Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

COMPLÉMENT SURPRENANT-LIGNE OUVERTE-18 FÉV-COMPLET-

par gilles surprenant ⌂, mercredi 19 février 2014, 02:36 (il y a 3274 jours)

[image]

SCHUMACHER,MOINS D'UNE CHANCE
SUR DEUX DE S'EN SORTIR?

[image]
Quinze jours après le début de la phase de "réveil progressif", les informations officieuses qui circulent sur l'état de santé de Michael Schumacher ne sont pas bonnes. Selon le quotidien allemand Bild, généralement bien introduit, le champion ne réagirait pas aux différents stimuli que les médecins lui imposent. C'est-à-dire qu'aucun signe de reprise de conscience consécutif à des stimulations censées provoquer une réaction physique ou sensorielle chez le patient n'est détecté. Corinna, sa femme, serait présente à ses côtés toute la journée pour lui parler presque sans discontinuer en espérant que ce monologue suscite une réaction de l'ancien champion de F1 allemand désormais plongé depuis plus de six semaines dans un coma artificiel. l'entourage de Schumacher, se montre cependant pessimiste et n'hésite pas sur son blog à envisager l'hypothèse selon laquelle le sportif resterait définitivement dans un état végétatif. Sur le processus de réveil, il affirme qu'"il y a tout lieu de croire que la sédation a été arrêtée il y a suffisamment longtemps pour qu'elle n'ait plus d'effet pharmacologique résiduel." Dès lors, s'il n'y a "pas de réactions aux stimuli externes (...), c'est une très mauvaise nouvelle. Ça impliquerait que le tronc cervical est sévèrement endommagé. Quand le patient répond aux stimuli externes, il n'a que 50 % de chances de s'en sortir, et encore avec des dysfonctionnements." Si, comme le dit Bild, il ne répond pas aux stimuli, il n'a donc quasi aucune chance de s'en sortir...

[image]


LA BELGIQUE AUTORISE L'EUTHANASIE POUR LES ENFANTS

Le Parlement belge a adopté jeudi une loi étendant le droit à l'euthanasie (accordé aux majeurs en 2002) aux enfants atteints d'une maladie incurable et dont les souffrances sont trop insupportables.

[image]


Le Parlement fédéral belge a adopté jeudi une loi étendant aux mineurs celle de 2002 dépénalisant l'euthanasie. Le texte a été approuvé à la Chambre des représentants par 86 voix pour, 44 contre et 12 abstentions. Pour entrer en vigueur, la loi devra désormais être promulguée par le roi Philippe.

La Belgique devient ainsi le deuxième pays, après les Pays-Bas, à l'autoriser pour les mineurs. Mais, à la différence de la loi néerlandaise, qui prévoit que l'enfant doive avoir au moins 12 ans, le législateur belge n'a pas fixé d'âge minimum. L'euthanasie sera permise pour les mineurs «capables de discernement» et faisant face à des souffrances physiques insupportables et inapaisables, en phase terminale. Ils devront pour cela être conseillés par une équipe médicale et un psychiatre ou un psychologue, et recevoir l'accord parental. La loi ne devrait concerner qu'une poignée de mineurs chaque année, atteints d'un mal incurable, en particulier d'un cancer, et dont le décès est prévu dans un court délai. Tandis que l'euthanasie des adultes concerne quelque 1500 personnes par an en Belgique, soit environ 2 % des décès.

[image]

MONTRÉAL A SON PREMIER GUICHET AUTOMATIQUE BITCOIN
Le premier guichet automatique permettant l'achat de bitcoins à Montréal a été lancé par le président de Vx5 Technologies, Fadi Azouz, mercredi, à l'Ambassade Bitcoin située sur la rue Saint-Laurent, dans le cadre d'une rencontre de presse.
[image]
Le guichet automatique est à la disposition du grand public depuis 13h mercredi. Des personnes ressources sont présentes en tout temps à l'Ambassade pour soutenir les «débutants», en les aidant à se créer un portefeuille virtuel, à apprendre à le gérer adéquatement et à le sécuriser.

L'avantage d'utiliser un tel guichet est de pouvoir mettre la main simplement et immédiatement sur des bitcoins, après les avoir échangés contre de l'argent comptant, plutôt que d'avoir à attendre des jours, voire des semaines, avant que les transactions en ligne ne soient complétées, par exemple.

L'implantation d'un guichet dédié à cette cryptodevise à l'Ambassade Bitcoin n'est pas sans raison. En rassemblant différents acteurs de cette industrie sur sa propriété de 14 000 pieds carrés, l'organisme souhaite agir tel un «incubateur d'entreprises» visant à consolider la place que se taille Montréal dans l'économie de cette monnaie électronique. Ces personnes ressources sont présentes en tout temps pour répondre aux questions du public.

«Nous sommes heureux d'accueillir le premier guichet Bitcoin à Montréal», a déclaré Guillaume Babin-Tremblay, directeur général de l'Ambassade Bitcoin.

M. Azouz, seul propriétaire exploitant du guichet Bitcoin à Montréal, voit grand pour son entreprise. «Vx5 Technologies prévoit implanter cette année une dizaine guichets automatiques dans une dizaine de grandes villes partout dans le monde, comme le Liban, les Philippines, la Hongrie et le Venezuela», explique-t-il lors d'une entrevue téléphonique.

Pour conquérir ces nouveaux marchés, il se fie à la nouvelle technologie canadienne: le guichet BTM. Conçu par une entreprise basée à Ottawa, il intègre un programme informatique qui choisit automatiquement la valeur Bitcoin la plus avantageuse sur les plus importants marchés d'échanges de cette monnaie virtuelle.


Le quatrième guichet au Canada
[image]
À court terme, M. Azouz ne prévoit pas implanter d'autres guichets à Montréal ou dans la belle province. Advenant un franc succès, il s'ajustera toutefois à la popularité de sa machine et pourrait en implanter une seconde. Pour l'instant, il ne s'agit que d'une possibilité.

Bien qu'il soit le premier dans la métropole et au Québec, ce guichet Bitcoin n'est pas le premier au Canada, mais bien le quatrième (après Vancouver, Toronto et Ottawa).

En octobre 2013, le premier guichet Bitcoin du monde a été implanté dans un café au centre-ville de Vancouver. Le succès de ce guichet ne s'est pas fait attendre: il a enregistré des transactions d'une valeur dépassant le million de dollars dans les 30 jours suivant sa mise en service.

Chose certaine, M. Azouz croit au bitcoin et différents acteurs du marché semblent lui donner raison. Déjà, des universités acceptent les paiements en bitcoins, ainsi qu'un nombre grandissant rapidement de magasins en ligne et d'entreprises, tels que deux hôtels-casinos de Las Vegas, des soins spécialisés à Vancouver, pour ne nommer que ceux-là. Les États-Unis ont même considéré accepter des dons dans cette monnaie virtuelle pour les élections.

VALEUR BITCOIN DIMANCHE 16 FÉVRIER 2014
Le bitcoin, qui s'achange actuellement à près de 561 dollars.
[image]

[image]


NORTH AMERICAN BITCOIN CONFERENCE
SITE OFFICIEL
Miami Beach - January 25 & 26, 2014
[image]
Plus de 1200 membres de la communauté de bitcoin seront bientôt convergent vers Miami pour une conférence d'établissement des orientations visant à chasser la monnaie de la spéculation à intégrer. S'appuyant sur le récent succès de la Convention européenne Bitcoin, la Conférence Bitcoin Amérique du Nord va frapper Miami Beach le 25 et 26 Janvier 2014.
[image]
Riche en potentiel et ancrée dans la controverse, bitcoin est radicalement nouveau type d'argent qui fonctionne sans que les gouvernements ou les banques. Déjà disponible et à utilisation limitée, bitcoin est récemment devenu un sujet chaud grâce à valeur-fluctuations intenses pressions politiques et la flambée attention des médias.

• Bitcoin a dépassé Western Union en volume de transaction.
• Bitcoin frais marchand d'acceptation bien au-dessous des frais de carte de crédit.
• Bitcoin a reçu un «sceau d'approbation» préliminaire au Sénat des États-Unis.

En réponse à ces changements dans le paysage de bitcoin, la Conférence Bitcoin Amérique du Nord (NABC) a l'intention de mettre l'accent à la communauté de bitcoin divergente qui comprend maintenant les amateurs, les spéculateurs, les entreprises-utilisateurs et les politiciens. Pour assurer des résultats percutants, prendront notamment la parole Roger Ver, Charlie Schrem, Tony Gallippi et Charlie Lee entre autres.
[image]
Dans le cadre de sa mission d'accroître l'utilisation bitcoin, le CCNB offrira également des ateliers destinés aux marchands, et agir comme un forum pour les vendeurs, exposants, et les startups de bitcoin récentes pour partager leurs dernières innovations et les discussions. En outre, les régulateurs, les banques et les représentants du gouvernement seront sur place pour mener des discussions de groupe qui sont la lumière sur les peluches et lourd sur le contenu.
[image]
Nous vous remercions de faire de cet événement se produise. Nous avons été couverts de CNN, Forbes, Miami Herald, Al Jazeera, PanAm Post et plus, tout cela grâce à votre aide.VIDEOs SUR YOUTUBE DU CONGRES.

[image]

GÉRARD FILION et le BITCOIN

[image]

PRÉSENCE DE JEAN DE FLORIDE EN 2013
Voici des images qui origines des Videorandia de 2013 de la Présence de Jean de floride Spécialiste en Finance,déja,en 2013 il nous parlait du Bitcoin...

LIEN DES VIDEOS

[image][image][image][image][image][image][image][image][image][image][image]

[image]

BLANCHIMENT D'ARGENT et FINANCEMENT du TERRORISME GRÂCE au COMMERCE des DIAMANTS
[image]
Le dernier rapport sur les typologies du Groupe d’action financière (GAFI) a conclu que le commerce des diamants présente des vulnérabilités et des risques considérables de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme. Le GAFI est un organisme intergouvernemental créé en 1989 par les ministres de ses états membres. Il comprend actuellement 34 administrations membres et deux organisations régionales, qui représentent la majeure partie des grands centres financiers du monde entier.

Le GAFI et l’Egmont Group of Financial Intelligence Units ont collaboré sur un projet de recherche de typologies. L’objectif était d’identifier les vulnérabilités et les risques de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme (ML/TF) [1]de la « filière du diamant ». Cela concerne tous les secteurs du commerce : la production, la vente de brut, la taille, ainsi que la fabrication et la vente au détail de bijoux.

En se basant sur les travaux de recherches effectués, ainsi que sur l’analyse des études de cas recueillies par l’équipe du projet et après consultation avec le secteur privé, le rapport conclut que le commerce des diamants est confronté à des vulnérabilités et à des risques considérables. Le caractère fermé et opaque des marchés et la valeur élevée des diamants, combinés au manque d’expérience des autorités dans ce domaine ont laissé la porte ouverte à des abus de la part de criminels.Les études de cas présentées dans le rapport montrent les méthodes créatives utilisées par les criminels pour exploiter le commerce des diamants afin de blanchir de l’argent et de financer le terrorisme. Ce rapport vise à aider à sensibiliser les autorités de réglementation, d’application de la loi et les douanes, ainsi que les entités déclarantes sur les risques et les vulnérabilités du commerce des diamants, et sur la façon de les atténuer.

Certains des risques et des vulnérabilités identifiés dans ce rapport sont de nature commerciale, donc transnationaux et complexes. Ils ouvrent la voie à des transactions ML/TF, la plupart du temps internationales et multi-juridictionnelles. Les diamants se retrouvent souvent employés comme monnaie car ces pierres sont difficiles à tracer. Ils permettent de garantir l’anonymat des transactions. Le blanchiment d’argent basé sur le commerce (TBML) est lui aussi largement répandu ; les caractéristiques spécifiques des diamants, pris comme matière première, ainsi que la part importante des transactions effectuées au niveau international rendent ce négoce vulnérable aux différentes techniques de blanchiment d’argent basé sur le commerce.

Sans compter que les quantités importantes de marchandises échangées peuvent générer des dizaines de millions, voire des milliards de dollars américains. Le blanchiment porte donc sur de très grosses sommes d’argent.

D’après le rapport, le niveau de sensibilisation aux régimes ML/TF est malheureusement limité sur le marché du diamant, chez les autorités d’application de la loi et d’AML/CFT, ainsi qu’auprès des unités de renseignement financier (FIU).

[image]


AMBASSADE BITCOIN A MONTRÉAL
SITE OFFICIEL
[image]
L'Ambassade Bitcoin est une organisation sans but lucratif qui vise à promouvoir l'adoption du Bitcoin et des technologies y étant reliées en facilitant le réseautage avec la communauté Bitcoin à travers le Québec et le Canada. Informer, éduquer et assister tout individu ou marchant font aussi parti de sa mission.
LIEN DE LA PAGE MONTRÉE A LA LIGNE OUVERTE

[image]

ALTCOIN -ALTERNATIVE COINS
AUTRES EXEMPLES
Bitcoin fût la première crypto-monnaie décentralisée et restera historiquement celle qui a donné naissance à un nouveau mode de paiement et de transaction dans le monde.
[image]

Mais savez-vous qu’il existe beaucoup d’autres monnaies de ce genre, et que certaines méritent toute votre attention ? Toutes ces autres monnaies sont appelées des « Altcoins », pour « alternative coins » ou « pièces alternatives ».Mais il existe d’autres « coins », toutes basées sur le même modèle que le bitcoin et qui sont aujourd’hui encore accessibles à des prix très bas. Peut-être une occasion de vivre, comme certains autres, le rêve de la ruée vers la crypto-monnaie !


Le Litecoin ($10)
[image]
Le Litecoin est considéré comme la seconde monnaie décentralisée après le bitcoin. Déjà par sa valeur avoisinant les $10 à l’heure où nous écrivons ces lignes, mais également en terme de caractéristiques techniques. En effet, même si toutes les autres crypto-monnaies sont issues d’un même schéma de base calqué sur le bitcoin, elles n’en ont pas moins certaines différences qui fait tout leur intérêt (ou leur désintérêt !). La principale différence entre le bitcoin et le litecoin est le nombre d’unité maximum. Le bitcoin est limité à 21 millions d’unités alors que le litecoin en comptera 84.

Le Peercoin ($2)
[image]
Le Peercoin (ou PPC) est elle aussi considérée comme très prometteuse et certains ingénieurs logiciels américains ont tout investit sur PPC tellement les promesses sont grandes. La principale différence avec le Bitcoin se situe dans le mode de calcul des blocs permettant de réduire considérablement la consommation d’énergie et ainsi favoriser le minage et la validation des transactions.Il existe encore bien d’autres monnaies décentralisées et un grand nombre d’entre elles ne connaîtront certainement jamais le succès. Toutefois, le bitcoin est précurseur en la matière et n’étant pas parfait, elle devra théoriquement être remplacée un jour ou l’autre par une autre monnaie plus performante, si tant est que ce « modèle » économique se développe un jour à l’échelle du consommateur lambda.
AUTRES MONNAIES ALTERNATIVES

[image]

AURORACOIN : UNE MONNAIE ÉGALITAIRE POUR LES ISLANDAIS
Dans 33 jours Décompte

[image]

[image]
L'un des problèmes avec les monnaies virtuelles, c'est qu'elles sont soumises à la même contrainte que les réseaux sociaux et autres outils communautaires : elles ont besoin d'être adoptées par une masse critique d'utilisateurs dans un temps très court pour fonctionner. Et si on en distribuait une certaine somme, équitablement entre les membres d'une communauté, n'aurait-on pas un excellent levier pour démarrer les échanges ?

C'est ce qu'ont imaginé les créateurs d'AuroraCoin, une monnaie pensée sur le principe d'un revenu de base : en distribuant équitablement entre les citoyens islandais toute la somme préalablement produite, ils offrent une sorte de revenu garanti à chaque citoyen, sans condition, au nom de l'idée que chaque humain mérite une part de création monétaire pour sa contribution à l'économie (en vivant, en consommant...).

C'est le contexte de crise financière en Islande qui a motivé les créateurs, comme l'explique le site Coindesk : depuis l'effondrement du secteur bancaire en 2008, le gouvernement applique des contrôles stricts des capitaux en circulation sur son territoire. C'est pour contourner des restrictions qu'ils estiment "paralysantes" que les entrepreneurs ont créé AuroraCoin.


[image]

LA MALLÉABILITÉ DES TRANSACTIONS BITCOIN
Le problème de la « malléabilité » des transactions Bitcoin est remonté à la surface ces derniers jours quand mt gox a donné des explications à l’arrêt des retraits en bitcoin sur sa plate-forme.
Ce problème n’est pas nouveau car il a déjà été discuté sur les forums dès le printemps 2011. De quoi s’agit il ?
Supposons qu’un fraudeur fasse un retrait de bitcoins depuis son compte mt gox.
Mt gox émet une transaction sur le réseau et donne l’ID de transaction à son client peu scrupuleux.

[image]
Le fraudeur peut capter la transaction bitcoin (rapplelez vous, elles sont signées mais pas cryptées) émise par mt gox et modifier légèrement le format d’une signature sans que cette signature cesse d’être valide.
Ce faisant, le fraudeur peut donc diffuser cette même transaction (mêmes adresses, mêmes clés publiques, mêmes montants et signatures valides) avec une ID de transaction différente car quelques bits sont différents de la transaction reçue à l’origine.
En minant ou en collaborant avec un pool de minage, le fraudeur peut réussir à inscrire la transaction modifiée dans la blockchain avant que la transaction originale soit inscrite.
Dans ce cas, la transaction originale ne passera plus auprès des mineurs car elle sera considérée comme une tentative de double-dépense.
Notre fraudeur peut donc maintenant se retourner vers mt gox en prétendant que la transaction originale n’a pas été reçue: si le système comptable de mt gox ne peut pas retrouver automatiquement la trace d’une transaction dans la blcokchain autrement qu’avec l’ID de transaction, mt gox a un problème et doit arrêter les retraits si son équipe support est submergée de réclamations d ece genre.
C’est ce qui s’est passé. Mt fox n’a pas d’autre choix que de mettre à jour ses systèmes comptables afin de pouvoir retrouver automatiquement une transaction par le montant, l’adresse de destination et un index propriétaire qui permet de distinguer une transaction si le client fait rapidement plusieurs demandes de retraits du même montant vers la même adresse.

Techniquement, il s’agit simplement d’une particularité de la libraire openssl utilisée par le client bitcoin de référence. Lorsque le client bitcoin fabrique une signature, il utilise un format appelé DER (Distinguished Encoding Rules) dans la norme X.690, qui est une norme internationale de l’ ITU-Tl ASN.1 spécifiant comment des données doivent être encodées dans un flux binaire.
Ce format est sans ambiguité de sorte que, au moins depuis la version 0.8 du client bitcoin de référence, les signatures fabriquées par ce client sont conformes.
Cependant, ce même client utilise la librairie openssl pour décoder les signatures qu’il reçoit et cette librairie est plutôt tolérante vis à vis de la norme DER: un format de signature légèrement modifié par rapport à la norme DER sera accepté par le client bitcoin.

Les développeurs du « core team » de Gavin Andresen ont donc le choix entre s’appuyer sur une librairie standard (openssl) avec cette « malléabilité » ou bien intégrer leur propre implémentation du décodage des signatures, plus rigoureuse, en perdant le bénéfice de la compatibilité avec une librairie standard.
Jusqu’à présent ils ont préféré la compatibilité ce qui doit inciter les « exchanges » à prendre en compte la malléabilité dans leurs systèmes comptables. C’est ce que fait bitcoin-central dont les clients n’ont pas été affectés par les problèmes de retraits que les clients des autres exchanges (mt gox, bitstamp, etc) ont connus. Mt gox a annoncé la reprise des retraits en bitcoins pour lundi prochain (17 février 2014).

[image]

LITECOIN
''Bitcoin est l'équivalent de l'Or et Litecoin est l'équivalent de l'Argent''

[image]
Litecoin est une monnaie électronique qui permet des paiements instantanés à n'importe quelle personne dans le monde. Litecoin est basé sur le protocole Bitcoin mais diffère de Bitcoin par l'équipement nécessaire à son minage: le minage est rentable même du matériel informatique standard et non spécialisé. Litecoin offre des confirmations de transactions plus rapides (2,5 minutes en moyenne) et repose sur un algorithme de minage et de vérification basé sur scrypt et coûteux en ressources mémoire, rendant ainsi Litecoin intéressant à miner avec les ordinateurs et GPUs standards dont disposent la plupart des personnes. Litecoin est construit tel que tout le réseau produise près de 84 millions de litecoin.
L'un des objectifs de Litecoin est d'offrir un algorithme de minage qui peut s'exécuter en même temps et sur les mêmes machines utilisées pour miner des bitcoins. Avec l'arrivée des ASICs pour Bitcoin, Litecoin satisfait toujours ces objectifs.

Il est peu probable que le minage par ASIC domine l'activité du réseau Litecoin, du moins pas avant que la monnaie ne deviennent largement adoptée
.

[image]

LA MONNAIE DU ROI DE L'ANSE
SOURCE
[image]
il est parvenu à se faire élire légalement et démocratiquement comme le Monarque dans sa ville. Il est même allé plus loin en imprimant sa propre monnaie qui avait cours légal dans son royaume. Sa monnaie était un peu comme du troc. Par son exemple, il a prouvé que cela était légalement possible.CETTE MONNAIE DE PAPIER ÉTAIT HONORÉE (Utilisée comme officielle)
PAR LES COMMERÇANTS ET CITOYENS QUI LE VOULAIT BIEN.

[image]

LA MONNAIE CANADIEN TIRE
[image]
L'« argent » Canadian Tire est un programme de fidélisation par Canadian Tire. Il est composé de coupons émis par la société, qui ressemblent à la monnaie réelle (bien que les bons soient beaucoup plus petits que ceux de la Banque du Canada), et peuvent être utilisés comme scrip dans les magasins Canadian Tire, mais n'est pas considéré comme une monnaie privée. Les billets sont imprimés sur du papier semblable à la véritable monnaie canadienne, et sont produites en commun par deux des imprimeurs de sécurité établis de longue date du pays, British American Banknote Company (BABN) et la Canadian Bank Note Company (CBN)1. En fait, certaines entreprises privées (au Canada) acceptent l'argent comme moyen de paiement car beaucoup des propriétaires de ces entreprises magasinent au Canadian Tire. L'argent Canadian Tire s'accumule également sur les cartes de crédits MasterCard et Visa Option. Au mois de décembre 2009, une pièce d'un dollar fut lancée, son utilisation est la même que les coupons.

[image]
13 Fév 2014
L'OCDE PRÉSENTE UNE NOUVELLE NORME MONDIALE UNIQUE RELATIVE A L'ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS
SOURCE
[image]
La fraude fiscale offshore demeure un sérieux problème pour les pays et territoires à l’échelle mondiale, car des sommes d’argent considérables sont placées à l’étranger et échappent à l’impôt lorsque les contribuables ne se soumettent pas à leurs obligations fiscales dans leur pays de résidence.


Répondant à l’appel des dirigeants du G20 en vue de renforcer l’action contre l’évasion et la fraude fiscales et d’injecter plus de confiance et d’équité dans le système fiscal international, l’OCDE dévoile aujourd’hui une nouvelle norme mondiale unique relative à l’échange automatique de renseignements entre autorités fiscales du monde entier.


Élaborée par l’OCDE avec les pays du G20, la norme demande aux juridictions de se procurer des renseignements auprès de leurs institutions financières et de les échanger automatiquement avec d’autres juridictions sur une base annuelle. Elle définit les renseignements relatifs aux comptes financiers à échanger, les institutions financières soumises à déclaration, les différents types de comptes et les contribuables concernés, ainsi que les procédures de diligence raisonnables à suivre par les institutions financières.


L’OCDE présentera officiellement la norme pour adoption par les Ministres des finances du G20 au cours de leur réunion des 22 et 23 février à Sydney (Australie). En 2013 le G20 a invité l’OCDE à élaborer une norme mondiale relative à l’échange automatique de renseignements, et reste l’élément moteur des progrès vers l’établissement d’une plus grande transparence fiscale dans le monde.


Présentant la nouvelle norme, le Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurría a déclaré : « Cette initiative va réellement changer les règles du jeu. Avec la mondialisation du système financier mondial, il est de plus en plus facile pour les contribuables, d’effectuer, de conserver et de gérer des placements en dehors de leur pays de résidence. Cette nouvelle norme sur l’échange automatique de renseignements va intensifier la coopération fiscale internationale, en restaurant des règles du jeu plus équitables entre les États pour protéger l’intégrité de leurs systèmes fiscaux et lutter contre la fraude fiscale. »


[image]
La nouvelle norme est largement basée sur les travaux antérieurs de l’OCDE consacrés à l’échange automatique de renseignements. Elle intègre les avancées réalisées dans ce domaine au sein de l’Union européenne et les efforts en cours en vue de renforcer les normes mondiales de lutte contre le blanchiment de capitaux. Elle reconnaît également le rôle de catalyseur joué par l’application de la loi américaine relative au respect des obligations fiscales concernant les comptes étrangers (dite loi FATCA) dans l’action menée par le G20 pour parvenir à un échange automatique de renseignements dans un contexte multilatéral.


Plus de 40 pays se sont engagés à adopter rapidement la norme. Le Forum mondial sur la transparence et l’échange de renseignements à des fins fiscales, hébergé par l’OCDE, réunit 121 juridictions dans le monde entier. Le G20 lui a donné pour mission d’assurer le suivi et d’évaluer la mise en œuvre de la norme.


L’OCDE devrait produire des commentaires détaillés sur la nouvelle norme, ainsi que les solutions techniques nécessaires pour la mise en œuvre pratique l’échange de renseignements, lors d’une réunion des Ministres des Finances du G20 en septembre 2014.

[image]

FATCA - l’arme fatale contre le secret bancaire
LIEN 1
LIEN 2
[image]
La loi américaine dite FATCA ( Foreign Account Tax Compliance Act) votée le 18 mars 2010 a pour objectif de renforcer la lutte contre l’évasion fiscale des contribuables US.Elle vise à imposer aux institutions financières étrangères (ie hors USA) des obligations déclaratives sur les revenus versés aux contribuables américains permettant ainsi le recoupement automatisé des données avec les déclarations individuelles de ces derniers.

A cet effet ces institutions financières qualifiées de PFFI ( Participating Foreign Financial Institution) doivent s’engager à identifier et à documenter tous les comptes de leurs clients susceptibles d’être des contribuables US. Lorsque le pays du FFI a conclu un accord de coopération avec l’IRS, le statut de PFFI est réputé acquis; dans le cas contraire le FFI doit conclure un contrat directement avec l’IRS. A noter que les sociétés de gestion et les OPCVM sont inclues dans le scope des institutions financières visées par FATCA. Les informations sur les paiements effectués par les PFFI aux contribuables US doivent ensuite être transmises annuellement à l'administration fiscale américaine (Internal Revenue Service ou "IRS") soit par l’intermédiaire de leur propre administration fiscale en cas de partenariat inter-états avec l’IRS soit directement à l’IRS en l’absence d’un tel partenariat. L’IRS demande aux PFFI de prélever une taxe punitive de 30% sur tous les revenus et produits de cession de source US , perçus directement ou indirectement, destinés aux contreparties n’ayant pas le statut de PFFI et aux clients dits « récalcitrants » ie soit des clients susceptibles d’être des US persons et n’ayant pas apporté la justification du contraire soit ayant reconnu leur statut de US persons mais ayant refusé la levée du secret bancaire.Dans le cas où l’institution financière n’a pas le statut de PFFI, c’est elle-même qui ferait l’objet d’un prélèvement en amont de la taxe punitive de 30% sur tous les paiements reçus de source US (directe ou indirecte) versés pour compte propre ou compte de tiers.

LIEN 3
LIEN 4
LIEN 5
LIEN 6
LIEN 7

[image]

GARY MCKINNON -VAISSEAUX USSS
SOURCE
[image]
McKinnon parvient à s'introduire dans les systèmes du Space Center, il dit "avoir trouvé la photo en haute définition d'un objet en forme de cigare au dessus de l'hémisphère nord." Sous le choc, il ne pense pas à la télécharger, le fichier étant très lourd, il en vient à perdre sa connection ainsi que l'image.Mais ce qu'il découvre en s'introduisant dans le système de l' US Space Command le surprend plus encore. Il affirme avoir trouvé une liste de noms d'agents non-terrestres.

Il pensera plus tard et à tord que cette information lui servira d'atout et lui permettra de négocier avec le gouvernement US. Il ne croit pas que ces agents non-terrestres soient des aliens mais pense que c'est une preuve que l'armée américaine dispose d'un bataillon secret dans l'espace. Les listes mentionnent des transferts de vaisseau à vaisseau.

Des rumeurs circulent selon lesquelles il aurait mentionné les noms de deux vaisseaux, aperçus sur les journaux de transfert. Les noms étant : Le USSS LeMay et le USSS Hillenkoetter. Habituellement les vaisseaux de la Navy ne comprennent que deux "S" pour signifier "United States Ship", cependant nous avons trois "S", ce qui signifierait "United States Space Ships".Les noms choisis sont également significatifs. Le General Curtis LeMay était un ami du Major Général de l'Air Force à la retraite, Barry Goldwater, également ancien sénateur de l'Arizona.
[image]
Celui-ci croyait à une couverture sur les ovnis organisée au coeur du gouvernement et soupçonnait son ami Le May d'être au courant.Des rumeurs circulaient selon lesquelles des preuves d'ovnis étaient entreposées dans une chambre secrète sur la base Air Force de Wright-Patterson, chambre nommée chambre bleue. Goldwater avait dit plusieurs fois aux médias que lorsqu'il posait la question à son ami, ce dernier, agacé, répondait : " Non seulement tu n'y entreras certainement pas, mais ne m'en parle plus jamais."

L'homonyme du second vaisseau, l'Amiral Roscoe Hillenkoetter fut le premier directeur de la CIA. Il était aussi membre d'une organisation de recherches ufologiques, le NICAP (Comité National d'Investigations des Phénomènes Aériens).

[image]

KIEV EN DIRECT...
LIEN POUR VOIR EN DIRECT

[image]
Kiev à nouveau secouée par des violences meurtrières. Depuis mardi matin, la capitale ukrainienne est le théâtre de nouveaux affrontements entre policiers et manifestants hostiles au président Viktor Ianoukovitch. Les heurts ont fait au moins 26 morts....


[image]

AMERICA UNEARTHED
HORAIRE
[image]

AUTRES VIDEOs


______________________________________________________________________________


THE CURSE OF OAK ISLAND
Infos Supplémentaires
Tous les dimanches a 21 hrs a History Channel


______________________________________________________________________________

ANTOINE GIGAL-" SCIENCES D'ÉGYPTE "
Disponible dans le Club créée-Salle 1312-
[image]
Plus de vingt en terre d'Égypte, Gigal nous propose des réflexions
sur les sciences de l'Égypte ancienne qui inspirent encore aujourd'hui. nos spécialistes.Durée: 70 min.

_____________________________________________________________________________

NEW WORLD ORDER: GEORGIA GUIDESTONE
[image]


REDUIRE L HUMANITE A 500.000.000 D ETRES HUMAINS

Les Georgia Guidestones sont un monument en granit érigé le 22 mars 1980 aux États-Unis, en Géorgie, près d'Elberton. Construit par la firme Elberton Granite Finishing Company sur commande d'un anonyme s'étant présenté sous le nom de R. C. Christian, il est surnommé le « Stonehenge américain »


Constitution et apparence

6 blocs de granit, d'environ 6 m de haut, pour approximativement 110 tonnes, affichent un message en plusieurs langues.

Astronomie

Certaines particularités astronomiques ont été imposées par le constructeur, dans la documentation fournie :
•Un trou dans la pierre horizontale du haut donne la date à midi.
• Aux équinoxes et aux solstices, on peut voir le soleil se lever dans la fente de la colonne centrale.
• Un trou montre l'étoile polaire dans la colonne centrale.


Message

Dix commandements sont gravés sur les deux faces de 4 pierres érigées verticalement. Ils sont écrits en 8 langues différentes : l'anglais, le russe, l'hébreu, l'arabe, l'hindi, le chinois (mandarin), l'espagnol (castillan) et le swahili.


Les dix commandements inscrits étant :

1. Maintenir l’humanité en dessous de 500.000.000 individus en perpétuel équilibre avec la nature

2. Guider la reproduction intelligemment en améliorant la forme physique et la diversité

3. Unir l’humanité avec une nouvelle langue vivante

4. Traiter de la passion, la foi, la tradition et toutes les autres choses avec modération

5. Protéger les personnes et les nations avec des lois et des tribunaux équitables

6. Laisser toutes les nations régler leurs problèmes externes et internes devant un tribunal mondial

7. Éviter les lois et les fonctionnaires inutiles

8. Équilibrer les droits personnels et les devoirs sociaux

9. Primer la vérité, la beauté, l’amour en recherchant l’harmonie avec l’infini

10. Ne pas être un cancer sur la terre, laisser une place à la nature

[image]

LE MYSTERE QUI ENTOURE L'AÉROPORT DE DENVER
LIEN


Rien de plus banale qu'un aéroport, me direz-vous, et bien lorsque l'on voit celui de Denver, dans l'Etat du Colorado, il y a de quoi être un peu surpris. Pour les voyageurs qui prennent le temps de regarder d'un peu près les tableaux qui ornent ses murs, et différentes autres choses, vraiment étranges. (Pour simplifier l'écriture l'aéroport est désigné par les initiales "DIA", pour "Denver International Airport").

AÉROPORT DENVER-FRESQUES MACABRES-1 en FRANÇAIS

AÉROPORT DENVER-FRESQUES MACABRES -2 EN FRANÇAIS

[image]

UN PANEL INTERRESSANT SUR LES ANCIENTS
SITE OFFICIEL
Un bel échange... dans un panel au Concious life expo... qui s'est déroulé en début Février 2014....(Envoyé par Jean-François sur Forum)

[image]

LE MARTIEN DE NOEL
VIDEO
Dix ans avant E.T. l'extraterrestre de S. Spielberg, Le Martien de Noël fait appel aux mêmes qualités d'émerveillement des enfants, à leur ouverture devant l'inconnu, à leur absence de préjugés.
[image]
le Québec n’est pas en reste car en 1971, des années avant que Rock Demers ne produise son premier «Contes pour tous» (La Guerre des Tuques en 1984), il nous offrait, en collaboration avec Roch Carrier, l’excellent conte pour enfant LE MARTIEN DE NOËL réalisé par Bernard Gosselin et mettant en vedette Paul Hébert, Paul Berval, Guy L’Écuyer et Marcel Sabourin dans le rôle du martien.
[image]
Synopsis : Dans le village de Ste-Melanie, pres de Joliette, deux enfants découvrent une soucoupe volante habitée par un mystérieux martien qui devient vite leur ami, avant de retourner chez lui.

Points forts : Ce film est un peu l’ancêtre du E.T. de Spielberg et on y retrouve des similarités étonnantes : dans les deux cas, les enfants sont longtemps les seuls à connaître l'existence du martien et évitent d’en parler aux adultes; dans le film de Spielberg, E.T. bouffait des Reeses’s Pieces, alors qu’ici, le martien bouffe des Smarties et en offre aux enfants jusqu’à ce qu’ils en soient littéralement recouverts (voir l'extrait ci-dessous) ! ... et je trouve que la séquence où un des enfants frotte une allumette géante qui, une fois allumée, la transporte dans le ciel constitue un moment aussi réussi que la séquence de la bicyclette qui s’envole avec les enfants dans E.T. (voir extraits YOUTUBE ci-dessous).


le martien bouffe des Smarties et en offre aux enfants
[image]

Elliott sème des Reese’s Pieces pour attirer l’extraterrestre
[image]

[image]

RENCONTRE D'EXTRATERRESTRES... D'ICI 2040
SOURCE
[image]

Les Terriens pourraient rencontrer leurs homologues d'une autre planète d'ici 2040, selon un éminent chasseur d'extraterrestres, lors d'une élocution le 6 février dans le cadre du symposium de la NASA sur les concepts innovateurs d'avancement (NIAC) à l'Université Stanford.

Cette prédiction a été émise par Seth Shostak, de l'Institut de recherche d'une intelligence extraterrestre (SETI), un programme scientifique partiellement financé par le gouvernement américain et existant depuis les années 1960.

L'hypothèse de Shostak s'appuie sur des statistiques de la NASA selon lesquelles de nombreuses planètes de la Voie lactée remplissent les conditions nécessaires à l'apparition de la vie.

«Un système solaire sur cinq possède une planète où la vie est possible, a expliqué Shostak au site Space.com. Cela signifie qu'il y a potentiellement des dizaines de milliards de planètes semblables à la Terre dans notre galaxie.»

Le SETI poursuit donc ses recherches d'une forme de vie intelligente grâce à des détecteurs d'ondes électromagnétiques pointés vers l'espace. Ces recherches pourraient toutefois être ralenties en raison des problèmes de financement du SETI, selon Shostak.


[image]

L'EXTRATERRESTRE D'EXPO -TERRE DES HOMMES
SOURCE
[image]
La célèbre photographie du "EBE" prise par Christian Robert Page
au pavillon de l'Insolite à "Terre des Hommes", sur les îles de l' EXPO'67 en 1981.
E.B.E. : Entité Biologique Extraterrestre Création de Linda Corriveau, resp. du pavillon.

LIEN
[image]

[image]

LE CONFLIT ISRAELO-PALESTINIEN-TOUT LE MONDE EN PARLE
VIDEO
Rachad Antonius (professeur de sociologie à l'UQAM, spécialiste du Proche-Orient) et Yakov Rabkin (auteur de l'essai Comprendre l'état d'Israël, idéologie, religion et société) sur le conflit israélo-palestinien.
[image]

[image]

COMMUNION-WHITLEY STREIBER'S
LIEN

[image]
Avant sa Rencontre avec les Extraterrestres,sa femme lui dit,on dirait que tu t'en va a ta Premiere Communion,il est Habiller en Noir et avec un Chapeau Noir...

[image]

DES ÉCOLES PAS COMME LES AUTRES
Émission TV5-16 Février 2014-
SOURCE


En théorie, le système scolaire classique vise à offrir les mêmes chances de réussite à tous. Dans les faits, plusieurs élèves ayant des besoins spéciaux n'y trouvent pas leur compte. Et si la voie de la réussite était dans la spécialisation ? Les deux écoles visitées dans cet épisode s'inspirent des progrès de la science pour mettre au point des pédagogies bâties sur mesure. Ça donne parfois de petits miracles !

À Paris, l'École Georges Gusdorf accueille des élèves intellectuellement précoces (EIP). Selon des chercheurs en neuroscience, ces surdoués auraient une architecture cérébrale en arborescence : une seule idée va générer plusieurs embranchements de pensées. Difficile de contrôler ce flux rapide d'information. Cette école offre donc un enseignement flexible axé sur la stimulation. Ici, pas de plan de cours rigide ! La pédagogie évolue au contact des élèves.

De son côté, le New York Child Learning Institute utilise des techniques de modification de comportement (Applied Behavior Analysis) pour aider les jeunes autistes à faire des progrès autant au niveau scolaire que dans les petits gestes de la vie quotidienne. Chaque nouvel apprentissage est découpé en unités mesurables et chaque progrès est renforcé positivement par un éducateur. Le travail est laborieux, mais les résultats impressionnent : la moitié des enfants autistes pris en charge avant l'âge de quatre ans parviennent ensuite à intégrer une scolarité normale.

Considérant leur taux de réussite, verra-t-on naître une multitude d'écoles spécialisées de ce type ? En attendant de voir ce que nous réserve l'avenir, une chose est certaine : avoir le droit d'être particulier et compris dans cette différence, ça aussi ça s'apprend à l'école !

[image]

  5137 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

195973 messages dans 39832 fils de discussion, 1036 utilisateurs enregistrés, 155 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 155 invités)
Temps actuel sur le forum : 06/02/2023, 12:10
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum