Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

VidéOrandias EN COMPLÉMENT (2)

par panthère58, dimanche 01 avril 2018, 16:43 (il y a 1703 jours) @ panthère58

:-) VidéOrandias qui viennent compléter le billet sur les points suivants et desquels j’ai quelques commentaires en rétroaction :

. Rois Mages / Hanouka / Thot
. Henoch / Enoch / Thot
. Science Fiction / Anton Parks

. Anges / E.T.

LIEN ORIGINAL : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=129655

004. Vidéorandia #1004 : 30 déc. 2010

Lien du vidéorandia : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=17843
Lien du Complément Surprenant : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=17848

À 12 :22 du vidéorandia : Rituel de la Bougie

Kiwan (pour Richard Glenn) : Il n’y a pas un moment plus précis et plus valable qu’au Jour de l’An. Faut savoir qu’en Italie, le jour d’échange des cadeaux là, ce n’est pas à Noël comme nous autres, à la naissance de Jésus. C’est à l’époque où Jésus a eu des cadeaux. Ça s’appelle comment dans l’Église ? Hein ? La visite des Rois Mages ! Quand les Rois Mages ont visité Jésus, longtemps après la naissance, c’est là qu’est arrivé l’échange des cadeaux. L’or, l’encens et la myrrhe. Encore une fois, les trois cadeaux pour le corps physique, le corps intellectuel et le corps spirituel. […] La spiritualité, la religion a foutu le bord, mais il y avait des clés là-dedans. Et c’est clés-là, si on prend le rituel de la chandelle, ce n’est pas juste une fantaisie ésotérique de l’époque avec Ésotérisme-Esxpérimental de Richard Glenn. Chez les Juifs, ils appellent ça la Fête de l’Hanouka. Et la Fête de l’Hanouka, ça veut dire la Fête de la Lumière. Et ce qu’ils font, c’est qu’ils allument des feux en plein champs dehors. Dehors ! Pour que ce soit vu des étoiles. Ils font des danses et ils font des rituels songés pour être en relation avec des entités spirituelles. Après ça on va dire que c’est le peuple élu, le peuple choisi. Bien oui, il prend les moyens pour être en relation. Comment tu veux avoir de l’aide de quelqu’un si tu ne t’adresses jamais à lui, si tu ne lui téléphones jamais, si tu ne lui parles jamais. Bien, si tu te fouts de lui, il se fout de toi. C’est sûr que s’il sent que tu es en complicité, en contact avec eux autres de manière régulière, ils vont établir le contact et ils vont le conserver. Tu me suis ? Ce n’est pas une foutaise. Pas du tout.

Fête juive d’origine égyptienne ! Quant à l’identification des Rois Mages, je me réfère à Patrick Lambert et Anton Parks.

[image]
Auteur : Anton Parks
Éd. Nouvelle Terre
2009


Extraits pp.275-277 : Tous les exégètes savent que le nom "Enoch" se retrouve dans le terme hébreu Hanouka dont la racine signifie "inaugurer" ou "inauguration". Hanouka est le nom d’une fête juive également connue sous le nom de "Fête des Lumières". Cette festivité est célébrée pendant 8 jours à partir du 25 du mois hébraïque de Kislev (vers la mi-décembre). Elle fête la commémoration de la révolte et victoire des Hasmonéens contre les Grecs (ainsi que de la libération du Temple de Jérusalem). Elle célèbre également la naissance de Jésus-Christ, jour dont le 25 Kislev est proche.

Maintenant que nous avons identifié le personnage historique ayant servi de modèle à l’Enoch judéo-chrétien et à sa littérature apocryphe, nous pouvons préciser que le chiffre 8, associé à la Hanouka, est aussi relié à Thot en sa qualité de "chef des Huit" et Seigneur Khnumu, la "ville des Huit" – titre faisant allusion aux entités reptiliennes et amphibiennes primordiales qui auraient organisé la matière. Thot est également le "Vizir de la Lumière (Râ)", tout comme Enoch est le "Ministre de Yahvé". Grâce à sa connaissance de la coudée royale, Thot ou… Enukha ("Celui du Pilier") est à l’image de la Hanouka hébraïque ("inauguration"), précisément celui qui inaugure, surveille et célèbre avec la déesse Séchat, les rites de la fondation d’un temple. Enoch est un prophète, alors que Thot (Enukha) porte l’épithète de "Celui qui sait, qui annonce le lendemain et qui perçoit l’avenir sans se tromper". Thot a annoncé la naissance d’Horus à Meri-Isis, tout comme Enoch a prophétisé la venue du Messie…

--------------------------------------------------------------------------------

LIEN ORIGINAL : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=133405
2016/02/13 Hanouka iranienne

:-) Fête de la Lumière

Libye, Syrie et Iran. Trois pays laîcs que l'OTAN, les USA, Israêl cherchent à déstabiliser, à y installer le chaos, en soutenant le terrorisme.

Lien : http://reseauinternational.net/un-village-zoroastrien-sanime-pour-lantique-fete-dhiver/

Extrait : 13 février 2016  Réseau International

Un village zoroastrien s’anime pour l’antique fête d’hiver

D’un côté, l’Occident qui considère l’Iran comme le summum de l’intolérance religieuse, intolérance qui va jusqu’à combattre l’autre branche de sa propre religion qu’est le sunnisme.

De l’autre, la réalité d’un Iran avec une population multi religieuse (et même sunnite, eh oui!) qui respecte toutes ses croyances, et fête toutes ses religions, y compris ses religions ancestrales pré-chrétiennes et pré-islamiques. D’où vient que l’Occident se trompe aussi souvent, et de manière toujours péjorative, dans les jugements qu’il porte sur les autres peuples ? RI

***

Chaque année à la fin du mois de janvier, les zoroastriens iraniens célèbrent le passage de l’hiver en allumant des feux de joie dans les temples dispersés à travers le pays.

Seules trois familles vivent dans les vieilles maisons au toit de chaume du petit village de Cham. Une route étroite et poussiéreuse traverse le centre du village et s’en va au-delà des grenadiers.

Le village est situé dans la province de Yazd, dans le centre de l’Iran, entre les deux grands déserts de Dasht-e Lut, un des déserts les plus grands et les plus arides de la terre, et l’immense et en grande partie inhabitable désert de sel de Dasht-e Kavir.

Les six habitants de ce village zoroastrien ne sont que des personnes âgées. Leurs enfants ont migré vers la ville orientale de Yazd, ou la ville occidentale de Taft, dans l’espoir de trouver un emploi et de se construire une vie meilleure. Les plus chanceux sont allés jusqu’à la capitale, Téhéran, à environ 650 kilomètres au nord.

La route vers Cham, qui se sépare de l’autoroute Yazd-Taft, passe devant un petit bâtiment sur une colline. Pir-e Rahgozar est le seul endroit qui anime le village, même si cela ne se produit qu’une fois par an. Pir-e Rahgozar est le temple où les zoroastriens se rassemblent le 10e jour du mois de Bahman (le 30 ou 31 janvier) pour célébrer l’antique fête de Sadeh.

Les origines de cette fête ne sont pas claires et il n’y a aucune trace de cette cérémonie dans les textes sacrés zoroastriens. Certains historiens suggèrent que cette cérémonie existait avant même le zoroastrisme, la plus ancienne religion monothéiste au monde.

Malgré le débat académique, il est communément admis que Sadeh est un rituel zoroastrien du milieu de l’hiver ayant pour objet de célébrer la date à laquelle les températures commencent à augmenter, 100 jours et 100 nuits après le début de l’hiver. « Cette cérémonie célèbre le moment où la terre se réchauffe de l’intérieur et nous allumons un feu pour vaincre les forces du froid et de l’obscurité », a expliqué Farzin Pour-rostam, un prêtre zoroastrien participant à la cérémonie.

Certains récits mythologiques relient cette fête aux origines de l’humanité. Selon la mythologie perse, Houchang, le second roi du monde, a découvert le feu en essayant de frapper un dragon avec une pierre. Il aurait jeté un silex qui a heurté un autre silex provoquant une étincelle et engendrant un incendie.

Certaines personnes croient que cette fête célèbre cette découverte mythique du feu et que c’est la raison pour laquelle les prêtres zoroastriens mettent le feu à un grand tas de bois à l’apogée de la cérémonie.


[image]

Shina Sardady, une artiste zoroastrienne, raconte le mythe de la découverte du feu de la tradition de Naghaly. Ce type d’art scénique est la représentation iranienne en solo traditionnelle des épopées et vieilles histoires (MEE/Changiz M. Varzi)

À Cham, les adeptes de Zarathushtra ne sont pas les seuls participants à la cérémonie, lesquels ne viennent pas seulement des villes environnantes de Yazd ou Taft. Au cours des dernières années, les touristes iraniens ou ceux qui sont intéressés par le zoroastrisme sont venus de tout le pays pour célébrer Sadeh à Cham. Cette année, environ 4 000 personnes ont assisté au festival.

Fatemeh Ali-Ahmady, architecte musulmane de 46 ans, est venue de Téhéran pour assister à la cérémonie et visiter les villes centrales de Yazd et Kerman. Selon elle, cette fête n’est pas seulement un rituel zoroastrien, c’est « une ancienne cérémonie perse qui appartient à tous les Iraniens ».

Ce n’est pas la première fois qu’Ali-Ahmady célèbre Sadeh. Les années précédentes, elle a participé à la cérémonie à Téhéran et Kerman. « Même si je pratique l’islam, je veux en savoir davantage sur le zoroastrisme car c’était notre religion ancestrale avant l’islam », a-t-elle déclaré, se référant à la conquête de l’Iran par les Arabes au VIIe siècle.

De 600 avant J-C jusqu’à 650 après J-C, le zoroastrisme était la religion officielle de l’Empire perse. Lorsque les Arabes ont mis l’Empire perse à genoux à la fin de la dynastie sassanide, la plupart des zoroastriens se sont convertis à l’islam. Quelques-uns se sont enfuis en Inde et un groupe plus petit est resté en Iran et a préservé sa foi. On estime à environ 25 000 le nombre de zoroastriens actuellement en Iran, selon le Centre statistique de l’Iran.


[image]

Deux zoroastriennes lisent les hymnes sacrés de Gata à haute voix en vieux persan et le traduisent en farsi moderne pour les participants (MEE/Changiz M. Varzi)

Bien que les zoroastriens soient peu nombreux, leurs rituels sont très répandus en Iran. Norouz, qui célèbre le Nouvel An persan en mars, la fête de Yaldâ, qui se déroule lors de la plus longue nuit de l’année, et Tchahârchambé souri, à la gloire du printemps, sont des exemples de cérémonies zoroastriennes que tous les Iraniens célèbrent publiquement.

Toutefois, Sadeh diffère un peu de certaines de ces autres cérémonies. « Même si les non-zoroastriens se joignent à nous pour la cérémonie, Sadeh n’est pas très connue parmi les Iraniens », a indiqué Shapour Pishdad, un zoroastrien de Yazd, à Middle East Eye. « Sadeh n’est pas aussi répandue que Norouz ou Yaldâ et les zoroastriens sont les seules personnes à célébrer officiellement cette fête dans leurs temples, leurs maisons et leurs lieux de culte. »

Pour la cérémonie, avant le rituel sacré d’embrasement du feu, six prêtres zoroastriens lisent à haute voix l’Avesta, le livre sacré des zoroastriens. Les prêtres sont toujours vêtus de robes de coton blanc, d’un pantalon blanc et d’un chapeau blanc en signe de pureté et de netteté.


[image]

Des prêtres zoroastriens effectuent la dernière partie religieuse de la cérémonie en récitant l’Avesta, les saintes Écritures du zoroastrisme (MEE/Changiz M. Varzi)

À l’intérieur de la petite salle de prière de Pir-e Rahgozar, les célébrants récitent des hymnes religieux en vieux persan. L’odeur des bâtons d’encens fumant emplit la pièce et un petit feu scintille dans une urne. Le feu est un élément important dans cette religion et un symbole de pureté et de vérité.

À l’extérieur de la salle, des zoroastriennes en robe et foulard blancs jouent du daf, un instrument traditionnel iranien, et attendent le dernier rituel de la cérémonie.

Six prêtres ainsi que six jeunes zoroastriennes, tous vêtus de blanc et tenant des torches, quittent le temple. Ils tournent autour du bûcher de droite à gauche. La foule se rapproche pour voir l’embrasement et, alors que les flammes s’élèvent, les acclamations de la foule se font plus fortes. Il s’agit du point culminant de la fête.

Malgré la large acceptation du zoroastrisme en Iran, tous les Iraniens ne sont pas aussi favorables aux adeptes de cette religion. Le conducteur de l’autobus de nuit de Yazd à Téhéran a été surpris lorsqu’il a appris que des gens voyagent depuis la capitale pour participer à la cérémonie de Sadeh à Cham.

« Vous devez tellement vous ennuyer à Téhéran ou alors il faut que vous n’ayez absolument rien d’autre à faire pour venir ici pour Sadeh », a déclaré ce chauffeur de bus. « Les zoroastriens ne sont pas comme nous, ils ne croient pas en Dieu, ils adorent le feu. »

Changiz M. Varzi

Traduction de l’anglais (original) par VECTranslation.

source: http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/un-village-zoroastrien-s-anime-pour-l-antiqu...


********************************************************************************
LIEN ORIGINAL : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=133509

069. Vidéorandia #1215 : 31 mars 2012

Lien du VidéOrandia : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=47836
Lien du Complément Surprenant : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=47861



[image]
Auteur : Anton Parks
Éd. Nouvelle Terre
2009


Henoch / Enoch PARTIE 1

Extrait pp.85-86 : Le bouc émissaire se nomme Asa’el ou Azazel ou encore Azazyel en hébreu. Ce terme apparaît plusieurs fois dans le Lévitique de la Bible pour désigner le bouc sacrifié à Yahvé. Dans la littérature juive, Azazel (litt. "le puissant dieu", généralement traduit par "le puissant de Dieu") est le maître du désert mis en relation avec le rite annuel des expiations. C’était à lui que le prêtre envoyait, chargé de péchés du Peuple, le fameux bouc émissaire.

Azazel ou Asa’el possède une place importante dans les différentes versions du Livre d’Enoch. Les versions primitives du Livre d’Enoch ont été rédigées en hébreu ou en araméen. Le texte original étant perdu, les Éthiopiens avaient traduit dans leur langue une version grecque rédigée au début de l’ère chrétienne et découverte en Égypte. L’une des traditions recueillies par Enoch reconnaît en Azazel la première étoile déchue, un "prince du mal" qui descendit corrompre l’humanité avant l’arrivée en scène de ses "veilleurs luxurieux" qui se mélangèrent avec les filles des hommes. Mais Azazel est surtout l’ange rebelle qui va apporter l’usage du métal à l’humanité, comme le dit le Livre d’Enoch :

"Azazel enseigna encore aux hommes à faire des épées, des couteaux, des boucliers, des cuirasses et des miroirs ; il leur apprit la fabrication des bracelets et des ornements, l’usage de la peinture, l’art de se peindre les sourcils, d’employer les pierres précieuses, et toute espèce de teintures, de sorte que le monde fut corrompu."

Le Livre d’Enoch, chapitre 8:1

Nous avons vu plus haut, dans la 4e tablette de Kharsarğ, qu’Enki "parla [à l’humanité] de la hache qui abat. Ils [les hommes] devaient apprendre que le fer n’existait pas pour tuer mais devrait servir pour couper du bois. Ils devaient aussi apprendre que ce n’était pas uniquement pour les hommes, mais pour assister toutes les femmes"… Le sumérien Enki étant Osiris, nous avons sous les yeux la démonstration qu’il s’agit du même personnage que Azazel. Un dieu diabolisé dans l’apocryphe d’Enoch, et transformé en mauvais serpent dans la Genèse, mais un dieu de sagesse à Sumer !

Envisageons maintenant la possibilité que le nom d’Asa’el (Azazel) provienne simplement de l’égyptien Asar-El ou Asar-Er dont le sens donne "Osiris le créateur". Nous le savons désormais : les scribes ont toujours joué sur la phonétique et les homophonies ; une prononciation à peine prononcée grâce à un R aspiré et le tour était joué…

Asar-El (Azazel) est un membre de "l’armée déchue" qui est tenu personnellement responsable de la subite compréhension de l’humanité, comme l’est le serpent (Enki) dans la Genèse, et comme l’est Osiris qui n’a cessé de parcourir le monde en vue de civiliser l’être humain. La manipulation des textes est une nouvelle fois manifeste et sans appel.

Un Azazel que les anges de Yahvé doivent donc supprimer comme l’a sauvagement été Osiris…


Extrait p.119 : Il est de plus en plus indéniable que les différents rédacteurs de la Bible et de textes apocryphes comme celui d’Enoch se sont largement inspirés du mythe osirien.

Extrait p.208 : Le retour de l’œil brûlant ou du Phénix était un événement redouté par les anciens. Nous verrons dans l’ouvrage Le réveil du Phénix que l’histoire, citée dans le Livre d’Enoch, de dieux veilleurs perchés sur les montagnes, à l’affût du moindre signe dans le ciel, provient de cette histoire d’astre brûlant. Nous observerons plus loin que les Anunnaki redoutaient au plus haut point cet événement alors que les Nungal / Igigi ("veilleurs"), ou suivants de Râ et d’Horus, le regardaient plutôt comme un fait important. Important parce que Râ et Horus se servaient de cet événement pour attaquer et surtout reconquérir leurs terres volées par Seth, le champion d’Atum-Râ (An).

--------------------------------------------------------------------------------
070. Vidéorandia #1216 : 07 avril 2012

Lien du VidéOrandia : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=48328
Lien du Complément Surprenant : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=48340



À 19:30 du vidéorandia : Infos sur Henoch/Enoch

Trois versions : la version éthiopienne est la plus connue. La version slavonnique serait la plus crédible.


Kiwan : […]Peu importe la version que vous allez avoir, vous allez entrer dans le Livre d’Henoch voir un peu qu’est-ce qui se passe, qu’est-ce qu’Henoch raconte, qu’est-ce qu’il dit, qu’est-ce qu’il voit, les êtres qui le visitent, les êtres qui l’amènent sur des différents niveaux de ciel, les noms de ces êtres qu’on appellera des anges ou des anges déchus. Mais, on se pose « la » grande question. C’est là qu’on arrive à un grand problème de conscience : Est-ce que ces êtres qui sont venus aider l’humanité… des ennemis ou c’était pas des gens qui ont profané un consensus de… ?

[image]
Auteur : Anton Parks
Éd. Nouvelle Terre
2009


Henoch / Enoch PARTIE II

Extraits pp.272-275 : Dans cette partie du livre, Anton Parks nous décortique les "anges déchus".

Nous avons vu au début de cet ouvrage qu’il existait deux groupes Shemsu : l’un venant de l’ouest – ceux d’Osiris portant un masque de chien – et provenant de l’Atlantide ; le second clan est rattaché à l’est ou au sud-est, à la Mer Rouge, au désert arabique, au pays de Punt et à Sumer. Ces derniers portent généralement un masque de faucon sur les fresques et les papyrus, et ils sont dirigés par Horus l’Aîné (Râ).

L’égyptologue et écrivain René Lachaud détaille ce que les Shemsu ont apporté à l’humanité en ces temps très anciens, bien avant les rois dynastiques et les chronologies officielles : une nouvelle conscience du monde. Des techniques performantes de travail des métaux (fer, bronze et or). Des nouvelles techniques agricoles et la science de l’irrigation (celle de l’Atlantide et de Sumer). Une importante part du système hiéroglyphique. Des mythologies (la véritable histoire), des cosmogonies, et des rites comme celui des offrandes. Des connaissances mathématiques, minéralogiques, astronomiques et la pratique de la Magie sacerdotale. Pour finir, une organisation monarchique qui, dans un premier temps se heurta au système classique des premiers occupants et engendra de nombreux conflits.

Nous pouvons préciser que ce sont ces conflits qui sont montrés du doigt dans le Livre d’Enoch lorsqu’il est question des géants ou Nephilim ("les tombés") et des conflits qu’ils ont engendrés. Ce qui est intéressant, c’est qu’il y est question du seul point de vue de Yahvé et de ses anges, les Anunnaki sumériens. Cela veut dire que les armes mises entre les mains des humains ne servent qu’à se battre contre l’armée du dieu universel Yahvé qui impose sa loi et sa pensée unique. C’est la grande différence. C’est ici que se trouve le grand mensonge universel, celui qui mène en partie vers la faute biblique. Comme toujours, ces rôles, tels que les ont diffusés la pensée judéo-chrétienne et l’écrit apocryphe d’Enoch, sont clairement intervertis par rapport à la littérature égyptienne…

La soi-disant "décadence" qu’aurait connue la Terre du fait des révélations d’Asa’el (Enki-Osiris) au genre humain et du comportement de ses "veilleurs", sévèrement réprouvé par Yahvé, serait à l’origine du déluge. Mais de quel déluge est-il question ? La logique voudrait qu’il s’agisse du déluge datant de 10 000 ans av. J-C., car c’est bien à cette époque qu’Osiris a été assassiné. Cependant, le personnage d’Enoch – dont les historiens savent qu’il serait le double du prince EN-ME-DUR-AN-KI ("le seigneur des décrets divins du lien entre le Ciel et la Terre") de la ville sumérienne de Sippar – daterait plutôt de 3000 av. J-C. Cette date désigne notre autre déluge, celui qui correspond à la naissance de Vénus, donc à sa stabilisation dans le système solaire.

Je suis convaincu que les différents scribes ont opéré une "compression de l’Histoire" de façon à saboter considérablement celle de l’Égypte en profitant de l’existence de deux événements dramatiques similaires, pourtant séparés d’au moins 7000 ans ! Une fois encore, rien de tel pour travestir l’histoire osirienne, qui a clairement servi de modèle à la littérature judéo-chrétienne, et donc dissimuler son importance. Comme je l’ai déjà mentionné dans cet ouvrage, la suppression d’événements ou de rois dans les chronologies était monnaie courante en Égypte. Les prêtres ayant un monopole absolu, tout événement ou élément n’allant pas dans leur sens était étouffé ou supprimé. Prenons l’exemple de la liste royale gravée sur l’un des murs du temple de Sethy 1er à Abydos : les deux souverains "hérétiques", le roi Akhenaton et la reine Hatshepsut, n’y figurent pas.

Enoch est le septième des patriarches qui vécurent avant le déluge biblique. Enoch, dit "le juste", est un initiateur, ce qui expliquerait son nom hébreu […] (Hanokh), "initié". En Égypte, le seul personnage mystagogue (initiateur) capable de jouer le rôle de messager à l’instar d’Enoch et pouvant prétendre posséder les secrets du Ciel et de la Terre, le seul à pouvoir parler au nom des dieux, à pouvoir régler leurs conflits et intercéder pour eux comme pour les humains – et à être apte à écrire la Maât ("justice") – , n’est autre que le dieu du pilier du temple : Thot. Sa sagesse fait de lui le pilier de l’Égypte entière, d’où son nom grec, Hermès, "le pilier". Dans ces conditions, Thot n’est autre que "le Seigneur du Pilier".

--------------------------------------------------------------------------------

071. Vidéorandia #1217 : 14 avril 2012

Lien du VidéOrandia : : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=48983
Lien du Complément Surprenant : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=49005



À 53:53 du vidéorandia : Deux possibilités

Kiwan : Moi je vais te dire une chose Jean-François, il y a deux possibilités, il y en a deux, seulement deux : ou on retourne au Moyen-Âge avec tout ce que ça veut dire, ou on passe à côté avec sagesse. Vois-tu, il y a une grosse réunion qui a lieu bientôt à Rio. […] Il y a encore de l’espoir. Moi je dis qu’il y a encore de l’espoir. Moi je suis un gars positif même si je suis le gars qui prône Enoch ! Même si je suis le gars qui prône… bye bye ! On s’en va ailleurs, on attend que ça passe et après ça on reviendra. Comme Noé !

À 1:06:46 du vidéorandia : Anton Parks/Tome I

Kiwan : On est entré en contact avec Anton Parks. Il avait un forum très important sur internet. Il l’a fermé. Il s’est tellement fait ridiculisé, tellement fait remettre en boîte et essayé de critiquer ce qu’il écrivait, que c’était des folies etc., que même ceux qui l’aimaient ont tout fait pour essayer de maintenir le forum en vie et que finalement, lui l’a fermé. Ils ont fait des pressions autant comme autant envers lui. Même moi, j’ai entré en contact avec et il n’y a rien à faire. Il ne veut pas faire d’entrevue. Il dit « lisez mes livres, je n’ai pas d’autre chose à faire avec le public que de leur dire, mes livres sont là. Je les ai écrits pour le public. Allez les lire et c’est tout ».

[image]
Auteur : Anton Parks
Éd. Nouvelle Terre
2009


Henoch / Enoch PARTIE III

Extraits pp.276-277 : Finissons en ajoutant que Thot est aussi "le Maître du Carnage qui abat le Seigneur des Pays étrangers". Le Seigneur des Pays étrangers n’est autre que Seth, que Thot tente d’apaiser afin de régler le conflit qu’il rencontre avec Horus. La trame est pratiquement similaire pour Enoch, qui va se rendre auprès des "anges déchus" et leur annoncer les volontés de Yahvé – sauf que les rôles sont totalement inversés par rapport à la version égyptienne…
Les rôles sont tellement inversés dans les Saintes Écritures en regard des textes sumériens et égyptiens, qu’il est temps pour nous de fixer la généalogie céleste des divers intervenants, avec leurs correspondances mythologiques…

Généalogie égyptienne, mésopotamienne et biblique
Thot / ("Zehuti") / Ange Gabriel / Enoch

********************************************************************************

LIEN ORIGINAL : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=133519

075. Vidéorandia #1221 : 07 mai 2012

Lien du VidéOrandia : http://www.orandia.com/forum/index.php?mode=entry&id=51285
Lien du Complément Surprenant : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=51338

Objet 1 : Sur l’information de Louise Courteau, Kiwan dit au début du vidéorandia, qu’Anton Parks aurait présenté son livre comme un roman de science-fiction à l’éditrice. Devant son refus, il se serait présenté différemment avec Nenki. Est-ce le cas ou tout simplement Louise Courteau qui a considéré ce livre comme tel après en avoir pris connaissance ? Voyons le témoignage d’un proche de l’entourage d’Anton Parks :

Lien : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=51763
Extrait : Bonjour Clapotie,

Je tenais juste à vous mettre en garde par rapport à tout ce que l'on peut lire sur le NET. Par exemple, les parents d'Anton ne l'on jamais pris pour un schizophrène, bien au contraire. Concernant Louise Courteau, Anton lui avait envoyé le Tome1 sans préciser qu'il s'agissait d'un roman de SF. Il a fallut qu'il la rappelle plusieurs semaines après pour finalement savoir que le livre ne l'intéressait pas.

Si vous avez des questions précises à lui poser, vous pouvez le faire directement sur cette page :

http://www.onnouscachetout.com/forum/topic/21553-vous-interviewez-anton-parks/

Amitiés,
Antas




À 5:34 du vidéorandia : Parks : science-fiction ou réel ?

JFPoulin : Anton Parks donc, a probablement eu son inspiration d’une source ou d’une autre, il a interprété les tablettes sumériennes, a choisi d’en faire une série de livres qu’il a voulu à un moment donné traiter en science-fiction ou, comme tu l’as dit après, plus proche de l’ésotérisme. Qu’est-ce qui fait selon toi, en tant qu’ésotériste, quelque chose, ce qui est dit là-dedans, a un air pour toi qui est familier et réel ? Il y a quelque chose qui fait que, peu importe d’où est venue son inspiration, pour toi ça sonne véridique, il y a quelque chose de vrai dans tout ça ?

À 6:34 :

Kiwan : Qu’est-ce qui fait dire que le livre d’Anton Parks est plus ou moins vrai que ça ici, mettons ? [The Secret Doctrine, Le Livre d’Urantia, Star Wars 1, Le Coran, La Bible, La Torah, La Genèse du Réel (BdM)] […]

Suite à 9:40 : Écoutes-moi bien. On dit qu’on est dans les temps de la révélation. Et on peut se poser la question : qu’est-ce qui est plus vrai dans tout ça ou moins vrai ?

À 57:46 du vidéorandia : FOI

Kiwan : Alors, la question qu’on pourrait soulever au public qui nous a suivi dans le vidéorandia No 19 : est-ce que vous pouvez nous dire à quoi vous croyez ? Est-ce que c’est vrai que pour vous la Bible, les Évangiles, parole d’Évangiles, on sait à quel point ils se contredisent entre eux autres les quatre évangélistes. Ah c’est pas… Ç’a jamais été écrit par eux autres. C’est selon Saint-Mathieu, selon Saint-Marc, selon Saint-Luc. Selon, ça veut dire un ouïe-dire, que peut-être que ce serait que… À quoi vous référez-vous dans votre vie pour garder votre enthousiasme ? Le mot enthousiasme… ça vient de… dieu en soi ! […] Parce que t’as un dieu en toi. Ce que tu portes en toi, tu peux l’irradier vers l’extérieur parce que tu l’as en toi. Alors la foi, c’est peut-être un chemin pour allumer une lumière à l’intérieur, pour la réveiller.

---
LIENS DOSSIERS : http://www.orandia.com/forum/index.php?id=197807

P(3)58

  8820 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

194820 messages dans 39607 fils de discussion, 1027 utilisateurs enregistrés, 31 utilisateurs en ligne (1 enregistrés, 30 invités)
Temps actuel sur le forum : 29/11/2022, 17:19
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum