Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

COMPLÉMENT SURPRENANT #36 -PARTIE 1-

par gilles surprenant @, samedi 05 septembre 2020, 00:17 (il y a 26 jours) @ Spyrale

[image]
[image]

[image]VIDÉORANDIA #36-CLIQUEZ ICI-[image]

[image]


[image]

[image]
[image]
SOURCE
-La somme des chiffres 1 à 36 donne 666, le chiffre de la Bête de l'Apocalypse.

-Dans l'Apocalypse de Jean se déroulent 36 visions

-Sur un piano, le nombre de touches noires.

-Âge qu'avait Bouddha - Gautama - lorsqu'il se découvrit dans l'une de ses extases

-Mahomet avait 36 ans lorsque fut reconstruite la Kaabah - sanctuaire de La Mecque - qui avait été incendiée en partie. C'est lui qui posa la pierre noire

-Certains astrologues admettent des cycles de 36 ans au bout desquels les diverses influences planétaires se combinent d'une manière semblable.

-Les historiens ont remarqué que certains événements particuliers se sont répétés dans l'histoire par multiple de 36 ans, telles les inondations de Paris en 1658, 1802 et 1910.

-L'astrologie chinoise compte 36 étoiles bénéfiques et 72 étoiles maléfiques, leur somme constitue le chiffre sacré 108.

-C'est le nombre de la Grande Tetraktis - aussi appelé le Grand Quaternaire

-Le jeu de la «roulette» affiche 36 numéros et 37 avec le zéro.

[image]

[image]

2012 - VIDÉORANDIA #36
LIEN INEXISTANT

COMPLÉMENT SURPRENANT
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=59393
_____________________________________________________________________

2013 - VIDÉORANDIA #36
LIEN INEXISTANT

COMPLÉMENT SURPRENANT
http://www.orandia.com/forum/index.php?mode=entry&id=86714
_____________________________________________________________________

2014 - VIDÉORANDIA #36
https://www.youtube.com/watch?v=aszeQbP3qcM


COMPLÉMENT SURPRENANT
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=111016
_____________________________________________________________________

2015 - VIDÉORANDIA #36
https://www.youtube.com/watch?v=ToXP1vJCkjA
https://www.youtube.com/watch?v=8f-4sStWQXM

COMPLÉMENT SURPRENANT
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=127692

______________________________________________________________________


[image]

2016 - VIDÉORANDIA #36
https://www.youtube.com/watch?v=LkRLKv5Ahko&feature=youtu.be

COMPLÉMENT SURPRENANT
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=139122
_____________________________________________________________________


2017 - VIDÉORANDIA #36
https://www.youtube.com/watch?v=zdjqcfYHwI4&list=PLve5T-Pwr95ioX6IrMjbH84O5wVELxOjC

COMPLÉMENT SURPRENANT
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=148574
_____________________________________________________________________

2018 - VIDÉORANDIA #36
https://www.youtube.com/watch?v=uAdq674lGiU&feature=youtu.be

COMPLÉMENT SURPRENANT
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=153480
______________________________________________________________________

2019 - VIDÉORANDIA #36
https://www.youtube.com/watch?v=NPrLxWvhlws&feature=youtu.be

COMPLÉMENT SURPRENANT
http://www.orandia.com/forum/index.php?id=158367

[image]

[image]
[image]Pour vous abonner au Club CRÉÉE (Club de Recherche et d'Études en Ésotérisme Expérimental) formulaire d'abonnement en rouge:
http://www.esoterisme-exp.com/ClubCREEE_pub/CLUBCREEE.php?page=abonnes

Jean de Flor nous propose un tour d'horizon sur les aspects ésotériques de la situation mondiale actuelle. Tout y passe !
À vous de vous situer face à toutes ses informations, réflexions et considérations sociales, politiques, économiques, juridiques...

[image]

[image]

[image]

[image]
https://www.courrierinternational.com/article/avertissement-la-famine-engendree-par-la-...
[image]
Dans un rapport repris par The Daily Telegraph, l’ONG Oxfam tire la sonnette d’alarme quant aux conséquences économiques et sociales de l’épidémie et des confinements, qui pourraient faire basculer les plus pauvres de l’humanité dans la famine.Nos services “Davantage de gens vont mourir de la faim engendrée par la pandémie que du coronavirus lui-même cette année.” L’avertissement, sans appel, a été lancé par l’organisation non-gouvernementale britannique Oxfam dans un rapport repris ce jeudi 9 juillet notamment par The Daily Telegraph.

[image]

Comme le relate le quotidien britannique, “un nombre estimé à 122 millions de personnes parmi les plus pauvres du monde pourraient basculer plus profondément dans la famine et la pauvreté, ce qui équivaudrait à 12 000 morts excédentaires par jour, selon l’ONG”. En comparaison :Cette prévision inquiétante, précise The Daily Telegragh, est liée “aux effets secondaires de la pandémie et des confinements, qui ont provoqué un chômage de masse, une plongée des revenus, des perturbations de la production de nourriture et le déclin de l’aide humanitaire”.De plus, “le rapport révèle les dix pires ‘points chauds’ de la faim dans le monde, notamment l’Afghanistan, la Syrie, le Yémen et le Soudan du Sud. Certains pays à revenu moyen comme l’Inde, l’Afrique du Sud et le Brésil connaissent aussi des hausses rapides de la faim, avec des millions de personnes au bord du précipice.”

[image]
https://www.monde-diplomatique.fr/mav/142/A/53401

[image]

[image]
[image]
[image]
La Banque du Canada maintiendra probablement les taux d’intérêt à un niveau faible sur le long terme, selon Services Économiques TD.La banque centrale canadienne suivrait ainsi la position de la Réserve fédérale américaine (Fed), précise Investment Executive.La Fed a décidé d’accorder davantage d’attention à l’emploi, et d’être plus flexible envers l’inflation, observe Services Économiques TD. La Réserve fédérale est désormais prête à être davantage patiente pour atteindre ses objectifs d’emploi et d’inflation.La Banque du Canada semble suivre le même chemin, en tolérant une inflation plus élevée si nécessaire. En 2021, la banque centrale et le gouvernement fédéral renouvelleront leur accord sur l’objectif d’inflation. On saura alors si cette tolérance se matérialise.Mais la perspective de faibles taux d’intérêt à long terme ne réjouit pas tout le monde.La dette par habitant a grimpé en flèche depuis 30 ans et, progressivement, les marchés du monde entier sont devenus dépendants des faibles taux d’intérêt, relève le Financial Post.Mais compte tenu de la situation économique actuelle, les enfants des baby-boomers et les Y vont se retrouver à devoir payer la dette tout en ayant davantage de difficultés à obtenir un bon emploi, une éducation à bon marché, une résidence abordable et tous les avantages dont les baby-boomers ont bénéficié grâce à l’endettement.Depuis le début de la pandémie de COVID-19, les banques centrales et les gouvernements font tout ce qu’ils peuvent pour éviter de perturber les marchés financiers. Cela passe par le maintien de bas taux d’intérêt et par des efforts budgétaires historiques. Dans le passé, les banques centrales et les gouvernements lissaient les cycles économiques : aujourd’hui, ils les bloquent.
On évite ainsi les sacrifices… Personne ne doit croire que cela se terminera bien, avance le Financial Post. Et plus les taux d’intérêt seront maintenus bas artificiellement, plus la facture sera salée pour les jeunes générations.

https://www.conseiller.ca/nouvelles/economie/les-faibles-taux-sont-la-pour-longtemps/

[image]
https://www.moneytalkgo.com/fr/video/changement-de-politique-de-la-fed-taux-faibles-plu...


[image]

[image]
-VIDÉO CLIQUEZ ICI
[image]
[image]
Depuis quelques semaines, le nombre de cas de Covid-19 grimpe en flèche à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône qui devient le territoire le plus touché par la nouvelle vague épidémique dans le pays. Pour tenter d’expliquer cette situation, le professeur Didier Raoult a publié une nouvelle vidéo mardi 24 août sur youtube en présentant les chiffres de l’IHU Méditerranée.Premier constat, la recrudescence des contaminations se confirme dans ses données avec un passage de 20 nouveaux cas par jour fin juillet à près de 150 autour du 15 août. Mais comme à son habitude, l’infectiologue reste prudent quant à la gravité de la crise : « On verra si cette augmentation du nombre de cas continue », tempère-t-il.
[image]

[image]
https://www.mediterranee-infection.com/
Ensuite, Didier Raoult explique que la nouvelle forme de la maladie observée tue moins que pendant l’épisode précédent : « La mortalité est pour l’instant beaucoup plus basse. Elle est dix fois plus basse que ce que l’on avait observé avant », affirme-t-il. Pour l’heure, l’IHU n’enregistre qu’un faible taux d’hospitalisation des malades. Il n’est que de 11% cet été contre 18% au printemps dernier. Autant d’éléments qui laissent à penser au professeur que « la nouvelle forme observée est pour l’instant beaucoup plus bénigne ».
https://gomet.net/pour-didier-raoult-la-nouvelle-vague-de-covid-19-est-beaucoup-plus-be...

[image]
https://amomama.fr/206327-le-professeur-didier-raoult-parle-de-la.html
[image]
Les gens interprètent ce qu'ils voient et se font des illusions. La réalité est plus complexe" souligne Didier Raoult. L'occasion d'évoquer son propre look qui fait tant jaser, et notamment cette bague en forme de tête de mort qu'il arbore à son auriculaire droit. "Ce n'est pas une bague de rockeur mais un "Memento mori", le "souviens-toi que tu vas mourir" des Romains. Je suis très influencé par leur culture qui souvent incite à se méfier du triomphe. Les querelles on en sort. Le succès est bien plus dangereux" philosophe le professeur.

[image]

[image]
-VIDÉO CLIQUEZ ICI
[image]
En pleine épidémie de Covid-19, la police australienne a-t-elle fait preuve d’une sévérité excessive à l’égard de citoyens qui ne portent pas de masque dans l'espace public ?C’est ce que laisse penser une vidéo visionnée plus de 125.000 fois sur Facebook, montrant un homme menotté, encerclé par de nombreux policiers, qui lui font enfiler un masque sous les yeux d’une autre femme mise de côté par les forces de l’ordre.Ce jour-là, plusieurs manifestants anti-masques s’étaient rassemblés devant le sanctuaire du souvenir de Melbourne, un bâtiment dédié aux Australiens morts pendant la guerre, en pleine période de confinement pour lutter contre le Covid-19.Comme le rapportait The Australian, le 30 juillet, le Premier ministre de l’Etat de Victoria, Daniel Andrews, avait tenté de dissuader les habitants de Melbourne de se rendre à cet événement : « Mon message pour les personnes qui souhaitent se rendre à cette manifestation ou à n’importe quel rassemblement de ce genre est très clair : n’y allez pas. La seule chose contre laquelle nous devrions protester, c’est ce virus. Rester chez soi, ça veut vraiment dire rester chez toi. [Ce rassemblement] ne fait pas partie des raisons légales permettant de quitter votre foyer. »
[image]
Il avait en outre bien précisé que les contrevenants s’exposaient à des sanctions légales, certains d’entre eux ayant effectivement reçu une amende de 1.652 dollars. L’important dispositif policier établi dans cette zone visait à empêcher la tenue de cet événement, qui a rassemblé une trentaine de manifestants.Un reportage réalisé par la même chaîne de télévision montre par ailleurs l’homme menotté de la vidéo virale emmené dans une fourgonnette de police, peu après que la femme présente à ses côtés ait affirmé qu’ils étaient simplement sur place pour « faire du sport ».Si les images virales diffusées sur Facebook laissent penser à tort à une arrestation arbitraire, la police de Melbourne est en revanche sous le feu des critiques depuis la diffusion, il y a quelques jours, d’une vidéo montrant un policier étrangler une femme dans la rue, au cours d’un contrôle d’identité pour non-port du masque.
https://www.20minutes.fr/societe/2839931-20200814-dispositif-policier-disproportionne-c...

https://fr.sputniknews.com/societe/202008111044240228-tu-metouffes-larrestation-musclee...

[image]

[image]
-VIDÉO CLIQUEZ ICI

[image]

[image]
-SOURCE
[image]
ÉNORMES Breaking News mardi soir du grand état de l'Idaho!
Aujourd’hui, les législateurs de l’Idaho ont voté en faveur d’une résolution mettant fin à la déclaration d’urgence sur le coronavirus du gouverneur de l’Idaho, Brad Little.L’Idaho est maintenant le premier État où ses électeurs ont voté pour supprimer les réglementations sur les coronavirus imposées par leur gouverneur de manière écrasante.La résolution lève efficacement toutes les restrictions à travers l'État. Les législateurs ont voté et adopté la résolution 48-20 au cours d'une session extraordinaire que le gouverneur a convoquée pour traiter des lois sur la responsabilité et des questions de vote par correspondance.La résolution est maintenant soumise au Sénat et si elle adopte la déclaration d’urgence du gouverneur, qu’il a mise en place en mars, est terminée.


[image]

[image]
Le "Mat" ou Le "Fou" ou Le "Fol" est une des seules cartes sans numéro dans la plupart des variantes du Tarot dit "de Marseille" ; habituellement classé comme faisant partie de la série des atouts, il est le seul atout non numéroté (aussi appelé "l'arcane sans chiffre"),Certain considère le FOU pour être la première lame du Tarot en tant que « 0 », d’autres affirment qu’elle est la 22ème lame du jeu, les kabbalistes quant à eux, estiment qu’elle est la 21ème lame, parce que le "shin" est la 21ème lettre de l’alphabet hébreux...LE FOU a donné naissance au joker de nos jeux de cartes, celui que l’on place lorsque la situation est difficile ou désespérée ou qui fait prendre au jeu une tournure inattendue et que l’on souhaite chanceuse.Le Fou symbolise : l’irresponsabilité, l’inconscience, la passivité, l’irrationalité, la déraison.
[image]
Le Fou est un personnage obéissant à ses pulsions irrationnelles. Il porte un vêtement multicolore et un béret à grelot. Le béret est le couvre-chef des bouffons à la cour. Il a également un baluchon rempli de trésors inconsistants.On peut apercevoir un animal sauvage, un chien ou un loup, qui le mord et le pousse vers l’inéluctable. L’animal sauvage représente la lucidité et le remord.

_____________________________________________________________________________

[image]
[image]
Au commencement, le clown est cette figure carnavalesque du "renversement" – Le clown représente traditionnellement la figure du roi assassiné, il est l'inversion de cette même figure royale et des valeurs qui y sont attachées. Alors que le roi représente la rationalité, l'autorité décisionnaire et la souveraineté, le clown s'incarne dans la folie, le ridicule et l'irrévérence. Vêtements, attitudes et paroles sont là pour rééquilibrer les deux pôles d'un même paradigme : celui du pouvoir.Le clown, avec son nez rouge, représente l'ivresse, l'excès et la folie. D'ailleurs, il est l'héritier des bouffons et des jongleurs qui distrayaient les seigneurs du Moyen Age. En effet, comme ces derniers, le clown est un comique itinérant, qui va de village en village pour distraire les gens.Ainsi, à l'instar du bouffon, le clown évoque l'image inversée du roi, c'est-à-dire que le ridicule prend la place de la majesté, la faiblesse prend la place de la force, et le rire, celle de la sévérité.Par ailleurs, Shakespeare utilisait souvent les bouffons pour dénoncer la folle prétention à détenir le monopole du bon jugement, que ce soit chez les hommes du peuple ou les grands de ce monde.

____________________________________________________________________________

[image]

[image]

[image]
-SOURCE
[image]
Le 30 novembre 2001, Jim O’Neill, économiste britannique de Goldman Sachs, publiait l’article fameux qui inventait l’acronyme des « Bric » et symbolisait le dépassement inéluctable des pays développés par les pays émergents. La démographie plus forte que l’économie : Brésil, Russie, Inde, Chine et leurs 3 milliards d’habitants allaient submerger les vieilles nations, l’Europe, le Japon et l’Amérique du nord. En 2011, l’Afrique du Sud entrait dans le groupe qui devenait les « Brics ». En 2015, Jim O’Neill était fait pair à vie avec un siège à la chambre des Lords, la perruque et le titre de baron. Consécration old school la plus enviable de la planète.

Septembre 2020, les Brics sont cassées. La croissance va tomber cette année à + 1% en Chine, l’Inde sera en récession de - 4,5%, la Russie de - 6,6%, l’Afrique du sud de - 8%, le Brésil de - 9,1%, selon le FMI. Le Covid est évidemment le responsable, personne n’échappe à la crise la plus forte enregistrée depuis la Guerre. Les pays riches souffrent d’ailleurs encore plus fortement : - 8% aux Etats-Unis, - 10% en Europe. Mais la pandémie fera date, elle éclaire un tournant plus général : les décennies à venir ne semblent plus aussi prédictibles qu’en 2001, les perspectives des Brics se sont assombries, leur belle époque est terminée.

_______________________________________________________________________________

[image]
-VIDÉO CLIQUEZ ICI
[image]
Avant l'ajout de l'Afrique du Sud en 2011, le groupe était appelé BRIC, terme initial inventé en 2001 et qui a conduit à l'organisation des premiers sommets à quatre pays en 2009. Rarement utilisés, les équivalents français de cet acronyme - après l'adhésion de l'Afrique du Sud - sont ABRIC (Afrique du Sud, Brésil, Russie, Inde et Chine1), BRASIC ou encore BRICA.

L'acronyme BRICSAM (en anglais : Brazil, Russia, India, China, South Africa, Mexico) est également utilisé pour y adjoindre le Mexique, sans qu'il ne soit membre du groupe.Parmi les cinq pays composant les BRICS, la Chine, l'Inde et le Brésil sont considérés comme les grandes puissances émergentes actuelles. La Russie est une puissance en voie de restauration. Quant à l'Afrique du Sud, il s'agit encore davantage d'une puissance régionale. En 2015, les BRICS sont respectivement les neuvième, douzième, septième, deuxième et trente-troisième puissances mondiales (au sens du PIB nominal)3 et septième, sixième, troisième, deuxième et vingt-cinquième en parité de pouvoir d'achat. En dix ans, leur place dans l'économie mondiale a ainsi fortement progressé : 16 % du PIB mondial en 2001, elle atteint 27 % en 2011 et pourrait atteindre, selon certaines projections, 40 % en 2025.
[image]
Les pays développés produisent aujourd'hui moins de la moitié de la richesse mondiale à la suite de la poussée économique des grands pays émergents (dont les principaux : Brésil, Chine, Inde, Russie) mais aussi de celle d'autres pays en développement (dont l'Afrique du Sud). En 2011, le PIB nominal cumulé des BRICS s'élevait à 11 221 milliards pour une population totale de près de 3 milliards d’habitants (soit 40 % de la population mondiale). En 2014, les BRICS affichaient un PIB nominal cumulé de plus de 14 000 milliards de dollars,soit pratiquement autant que celui des 28 pays de l'Union européenne réunis (18 874) et proche de celui des États-Unis (17 528).Les BRIC sont des pays à forte croissance, dont, au début du XXIe siècle, le poids dans l’économie mondiale augmente. Ce terme est apparu pour la première fois en 2001 dans une note de Jim O'Neill, économiste de la banque d'investissement Goldman Sachs, et a été repris en 2003 dans un rapport publié par deux économistes de la même banque. Ce rapport tendait à montrer que l’économie des pays du groupe BRIC allait rapidement se développer ; le PIB total des BRIC devrait égaler en 2040 celui du G6 (les États-Unis, l’Allemagne, le Japon, la France, le Royaume-Uni et l’Italie).
[image]
Regroupés, les BRIC pourraient faire contrepoids au G8 (dont la Russie fait pourtant déjà partie). »

« Les arguments soutenant cette étude sont que ces économies ont adopté l’économie de marché, et ont engagé les réformes leur permettant de s'intégrer dans l’économie mondiale, notamment l’éducation, les Investissements directs à l'étranger (IDE), la création d'entreprise. »

[image]

[image]
-SOURCE
[image]
Le gouvernement Legault abandonne son controversé projet de loi 61 sur la relance économique, qu’il n’avait pas été capable d’adopter au printemps faute d’avoir un accord avec les partis d’opposition. Québec déposera toutefois cet automne un nouveau projet de loi qui aura les mêmes objectifs.La présidente du Conseil du trésor, Sonia Lebel, en a d’abord fait l’annonce à TVA. L’information a ensuite été confirmée par son cabinet à La Presse.Mme Lebel déposera donc un nouveau projet de loi à la rentrée parlementaire afin d’accélérer certains chantiers (écoles, hôpitaux, travaux routiers, etc.) pour relancer l'économie du Québec, qui vit les contrecoups de la pandémie de COVID-19.Le projet de loi 61, qui avait ces mêmes objectifs, avait toutefois été vivement critiqué au printemps dernier par les partis d’opposition. On lui reprochait au départ d’accorder trop de pouvoirs au gouvernement, notamment en lui permettant de contourner la Loi sur les contrats publics. En commission parlementaire, le projet de loi 61 avait aussi été critiqué par plusieurs organismes, dont le Vérificateur général, le Bureau de l’inspecteur général de Montréal et le comité de suivi des recommandations de la commission Charbonneau.En juin, Québec avait effectué plusieurs amendements dans l’espoir d’avoir l’accord des partis d’opposition pour lui permettre de le faire passer au vote. La session parlementaire s’était toutefois terminée sans qu’il y parvienne.

[image]
https://www.narcity.com/nouvelles/ca/qc/loi-61-une-ptition-de-200-000-signatures-sera-p...

[image]
https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-8457/index.html

[image]

[image]

[image]
-VIDÉO CLIQUEZ ICI
En octobre 2007, le quotidien Le Figaro décrit en ces termes le miracle islandais: « Avec un produit intérieur brut de 40 000 euros par habitant, les Islandais jouissent, selon l'ONU, du niveau de vie le plus élevé au monde, juste après les Norvégiens. » « Le chômage est inexistant, la dette minime, et, ces dix dernières années, l'économie s'est accrue de 4,5 % par an en moyenne. ».
[image]
L’explication de cette anomalie, c’est que le secteur bancaire de l'Islande a connu dans les années 2000 une croissance sans précédent avec un volume passant de 100 % du PIB à plus de 1 000 % en 2003. Les actifs consolidés des banques représentaient 880 % du PIB islandais à la fin de 2007. Les banques locales se lancent dans une politique d'endettement avec effet de levier massif et spéculent sur des actifs de plus en plus risqués.

Quand la crise intervient, les 3 principales banques islandaises ont un endettement de près de 100 milliards de dollars, essentiellement auprès du système bancaire européen. Progressivement, elles auront de plus en plus de mal à se refinancer en devises. La taille gigantesque de leur passif eu égard au PIB du pays, empêche la banque centrale islandaise de pouvoir garantir le paiement de ces dettes. Finalement ces banques sont obligées de déposer le bilan, et elles seront ensuite nationalisées.

[image]

L’impact sur l’économie du pays est immense. La couronne islandaise est dévaluée de 50% en octobre 2008. Des milliers de salariés des banques sont licenciés, et par contrecoup, les autres entreprises perdent une bonne partie de leur activité et licencient à leur tour.Des manifestations ont lieu régulièrement devant le parlement pour exiger la démission du gouvernement et du directeur de la banque centrale.
[image]
En 5 ans, l’Islande a condamné 26 banquiers à une peine cumulée de 74 ans de prison.L’Islande va condamner le 9ème banquier reconnu coupable de manipulation du marché qui a contribué à causer le crash de 2008.

L’Islande a différé du reste de l’Europe et des États-Unis en permettant que des banquiers soient poursuivis comme des criminels.Islande a considéré neuf banquiers coupables de crimes liés à la crise économique en 2008.
La Cour suprême à Reykjavik a rendu des verdicts de culpabilité pour tous les neuf accusés dans l’affaire de manipulation du marché de Kaupthing Bank, l’une des plus grosses affaires de ce genre dans l’histoire de l’Islande.

-VIDÉO CLIQUEZ ICI

[image]

[image]
SOURCE-CLIQUEZ ICI-
[image]
S’il y a des documentaires qu’il faut absolument voir sur l’économie, c’est bien la trilogie “l’argent-dette” réalisée par l’artiste-peintre Paul Grignon.
[image]
C’est le type de documentaire qui vous ouvre les portes de la compréhension, face à un sujet qui parait bien souvent très obscur, voir inaccessible. Bien souvent, les questions telles que : d’où vient l’argent ? Comment et qui le créé ? Qu’est ce que la dette ? Obtiennent des réponses flous, des explications compliquées. Il suffit de demander à un de nos proches comment est créé l’argent pour nous apercevoir du vide de connaissance dans lequel beaucoup d’entre nous baignent, alors qu’il s’agit d’un sujet d’une importance cruciale.

Rares sont ceux qui osent critiquer l’économie monétaire en elle même. Elle est aujourd’hui devenue un sujet sacré. Impossible donc, pour nous simples humains, de remettre en cause un système pensé et mit en place par une intelligence supérieure à la notre. Qui sommes-nous pour contester ce système fonctionnant si bien ?
[image]
Sauf qu’il s’agit d’un système conçu par des humains et comme tout système humain, il doit être critiquable. Mais pour le critiquer, il faut commencer par en connaitre le fonctionnement, voilà un bon début.

Voici donc pour toi, oui toi, néophyte de la création monétaire ou toi, qui veut simplement revoir tes classiques, trois documentaires qui t’aideront à la compréhension du système économique.

[image]
L'ARGENT DETTE I-CLIQUEZ ICI-

[image]
L'ARGENT DETTE II-CLIQUEZ ICI-

[image]
L'ARGENT DETTE III-CLIQUEZ ICI-
______________________________________________________________________________

[image]
L'Anagramme de Argent de l'État donne Gérant la dette
[image]

SOURCE


[image]
« L'État, c'est moi » est une formule attribuée à Louis XIV et qu'il aurait prononcée le 13 avril 1655 devant les parlementaires parisiens1. Elle est censée rappeler la primauté de l'autorité royale dans un contexte de défiance avec le Parlement, qui conteste des édits pris en lit de justice le 20 mars 16552. Néanmoins, des historiens contestent que cette phrase, qui n'apparaît pas dans les registres du parlement, ait réellement été prononcée par Louis XIV.

[image]
.Compte rendu du XIe Congrès du parti communiste, 27 mars 1922
Citations de Lénine.

L’État est à la fois une réalité historique et une construction théorique, ce qui explique la difficulté de le définir de manière pleinement satisfaisante.En 1921 ,le juriste Carré de Malberg le définit comme une "communauté d’hommes, fixée sur un territoire propre et possédant une organisation d’où résulte pour le groupe envisagé dans ses rapports avec ses membres une puissance suprême d’action, de commandement et de coercition". Il souligne ainsi la double acception de la notion d’État, qui correspond à un mode d’organisation sociale territorialement défini et à un ensemble d’institutions caractérisées par la détention du monopole de l’édiction de la règle de droit et de l’emploi de la force publique.Le terme d’État s’est imposé relativement tardivement. Il correspond à la koinonia politike grecque (que l’on peut également traduire par société civile) ou à la res publica romaine (la chose publique), ou, plus clairement, au stato utilisé par Machiavel pour désigner les cités-États d’Italie. Machiavel (1469-1527) définit l’État comme le pouvoir central souverain, et détache l’action politique des considérations morales et religieuses. En français, il apparaît sous l’Ancien Régime, mais il désigne alors plutôt la situation de la personne dans la société et, au-delà, la condition politique et sociale de certains groupes (le clergé, la noblesse, le tiers état) : cette étymologie commune découle du latin stare et renvoie à la notion de stabilité, de permanence.Mais dans les sociétés contemporaines, l’action de l’État ne se limite plus aux seules fonctions liées à l’exercice de la souveraineté. Son champ d’intervention s’est étendu à de nombreux domaines où existe un intérêt général qui ne peut être satisfait par la seule action des particuliers (ex : éducation, santé, culture, recherche...).

Parallèlement, la fonction redistributrice de la fiscalité s’est imposée. Cette émergence de "l’État-providence" marque une véritable mutation de l’État : cadre institutionnel de l’exercice du pouvoir, il est également devenu un élément de cohésion sociale et un garant de l’égalité entre les individus qui le composent.

Dans la période récente, l’État est confronté au phénomène de la mondialisation : le développement des firmes dites "multinationales", les nouveaux moyens de communication (internet), l’émergence de modes d’action politique extérieurs aux États (organisations non gouvernementales), le rôle des religions, des organisations internationales soulèvent ainsi de nombreuses questions sur l’avenir de l’État, dont il n’est pas certain qu’il demeure aussi étroitement lié au cadre national.

[image]

[image]
Pourquoi les Canadiens permettent-ils aux banques privées de profiter de la dette publique alors que juridiquement, la Banque du Canada se doit de garantir des prêts sans intérêt.Entre 1939 et 1974, le gouvernement empruntait en effet à sa banque centrale. Ce qui, en fait, rendait sa dette dépourvue d'intérêt, dès lors que le gouvernement possédait la banque et en percevait les intérêts. La dette fédéral restait à un niveau peu élevé, n'évoluait quasiment pas et était parfaitement supportable durant ces années (voir graphique plus bas).
[image]
Depuis 1974, la Banque du Canada et les politiques financières et monétaires du Canada ont été dictées par des banques privées étrangères et des intérêts financiers menés par la BRI, le Forum pour la Stabilité Financière (FSF) et le Fond Monétaire International (FMI), outrepassant la souverainité du Canada représentée par son parlement.Pour un État, le droit d’emprunter sans intérêt c’est le droit de battre monnaie. Quand ce sont les banques privées qui fabriquent l’argent, au lieu que ce soit l’État, cela revient à une privatisation de l’argent. Et les propriétaires des banques font du fric sur le dos des citoyens grâce aux intérêts.


______________________________________________________________________________

[image]
COINCIDENCES LINCOLN /KENNEDY
[image]
« Le gouvernement devrait créer, émettre et favoriser la circulation des monnaies et des crédits nécessaires à la satisfaction du besoin de dépense du gouvernement et du besoin d’achat des consommateurs. L’adoption de ces principes doit permettre aux contribuables d’économiser le paiement d’un gros volume d’intérêts. L’argent cessera de gouverner et se mettra au service de l’humanité. » -(Abraham Lincoln, ancien président des Etats-Unis, mort assassiné)-
-
-
le Président Abraham Lincoln en 1865 et JFK ont voulu imprimer l'argent américain pour les personnes américaines, ainsi il s'opposait au contrôle de la création d’argent alors JFK déclara une guerre contre la création d'argent par une l'élite étrangère non américaine . Cet ordre exécutif 11110.

[image]
pour financer la guerre, Lincoln s'adressa au Secretaire du Trésor, Solomon P. Chase, qui lui proposa des prêts à un interêt de 36 pour cent . Il refusa et sollicita les conseils de son ami, le colonel Dick Taylor. Celui-ci lui répondit "Faites voter par le congrès un acte autorisant l'émission légal du trésor, payez vos soldats avec eux et allez à gagner la guerre."

Peu de temps avant sa mort, Lincoln déclarait : "la Puissance Monetaire saccage la nation pendant les temps de la paix et complote contre elle pendant les temps de l'adversité. La Puissance Monetaire est plus despotique qu'une monarchie, plus insolente d'une autocratie et plus égoiste qu'une bureaucratie."

[image]
Après l'assassinat de Lincoln, le Congrès abolit la loi des "Greenbacks" et la remplaça par le National Bank Act. Ensuite les banques américaines émirent de nouveau les billets moyennant un interêt et la loi stipula que les "Greenbacks" devaient être rétirés de la circulation aussitôt leur retour à la Tresorerie en paiement des impôts.


Le 4 juin 1963, il a signé l’acte exécutif numéro 111 110, abrogeant ainsi l’acte exécutif 10289, remettant la production de billets de banque dans les mains de l’Etat et privant en grande partie de son pouvoir le cartel des banques privées.
Après que quelque 4 milliards de dollars en petites coupures nommées «United States Notes» eurent déjà été mises en circulation et alors que l’imprimerie de l’Etat s’apprêtait à livrer des coupures plus importantes, Kennedy a été assassiné le 22 novembre 1963, soit 100 ans après Lincoln, par un tireur isolé abattu lui-même lors de sa fuite.
Son successeur s’appelait Lyndon B. Johnson. Lui aussi a suspendu l’impression de billets pour des raisons inexplicables. Les douze banques fédérales de réserve ont retiré immédiatement les billets Kennedy de la circulation et les ont échangés contre leurs propres reconnaissances de dette.
Grâce à son monopole de production illimitée d’argent, le cartel bancaire du Système fédéral de réserve dispose d’une énorme machine à fabriquer de l’argent, qui lui permet de gagner énormément.Voici des exemples de la somme de 2 dollars et 5 millions de libellés "bons Kennedy" (aussi connu comme "bons Sceau rouge»). Notez la date 1963 et les mots "États-Unis Note" en haut de la fameuse «Federal Reserve Note" libellé.

[image]
Voici un des fameux billets émis en 1963 par J.F.KENNEDY, remarquez bien en haut : c’est bel et bien émis par UNITED STATE NOTE et non pas par la FEDERAL RESERVE NOTE !
Kennedy et les Banksters-CLIQUEZ ICI-

[image]

[image]
[image]
En l’espace de 4 mois, en 2019, quatre agriculteurs de l’Outaouais se sont enlevé la vie.Surprenant ? Non lorsqu’on sait que la détresse psychologique fait partie de la réalité des gens qui mettent nos aliments sur la table.Selon une enquête réalisée en 2006, 51 % des producteurs agricoles vivent un niveau élevé de détresse psychologique. Beaucoup plus que dans la population en général où ce pourcentage tourne autour de 20 %.Ça tient à quoi ? À la pression énorme de ce métier, aux risques financiers, aux caprices de Dame nature, au peu d’occasions de répit. Les producteurs laitiers qui font la traite deux fois par jour, parfois trois, ont des horaires exigeants. Certains n’ont pris qu’une dizaine de journées de vacances en 45 ans de métier…Selon l’Organisation mondiale de la Santé, les agriculteurs exercent un des métiers les plus à risque de suicide.Avec la crise du coronavirus, les agriculteurs risquent de devoir jongler avec d’autres problèmes qui ne vont pas améliorer leur situation déjà précaire.
[image]
En fin de 2018,Le taux de suicide, dans cette profession, serait deux fois plus élevé que celui de la population générale.Une enquête nationale au Canada a permis de recueillir des données auprès de 1100 agriculteurs de tous les secteurs. L’étude a révélé que les exploitants agricoles sont exposés à des niveaux de stress, d’anxiété et de dépression plus élevés que ceux de la population générale.Environ 45 % des agriculteurs interrogés étaient très stressés; 58 % et 35 % présentaient des symptômes d’anxiété et de dépression.


La détresse au bout du rang: un documentaire de Stéphane Gendron sur la détresse psychologique des agriculteurs
https://www.coupdoeil.info/2020/09/02/la-detresse-au-bout-du-rang-un-documentaire-de-st...

-BANDE-ANNONCE
[image]

-SITE WEB

-FACEBOOK

[image]

[image]
-VIDÉO CLIQUEZ ICI
[image]
En Australie, une jeune mère de famille enceinte a été interpellée et menottée par les forces de l'ordre à son domicile, devant ses deux enfants. Il lui est notamment reproché d'avoir appelé à manifester contre les restrictions sanitaires liées à la crise sanitaire.Ce sont des images chocs qui ont été diffusées en direct sur la toile en Australie. Dans l'État de Victoria, une femme enceinte et mère de deux enfants a été interpellée à son domicile. Il lui a notamment été reproché d'avoir organisé une manifestation contre les mesures de restriction qui ont été mises en place par les autorités australiennes pour endiguer l'épidémie de coronavirus.Sur les images de son arrestation, diffusées en direct sur le réseau social Facebook, la mère de famille, Zoe Buhler, alors en pyjama, s'interroge en voyant arriver les agents de police : "Excusez-moi, incitation pour quoi ? Qu’est-ce que… qu’est-ce que c’est que ça ?", s'exclame-t-elle. Et l'Australienne de déclarer : "J’ai une échographie dans une heure", avant finalement de fondre en larmes.La mère de famille s'était exprimée dans plusieurs médias australiens, indiquant avoir relayé et organisé des manifestations dans l'État de Victoria, pour protester contre la mise en place de normes sanitaires pour faire face au Covid-19. Zoe Buhler a également déclaré qu'elle n'était pas au courant que ce type d'événement était prohibé dans l'État australien. En pratique, le pays tout entier a adopté des mesures visant à interdire toute manifestation qui pointerait du doigt les normes sanitaires mises en place dans le pays. L'association Amnesty International s'est notamment emparée du sujet, expliquant que les forces de police étaient coupables d'abus de pouvoir. L’organisation de défense des droits, Liberty Victoria, a de son côté dénoncé une "arrestation inquiétante".
https://www.aubedigitale.com/australie-une-femme-enceinte-arretee-chez-elle-a-cause-dun...

[image]

[image]
-VIDÉO CLIQUEZ ICI
[image]
La république désigne un mode de gouvernement dans lequel le pouvoir est exercé par des personnes élues. Une république est typiquement antonyme d'une monarchie héréditaire, mais n'est pas toujours synonyme de démocratie.
[image]
Au plan constitutionnel,il s'agit d'un pays dans lequel la fonction de chef d'État n'est pas héréditaire. C'est un président élu, nommé ou désigné qui assume la fonction de chef d'État. Une république s'oppose à un royaume (ou monarchie) où l'on trouve un roi ou une reine qui assume le pouvoir par une filiation familiale. Généralement, une république est dotée d'un régime institutionnel présidentiel ou semi-présidentiel.Historiquement, le terme «République» est d'abord utilisé dans la Rome antique, puis dans certaines sociétés où le pouvoir n'est pas assumé par une famille royale (Venise).Une république n'est pas nécessairement démocratique puisque le président peut être désigné autoritairement (exemples : les dictatures d'Amérique latine [années 1980], l'Union des républiques socialistes soviétiques [1922-1991]). Quel que soit le mode d'accès effectif des dirigeants au pouvoir, une république repose généralement sur une prétention de représenter ou d'incarner le corps social. On peut considérer que le terme «République» possède également un sens normatif, lié à un jugement de valeur sur les possibilités du peuple d'exercer la souveraineté.Étymologiquement, le terme vient du latin: res (chose) et publica (public). La république est en 2020 la forme de régime politique la plus répandue : sur 197 pays, 151 sont des républiques.Le concept provient de la Grèce antique, où l’exercice du vote était bien sûr réservé aux hommes grecs et relativement prospères (par opposition aux femmes, aux esclaves, aux pauvres, aux étrangers, etc.) L’idée s’est, bien plus tard, concrétisée en France, puis – ironiquement, grâce à Bonaparte et à ses campagnes – répandue à travers l’Europe pour rejoindre aujourd’hui près des trois quarts des pays dans le monde.En regard du paysage actuel, on pourrait dire que la forme républicaine est sujette à de multiples interprétations au sein desquelles les concepts d’égalité et de liberté relèvent de l’utopie.

[image]
[image]
La République est le livre le plus célèbre et le plus influent de la philosophie de Platon. Mais en soi, la République n’existe pas, ni en théorie ni en pratique à son époque. Elle est donc inventée, construite par l’architecte Socrate. Mais le thème majeur de ce dialogue est celui de la justice ou : comment organiser la cité ?

Le livre est organisé en 10 livres distincts, durant lesquels Platon présente les différents aspects de sa cité idéale, de la place des philosophes dans la cité à la conception de la subjectivité en passant par l’éducation des enfants.La République est sans conteste le dialogue majeur de Platon, dans la mesure où l’étendue des thèses exposées est prodigieuse. La Cité Idéale, fondée sur la justice, inspirera l’ensemble de la philosophie politique après Platon.

Résumé des 10 Livres:
https://la-philosophie.com/la-republique-platon

PLATON avait prédit l'élection de TRUMP !
https://www.youtube.com/watch?v=HrMlF8yyF74


[image]
-VIDÉO CLIQUEZ ICI
réalisée par Ricardo Trogi La Maison-Bleue, une « pure comédie » qui nous plonge dans la garde rapprochée — assez dysfonctionnelle — du quatrième président de la République du Québec.La quoi ? C’est que les 10 épisodes de La Maison-Bleue, se déroulent dans un monde parallèle et farfelu où les Québécois ont voté en faveur de l’indépendance lors du référendum de 1995 — à 50,2 %.Vingt-cinq ans après sa séparation acrimonieuse du Canada, la nation est toujours coincée dans un débat identitaire : est-ce que le Québec devrait retourner au sein du Canada?
[image]
____________________________________________________________________________

[image]
-SOURCE
La République galactique (Galactic Republic en version originale), ou simplement désignée comme la République est un régime politique fictif apparaissant dans le monde fantastique de Star Wars prédominant la galaxie durant un millénaire environ, s'achevant 19 ans avant la bataille de Yavin (considérée comme le principal point de repère temporel de l'univers), date à laquelle son Chancelier Suprême proclame l'Empire galactique. Après la disparition de ce dernier, un nouveau régime républicain voit le jour, la Nouvelle République.Pour concevoir la République galactique, George Lucas, qui a écrit l'histoire de presque toute la saga Star Wars, a repris des éléments historiques réels comme le règne de la République romaine antique ou la montée au pouvoir d'Adolf Hitler. Il a par ailleurs été inspiré par des éléments culturels tels que les coiffures des impératrices chinoises ou le courant artistique de la néo-Renaissance. Il les a ensuite retranscrits dans les films qu'il a réalisés ou scénarisés.
[image]
La République Galactique, également appelée Haute République au moment de son apogée, Ancienne République après sa réorganisation dans l'Empire Galactique ou plus généralement République, était un régime fédéral démocratique parlementaire regroupant la quasi-totalité des systèmes stellaires de la Galaxie.Se basant sur une constitution universelle, la République était représentée par un Sénat Galactique possédant le pouvoir législatif et était dirigée par un Chancelier Suprême possédant le pouvoir exécutif. La branche judiciaire était quant à elle indépendante et sous la tutelle du Département Judiciaire et de la Cour Suprême de la République.La capitale fédérale de la République était la planète-ville de Coruscant qui, par son multiculturalisme exceptionnel et sa position centrale au sein des Mondes du Noyau, servait de principal pilier aux différentes administrations galactiques.

[image]

[image]
[image]
Avant 1982 (année du rapatriement officiel de la Constitution canadienne), les principes constitutionnels du Canada étaient contenus dans l’Acte de l’Amérique du Nord britannique (AANB), adopté par le Parlement de Londres en 1867, pour fonder un seul ensemble à partir de ses colonies britanniques d’Amérique du Nord. Bien qu’élaboré par les Pères de la Confédération canadienne, ce texte constitutionnel ne permettait pas aux Canadiens de modifier son contenu. Seul le Parlement britannique en avait le pouvoir, car les Pères n’arrivaient pas à s’entendre sur une formule de modification de l’Acte de 1867. On comprend ici que plus les années passaient et plus le besoin se faisait sentir pour les Canadiens de prendre en main leur destinée en tant que nation et ne plus devoir passer par Londres pour modifier et administrer leur propre cadre législatif et politique.L’histoire de la Constitution canadienne débute en 1864, à Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard. Des délégués de cette région, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et du Canada-Uni (Québec et Ontario) proposent, à l’initiative de Sir John A. Macdonald, d’unir les colonies britanniques d’Amérique du Nord en une fédération, c’est-à-dire de les regrouper en plaçant à leur tête un gouvernement central chargé d’administrer les affaires communes comme les frontières, la défense, les voies de communication, la monnaie, etc.Une seconde rencontre a lieu peu après à Québec : 72 résolutions, qui composent l’Acte de l’Amérique du Nord britannique, sont adoptées par les délégués. En 1866, des délégués de la province du Canada, de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick se rendent à Londres pour y rédiger le texte officiel de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique, qui instaurera la Confédération canadienne.En 1867, le Parlement britannique accède à la demande de ses colonies d’Amérique et adopte l’Acte de l’Amérique du Nord britannique (AANB).
[image]
Les bases du Canada actuel sont jetées. Cet acte unit en une fédération les colonies du Canada-Uni (Québec et Ontario), le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse. L’AANB dote du même coup le « dominion » d’un gouvernement fédéral et les colonies de législatures provinciales distinctes (partage des compétences et des pouvoirs). Les Pères de la Confédération avaient d’abord choisi le nom de « royaume du Canada » mais des réticences de Londres ont fait qu’ils ont plutôt opté pour le terme normand « dominion », qu’on trouve dans le Psaume 72 de la Bible : « Il dominera de la mer, du fleuve jusqu’aux bouts de la terre ».Toutefois, Londres conserve le droit exclusif de modifier les termes de l’Acte. Les provinces, quant à elles, obtiennent le droit de modifier leur propre cadre constitutionnel à l’exception des charges du lieutenant-gouverneur. Il s’agit là de la quatrième constitution pour les colonies d’Amérique du Nord après l’Acte de Québec (1774), l’Acte constitutionnel (1791) et l’Acte d’Union (1840).


[image]
-VIDÉO CLIQUEZ ICI
[image]
L'adhésion du Québec à la Constitution du Canada désigne le refus par le Québec, depuis 1981, de consentir à l'adoption de la Loi constitutionnelle de 1982. Cette loi est la dernière modification profonde de la Constitution du Canada.
[image]
Ce désaccord entre le Québec et le reste du Canada provient du rapatriement de la Constitution du Canada dans les années 1980. Toutes les provinces canadiennes, sauf le Québec, ont consenti en 1981, à l'adoption de la Loi constitutionnelle de 1982 modifiant de façon importante la Constitution du Canada. Le consentement du Québec n'étant pas nécessaire, cette modification constitutionnelle est entrée en vigueur malgré l'opposition de la province.L'absence d'adhésion du Québec à la Constitution du Canada n'a aucune conséquence juridique.
[image]
Politiquement toutefois, elle a occasionné plusieurs tentatives de convaincre le Québec de donner son accord. Ces tentatives visaient à apporter des modifications à la Constitution en échange de l'accord du Québec. Elles se sont toutes soldées par un échec. Encore aujourd'hui, l'adhésion à la Constitution canadienne est un sujet récurrent en politique québécoise et canadienne.Tous les gouvernements québécois depuis 1981, autant souverainistes que fédéralistes ont refusé de donner l'accord du Québec à la Constitution du Canada telle que modifiée en 1982.
_______________________________________________________________________________

[image]

-PARTIE 2 - CLIQUEZ ICI
______________________________________________________________________________

bloqué
  1029 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

163066 messages dans 34460 fils de discussion, 927 utilisateurs enregistrés, 53 utilisateurs en ligne (1 enregistrés, 52 invités)
Temps actuel sur le forum : 01/10/2020, 03:10
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum