quoi donc? es-tu Élie? Et il dit: Je ne le suis point. Es-tu le prophète? Et il répondit: Non.

1:22 Ils lui dirent alors: Qui es-tu? afin que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu de toi-même?

1:23 Moi, dit-il, je suis la voix de celui qui crie dans le désert: Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit Ésaïe, le prophète.

Extraits

p.230

En quoi cette histoire posséderait-elle un rapport avec l'Égypte et Horus, le Mesi du Pays de Lumière? Pour plusieurs raisons avec lesquelles vous êtes désormais familiarisés : les faits, et la phonétique des noms employés. Il existe un personnage important de la littérature égyptienne qui réunit les différentes fonctions de Jean Baptiste, il s'agit de Râ, c'est-à-dire Horus l'Aîné. Examinons cela.

p.232

Tout prend un aspect géopolitique limpide grâce à cette nouvelle lecture de l'histoire biblico-égyptienne.

p.237

C'est pourquoi de nombreuses citations de la Bible peuvent retrouver leur sens lorsqu'elles sont replacées dans leur contexte d'origine, comme ici, en Mathieu 3:10-11, lorsque Jean le Baptiste déclare à propos de Jésus :

http://www.bible-en-ligne.net/bible,40N-3,matthieu.php

3:10 Déjà la cognée est mise à la racine des arbres: tout arbre donc qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu.

3:11 Moi, je vous baptise d'eau, pour vous amener à la repentance; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint Esprit et de feu.

. le feu de Jean le Baptiste (Horus Râ/Mikael) = feu de la Saint-Jean...
. les dates du 21 et 24 juin :

voir http://www.orandia.com/forum/index.php?id=124959

---
L'ALERTE LAMBERT à Panthère
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=206908

P(3)58

  12969 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

200988 messages dans 40922 fils de discussion, 1235 utilisateurs enregistrés, 82 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 82 invités)
Temps actuel sur le forum : 19/07/2024, 23:34
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum