Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

De l'Atlantide à l'Égypte... # 5

par panthère58, vendredi 19 janvier 2018, 19:35 (il y a 2371 jours) @ panthère58

:-) LES SECRETS DE L’EXODE
L’origine égyptienne des Hébreux

Critique personnelle, objective et subjective

[image]

© Seld / Jean Cyrille Godefroy, octobre 2000
Format éditions « Le Livre de Poche » : septembre 2015
567 pages

Auteurs : MESSOD ET ROGER SABBAH

AUTRES LIENS :

1. Dossier Anton Parks :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=128348

2. Dossier VidéOrandia :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=129655

3. Télésérie SMALLVILLE :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=147009

--------------------------------------------------------------------------------

. Mes commentaires subjectifs, mes spéculations factuelles, fantaisistes [en bleu]
(m’inspirant de Yann Vadnais dans le VOR161001)
. Des extraits [en or]
. Des ajouts, précisions, références, des ajouts [ ] pour contextualiser
. Mon résumé en [vert]
. Saut de texte dans l’extrait […]

--------------------------------------------------------------------------------

Les auteurs mentionnent que la province de Canaan n’était qu’à dix jours de marche d’Akhet-Aton. On est loin des « 40 ans » dans le désert avec Moïse et Josué. Personnellement, quelques siècles plus tard, à l’époque de Josias, les descendants des monothéistes exilés se sont probablement rabattus sur un autre « exode », celui-là beaucoup plus crédible, parce qu’il faisait partie de leur tradition orale et/ou hiéroglyphique et, en tant qu’exilés, on avait besoin de raccrocher leur situation au passé.

Avec toute l’information sur l’Exode que j’ai accumulée, je crois que les Deutéronomistes se sont inspirés de l’exode qui remonterait à Ptah (Asar/Osiris/Enki), et qui a obligé les anciens de l’Atlantide à se diriger vers l’Égypte pour se relocaliser. Ils ont dû traverser l’Afrique d’ouest en est pour ce faire et ce, à l’époque où les dieux côtoyaient les humains. Là le « 40 » ans dans le désert prendrait tout son sens ; pas un dix jours de marche ! D’autant plus que l’armée égyptienne contrôlait la région ; il lui aurait été facile de leur mettre le grappin dessus.

AJOUT :

LE RÉVEIL DU PHÉNIX
Les Chroniques du ĞÍRKÙ III

[image]

Anton Parks
Éditions Nouvelle Terre
2010

Voici de l’information partagée par Parks sous forme de roman. Mais dans son essai « La Dernière Marche des Dieux », il nous précise en page 24 : La série des Chroniques du Girku est une chose, mes recherches parallèles en sont une autre. L’histoire écrite avec le cœur et inspirée par "l’Âme du Monde" se distingue de l’Histoire scientifiquement vérifiable. Dans le monde quantique au sein duquel nous évoluons et que nous appréhendons progressivement, ces deux formes de rédaction ne sont pas antagonistes. Elles se complètent. C’est par exemple le cas pour mes ouvrages Ádam Genisiš et Eden qui traitent d’un même sujet, mais de façon totalement différente. Je remarque pourtant que ces deux approches touchent de nombreux lecteurs d’horizons différents qui ne s’entendent pas toujours. Ceux qui comprennent ma démarche savent que je ne peux présenter une Chronique comme la seule vérité. Cette vérité, la mienne, demande une analyse et un réexamen sans concession, à la lumière des sources archéologiques et des écrits consignés par les anciens. Telle est la discipline que je m’impose. Certains auteurs, et non des moindres, se contentent de répandre leur "vérité invérifiable" et "leurs traditions orales inconnues" en leur âme et conscience ; ce ne sera jamais mon cas. Que chacun de mes lecteurs soit assuré que je cède à aucun compromis sur la recherche historique et scientifique. Tous les moyens possibles sont mis en œuvre ; telle est ma ligne de vie, tel est mon engagement.

Dans la deuxième partie du livre, intitulée « LE RÉVEIL DU FAUCON », au deuxième chapitre nommé « AU-DELÀ DE L’HORIZON DES ÉVÉNEMENTS », Horus / Neb-Heru, par un genre de voyage astral ou de projection de conscience, effectué dans la chambre du roi de la Grande Pyramide, veut aller à la rencontre de son père Osiris parce qu’il peine à croire qu’il est la réincarnation de celui-ci, contrairement à son entourage qui le considère comme Osiris ressuscité. Mais sa sortie hors du corps ne se déroule pas comme prévu. Des abeilles viennent à sa rescousse. Il fait part de son expérience à sa génitrice Isis et à son entourage proche composé de divers dieux.

En page 221 : "Où veut-il se rendre ? Le roi veut se rendre au ciel pour toutes vies et autorité afin qu’il puisse voir son père [Osiris] et qu’il puisse voir la lumière."

- Textes des Pyramides, 914c-915a

En pages 227-228 : Djehuti [Thot] reprit son air grave et me demanda à quel danger j’avais dû faire face au cœur de Bit-Râ-Hem. Je leur retraçai volontiers mon aventure en n’omettant aucun détail important pour bien leur montrer le courage que j’avais eu face à mon adversaire. Vint ensuite le passage concernant les abeilles…

- Tu as vu des abeilles dans le plafond du Shetat ("chambre du roi") ? demanda Djehuti.

- Oui., ce sont elles qui m’ont secouru lorsque j’ai combattu l’ombre armée. Elles sont innombrables.

- N’en parle pas à personne, Heru [Horus], reprit Aset [Isis]. Tu viens de découvrir un secret important que nul ne doit connaître.

Je sais depuis mon plus jeune âge que l’abeille est notre symbole royal par excellence et qu’il provient de mon père [Osiris]. Nombre d’entre nous prétendent qu’Asar [Osiris] possédait une colonie importante de ces insectes dont il s’était occupé pendant de nombreuses années, jusqu’à ce qu’il trépasse. Il en avait en A’amenptah (Atlantide) et en Kemet (l’Égypte). Mais nous avions depuis perdu leur trace. C’est ma mère qui m’avait parlé de ces abeilles au cours de mon enfance. Elle m’avait raconté que le passage du Benu Céleste (le Phénix) avait fait monter les eaux un peu partout sur Uraš (la Terre). Les survivants de l’A’amenptah avaient suivi les abeilles d’Asar vers Kemet, alors que le sol était recouvert de boue et de cadavres de tout genre. Les souterrains qui reliaient autrefois l’A’amenptah à Kalam (l’Afrique) s’étaient effondrés. Dehors les paysages que nos ancêtres connaissaient étaient totalement méconnaissables. De plus, la planète avait basculé sur son axe, les points cardinaux n’étaient plus les mêmes. Les survivants, exténués par leur longue marche vers l’Est actuel, avaient finalement atteint le royaume de Ta-Ur (Abydos) par le sommet des montagnes.

C'est comme un autre morceau du "puzzle" qui s'ajoute aux autres pour donner une version qui m'apparaît dès plus vraisemblable d'un exode fastidieux. Chose certaine, Moïse et les 40 ans dans le désert alors que les Hébreux sont à 10 jours de marche de Canaan, c'est à reléguer aux oubliettes. Mais jusqu'à preuve du contraire, les croyances continuent d'enterrer ce qui s'approche le plus du vraisemblable.

---
L'ALERTE LAMBERT à Panthère
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=206908

P(3)58

  9888 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

200968 messages dans 40918 fils de discussion, 1235 utilisateurs enregistrés, 79 utilisateurs en ligne (2 enregistrés, 77 invités)
Temps actuel sur le forum : 17/07/2024, 12:01
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum