Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

Mauro Biglino : "La Bible n'est pas un livre sacré" Partie 3

par panthère58, lundi 31 juillet 2017, 13:52 (il y a 2545 jours) @ panthère58

:-) LA BIBLE N’EST PAS UN LIVRE SACRÉ
La révélation de la plus grande supercherie de l’Histoire

Critique personnelle, objective et subjective : Partie 1

Bibliographie de Mauro Biglino en français :

1. La Bible comme vous ne l’avez jamais lue
2. Le Dieu de la bible vient des étoiles
3. Il n’y a pas de création dans la Bible
4. La Bible n’est pas un livre sacré

[image]

© 2013 Uno Editori

© 2016 Macro Éditions, 165 pages, en excluant les annexes, bibliographie et table des matières
Collection « Savoir Ancien »

AUTRES LIENS :

1. Dossier Anton Parks :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=128348

2. Dossier VidéOrandia :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=129655

3. Télésérie SMALLVILLE :
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=147009

--------------------------------------------------------------------------------

. Mes commentaires subjectifs, mes spéculations factuelles, fantaisistes [en bleu]
(m’inspirant de Yann Vadnais dans le VOR161001)
. Des extraits [en or]
. Des ajouts, précisions, références, des ajouts [ ] pour contextualiser
. Mon résumé en [vert]
. Saut de texte dans l’extrait […]

--------------------------------------------------------------------------------

CHAPITRE 7 : Qui étaient ces Elohim que l’on a fait devenir Dieu ? Quelles étaient leurs caractéristiques et comment agissaient-ils ?

Il reprend la question de la pluralité du terme Elohim et expliquent qui ils étaient et comment ils fonctionnaient. Mais j’ai eu un choc, une révélation, lorsqu’il a abordé les règles de Yahvé. C’est dégueu et révoltant autant de ce dieu que de ceux qui tentent d’enterrer l’affaire sous l'échappatoire des métaphores, des allégories, etc. Mais avant, la question égyptienne, une fois de plus, revient à l’avant-scène.

En page 60 : Soulignons que la guerre pour le contrôle des contenus bibliques fut gagnée par les courants de la pensée hébraïque liée à la culture babylonienne d’abord, puis achéménide. Si, au contraire, le judaïsme de modèle et de tradition égyptiens s’était imposé, nous aurions peut-être abouti à une bible qui considérait la présence de la compagne de Yahvé comme « normale ». J’ai évoqué déjà les Targum dont la lecture a amené les frères Sabbah à la construction d’une histoire totalement différente et liée de manière indissoluble à l’Égypte : selon ces chercheurs issus d’une famille rabbinique, ce serait donc encore une autre Bible possible, à cent coudées de celle qui est considérée comme la base de tant de vérités spirituelles.

Abordons les règles de Yahvé : 613 mitsvot soit 248 mitsvot aseh (tu feras) et 365 mitsvot la ta’aseh (tu ne feras pas) et bien sûr, les Dix commandements.

En page 75 : L’ordre concernant le don des premiers-nés avait pour but leur utilisation lors de sacrifices : Yahvé se les faisait amener lorsqu’ils étaient âgés de huit jours – exactement comme pour ceux des animaux (Exode 22:28-29) – et il voulait qu’ils soient brûlés pour lui, comme il l’affirme lui-même dans Ézéchiel 20:25 et suivants.

Source : http://www.cerbafaso.org/textes/bioethique/bible_de_jerusalem.pdf

Exode 22, 28 "Ne diffère pas d'offrir de ton abondance et de ton surplus. Le premier-né de tes fils, tu me le donneras. Exode 22, 29 Tu feras de même pour ton gros et ton petit bétail: pendant sept jours il restera avec sa mère, le huitième jour tu me le donneras.

Ezéchiel 20, 25 Et j'allai jusqu'à leur donner des lois qui n'étaient pas bonnes et des coutumes dont ils ne pouvaient pas vivre,
Ezéchiel 20, 26 et je les souillai par leurs offrandes, en leur faisant sacrifier tout premier-né, pour les frapper d'horreur, afin qu'ils sachent que je suis Yahvé […]
Ezéchiel 20, 31 […] en présentant vos offrandes et en faisant passer vos enfants par le feu?

Toujours en pages 75-76 : C’est l’un des passages pour lesquels la Conférence épiscopale italienne – CEI – montre son courage en rendant la signification exacte du verbe hébreu. Voici la traduction publiée par elle des versets 24-26 du chapitre 20 d’Ézéchiel :

[…] parce qu’ils ne mirent pas en pratique mes ordonnances, parce qu’ils rejetèrent mes préceptes, profanèrent mes sabbats, et tournèrent leurs yeux vers les idoles de leurs pères. Je leur donnai aussi des préceptes qui n’étaient pas bons, et des ordonnances par lesquelles ils ne pouvaient vivre. Je les souillai par leurs offrandes, quand ils faisaient passer par le feu tous leurs premiers-nés ; je voulus ainsi les punir et leur faire connaître que je suis le Seigneur (Yahvé) […].

« Quand ils faisaient passer par le feu tous leurs premiers-nés » : des mots crus, tellement dévastateurs et inacceptables pour la doctrine que, souvent, dans les bibles traditionnelles, ils ont été habilement occultés et remplacés par le terme « consacrer », qui n’a rien à voir avec la littéralité du texte hébreu et, surtout, avec les fins de l’acte.

On apprend que la fumée de la graisse de ces premiers-nés, des animaux, « apaisait » les Elohim, Yahvé et d’autres divinités sur les divers continents. On retrouverait le pendant dans des chants de l’Iliade et de l’Odyssée d’Homère.

En page 78 : Pourquoi cette graisse était-elle si importante et si précieuse que Yahvé ordonna de mettre à mort tous ceux qui étaient surpris en train d’en faire un usage personnel (Lévitique 7:25) ?

Source : http://www.cerbafaso.org/textes/bioethique/bible_de_jerusalem.pdf

Lévitique 7, 25 Quiconque en effet mange la graisse d'un animal dont on offre un mets à Yahvé, celui-là sera retranché de sa race.

Toujours en page 78 : Nous savons bien que la pratique que la pratique des sacrifices humains était répandue parmi les peuples de la terre entière. Tous nous parlent de « divinités » qui réclamaient expressément ce type d’offrandes cruelles et inhumaines. La culture judéo-chrétienne adopte une attitude ambivalente face à ce comportement : elle considère comme absolument réels, bien que barbares et païens, les rites accomplis par les multiples peuples, et tend en revanche à lire et à interpréter de manière allégorique ou métaphorique les sacrifices humains dont on dit clairement dans la Bible qu’ils étaient expressément demandés par Yahvé.

On a même tenté au fil des siècles, et on tente encore, d’en nier l’évidente réalité historique.

On a essayé de répandre l’idée que cette pratique barbare était l’apanage des peuples « païens ».

Qu’il s’agisse d’une barbarie, personne n’en doute. Mais elle était pratiquée aussi par le peuple de Yahvé, et la requête d’origine provenait directement de lui : il n’était pas possible de s’y soustraire, comme nous le savons bien.

Jusqu’à aujourd’hui, je savais sans savoir. J’étais dans un savoir hypnotique, un savoir naïf. Et cette fin de chapitre sur les sacrifices bibliques versus les sacrifices « dits païens », vient de me sortir de ma transe hypnotique dans laquelle on baigne tous. On nous a tellement bourré le crane avec les textes bibliques depuis notre jeune âge, pour les personnes qui arrivent présentement au tournant de leur vie, qu’on ne s’y arrêtait pas vraiment pour y réfléchir. Un déni global, un aveuglément volontaire ou involontaire. Merci Mauro Biglino de me sortir de ce formatage encore présent en moi. Comment cette évidence a pu m’échapper, nous échapper.

Là je comprends d’où vient cette mentalité au Québec d’offrir les premiers-nés comme prêtres, comme sœurs, comme frères ou moines. Ça vient de loin… Et le sens premier de « consacrer » ces enfants à Dieu est un beau terme, un bel enrobage pour occulter le détournement du sens premier des sacrifices humains. Alors, on n’est pas surpris des scandales de l’Église catholique romaine. Et dire que certains voudraient un Grand Monarque qui émergerait de ce tas de mard… ou de merd…

Il faut dire que Mauro Biglino se contente de traduire littéralement les textes bibliques. Il est conscient des interprétations idéologiques, nationalistes, dogmatiques, monothéistes, des différentes traductions, manipulations, et aussi des avancées de l’archéologie moderne ainsi que des résultats de chercheurs indépendants. Mais il n’essaye pas d’interpréter mais seulement de donner le sens littéral des textes. Mais on sait par l’archéologie moderne que ceux qui ont écrit les textes bibliques se sont appropriés des histoires bien antérieures à eux, et les ont intégrés à leur réalité géopolitique et socioculturelle ; les deutéronomistes en particulier sous Josias.

Et on sait aussi, en me basant sur le livre « La Bible dévoilée », qu’Ézéchiel fait partie des prophètes postérieurs.

[image]

En page 440 : Le livre de Jérémie décrit la situation à l’intérieur de Juda après la destruction, tandis que le livre d’Ézéchiel (écrit par un exilé) fait part de la vie et des aspirations des déportés en Babylonie.

En page 441 : Le livre d’Ézéchiel et la seconde partie du livre d’Isaïe (les chapitres 40 à 55) rapportent que les Judéens exilés vécurent, pour certains, à Babylone, la capitale, pour d’autres, dans les environs.

En page 442 : Ézéchiel, qui était un prêtre exilé du Temple de Jérusalem…

Donc Ézéchiel a été en contact avec la culture sumérienne et Enlil/Seth, qui représente bien ce Yahvé tout craché. Et comme plusieurs textes bibliques ont été écrits ou "manipulés" dans la période postexilique, il se peut que les règles de Yahvé viennent en tout ou en partie de l'exil en Babylonie. Alors, les sacrifices humains seraient, selon moi, bien plus antérieurs au peuple hébreu. Mais tout comme nous, qui avons « consacré » des enfants à Dieu, le peuple hébreu, ou son clergé, avait peut-être intégré certains rites dérivés d’un dieu qu’il a adopté pour je ne sais quelle raison. Il y a là une énigme à résoudre mais que j'entrevois en partie.

À VENIR

CHAPITRE 8 : Les Dix commandements : les incohérences entre Yahvé et Moïse

CHAPITRE 9 : Toujours à propos de Yahvé, le prétendu Dieu

CHAPITRE 10 : Autres entités spirituelles hypothétiques : anges, géants, Satan et machines volantes

CHAPITRE 11 : Quand Abraham découvre que Dieu se fatigue, se salit, a faim…

CHAPITRE 12 : Comment une religion peut-elle naître à partir de telles données ?

CHAPITRE 13 : Adam et Ève n’ont pas donné naissance à l’humanité

CHAPITRE 14 : Que dit la science qui cherche le prétendu chaînon manquant ?

CHAPITRE 15 : En quoi consiste et par quoi s’est concrétisé le « péché originel » ?

CHAPITRE 16 : Ce qu’on nous a dit sur la Bible est-il faux ?

---
L'ALERTE LAMBERT à Panthère
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=206908

P(3)58

  10673 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

200989 messages dans 40923 fils de discussion, 1235 utilisateurs enregistrés, 81 utilisateurs en ligne (1 enregistrés, 80 invités)
Temps actuel sur le forum : 20/07/2024, 00:08
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum