Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

DOSSIER ANTON PARKS : Entrevue Karmapolis #2.1

par panthère58, samedi 12 décembre 2015, 05:39 (il y a 2442 jours) @ panthère58

Suite : avec la bonne image du livre cette fois !

Lien : http://www.karmapolis.be/pipeline/anton_parks.htm

[image]

Karmaone - © Karmapolis - décembre 2005
© Novembre 2005 Anton Parks, pour les décompositions, traductions et interprétations suméro-akkadiennes

Désolé de me répéter, mais les âmes qui s'incarnent sur Terre savent où elles mettent les pieds ! Le fait que la plupart des Gina'abul soient devenus des hors-la-loi galactiques et qu'ils soient en conflit avec la communauté planificatrice de notre univers n'est pas incompatible avec le travail karmique exécuté ici bas. Tout n'est qu'une histoire d'appréciation. L'âme qui aura éprouvé la négation sous toutes ses formes sur la Terre se fera "justice" elle-même lorsqu'elle se retrouvera là-haut. Elle finira par expérimenter l'allégation universelle en se mettant au service de son prochain et ensuite de la Source ("Dieu") dont elle est issue et vers laquelle elle reviendra de toutes les façons. Les chemins tortueux et détournés qu'elle empruntera pour atteindre ce but et qui cependant engendreront différentes formes de souffrance ne regardent qu'elle…

Karmaone : D’après vous, les reptiliens mâles se nourriraient des peurs, des traumatismes et de toutes les énergies négatives dégagées par les «femelles» alors qu’elles sont captives. Les religions et les cultes sacrificiels auraient pour but de donner de l’énergie, dégagée par le traumatisme et la peur, aux entités vénérées lors du sacrifice. Ces pratiques dérivent-elles du fait que ces entités reptiliennes seraient avides d’énergie ? Certains auteurs évoquent des pratiques similaires sur les hommes.

Anton Parks : Vous voulez sans doute parler d'un auteur comme David Icke. J'ai un grand respect pour cet homme bien qu'il soit manifestement dans la peur et que tous les reptiliens représentent pour lui des êtres malveillants. Malgré cette position contestable à mes yeux, pour les raisons évoquées dans le premier tome, je dois bien avouer que Icke a raison sur de nombreux points.

Les reptiliens "terrestres" comme les Anunnaki ou leurs descendants directs ont besoin d'absorber la basse énergie que peut dégager l'être humain lorsqu'il a peur pour la simple raison que la fréquence terrestre (le KI = la 3ème dimension) est plus élevée sur Terre que sur les différents mondes qu'ils occupent dans la galaxie. N'oubliez pas que les Anunna sont arrivés sur Terre par hasard. Ils ont eu beaucoup de mal à s'y adapter. Depuis leur arrivée sur Terre, les Anunna et leurs acolytes consanguins n'ont cessé de faire des manipulations de toutes sortes pour baisser la fréquence du KI. La caste dominante des Gina'abul mâles ne connaît pas l'Amour tel que certains humains l'ont intégré. L'être humain, même diminué aujourd'hui, représente donc toujours un danger pour cette communauté.

Dans "Le Secret des Etoiles Sombres", j'ai expliqué de long en large le rôle de la femme, plus précisément le rôle des prêtresses Gina'abul au sein de la communauté reptilienne et le rapport qu'elles entretiennent avec les planificateurs dont elles font partie. J'ai détaillé la puissance de la féminité que l'on nomme sur Terre "la puissance de la Déesse". Différents Gina'abul mâles, comme les Mušgir et certains Ušumgal ont effectivement emprisonné des femelles pour leur soutirer leur pouvoir par la force et la torture. Ceci créa une scission radicale chez les Gina'abul qui ne se colmata que lorsque les femelles Gina'abul s'intégrèrent aux Kadištu (planificateurs).

Cependant, lorsque quelques-unes de ces prêtresses s'échouèrent avec les Anunna sur Terre, elles ne pactisèrent pas systématiquement avec ces derniers. N'est-ce pas là l'épisode que l'on retrouve dans le jardin de la Genèse où Enki (le Serpent) au service de l'ordre patriarcal Gina'abul se retrouve à initier clandestinement les Á-DAM, "les troupeaux colonisés" (voir plus haut les définitions d'Adam) à l'aide d'étranges femelles dénommées Lilith ? Lilith est en fait alliée à la Source (le vrai Dieu) et c'est pour cette raison qu'elle fut "démonisée" par les organisations religieuses qui incarnent les différentes religions patriarcales de la planète. Observons que l'idéologie gnostique conforte cet état de chose, puisque selon elle, les principes du bien et du mal sont inversés sur Terre.

L'épisode de l'initiation (dissimulée) de l'homme n'est pas propre à la Genèse biblique et se retrouve sur de nombreuses représentations de par le monde, comme ici sur le codex Borgia, planche 57 :

[image]
Une prêtresse "Etoile Sombre" initie un homme à la connaissance de l'arbre sacré. La notion d'Etoile Sombre est exprimée par deux fois sur cette figure : une première fois en haut où l'on voit clairement un astre et son côté obscur et une deuxième fois dans chaque main de la prêtresse où apparaissent une étoile et un jaguar (symbole de la nuit). Notez les symboles lunaires sur la prêtresse qui évoquent le fluide menstruel sacralisé dans les rites tantriques de l'Inde. Entre les deux personnages se trouvent deux serpents qui schématisent Idâ et Pingalâ, les deux courants subtils de la Kundalinî qui permettent de faire monter l'énergie le long de la colonne vertébrale. Comme le montre le dessin, l'ascension de ces courants subtils offre la possibilité d'atteindre le monde des étoiles et le mouvement opposé (descendant) apporte une "petite mort" figurée par le crâne placé dans le pot où la coupe qui symbolisent le premier chakra dénommé Muladhara en sanscrit ("le lieu de la racine"). Ce même terme décomposé en sumérien MUL-ÁD-HARA5 se traduit en "l'éclat qui se propage de la coupe"…

Karmaone : Nigel Kerner, un auteur britannique ayant écrit un livre sur les Gris, les décrit comme des robots, des sortes de drones explorateurs chargés initialement de restaurer le patrimoine génétique défaillant de leur créateurs. Ces robots organiques, eux-mêmes en décadence génétique seraient devenus en quelque sorte autonomes, perdant avec les siècles le contact avec les entités qui les ont créées. Que pensez-vous de cette description ? Vous évoquez aussi les Gris sous le nom de Miminu ?

Anton Parks : Oui, c'est le terme que j'ai reçu à l'époque. Quelle ne fut pas ma surprise de le retrouver plus tard chez les Dogons du Mali chez qui ce mot veut dire "fourmi". Décomposé en sumérien, cela donne MÌ-MÍ-NU "responsable(s) des charges hostiles (ou négatives)". Cette traduction est d'autant plus intéressante que Credo Mutwa nomme les "Gris" Mantindane"les bourreaux" en zoulou. Or ce vocable est décomposable en suméro-akkadien : MAN (partenaire, associé, égal) TIN (vivre, résider) DAN (calamité), ce qui donne MAN-TIN-DAN, soit "associé(s) où réside la calamité" ou "partenaire(s) qui vivent de la calamité".

D'après ce que je sais, les "Gris" proviennent originellement de la Lyre, lieu où se trouvent de nombreuses colonies Gina'abul. Ils travaillent en groupe et fonctionnent comme des fourmis. Il s'agit d'une souche d'ouvriers au service de leurs créateurs reptiliens. Les différentes lignées Gina'abul ont fabriqué des Mìmínu par le passé. Il en existe plusieurs sortes selon les régions. Ceux qui sont associés au système solaire et qui furent donc créés par les Kingú (Gina'abul royaux) sont plus grands et possèdent des cheveux.

Il existe d'abondantes preuves sur la présence des "Gris" dans le système solaire, ne serait-ce que par les différents cas d'enlèvements répertoriés chaque année sur l'ensemble du globe. Sincèrement, je ne sais pas ce que sont devenus les Mìmínu aujourd'hui. Leur destin semble avoir quelque peu changé car ils paraissent posséder une sorte d'autonomie qu'ils n'avaient pas encore il y a quelques millénaires. L'histoire que je raconte (donc, ce que j'ai reçu) s'arrête il y a plus de 2000 ans en arrière. Mes connaissances s'achèvent à cette époque.

Karmaone : Selon certains auteurs (comme le shaman Credo Mutwa (Reptilian Agenda), Robert Boulay (Flying Serpents and Dragon), Zecharia Sitchin ou Mark Amaru Pinkham, William Bramley, etc. ), nous aurions été en partie fabriqués par ces Anunnaki. Par contre, John Lash (ainsi que la tradition gnostique) affirme que les reptiliens veulent nous faire croire qu’ils sont nos créateurs et que nous sommes leurs créatures. Qu’en est-il ?

Anton Parks : Une des plus remarquables manipulations des Gina'abul est d'avoir aliéné l'être humain pour en faire un animal à son service. Pour cela, les Gina'abul sont partis de l'humanoïde originel qu'ils ont mixé avec leurs propres gènes et ceux du singe. L'être humain originel fut assemblé par les Kadištu (planificateurs). Son rôle était de garder l'animalerie du jardin planétaire. Comme le précise justement la Genèse (1,26), il fut le dernier spécimen à avoir été intégré dans la réserve vivante des planificateurs. Le but de cette réserve était d'assembler les connaissances génétiques des émissaires de la Source. L'être humain originel était très respecté, car il regroupait à lui seul le patrimoine génétique de nombreuses espèces planificatrices.

Le mixage particulier que les Gina'abul ont dû imaginer pour obtenir leurs Á-DAM relève d'une composition tout à fait impossible à réaliser aujourd'hui pour les scientifiques humains. Il s'agit du même genre de manipulation qu'avaient effectué les Kadištu (planificateurs) pour assembler l'être humain originel. C'est Enki, le fils d'An et de Nammu qui se chargea de cette triste besogne sous des contraintes qui seront développées dans le second tome. Je nomme cette combinaison génétique "sang mêlé" dans le premier ouvrage. Je ne donnerai jamais d'informations complémentaires sur ce sujet pour les raisons que j'ai évoqué plus haut. L'humanité possède un destin prodigieux. Le but de l'humanité n'est pas de reproduire les erreurs des escamoteurs reptiliens qui se sont fait passer pour leurs créateurs !

Le triste aspect de l'Á-DAM-animal est du reste attesté par plusieurs traditions. Notamment dans les textes apocryphes qui sont des documents de la même époque que les écrits bibliques, mais qui ne sont pas admis par l'Eglise. Pourquoi ? Parce que ces textes ébranlent sérieusement la version officielle :

Apocryphe "Le Livre d'Adam", extraits des Chapitres 13 et 15, éditions Robert Laffont, 1980 :

"Qui m'a plongé dans cette tristesse infinie des mauvais anges dont l'odeur est fétide, dont la forme est abominable ? Qui m'a jeté au milieu de ces génies du mal ? Faut-il que je croisse et grandisse dans un milieu que je déteste, parmi des êtres dont j'abhorre les œuvres ? Faut-il que je prenne leur forme, que j'habite leur demeure… ? Pourquoi ma forme primitive a-t-elle été changée ? Ah ! qu'on me laisse revenir au séjour de paix, auprès duquel mon cœur aspire ! Qu'on me rende les réunions célestes et les entretiens et les prières pleines d'effusions des pacifiques ; qu'on m'illumine de la lumière d'en haut et que je sois enfin dépouillé de cette enveloppe d'opprobre. Combien de temps serai-je lié à ce corps de boue ?"

Apocryphe "l'Apocalypse d'Adam", textes gnostiques de Nag-Hammadi, N-H Codex 5, éditions Ganesha, 1989 :

"Lorsque le Dieu m'eut façonné de terre en même temps qu'Eve, je suis allé avec elle vers une gloire qu'elle avait aperçue dans l'éon d'où nous sommes issus. Celle-ci m'enseigna par une parole la connaissance du Dieu éternel. Alors nous sommes devenus semblables aux grands anges éternels : nous étions supérieurs, en effet au Dieu qui nous avait façonnés et aux puissances qui sont avec lui, mais que nous ne connaissons pas. Alors, pris de courroux, le Dieu maître des éons et des puissances nous scinda… Depuis lors, nous avons été instruits, comme hommes, de choses mortelles. Puis, nous avons connu le Dieu qui nous avait façonnés. Car nous n'étions pas indépendants de ses pouvoirs. Et nous l'avons servi dans la crainte et l'esclavage. Et en conséquence, nos cœurs s'obscurcirent…"

Credo Mutwa (encore lui !) dénomme les reptiliens qui dirigent ce monde "les Chitauli", dont le sens est "dictateurs" en zoulou. Encore une fois, ce terme est traduisible en sumérien : ŠITA4 (groupe) UL (splendeur, ancien) I (dominer, maîtriser), soit ŠITA4-UL-I "le groupe de la splendeur qui domine" ou encore "le groupe d'ancien(s) qui domine". Cette traduction n'est pas sans rappeler le sens du terme sumérien lézard(s) GINA-AB-UL "véritable(s) ancêtre(s) de la splendeur"…

Karmaone : Toujours selon ces auteurs, les reptiliens seraient toujours sur terre. Certaines «souches» ou «races» vivraient dans un monde souterrain. D’autres contrôleraient certains de nos dirigeants, ayant en quelque sorte pris en main et créé les lignées héréditaires de la noblesse régnante. Qu’en pensez-vous ? Peut-on vraiment parler d'un «plan reptilien» destiné à manipuler ce monde et nos âmes ?

Anton Parks : Les reptiliens sont en conflit entre eux depuis fort longtemps et cette guerre est toujours d'actualité sur Terre. L'humanité entière en paye le prix fort ! La Terre est un enjeu considérable pour la caste Gina'abul mâle. Les événements géopolitiques présents ne sont pas ma spécialité mais les renseignements dont je dispose aujourd'hui, grâce à ce que j'ai reçu pendant 10 longues années, me laissent à conclure les choses suivantes :

Depuis qu'il n'est plus en contact direct avec ses re-créateurs, l'être humain est soucieux de se donner l'impression de maîtriser sa propre histoire et sa destinée. Il se retranche sur la version officielle confectionnée par l'autorité dominante, elle-même manipulée en coulisse par les Gina'abul mâles (voir à ce propos l'introduction de la série dans le tome 1).

Les Anunna et leurs descendants terrestres sont en guerre contre les Gina'abul royaux dénommés Kingú qui se prétendent propriétaires de la Terre. Cette guerre très ancienne ne devrait en rien affecter l'humanité actuelle. Cependant, les Gina'abul mâles se servent de l'humanité comme de la chair à canon... Les humains qui ne figurent, à leurs yeux, rien d'autre que des Á-DAM (animaux), s'entretuent pour chacun des deux clans par conflits habilement interposés.

Plus simplement, je pense que les forces armées anglo-américaines travaillent pour la faction Anunna et leurs descendants directs. Alors que les Gina'abul royaux se servent des pays nordiques pour combattre leurs ennemis consanguins. Ceux qui se considèrent en haut de la pyramide sociale Gina'abul sont les royaux dénommés Kingú-Babbar, c'est-à-dire les Kingú albinos ! Ce sont des reptiliens à la peau blanche extrêmement redoutables. Ils ont en horreur les Ušumgal, leurs Anunna et leurs descendants, ce qui ne les empêche pourtant pas de conjuguer avec eux lorsque cela les arrange. Cette histoire incroyable de "race pure" (aryenne) vient de là.

[image]
Le roi Šulgi d'Ur (2094-2047 av. JC), souverain de Sumer et d'Akkad.
Il fut déifié lors de son règne afin de marquer son origine divine.
On le voit sur ce sceau en argile faisant face à un Dragon qui lui transmet le
pouvoir divin. Un de ses hymnes précise "que Šulgi possède un regard féroce
et qu'il est né d'un Ušumgal (Grand Dragon)" (ANET 585).

Il existe plusieurs sources différentes qui attestent que les Etats-Unis seraient toujours en guerre contre l'Allemagne aujourd'hui. Relevons simplement le fait qu'il n'y a jamais eu de traité de paix signé entre les alliés et l'Allemagne à l'issue de la Seconde Guerre Mondiale. Est-ce vraiment un oubli ? Les Anunna et les Kingú (royaux) utilisent les êtres humains comme des pions et la Terre comme un grand échiquier. Ils règlent leurs comptes de cette façon sordide depuis des millénaires. Les uns comme les autres pensent détenir le plus de pouvoirs et donc de droits sur Uraš (la Terre).

Les Ušumgal-Anunna et leurs descendants se terrent dans des grottes et autres cavités terrestres. Les plus "purs" ou "inaltérés" d'entre eux ne supportent pas (ou plus) la 3ème dimension (le KI) qui ne cesse de (re)monter de fréquence au fil du temps. Certains d'entre eux fréquentent plutôt la 2ème dimension qui, par sa densité particulière sur Terre, pourrait très bien correspondre à la 3ème dimension sur une autre planète. D'après ce que je sais, les albinos royaux ne possèdent pas ce problème de fréquence. Ceux qui vivent sur Terre se situent plutôt aux pôles ou aux abords de l'Abzu (le monde souterrain). Je n'ai pas connaissance qu'ils vivraient actuellement dans l'Abzu même. Les royaux possèdent aussi des zones sous certaines montagnes et des bases sur l'ensemble du système solaire, la lune y comprise…

Le groupement Gina'abul dont a fait partie l'être dont je raconte les chroniques dans cette série se trouvait entre ces deux collectifs consanguins opposés. Ce groupement "rebelle" constitué essentiellement d'Amašutum (femelles planificatrices), d'Ama'argi (femelles Gina'abul terrestres) et de Nungal (clones planificateurs) a passé son temps à conjuguer avec ces deux collectifs ennemis – ce qui créa des complications politiques sur la Terre. Les humains, quelle que soit leur couleur de peau, ont toujours servi leurs re-créateurs. C'est d'ailleurs indiqué dans le terme africain Wazungu "le peuple ou les démons-tourbillon", terme pluriel utilisé par de nombreuses tribus africaines pour dénommer les extraterrestres de type "nordique". Sa décomposition en suméro-akkadien nous apporte son sens profond : WA (entendement) ZU (sagesse, connaissance) UN (gens, population) GU7 (apporter des offrandes alimentaires, nourriture, manger), soit WA-ZU-UN-GU "ceux à l'entendement et à la connaissance pour qui la population apporte des offrandes alimentaires (ou de la nourriture)" !

L'éclatement du langage originel en des milliers d'idiomes différents (décomposables en suméro-akkadien) résulte de ces oppositions entre les Gina'abul rebelles (au service des Kadištu-planificateurs) et les deux autres clans qui se disputent la légitimité de la Terre. La disparition progressive du langage du ciel dans la bouche de l'humanité fut échafaudée, non pour mieux régner, mais pour désorganiser l'assujettissement de l'humain par les Kingú (royaux) et les Anunna.

Ne faut-il pas voir là un espoir retentissant ? Ceux qui gardaient le jardin et qui ont offert un minimum d'autonomie à l'humanité savaient très bien ce qu'ils faisaient. Les traditions religieuses les ont transformés en ennemis de Dieu, alors qu'il s'agit du contraire ! Ces êtres – pour la plus grande majorité au service des planificateurs – n'ont cessé de codifier les langages de la Terre pour éviter une mondialisation qui n'aurait pour but que de centraliser les pouvoirs (vers qui vous savez) et robotiser l'humanité. Comprenez-vous enfin ce qui se passe actuellement ? Les conflits mondiaux, les attentats, l'instabilité croissante ne sont là que pour servir les carnassiers ! Ils poursuivent ainsi leur petite guerre interposée, ils tentent de réduire la fréquence du KI (3ème dimension) qui est sensée servir de tremplin vers les niveaux supérieurs, et ils affaiblissent l'humain…

Les temps sont venus de décoder ce qui a été crypté. Comme je l'ai démontré dans "Le Secret des Etoiles Sombres" et un peu ici, la décomposition de nombreux termes provenant des quatre coins de la Terre est possible grâce au langage codé des Gina'abul rebelles. Ces informations sont précieuses, car elles révèlent les origines de l'humanité et aussi la voie à suivre… Ce chemin spirituel n'est autre que celui de l'esprit et de la lumière qui relie les uns et les autres à une conscience universelle qui ne se limite pas à cette planète. Le terme spiritualité est tiré du latin SPIRITUALIS, lui-même provenant de SPIRITUS ("esprit"). Cela donne dans la langue des "dieux" : SI (lumière), PIRIG (brillant) et la forme verbale ÚS (être près de, suivre, atteindre), soit SI-PIRIG-ÚS "suivre la brillante lumière". C'est bien vers cette lumière que nous parviendrons tous un jour, humains comme Gina'abul…

Karmaone


Karmaone - © Karmapolis - décembre 2005
© Novembre 2005 Anton Parks, pour les décompositions, traductions et interprétations suméro-akkadiennes

---
LIENS DOSSIERS : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=197807

P(3)58

  11894 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

193501 messages dans 39325 fils de discussion, 1015 utilisateurs enregistrés, 71 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 71 invités)
Temps actuel sur le forum : 19/08/2022, 01:00
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum