Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

Mauro Biglino : "La Bible n'est pas un livre sacré" Partie 4

par panthère58, mercredi 02 août 2017, 17:29 (il y a 2543 jours) @ panthère58

:-) LA BIBLE N’EST PAS UN LIVRE SACRÉ
La révélation de la plus grande supercherie de l’Histoire

Critique personnelle, objective et subjective : Partie 4

Bibliographie de Mauro Biglino en français :

1. La Bible comme vous ne l’avez jamais lue
2. Le Dieu de la bible vient des étoiles
3. Il n’y a pas de création dans la Bible
4. La Bible n’est pas un livre sacré

[image]

© 2013 Uno Editori

© 2016 Macro Éditions, 165 pages, en excluant les annexes, bibliographie et table des matières
Collection « Savoir Ancien »

AUTRES LIENS :

1. Dossier Anton Parks :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=128348

2. Dossier VidéOrandia :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=129655

3. Télésérie SMALLVILLE :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=147009

--------------------------------------------------------------------------------

. Mes commentaires subjectifs, mes spéculations factuelles, fantaisistes [en bleu]
(m’inspirant de Yann Vadnais dans le VOR161001)
. Des extraits [en or]
. Des ajouts, précisions, références, des ajouts [ ] pour contextualiser
. Mon résumé en [vert]
. Saut de texte dans l’extrait […]

--------------------------------------------------------------------------------

CHAPITRE 8 : Les Dix commandements : les incohérences entre Yahvé et Moïse

Biglino expose Yahvé qui enfreint ses propres règles. Il met aussi en lumière les dix commandements qui ne s’applique qu’à son peuple et non à l’humanité pour faire régner l’ordre et la discipline dans le campement des Hébreux dans le désert du Sinaï. Il est question aussi d’une arme de « Dieu » qui causerait des dommages corporels semblables à la lèpre. On y fait la distinction entre « tuer » et « assassiner ».

En page 86 : Toute la narration biblique nous démontre en effet sans l’ombre d’un doute que le concept élargi de « prochain » est le fruit d’une construction ultérieure. […] Ces ordres et ces interdits valaient exclusivement à l’intérieur du peuple, au sein de ce groupe de nomades et semi-nomades que Moïse essayait péniblement de transformer en un peuple doté de règles acceptables de coexistence civile.

Il n’y a là aucun « prochain », au sens actuel du terme, dont il faille s’occuper, se préoccuper ou qu’il convienne de respecter.

C’était exclusivement « entre eux » qu’ils ne devaient pas se tuer…

En page 88 : En dehors du groupe, tout était permis, voire suggéré, sollicité ou, même, ordonné expressément, y compris les actions les plus honteuses et horribles.

Il donne plusieurs références bibliques qui l’exposent clairement. De plus, il y avait des règles d’hygiène pour éviter que Yahvé-Elohim ne pose un pied dans des excréments en marchant dans le campement !

J'aime bien l'image... ! :-P :-D

En pages 91-92 : On nous dira peut-être encore qu’il s’agit exclusivement de métaphores ou d’allégories ? Mais en pareil cas, il n’y aurait qu’un destin possible pour la Bible : la corbeille à papier, car elle serait alors l’œuvre de fous qui, pour présenter leur Dieu, le transforme métaphoriquement en l’un des personnages les plus « imprésentables » de l’histoire de l’humanité.

CHAPITRE 9 : Toujours à propos de Yahvé, le prétendu Dieu

Biglino revient sur le partage du territoire et la généalogie du prétendu peuple hébreu qu’il aurait choisi. Il parle de l’absence de Yahvé dans la création génétique d’Adam et Ève ; il était plutôt un homme de guerre (ish milchamah).

En page 93 : Je répète – comme je l’ai déjà affirmé en examinant les versets du Deutéronome 32:8 et suivants – que la thèse monothéiste selon laquelle Yahvé « choisit de manière autonome » ce peuple reste indéfendable : la Bible entière serait dans ce cas le récit dément de la manière dont un « Dieu » tout aussi fou se serait attribué un peuple, pour procéder ensuite à la conquête militaire sanglante des autres peuples que lui-même – en tant que « Dieu » - n’avait pas choisis.

En pages 96-97 : Fort de cette considération [propos de Lee I. Levine sur l’identité israélite] et en supposant que, comme le soutiennent de nombreux rabbins, Abraham n’ait jamais existé, je me demande : à qui Yahvé s’est-il adressé à l’origine ? Et aussi : qui étaient ceux qu’il a amenés hors de l’Égypte avec l’aide de Moïse ?

Digression : Moïse non plus n’aurait pas existé… ! En tout cas, pas comme les textes bibliques nous le présentent, selon l’archéologie moderne. Alors, ça augmente le niveau de réflexion. Ni les temples de Salomon, Dr. Mk Ultra.

Suite : J’ai envie de redire que face à la Bible, nous devons vraiment « faire semblant de croire que… ». Lire les études des rabbins libérés des dogmatismes dominants (théologiques et idéologiques) est de nature à nous éclairer vraiment.

CHAPITRE 10 : Autres entités spirituelles hypothétiques : anges, géants, Satan et machines volantes

Il les énumère et identifie leurs équivalents dans d’autres cultures. Il y est question des nephilim qui combattirent aux côtés des Philistins et qui s’opposaient à Yahvé et son peuple. On retrouve un affrontement d’envergure dans le livre « Le Réveil du Phénix » d’Anton Parks quand les nephilim s’allient à Horus pour affronter Seth (Enlil) et lui faire subir la défaite. Il est aussi question du voile porté par les femmes pour sensiblement les mêmes raisons évoquées par Kiwan dans les vidéorandias. Mais ici, il est question des femmes qui assistaient à des assemblées dans les premiers temps de l’Église. Il parle aussi de Satan et des chérubins, des appareils volants, et non pas des entités spirituelles.

En page 100 : Ironie du sort, nous devrions dire que les parties les plus fiables de la Bible sont justement celles qu’elle partage avec le reste de l’humanité.

Moi je dirais, celles qu’elle a emprunté au reste de l’humanité.

CHAPITRE 11 : Quand Abraham découvre que Dieu se fatigue, se salit, a faim…

Biglino se réfère aux chapitres 18 et 19 de la Genèse pour démontrer son point. Il parle aussi du pourquoi et du comment de la destruction de Sodome et Gomorrhe.

En page 110 : Je rappelle au passage à ce propos que les philologues hébreux qui ont commenté le chapitre que j’ai consacré au miracle « chimique » d’Élie dans l’un de mes précédents ouvrages, ont écrit que « tous les miracles bibliques sont d’origine technologique ». Ils s’accordent ainsi sur la négation de la moindre intervention surnaturelle.

CHAPITRE 12 : Comment une religion peut-elle naître à partir de telles données ?

Il explique le phénomène connu sous le nom de « culte du cargo ». À partir du moment que des individus ont un ascendant sur d’autres individus, par une supériorité de la connaissance sur l’ignorance, les ingrédients sont là pour établir une religion.

Lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Culte_du_cargo
Extrait : Le culte du cargo est un ensemble de rites qui apparaissent à la fin du XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle chez les aborigènes, notamment en Mélanésie (Océanie), en réaction à la colonisation. Il consiste à imiter les opérateurs radios américains et japonais commandant du ravitaillement (distribués par avion-cargo) et plus généralement la technologie et la culture occidentale (moyens de transports, défilés militaire, habillement, etc.), en espérant déboucher sur les mêmes effets, selon ce qu'on a qualifié de croyances « millénaristes ». En effet, les indigènes ignorent l'existence et les modalités de production occidentale ; dès lors, ils attribuent l'abondance et la sophistication des biens apportés par cargo à une faveur divine. Le culte a pris naissance en Mélanésie. Quasiment toute la Mélanésie, des îles Fidji à la Papouasie-Nouvelle-Guinée l'adopta simultanément (à l'exception de la Nouvelle-Calédonie) mais ce culte ne connaîtra une longévité exceptionnelle qu'à Tanna.

CHAPITRE 13 : Adam et Ève n’ont pas donné naissance à l’humanité

Il revient sur le fait qu’il n’y a pas de « Création » dans la Genèse, dans la Bible.

En pages 119-120 : Chacun sait que personne ne sait… en réalité comment est né l’Univers. […] Face à ce non-savoir, et dans l’attente de réponses certaines et démontrées, je me limiterai à affirmer clairement que la Bible ne parle pas de « création », ne s’occupe pas de cet événement.

Il nous réfère à la tablette cunéiforme « NBC 11.108 » qui parle d’une demeure céleste des Elohim. De plus, la définition du verbe hébreu « bara » qui ne signifierait pas « créer », mais plutôt une intervention pour « modifier ». Il évoque les incohérences dans la période dite des « 7 jours » de la Création. S’ajoute à cela la fabrication d’Adam et Ève.

En page 122 : Je voudrais établir un fait de manière claire et univoque : le texte biblique contient la synthèse de plusieurs interventions d’ingénierie génétique.

Ce qui serait confirmé dans la littérature talmudique par la philologie hébraïque. Il note cependant un point de discorde entre le Talmud hébreu et la Bible hébraïque concernant la paternité de cette ingénierie génétique de biologie moléculaire : Rofim (Rephaïm) vs Elohim. Nous serions nous-mêmes des OGM à qui on aurait intégré de l’ADN de ces « dieux », dont les expériences génétiques remonteraient à près de 250 000 ans.

Pas de « paradis terrestre » mais un jardin clos où les humains fabriqués y travaillaient.

En page 127 : La Bible rend donc compte des effets de ces expérimentations répétées, et le Talmud confirme l’existence de ces connaissances au cours des millénaires passés.

À VENIR

CHAPITRE 14 : Que dit la science qui cherche le prétendu chaînon manquant ?

CHAPITRE 15 : En quoi consiste et par quoi s’est concrétisé le « péché originel » ?

CHAPITRE 16 : Ce qu’on nous a dit sur la Bible est-il faux ?

---
L'ALERTE LAMBERT à Panthère
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=206908

P(3)58

  10381 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

200987 messages dans 40922 fils de discussion, 1235 utilisateurs enregistrés, 80 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 80 invités)
Temps actuel sur le forum : 19/07/2024, 22:41
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum