Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

Mauro Biglino : Le Dieu de la Bible vient des étoiles #2

par panthère58, mardi 07 novembre 2017, 19:22 (il y a 2412 jours) @ panthère58

:-) LE DIEU DE LA BIBLE VIENT DES ÉTOILES
De la traduction littérale des codex hébraïques initiaux

Critique personnelle, objective et subjective : Partie 1

Bibliographie de Mauro Biglino en français :

1. La Bible comme vous ne l’avez jamais lue
2. Le Dieu de la bible vient des étoiles
3. Il n’y a pas de création dans la Bible
4. La Bible n’est pas un livre sacré

[image]

© 2011 Uno Editori

© 2014, Éditions Nouvelle Terre, 310 pages, en excluant l’annexe, la bibliographie et la table des matières

AUTRES LIENS :

1. Dossier Anton Parks :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=128348

2. Dossier VidéOrandia :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=129655

3. Télésérie SMALLVILLE :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=147009

--------------------------------------------------------------------------------

. Mes commentaires subjectifs, mes spéculations factuelles, fantaisistes [en bleu]
(m’inspirant de Yann Vadnais dans le VOR161001)
. Des extraits [en or]
. Des ajouts, précisions, références, des ajouts [ ] pour contextualiser
. Mon résumé en [vert]
. Saut de texte dans l’extrait […]

--------------------------------------------------------------------------------

CHAPITRE 7 : UN PEUPLE VALANT PROPRIÉTÉ

L’auteur présente des notions et des réflexions sur ce qu’est en fait un « peuple élu », en autant qu’on se libère de 2000 ans de conditionnement théologique et religieux.

Dans le fond, Yahvé ne serait qu’un parmi plusieurs « dieux » à avoir son peuple « élu », à avoir aussi une région bien précise dont il assume la gestion tout en convoitant les régions de ses pairs.

En page 120 : L’affirmation est nécessaire parce que la Bible stipule clairement dans plusieurs passages qu’il en existe d’autres, et que ce sont des dieux étrangers, autrement dit des Elohim qui ont de toute évidence reçu d’autres régions et d’autres peuples en héritage.

L’auteur fait un rapprochement entre ces passages bibliques et un document cunéiforme sumérien. Il parle aussi de l’importance sur trois points de la circoncision dans l’alliance entre Yahvé et son « peuple élu » : vérifiable, sanitaire, au huitième jour pour des raisons médicales.

Mais la circoncision est aussi égyptienne (ou vient d’Égypte)… [A.-D. Grad, Salle 803/Club CRÉÉE]

En pages 124-125 : Concernant les préoccupations d’ordre sanitaire que cet Elohim avait vis-à-vis de ces individus, on remarque un élément qui nous interroge. Il stipule dans le verset 12 que l’intervention doit être faite au huitième jour qui suit la naissance : pourquoi donc la huitième en particulier ?

Le texte biblique ne nous fournit guère d’explications précises, mais les connaissances médicales ayant progressé, on peut peut-être y voir la réponse suivante : huit jours exactement après la naissance d’un être humain, son sang atteste de la présence de phylloquilone – ou vitamine K, une substance antihémorragique – à des niveaux très élevés, selon une quantité qu’il ne retrouvera plus tout au long de son existence. La circoncision engendrant une perte de sang notable, ce huitième jour représente ainsi le moment le moins risqué, où la cicatrisation sera justement la plus rapide du fait de ce niveau élevé d’antihémorragiques dans le sang. Force nous est d’en conclure que cette prescription précise aura été donnée par quelqu’un qui connaissait à l’évidence certains mécanismes de la physiologie humaine. Et on peut affirmer qu’il les connaissait d’autant mieux que l’homme était fait "à sa ressemblance et avec le [tzelèm]", à savoir avec ce "quelque chose de matériel qui contenait son image", tel que la Bible le dit elle-même.

Toujours selon les textes bibliques, l’auteur nous explique pourquoi Abraham ne serait pas le premier Hébreu, ce qui implique d’autres lignées.

L’auteur donne ensuite de l’information sur les avancées de la civilisation sumérienne dans une partie du chapitre intitulée : « Et si les Sumériens ? », avec des références bibliques en parallèle.

En page 131, l’auteur pose la question : Les Sumériens étaient-ils des Sémites ?

Sa démonstration est fort intéressante et elle conforte ma thèse qu’en fait, Abraham serait en fin de compte un autre nom d’Enki. Celui-ci porte le nom de Ptah en Atlantide et d’Osiris (Asar) en Égypte. Tué par Enlil, il est ramené à la vie par la génétique et un rituel dans la Grande pyramide de Gizeh qui ramène son âme dans le corps conçu par Isis. Celle-ci enfantera ainsi Horus, c’est-à-dire celui qui, comme mentionné par le Baptiste dans un extrait du « Testament de la Vierge » d’Anton Parks en page 231 : "Derrière moi vient un homme qui est passé devant moi parce qu’avant moi il était. […] Il faut que lui grandisse et que moi je décroisse" (Jean 1:30 et 3:30). Jean le Baptiste, l’aîné du Messie, prophétise et prépare clairement la venue de Jésus comme l’a fait son double, Horus l’Aîné.

Infos sur la naissance de Noé (Mathusalem, Lamek, Enoch).

En marge des propos de Kiwan de ces récentes semaines sur l’avenir de l’humanité (Blade Runner 2049), en pages 135-136 : Nous apprenons ici à propos de ce bébé, qui affiche de par son aspect une incroyable ressemblance avec les "gardiens", qu’il a fait l’objet d’un certain nombre de projets : l’humanité et la vie sur Terre vont être rétablies à travers lui et ses descendants ! Noé représente donc un choix précis qui concerne la totalité de l’humanité future !

L’auteur relève dans les textes bibliques une fluctuation de 9 à même 14 tribus d’Israël et donne de possibles explications sur le pourquoi du symbolisme des « 12 » tribus.

En page 142 : Nous devons pour le moins considérer que l’unicité du peuple élu, son nombre de tribus et leur type, de même que sa subdivision précise et fonctionnelle en 12 ensembles ont peut-être plus été le fait d’un ardent désir du nationalisme israélite que celui d’une réalité historique avérée et documentée.

CHAPITRE 8 : LES ELOHÌM ET LA CHAIR GRILLÉE

Autels, sacrifices, holocaustes, d’animaux et de…, de Noé, en passant par Moïse et autres, relevés dans la Genèse, le Lévitique, l’Exode, et qui ne correspondraient en rien à quoi que ce soit de symbolique ou de spirituel tel qu’on le définit aujourd’hui.

En page 154 : Nous nous trouvons au contraire devant un acte précis qui doit être accompli dans un lieu tout aussi précis, afin qu’il puisse correspondre au bon vouloir de cet individu particulier connu en tant que Yahvé, lequel appartient au groupe des Elohìm.

En page 155 : Nous soulignons ici que c’est l’odeur qui compte, et pas la fumée qui s’élève dans le ciel en se dispersant dans les airs.

Donc, désolé théologie monothéiste; il n’est pas question ici d’une symbolique de l’âme qui monte vers Dieu. Quand on ne sait pas quoi dire, et/ou de bien interpréter les textes bibliques, on étire la sauce… Faut croire que le ridicule ne tue pas finalement. Aujourd’hui, peut-être que Yahvé aimerait l’odeur du « pot » pour relaxer… au lieu d’animaux, de premiers nés.

En page 157 : Si nous voulions en tout cas accorder quelque crédit à l’aspect symbolique, il est franchement difficile d’imaginer un "Dieu" spirituel, omnipotent, omniscient et plein d’amour, qui ordonnerait l’abattage barbare d’animaux pour figurer une âme qui le rejoindrait. Cet aspect est encore plus difficile à accepter si l’on considère que nous sommes face à un ensemble de livres, la Torah, qui ignorent l’âme et ne l’évoquent jamais ; ils n’en parlent pas plus en termes de vie terrienne qu’en termes d’existence supra-terrestre avec tout ce que la théologie élaborera par la suite quant à des récompenses ou punitions…

Voilà pourquoi les offrandes d’Abel étaient plus valorisées aux yeux de Yahvé que celles de Caïn. L’intention derrière l’offrande ne comptait pas ; c’est l’effet recherché qui primait au risque d’en payer le prix de sa vie, comme pour les fils d’Aaron.

L’auteur pose de très bonnes questions sur ces offrandes singulières, questions qui remettent aisément en cause ce qui est convenu des exégètes, de la théologie, des universitaires, de la tradition qui, de mon point de vue, se perdent tous dans un labyrinthe d’interprétations symboliques, allégoriques, spirituelles. Belle démonstration de leur incapacité à bien analyser objectivement les textes bibliques tels qu’ils sont rapportés littéralement.

Étrangement, l’auteur trouve des possibilités de réponses à partir de la NASA, qui débouche sur une explication neurophysiologique documentée.

Dans ce questionnement sur les effets des holocaustes sacrificiels sur les Elohìm dont Yahvé, certaines questions soulevées rejoignent les « Chroniques » d’Anton Parks et les livres de Barbara Marciniak; en page 173 :

• Quand ils se trouvaient dans l’atmosphère terrestre, subissaient-ils des altérations de leur rythme respiratoire qui leur auraient éventuellement occasionné un léger essoufflement ?

• Les substances odorantes précisées ont une action spécifique sur la respiration : pouvaient-elles leur apporter une quelconque forme de soulagement ?

Dans les « Chroniques » d’Anton Parks, les extraterrestres ont du mal à supporter la troisième dimension terrestre. Certains ne peuvent pas être sur Terre plus de deux heures et doivent retourner dans l’espace en orbite. D’autres parviennent à subir cette énergie vibratoire en avalant certaines substances. Dans les livres de Marciniak, l’amour inconditionnel élève la vibration terrestre et, ce faisant, va finir par chasser les êtres « négatifs » qui manipulent l’humanité depuis des millénaires et qui ne pourront la supporter davantage.

En page 174 : Il n’est par conséquent pas facile de se débarrasser des interprétations de type "extraterrestres" qui ont le mérite de coller au texte biblique, sous le prétexte qu’elles seraient "fantaisistes". Il faut pourtant bien relever que les élaborations théologiques semblent souvent incompatibles, voire même en contradiction totale avec ce qui est concrètement narré dans les récits des origines.

CHAPITRE 9 : DES ANGES ? [malakhìm]

Des anges pas aussi « angéliques » que ça, malgré ce que la tradition religieuse voudrait bien nous faire croire. Selon l’auteur, leur description a plus à voir avec les Anunnaki, Igigi, Igigu sumériens.

En page 180, l’article 334 du Catéchisme de l’Église catholique : D’ici là, toute la vie de l’Église bénéficie de l’aide mystérieuse et puissante des anges.

Après, on se demande pourquoi ça va mal dans le monde, que « le diable est aux vaches » depuis des siècles, voire des millénaires ! Non, « le diable n’est pas aux vaches », il est au Vatican ! On en a fait une figure angélique.

L’auteur commente plusieurs passages bibliques impliquant des « anges » dont les actions n’ont rien d’une spiritualité angélique, notamment le livre de Daniel.

En page 195 : Bien que rempli d’incertitudes, le livre est reconnu comme une référence pour définir la vérité absolue. Il est abondamment utilisé pour l’élaboration de l’angiologie traditionnelle…

Un rapprochement est fait d’avec les « vigilants » à Sumer et les « neteru » en Égypte, de même qu’avec « Gabriel » [ghevrìel / homme fort de El].

En page 198 : Il apparaît à la lecture de ces versets que la représentation traditionnelle qui fait de cet être [Gabriel = ghevrìel / homme fort de El] un personnage angélique arrivant en volant avec légèreté soit bien artificielle.

En page 200 : (Le terme "prophète", […] en effet, et contrairement à ce que l’on croit souvent, ne désigne pas celui qui prédit le futur, mais "celui qui parle pour le compte de…").

Il est question d’une armée céleste narrée par Flavius Josèphe.

En page 202 : Il faut supposer que les "vigilants" dont parle Daniel étaient encore présents à l’époque de Flavius Josèphe.

En page 202, l’auteur conclut par une question fort pertinente suite à sa démonstration : Les écrits qu’ils ont suscités dans la littérature religieuse, spiritualiste et confessionnelle sont-ils en adéquation avec ces personnages des [malakhìm] qui interviennent dans l’Ancien Testament ?

CHAPITRE 10 : Satan - Lucifer

CHAPITRE 11 : Les chérubins sont-ils des anges ?

CHAPITRE 12 : Les chérubins de l’Arche d’alliance

CHAPITRE 13 : Élie : le miracle chimique

CHAPITRE 14 : Le péché et la condamnation

CHAPITRE 15 : Le dieu de la Bible vient des étoiles

---
L'ALERTE LAMBERT à Panthère
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=206908

P(3)58

  10197 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

200761 messages dans 40865 fils de discussion, 1201 utilisateurs enregistrés, 535 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 535 invités)
Temps actuel sur le forum : 16/06/2024, 01:20
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum