Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

DOSSIER ANTON PARKS : Entrevue Questions/Réponses 1

par panthère58, dimanche 13 décembre 2015, 07:03 (il y a 2441 jours) @ panthère58

:-) Date de cette entrevue Janvier 2011

Pour ceux à qui ça intéresse, évidemment.
Ça complète ses livres.
Ça vous permet de vous faire une idée du bonhomme.
Panthère(3)58 propose ; vous disposez selon votre jugement, votre discernement, VOS FILTRES !

Lien : http://www.antonparks.com/interview_anton_parks_web2010.pdf

Extrait #1 :

1. Questions concernant le contenu des ouvrages :

1. Rise (via le forum) : Le sujet de la symbolique est très important dans les Chroniques. Que ce soient les animaux (le poisson, le loup, le renard, le faucon, etc.) ou autres (l'arbre, le feu, le sous-sol, les étoiles sombres...). Tous semblent être sacrés à un moment dans la saga. Mais, sont-ils de simples moyens de se comprendre, d'imager un concept ou ont-ils une portée, une substance très forte qui dépasse le simple cadre du symbole ? Le sujet du Niama, de la kundalini, l'humain y est t-il hermétique ? Est-ce censé permettre d'accéder à un état d'être supérieur ou est-ce juste un "outil", un pouvoir ?

Anton Parks : A la différence de notre civilisation moderne, les plus anciennes cultures ont toujours su garder un rapport étroit avec la nature. Le meilleur exemple qui peut illustrer ceci est celui des Amérindiens. Ces derniers, comme les Hopis, sont reliés à la Terre Mère et ses créatures, l'objectif étant de vivre en harmonie avec le bas (la nature) et le haut (l'univers). Pour les Amérindiens, comme pour les anciens Egyptiens, tout est habité par une forme de vie, du peuple animal, végétal, minéral, jusqu'aux symboles les plus insignifiants. Associer des symboles d'animaux au monde humain, c'est donner la possibilité à l'être humain d'acquérir magiquement les propriétés distinctives de l'animal totem. Le cas qui nous occupe dans le T3, le Réveil du Phénix - celui des animaux associés aux veilleurs et leurs descendants - est très clair. Le loup et le faucon ont ce point en commun d'être de redoutables prédateurs ; le loup grâce à son odorat infaillible et le faucon grâce à sa vue exceptionnelle. Tous les deux sont de grands veilleurs du monde animal et tous deux renferment le symbole de la lumière. Il n'est donc pas étonnant de les retrouver comme totems attribués aux dieux ou demi-dieux veilleurs qui combattent l'obscurité. Ce thème a été décliné pour de nombreux films. Je pense par exemple à la série Underworld où l'on voit des loups-garous (projection des suivants NungalNeferu) en conflit avec leurs frères vampires (Kingu), alors qu'ils ont une origine commune. Un autre exemple : la série Aliens vs Prédators, où la carrure et la force des Prédators ressemblent fort à celles des suivants d'Osiris et d'Horus (NungalNeferu). Ces derniers se battent contre les reptiles Aliens (les Anunna)… Là, nous sommes au cœur du monde des archétypes.

Concernant votre question à propos du Niama, voici ce que je comprends : il existerait deux formes de Niama, le Niama de pouvoir acquis par filiation génétique et le Niama obtenu par la sensibilité et l’ouverture. Dans le premier cas, on est coupé des autres et du monde (cf. les Usumgal), dans le deuxième cas, l'individu serait plutôt ouvert au monde (cf. les Amasutum, particulièrement l'ancienne souche). Ainsi, vous comprenez dans quelle situation délicate se trouvait Sa'am-Osiris.


2. Philomène (via le forum) : Des hiéroglyphes auraient été trouvés en Australie dans une zone en grés, l'écriture semble particulièrement ancienne et très peu de personnes sont capables de déchiffrer le texte. Apparemment, c'est le fils d'un roi égyptien qui est mort, mordu par un serpent. Dans votre dernier livre, j'ai cru comprendre que l'Australie avait été une région où des Gina'abul avaient vécu, qu'en est-il exactement ?

Anton Parks : L'Australie n'est véritablement évoquée qu'au début du T2, lors de l'arrivée du clan de Nammu et de ses deux jumeaux, après la grande bataille céleste. A cette époque très lointaine, le système hiéroglyphique n'existait pas encore chez les Gina'abul. Ces hiéroglyphes australiens doivent provenir d'occupants d'un bateau égyptien échoué en Australie il y a plusieurs milliers d'années. De 1947 à 1977, le Dr Thor Heyerdahl a organisé plusieurs expéditions visant à démontrer que les océans pourraient avoir été traversés avec des embarcations les plus primitives que l'on connaisse. En 1970, il fit fabriquer un bateau (Râ II) en papyrus comme les réalisaient les anciens Egyptiens, et il traversa l'Atlantique en 57 jours, du Maroc jusqu'à l'île de la Barbade…

[image]
Comme je ne peux enregistrer l'image de l'entrevue, j'ai fait une recherche pour une semblable.

3. Apademak (via le forum) : Question relative à la généalogie des personnages. Il est dit dans les Chroniques que Ptah est une figure primitive d'Osiris. Dans ce cas, pourquoi les annales égyptiennes (Liste royale d'Abydos, Papyrus de Turin, Pierre de Palerme, textes de Manéthon) en font deux êtres distincts, ayant régné à des époques différentes ? Par exemple, selon Manéthon (plus précisément Eusèbe de Césarée citant le prêtre égyptien) il est dit : "Le premier homme (ou dieu) en Égypte est Héphaïstos (Ptah), qui est aussi connu des Égyptiens comme l'homme qui a découvert le feu. Son fils Hélios (Râ), auquel a succédé Sôsis (Shu). Puis vinrent à leur tour, Cronos (Geb), Osiris, Typhon (Seth), frère d'Osiris, et enfin Orus (Horus), fils d'Osiris et d'Isis" (Waddell: 1964 [1940] p. 3-5).

Anton Parks : Les différents protagonistes des Chroniques possèdent des vies très longues. La façon dont ils s'y prennent pour vivre quasi éternellement n'est traitée qu'à partir du T3. Comme cela est précisé, il s'agit d'un secret dont personne ne parle, mais qui se vit. Il aura fallu attendre le jeune Horus pour que ce sujet soit évoqué dans le cristal. Donc, pour en venir à votre question, nous savons dès le T1 que les Gina'abul possédaient différents noms, différentes épithètes selon les régions, mais aussi selon les âges. Les listes royales rédigées par des mortels ne peuvent pas prendre en compte cet aspect dans sa totalité. Les humains qui se sont attachés à énumérer les années de règne des dieux ou de leur descendance semi-divine (de façon plus ou moins réelle), ne se sont pratiquement jamais risqués à suivre à la trace la vie d'un dieu parce que toutes les périodes de temps que cela représentait défiaient leur compréhension. Je m'explique cette chronologie très simplement :
Ptah = le Gina'abul Sa'am (les deux sont des façonneurs, des cloneurs) Geb = le dieu sumérien Enki (les deux sont des seigneurs de la Terre) Osiris = le dieu akkadien Ea (les deux figurent à la fois l'élément terrestre et l'eau). Le lien entre ces trois aspects du même personnage sont confirmés dans la littérature égyptienne étant donné que Ptah et Osiris sont étroitement associés dès l'Ancien Empire.

Concernant Râ, j'ai démontré qu'il s'agissait de Her-Râ (à Sumer et Akkad : Erra). En Egypte, on retrouve ce dieu sous deux formes : Râ et Horus l'ancien. J'ai noté dans le T2 que ce personnage avait été cloné avec des gènes de Sa'am (Ptah), que l'on peut donc regarder comme son géniteur. Il y a toujours du vrai dans les chronologies, mais elles ont souvent été déformées pour les raisons évoquées plus haut.


4. Apademak : De même, si Shu et Tefnut (les parents de Geb et Nut) sont une forme primordiale d'Osiris et d'Isis (cf. Testament de la Vierge) pourquoi sont-ils vus comme des personnages différents ayant régné à des époques différentes selon les annales ?

Anton Parks : Toujours pour la même raison abordée à l'instant. Isis / OsirisHorus partagent des qualités gémellaires identiques aux légendaires Tefnut et Shu, ancêtres légendaires du panthéon égyptien. Ces personnages ont été inventés par le clergé. Je vous renvoie vers le T3 (note 18, p. 56) : le clergé héliopolitain a associé l'air "Shu" et l'humidité "Tefnut" (images inversées d’Isis et Osiris) à Atum-Râ, afin qu’ils forment ensemble une nouvelle triade pour remplacer celle d’Osiris-Isis-Horus. Sous la IIe dynastie, les spéculations cléricales ont fait d’Atum-Râ (An) le dieu unique qui s’était engendré de lui-même, celui que l’on prie et adore (YAW en égyptien), autrement dit le YHW de la Bible. C’est à cette même époque que le dieu Râ (Horus l'aîné), garant de la stabilité du pays, fut totalement absorbé par Atum.

5. Rise (via le forum) : Après avoir déclenché une guerre pour reprendre le pouvoir sur les Amasutum et établir le patriarcat, An siège au conseil où sont également Osiris, Horus et Aset ! Pourquoi un tel conseil réunirait-il des ennemis ? Sont-ils toujours ennemis ? Car a priori le Mardukù est caduc... An est-il vraiment le maître de son camp ou a t-il perdu le pouvoir face à Enlil ? (Il est dit qu'il a un faible pour lui). An se complairait à être l'éminence grise derrière le bras armé (Seth) ? Mais, alors pourquoi garde-t-il un contact avec "la bande d'Osiris" ?

Anton Parks : Même s'il n'était pas toujours présent sur Terre, An devait pouvoir s'assurer de garder le contrôle absolu des Gina'abul rescapés de la guerre contre Tiamata. Il en était responsable depuis leur arrivée sur Terre. En politique, le fonctionnement est resté le même. Il y a le pouvoir en place avec son grand administrateur ou président (Enlil) et ses différents ministres (les Anunnaki) qui sont opposés aux autres partis (Enki-Osiris ; Ereskigal-Isis ; les Amasutum ; les Ama'argi ; les Nungal…). Au-dessus, se situent ceux qui détiennent le pouvoir et la technologie et qui donnent leurs directives, à savoir dans notre société : les banques, les industriels, les lobbies agroalimentaires et pharmaceutiques que l'on pourrait comparer dans l'histoire qui nous occupe à An, aux Usumgal et leurs Anunna de Mars. Au-dessus d'eux, se trouvent les Kingu… C'est de la pure stratégie politique.

6. Dificultnspa (via le forum) : Pour moi, la seule question est de savoir ce que pense Anton des cartes et des spéculations que j'ai mises sur ce post : viewtopic.php?f=16&t=1152

Anton Parks : Je viens de survoler vos messages en question. Je trouve votre approche très intéressante et je n'y vois, à première vue, rien à redire. Bravo.

7. Apademak : Qui sont les souverains mentionnés par la Liste royale sumérienne et qui possèdent des durées de règne extrêmement longues ? Sont-ils des Annuna(ki) ?

Anton Parks : Il n'existe pas une liste, mais différentes, comme les listes B, G, la chronique royale babylonienne, etc. Je connais bien ces différents documents pour les avoir lus comme vous. Comme ces renseignements ne se trouvaient pas clairement inscrits dans le Girkù, je n'ai pas pu les placer dans les Chroniques. J'ai juste placé un extrait de la liste G, comme citation, au début d'un chapitre du T2 où il est question de la royauté sur Terre. Je peux simplement vous donner un avis : j'imagine qu'il puise effectivement s'agir d'Anunnaki, voire aussi de descendants d'Anunnaki. C'est ce qui me paraît le plus probable.

8. Lembal (via le forum) : J'ai juste noté une importante incohérence dans le comportement d'Enlil décrit par Anton et par Nora. Pourquoi donc ? Dans le récit d'Anton, Enlil, sur le mont Taurus, est le grand Satam qui possède tous les droits et par-dessus tout, celui de traiter ses Adàm comme il le souhaite. Il ne se gène pas pour affirmer à Heru qu'il s'est mélangé avec toutes les femelles Gina'abul ET humaines en sa possession (sic!). Dans le récit de Nora (Aset séquestrée sur Mars), celle-ci décrit un Enlil qui a en horreur les Adàm Abar. A tel point qu'il refuse de les toucher et qu'il s'aide d'un instrument pour châtier jusqu'à la mort la meilleure amie Abar d'Aset ; celle-ci s'étant fait remarquer en ayant trop mis en avant sa finesse d'esprit lors d’une "joute marsienne". Il est dit clairement qu'Enlil ne supporte pas l'odeur ni le CONTACT des Adàm. Nous avons donc deux Enlil, celui d'Anton qui aime posséder toutes ses femelles (Adam inclus) et celui de Nora qui ne supporte d'être à proximité des humains... Un petit éclairage sur la question ?

Anton Parks : C‘est une très bonne question. Une période de temps importante sépare les deux comportements d’Enlil qui sont effectivement à l’opposé l’un de l’autre. Nora et moi l'avions remarqué et nous en avions discuté longuement plusieurs fois alors que je rédigeais le Testament de la Vierge et le T3. Il faut savoir qu'il y a la période avant la mort de Sé’et et la période d'après. Les femelles Gina’abul ont toujours énormément communiqué entre elles. Il est vraisemblable que, petit à petit, le meurtre de Sé’et par Enlil ait été connu de toutes les Amasutum. Donc, plus aucune d’entre elles n'aurait souhaité avoir de rapports avec lui ou devenir même sa compagne. Enlil a alors fréquenté des humaines, avec sans doute une préférence pour celles qui devaient posséder du sang noble (voir par exemple le sceau d'Ur U.14597 du T3 où l'on voit un Anunnaki s'accoupler avec une humaine). De toute façon, ses pulsions sexuelles étaient plus fortes que son appréhension concernant les humains avec laquelle il a manifestement conjugué.

9. Tony (via mail) : Anton Parks parle d'un métal capable de repousser l'énergie développée par le Girkù. Il est nommé "fer du ciel" dans le Réveil du Phénix (armes de Seth et de Râ). Quel est ce métal mystérieux ? A-t-il été (re)découvert par l'homme récemment ? Cela a-t-il un rapport avec l'orichalque mythique ?

Anton Parks : A notre époque, le mélange des métaux est une science qui en est à ses débuts, de nouveaux métaux ayant été découverts depuis peu. Il y a déjà eu une avancée considérable dans ce domaine et des nouveaux alliages très durs ont vu le jour ces dernières années. A travers ce que j’ai reçu, je ne connais pas la composition de ce métal, Heru n’étant pas intéressé par ce genre de questions. Cependant, comme il est dit que ce métal venait du ciel, il est possible qu'il ait luimême fait l’objet d’un mélange et qu'il fut un alliage particulier capable de résister à de fortes chaleurs.

10. Jean (via mail) : Pourquoi les tableaux en couleurs des pages centrales sont légèrement différents d’un livre à un autre ?

Anton Parks : Les tableaux sont rédigés en fonction de l'évolution du récit. Ils sont complétés à chaque tome. Pour les premières versions du T2, il s’agissait d’une initiative de l'ingénieur Gerry Zeitlin. Pour le T3, et les dernières rééditions du T2, c’est Nora qui s’en est chargé sous ma demande et ensuite mon contrôle. Elle en a
profité pour les compléter et rectifier quelques imprécisions. Nous placerons un dossier sur notre site sur le sujet des tableaux, avec explications et descriptions.


11. Ma Tudi (via le forum) : Comment se fait-il que les personnages du récit passent aussi facilement, sans danger, d'une dimension à l'autre ? Si je puis dire, comment osent-ils prendre ce risque à première vue inconsidéré ? On voit d'ailleurs que Sa'am, dans le premier tome, est conscient du risque mortel qu'il peut y avoir à se retrouver projeté dans une autre dimension à un endroit déjà occupé par un champ de matière dense animal, végétal ou minéral (problème des ossements sur la lune d'Esarra, puis hésitation dans le couloir souterrain de la Duat à Adhal). Mais très vite, dans le tome 2, avec par exemple la centaine d'Ama'argi partie éliminer les Musgir, le problème semble ne plus exister et tout le monde se transfère d'un plan à un autre sans se poser de questions et sans conséquences dommageables... (nous avons coupé la question trop longue, merci de vous reporter à l'original).

Anton Parks : Très intéressant, mais vous semblez percevoir le passage d’une dimension à l’autre comme une dématérialisation et une re-matérialisation un peu comme dans les séries Star-Trek et Stargate, où dans ces deux cas, il ne s'agit pas de passages entre dimensions, mais de voyages d'une 3D à une autre. Il me semble que l'effet qui s'opère dans les Chroniques soit plutôt un glissement d'un individu d’une dimension à une autre, je vous rappelle que toutes les dimensions se chevauchent en quelque sorte, en tout cas, elles sont reliées. Je ne l'ai pas vu, mais je suppose qu’il doit se créer un réseau énergétique autour du corps de la personne qui tient un Gurkur en main, un peu comme une bulle invisible. Sa'am manipule un Girkù (un cristal), alors que les Ama'argi disposent de sphères Gurkur, ces technologies sont différentes. Avec un Girkù, la manipulation que demande ce genre de voyage fréquentiel demande beaucoup de concentration, sans doute pour créer ce champ de force, alors qu'avec un Gurkur, le franchissement se fait sans aucun effort. Concrètement, pour ce genre de transfert dimensionnel, le cristal Girkù s'utilise uniquement avec le Niama, ce qui rend sans doute la manipulation délicate parce qu'il faut être très concentré et centré : ce qui explique aussi la longue initiation de Sa'am-Enki.

12. Ma Tudi (via le forum) : Dans le T2, il est sans cesse question des étapes et circonvolutions entourant la création de l'Humanité Moderne (post-Namlu'u), de ses diverses versions noires et blanches. Or, jamais il n'est question de la version "jaune", Extrême-Orientale. Pourtant, aussi loin que puissent remonter les historiens dans leurs calculs en histoire démographique, les ExtrêmeOrientaux (populations situées aujourd'hui principalement en Chine, Corée du Nord et du Sud, Japon et une partie de l'Asie du Sud-Est) ont toujours représenté plus d'1/3 de la population humaine mondiale. Et leurs caractéristiques morphologiques sont aussi clairement distinctes des autres que peuvent l'être respectivement les peuples blancs et les peuples noirs sur Terre. Que peut donc nous dire Anton sur leur origine ? Selon lui, est-ce Nammu, Sa'am/Heru, Ninmah, An, des Kingu ou d'autres êtres encore qui sont
à l'origine de cette version de la création humaine ? Pourquoi cette version ? Et pourquoi n'apparaissent-ils jamais jusqu'à ce stade du récit des Chroniques ?

Anton Parks : La réponse à cette question se trouve dans le T3, à la fois lorsqu'il est question de l'origine des Amérindiens et sur le graphique jaune des races adamiques au milieu du livre, où vous verrez que les branches amérindiennes et asiatiques se divisent aux environs de 80.000 av. J.-C. Comme je l'ai rappelé dans l'introduction du T3, les notions de temps sont difficiles à évaluer dans les Chroniques. Donc, pour déterminer cette date, je me suis simplement basé sur celle annoncée par Ours Blanc (Cf. dossier : Atlantis contre Mu sur notre site).

Les Asiatiques et les Amérindiens possèdent une particularité génétique collective qui tendrait peut-être à prouver leur origine commune : la marque dite mongolique ou mongoloïde. Elle est généralement de coloration bleu-vert et parfois bleu-gris. Habituellement, elle disparaît totalement à l'âge de deux ou trois ans. Elle mesure entre 1 et 3 cm et elle est souvent située dans le bas du dos, dans la région du sacrum ou sur le coccyx. Elle est présente dès les premiers jours chez la totalité des bébés d’ascendance asiatique, inuit, amérindienne, mais aussi africaine. Concrètement des branches dont Nammu et son fils étaient directement responsables ! Etonnante constatation : n'importe quel romancier aurait sauté sur l'occasion et trouvé l'opportunité de faire évoluer son scénario autour de cette idée. Seulement, vous savez tous que je me limite à ce que j'ai vu et compris. Je n'ai malheureusement pas d'informations complémentaires sur ce point, c'est pourquoi je n'en parle pas dans les Chroniques. Un de mes neveux est à moitié Amérindien, il a porté cette marque de naissance sur son coccyx jusqu'à l'âge de trois ans. Je l'ai vue et je peux vous dire qu'elle avait même une forme triangulaire. Quelques blancs la porte parfois (assez rarement), mais en raison d'un métissage éloigné.
Pour en revenir au contenu de ma série d'ouvrages, je dois vous rappeler que le déroulement des Chroniques suit la chronologie des événements dans le temps. Bien qu'il soit totalement évident que je n'ai reçu qu'une partie de toute cette très longue histoire, il semblerait que Sa’am n’ait jamais rapporté des informations au sujet des Asiatiques dans son cristal ; il s'y trouve juste une ou deux allusions. A l'époque de la scission de la branche originelle des Amérindiens et des Asiatiques (80.000 ans), nous savons que Sa'am n'utilisait plus son cristal. Cela ne veut pas dire pour autant qu'il n'ait jamais eu de contact avec eux, bien au contraire.

---
LIENS DOSSIERS : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=197807

P(3)58

  12040 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

193503 messages dans 39325 fils de discussion, 1015 utilisateurs enregistrés, 76 utilisateurs en ligne (1 enregistrés, 75 invités)
Temps actuel sur le forum : 19/08/2022, 01:48
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum