Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

COMPLÉMENT SURPRENANT #36 -VERSION 3-

par gilles surprenant ⌂, dimanche 06 septembre 2015, 01:51 (il y a 2577 jours) @ Spyrale

________________________________________________________________________

[image]
[image]
[image]

VIDEORANDIA #36 -PREMIERE PARTIE
VIDEORANDIA #36 -DEUXIEME PARTIE
Invités: - Grant Elder (Wiki VS NWO) http://www.wikivsnwo.com/
A écrit: "Moving To Collaboration From Domination" (De la Collaboration au Delà de la Domination)- Denis Bouchard

________________________________________________________________________


DÉFINITION DU WIKI
[image]
Signalisation Wiki Wiki à l'aéroport international d'Honolulu.
Le mot « wiki » signifie, en hawaïen, rapide, vite ou informel.
Il a été choisi par Ward Cunningham lorsqu'il créa le premier wiki, qu'il appela WikiWikiWeb.C’est Ward Cunningham qui s’exprime. « J'ai choisi le mot wiki en sachant que cela signifiait quick en anglais. Je savais aussi que, dans la langue hawaïenne les mots sont doublés pour renforcer l'intention.

[image][image]
J'ai appris le mot wiki lors de ma première visite à Hawaii lorsque j'ai été dirigé vers la navette de l'aéroport, appelé « Wiki-Wiki Shuttle »Il utilisa l'expression « wiki wiki », un redoublement qui signifie « très rapide », « très vite », car c'est le premier terme hawaïen qu'il apprit lorsqu'il dut prendre un bus à la sortie de l'aéroport, et qu'à la création de son site, il voulait un terme amusant pour dire rapide.

[image]
Dans l'URL du site, apparaissait uniquement le terme « wiki », ce qui a probablement poussé les visiteurs à l'appeler ainsi.
Le journal The Economist fait remarquer que le mot wiki peut être lu comme l'acronyme de « What I Know Is » (littéralement : « ce que je sais est » ou « voici ce que je sais »).

______________________________________________________________________

GRANT ELDER WIKI vs NWO
[image]

GRANT ELDER (C'est son vrai nom) auteur de "WIKI VS NWO" (livre de 1000 pages). Rarement un invité a reçu autant d'applaudissements pour ses propos pendant et après sa conférence a Québec. Il aborde le 9/11 du WTC (11 septembre 2001 - World Trade Center) et tout ce qui a permis d'imposer le N.W.O. - New World Ordre (Nouvel Ordre Mondial) dès maintenant sur toute la planète.

[image]

________________________________________________________________________

THE LUCIFER EFFECT/ L'EFFET LUCIFER
VIDEO-CLIQUEZ ICI-
VIDEO-CLIQUEZ ICI-
[image]
L’expérience de Stanford (effet Lucifer) est une étude de psychologie expérimentale menée par Philip Zimbardo en 1971 sur les effets de la situation carcérale. Elle fut réalisée avec des étudiants qui jouaient des rôles de gardiens et de prisonniers. Elle visait à étudier le comportement de personnes ordinaires dans un tel contexte et eut pour effet de montrer que c'était la situation plutôt que la personnalité des participants qui était à l'origine de comportements parfois à l'opposé des valeurs professées par les participants avant le début de l'étude. Les 18 sujets avaient été sélectionnés pour leur stabilité et leur maturité, et leurs rôles respectifs de gardiens ou de prisonniers leur avaient été assignés ostensiblement aléatoirement. En d'autres termes, chaque participant savait que l'attribution des rôles n'était que le simple fruit du hasard et non pas de prédispositions psychologiques ou physiques quelconques. Un gardien aurait très bien pu être prisonnier, et vice-versa.
[image]
Les prisonniers et les gardes se sont rapidement adaptés aux rôles qu'on leur avait assignés, dépassant les limites de ce qui avait été prévu et conduisant à des situations réellement dangereuses et psychologiquement dommageables. L'une des conclusions de l'étude est qu'un tiers des gardiens fit preuve de comportements sadiques, tandis que de nombreux prisonniers furent traumatisés émotionnellement, deux d'entre eux ayant même dû être retirés de l'expérience avant la fin1.

Malgré la dégradation des conditions et la perte de contrôle de l'expérience, une seule personne (Christina Maslach) parmi les cinquante participants directs et indirects de l'étude s'opposa à la poursuite de l'expérience pour des raisons morales. C'est grâce à celle-ci que le professeur Zimbardo prit conscience de la situation et fit arrêter l'expérience au bout de six jours, au lieu des deux semaines initialement prévues.
[image]
Lorsque le scandale des tortures pratiquées par des militaires américains dans la prison irakienne d’Abou Ghraïb a éclaté en 2004.
Prison Abou Ghraib-CLIQUEZ ICI-
Tous ceux qui avaient participé à l’expérience de Stanford se sont rappelé ce qu’ils avaient vécu, un été de 1971, sur le campus de l’université. L’étude avait à l’époque reçu l’aval du Comité sur la recherche sur des sujets humains.

Tout comme l’expérience de Milgram, l’expérience de Stanford montre les mécanismes de l’obéissance à une institution. Elle prouve également une chose: les hommes agissent en fonction des situations auxquelles ils sont confrontés, et non suivant leurs propres personnalités.

Alors, bien sûr, il est facile de se dire que non, décidément, nous, nous n’agirions jamais de la sorte. Mais l’Histoire démontre hélas le contraire: comment expliquer, sinon, les atrocités commises par des gens autrefois respectables durant les nombreuses guerres atroces du XXè siècle.

Il faut croire que c’est finalement Thomas Hobbes qui avait raison, l’Homme est bien un loup pour l’Homme.
________________________________________________________________________


AU QUÉBEC, UN JEUNE SCIENTIFIQUE de 14 ANS VEUT RÉGLER LE PROBLEME DES NIDS-DE-POULE
[image]

-27 février 2015-

Un mélange de plumes et d’asphalte pourrait être une solution viable pour enrayer le problème des nids-de-poule de la métropole. Tel est le procédé élaboré par un jeune de l’Ouest-de-l’île qui lui a valu un prix au concours de science de son école et qui pourrait éventuellement faire économiser beaucoup d’argent aux municipalités.

Le résidant de Dollard-des-Ormeaux, David Ballas, âgé de 14 ans, a eu l’idée de son projet alors que sa mère le reconduisait à une pratique de hockey et qu’une des roues de la voiture s’est abîmée dans un nid-de-poule.

Après des recherches sur l’internet et des discussions avec des chimistes, amis de sa famille, il a élaboré un mélange d’asphalte et de plumes d’oiseaux afin de rendre la chaussée des rues moins perméable et d’éliminer ainsi les nids-de-poule.

«L’objectif de mon projet était d’abolir ce fléau à travers les rues du Québec et en même temps de recycler un élément de la nature. Plus de 5 millions de plumes de poule sont gaspillées chaque année au Québec. J’ai tout de suite voulu intégrer cet élément à mon projet», a expliqué David lors de la visite de TC Media à son établissement scolaire, le Collège de l’Ouest-de-l’Île.


Plumes de Virginie
[image]
Le jeune homme, qui est en 3e secondaire, est entré en contact avec de nombreuses fermes québécoises, mais c’est finalement un éleveur de poulets en Virginie, aux États-Unis, qui a été en mesure de lui faire parvenir des plumes pour réaliser son projet.

À partir de ce moment, il a effectué des tests comparatifs pour voir comment réagit l’asphalte ordinaire et le mélange avec l’ajout de plumes en présence d’eau. Les deux substances avaient été déposées dans deux contenants différents et transparents pour bien voir jusqu’à quel point l’eau s’infiltrait dans le bitume. Il a également soumis les substances à différentes variations de température.

«Les résultats allaient dans le sens que je voulais. L’asphalte laisse passer plus de 50% de l’eau et le mélange avec les plumes, seulement 6%. Une fois que l’eau s’infiltre, l’asphalte devient plus perméable et elle se détériore. Mon projet permet de remédier à ce problème», a-t-il soulevé.

Deux livres d’asphalte pour sept plumes
Pour réaliser l’expérience, il a utilisé 2,48 livres d’asphalte pour seulement sept plumes d’oiseau. Les recherches et les tests se sont étalés sur six mois. David a gagné son prix le 4 février.

Aucune municipalité n’a encore contacté David, mais il a envoyé son projet à la Ville de Dollard-des-Ormeaux.

Reste à voir si sa petite révolution aura un écho à Montréal. Le budget alloué à la réparation des nids-de-poule pour l’année 2015 est de 2,7M$ à la Ville de Montréal.

_________________________________________________________________________


LA RÉSERVE FÉDÉRALE AMÉRICAINE/TITANIC
Donnez-moi le contrôle de la monnaie d’une nation, et je n’aurai pas à m’occuper de ceux qui font les lois. »Cette phrase attribuée à Mayer Amschel Bauer montre toute l’ambition oligarchique de la Banque.Le 23 décembre 1913 - Création de la Réserve fédérale américaine.


[image]
VIDEO-CLIQUEZ ICI-
Dès 1791, les États-Unis expérimentent un système de banque centrale. En 1816, une seconde tentative pour mettre en place une banque centrale est amorcée mais le projet reste controversé. Durant la guerre de Sécession, le Congrès adopte une législation afin de créer une banque nationale et ainsi sécuriser le système financier américain. Ce système, bien qu’inadéquat, reste en place jusqu’à au début du XXe siècle. Le 23 décembre 1913, le président Woodrow Wilson signe le Federal Reserve Act. Cette loi prévoit qu’un comité de membres du government doit créer entre huit et douze districts pour établir des banques de réserve. Un conseil d’administration est aussi nommé pour administrer la Réserve fédérale.
[image]
LIEN
L’établissement de ce système de régulation fait suite à la panique bancaire de 1907 et à la Commission sur la politique monétaire dirigée par le sénateur Nelson Aldrich.

En 1910, sept hommes se rencontrèrent sur l'île de Jekyll, au large des côtes de la Géorgie, aux États-Unis, pour mettre au point l'avènement de ce qui allait devenir la banque "nationale" américaine : la Federal Reserve. Nelson Aldrich et Frank Valderclip représentaient l'empire financier des Rockefeller. Henry Davidson, Charles Norton et Benjamin Strong représentaient J.P. Morgan. Paul Warberg représentait la dynastie européenne de la Banque Rothschild. Habituellement en concurrence acharnée, ils firent cette fois cause commune.
[image]
Ces trois puissantes familles étaient en réalité, sans le savoir, sous le contrôle de l'Ordre des Illuminés de Bavière, ceux que l'on a vulgarisés sous le nom d'illuminati. Et ce sont ces illuminati qui, après avoir fait acheter la White Star Lines par J.P. Morgan, ordonnèrent, en 1909, la construction du Titanic pour une raison que nous allons bientôt comprendre.
[image]
Depuis le tout début, le luxueux paquebot était voué à un destin funeste.

Il se trouvait qu'un certain nombre de personnages influents n'étaient pas favorables au projet de création de la Federal Reserve. Benjamin Guggenheim, Isaac Strauss et John Jacob Astor s'opposaient à sa formation. Non seulement ces hommes – indiscutablement les plus riches au monde – étaient contre l'institution de la Federal Reserve mais, en outre, ils auraient usé de leur richesse et de leur influence pour faire éviter la Première Guerre Mondiale.

On leur déroula le tapis rouge afin qu'ils embarquent pour le voyage inaugural du plus grand navire jamais construit. La campagne en faveur de « l'insubmersibilité » du Titanic promettait aux passagers un haut niveau de sécurité. Il fallait, en fait, que l'élimination du trio Guggenheim-Strauss-Astor ait lieu d'une manière si absurde que personne ne puisse penser à un meurtre.Ces riches parmi les riches qui s'opposaient à la mise en place de la Federal Reserve périrent au beau milieu des classes moyennes et défavorisées. Le navire insubmersible, le palace flottant avait été conçu pour devenir leur tombeau. Le naufrage du Titanic reste peut-être le plus grand désastre du 20ème siècle, après les deux guerres mondiales.
[image]
Le 14 avril (la même date que celle de l'assassinat d'Abraham Lincoln) de l'année 1912, le Titanic heurta un iceberg et toute opposition à la Federal Reserve fut gommée. En décembre 1913, l'institution bancaire vit le jour aux États-Unis. Huit mois plus tard, grâce à la Federal Reserve, les illuminati disposaient de suffisamment de fonds pour déclencher la Première Guerre mondiale.
VIDEO-CLIQUEZ ICI-
________________________________________________________________________

ROCCO GALATI vs BANQUE DU CANADA
VIDEO

[image]
En ce 26 janvier 2015, à Toronto (Ontario,Canada), dans le silence médiatique le plus complet, des citoyens canadiens regroupés au sein du Comité sur la réforme économique et monétaire (COMER) ont gagné le procès qui les oppose à la banque centrale du Canada, qu’ils accusent d’être contrôlée inconstitutionnellement par des banques privées depuis 1974.
VIDEORANDIA #18-CLIQUEZ ICI-
Pourquoi les Canadiens permettent-ils aux banques privées de profiter de la dette publique alors que juridiquement, la Banque du Canada se doit de garantir des prêts sans intérêt.Trois juges de la cour fédérale du Canada leur ont donné raison le 26 janvier, réaffirmant que la banque devait pouvoir émettre sans intérêt de l’argent pour les besoins du gouvernement. Ce procès, parce que révolutionnaire, n’a évidemment été couvert par aucun média de masse ni au Canada, ni à l’international : « Il est évident que le gouvernement a demandé aux médias officiels de se taire, mais je ne peux révéler mes sources », a déclaré Rocco Galati, qui a qualifié de « dictature calme », la crise perpétuelle de la dette entretenue par le monopole des banques privées sur le prêt d’argent au gouvernement.


Entre 1939 et 1974, le gouvernement empruntait en effet à sa banque centrale. Ce qui, en fait, rendait sa dette dépourvue d'intérêt, dès lors que le gouvernement possédait la banque et en percevait les intérêts. La dette fédéral restait à un niveau peu élevé, n'évoluait quasiment pas et était parfaitement supportable durant ces années (voir graphique plus bas).
[image]
En décembre 2011, cette accusation a été répercutée dans un recours porté auprès de la Cour Fédérale Canadienne par deux citoyens et un think tank en économie canadiens. Le juge constitutionnel Rocco Galati a mené une action pour le compte de William Krehm, Ann Emmett, et COMER (le Comité pour une Réforme Monétaire et Economique) afin de revenir au rôle original de la Banque du Canada, y compris concéder des prêts sans intérêts aux structures municipales, régionales et fédérales pour des dépenses liées au "capital humain" (èducation, santé, et autres services sociaux) et aux infrastructures. La plainte stipule que, depuis 1974, la Banque du Canada et les politiques financières et monétaires du Canada ont été dictées par des banques privées étrangères et des intérêts financiers menés par la BRI, le Forum pour la Stabilité Financière (FSF) et le Fond Monétaire International (FMI), outrepassant la souverainité du Canada représentée par son parlement.

Pour un État, le droit d’emprunter sans intérêt c’est le droit de battre monnaie. Quand ce sont les banques privées qui fabriquent l’argent, au lieu que ce soit l’État, cela revient à une privatisation de l’argent. Et les propriétaires des banques font du fric sur le dos des citoyens grâce aux intérêts.


[image]

__________________________________________________________________________


QUI AVAIT PAYÉ ET ARMÉ HITLER?
[image]
SITE-CLIQUEZ ICI-

qui avait financé et armé Hitler. Qui avait financé l´appareil militaire et l´appareil de propagande du parti nazi? Hitler était caporal pendant la première guerre mondiale et il menait aussi bien avant qu´après la guerre une vie bohémienne, sans travail permanent.
Comment fut-il possible pour Hitler de mettre sur pied, en quelques années seulement, un grand appareil de propagande et un parti couvrant tout le pays et de rafler le pouvoir en Allemagne? Qui était derrière lui? Qui a financé Hitler ? les institutions financières des Etats-Unis d´Amérique comme Chase National Bank et National City Bank of New York, avaient continué d´investir dans l´industrie d´armement allemande après l´arrivée de Hitler au pouvoir et pendant la deuxième guerre mondiale? la plus grande entreprise des USA pendant la deuxième guerre mondiale avait ses propres usines de fabrication du matériel de guerre en Allemagne nazie et dans les pays occupés? Par example: ITT, Ford, General Motors, Standard Oil of New Jersey, etc.La liste est longue. Laissez-nous donner au lecteur un regard rapide sur ce groupe obscur que Charles Higham appelle « La Fraternité » (The fraternity). Qui étaient-ils, les magnats de la finance des Etats-Unis qui gagnaient des grands bénéfices dans les affaires avec les Nazis ? A la première place vient la famille Rockefeller, propriétaire de la Chase National Bank (plus tard Chase Manhattan), la première institution financière des Etats-Unis lors du déclenchement de la guerre mondiale. La famille Rockefeller avait aussi la propriété de la Standard Oil of New Jersey, la première compagnie de pétrole américaine. Une grande partie des importations du matériel de guerre des Nazis aux Etats-Unis passait à travers ces entreprises et beaucoup d´autres comme la National City Bank of New York. Même certaines petites entreprises comme la Davis Oil Compagny et la Texas Compagny, étaient importantes pour fournir du pétrole et de l´essence aux Nazis pendant la guerre.

[image]
Ford aide les Nazis à envahir et à occuper Henry Ford, fondateur et principal actionnaire de l´empire automobile Ford, nourrissait une forte admiration pour Hitler, admiration basée sur un idéal commun: tous les deux nourrissaient une haine fanatique contre les Juifs. Hitler avait dès ses premiers jours en politique, reçu l´aide de Henry Ford. Il avait été témoigné, lors du procès contre Hitler pour tentative de coup d´Etat, en 1923, qu´Hitler avait reçu de l´argent de Henry Ford[129]. L´admiration de Ford pour Hitler n´avait pas des limites: Il envoyait 50 000 Reichmark à Hitler chaque année lors de l´anniversaire de sa naissance! Henry et son fils Edsel Ford étaient deux personnes importantes dans plusieurs entreprises qui faisaient des affaires avec Hitler.Henry Ford reçut en 1938 la « Grand-Croix de l'ordre de l'Aigle allemand », plus haute décoration nazie pour les étrangers.
__________________________________________________________________________

WAR IS A RACKET/ GÉNÉRAL SMEDLEY BUTLER
VIDEO-CLIQUEZ ICI-
[image][image]
Smedley Butler (1881-1940), général dans le Corps des Marines des États-Unis.Smedley Butler exerça sa carrière militaire durant 34 années au sein du corps des Marines américains.Il fut de nombreuses fois médaillé pour ses actions militaires dans lesquelles il fut engagé à travers le monde. Il fut décoré notamment de la Medal of Honor par deux fois, la plus haute distinction militaire des États-Unis.
[image][image]
Le complot contre le Président Franklin Roosevelt
Smedley Butler était désigné pour mener une armée de 500 000 hommes et assassiner Frankelin Delano Roosevelt afin d’installer un État fasciste aux États-Unis. Il refusa ce rôle et dénonça le complot au grand jour. Selon ses dires, les instigateurs du complot étaient des gens de Wall Street dont la famille DuPont, des magnats de la sidérurgie américaine comme Standard Oil, General Motors, la Chase National Bank, Goodyear, ainsi que Prescott Bush. Malgré sa déposition qui ne fut en partie pas mise en doute par la Chambre des représentants, celle-ci refusa de poursuivre les conspirateurs. Quant aux medias, ils furent partagés sur l'affaire. L'affaire est plus connue sous le terme Business Plot.


Dénonciation de l'aventurisme américain
En plus de sa carrière militaire, Smedley Butler fut connu pour ses critiques ouvertes contre l'aventurisme militaire des États-Unis, lors de la publication en 1935 de son livre "War is a racket" (La guerre est un racket). Son livre fut l'un des premiers ouvrages décrivant le fonctionnement du complexe militaro-industriel. Lors de sa retraite du service, il est devenu un conférencier très prisé lors des réunions organisées par des vétérans, des pacifistes et des groupes religieux dans les années 1930.

Extrait de son livre :
LIVRE au COMPLET en ANGLAIS-CLIQUEZ ICI-
"J’ai effectué 33 ans et 4 mois de service actif, et durant cette période, j’ai passé la plupart de mon temps en tant que gros bras pour le monde des affaires, pour Wall Street, et pour les banquiers. En bref, j’étais un racketteur, un gangster au service du capitalisme. J’ai aidé à sécuriser le Mexique, plus particulièrement la ville de Tampico, au profit des groupes pétroliers américains en 1914. J’ai aidé à faire de Haïti et de Cuba un endroit convenable pour que les hommes de la National City Bank puissent y faire des profits. J’ai aidé au viol d’une demi-douzaine de républiques d’Amérique centrale au bénéfice de Wall Street. J’ai aidé à purifier le Nicaragua au profit de la banque américaine Brown Brothers de 1902 à 1912. J’ai apporté la lumière en République dominicaine au profit des entreprises sucrières américaines en 1916. J’ai livré le Honduras aux entreprises fruitières américaines en 1903. En Chine, en 1927, j’ai aidé à ce que l’entreprise Standard Oil fasse ses affaires en paix."

"Quand je repense à tout ça, je pourrais donner à Al Capone quelques conseils. Le mieux qu’Al Capone pouvait faire, c’était de racketter trois quartiers. Moi, j’agissais sur trois continents."[image]

Le 17 Janvier 1961, dans son discours de fin du mandat, le président Dwight Eisenhower lança une sérieuse mise en garde aux citoyens contre la grave menace du complexe militaro-industriel.


LE DISCOUR D'ADIEU d'EISENHOWER : LE COMPLEXE MILITARO-INDUSTRIEL
VIDEO-CLIQUEZ ICI-
[image]
son célèbre discours de fin de mandat, le président Eisenhower met en garde les États-Unis contre les dangers du « complexe militaro-industriel » : « Cette conjonction entre un immense establishment militaire et une importante industrie privée de l’armement est une nouveauté dans l’histoire américaine. (...) Nous ne pouvons ni ignorer, ni omettre de comprendre la gravité des conséquences d’un tel développement. (...) nous devons nous prémunir contre l’influence illégitime que le complexe militaro-industriel tente d’acquérir, ouvertement ou de manière cachée. La possibilité existe, et elle persistera, que cette influence connaisse un accroissement injustifié, dans des proportions désastreuses et échappant au contrôle des citoyens. Nous ne devons jamais permettre au poids de cette conjonction d’intérêts de mettre en danger nos libertés ou nos méthodes démocratiques. Rien, en vérité, n’est définitivement garanti. Seuls des citoyens alertes et informés peuvent prendre conscience de la toile d’influence tissée par la gigantesque machinerie militaro-industrielle et la confronter avec nos méthodes et objectifs démocratiques et pacifiques, afin que la sécurité et les libertés puissent fleurir côte à côte. »
__________________________________________________________________________


MAJOR GÉNÉRAL ALBERT STUBBLEBINE -911 EST UNE FRAUDE!
VIDEO-CLIQUEZ ICI-
[image]
Encore un témoignage du plus haut niveau concernant le fait que les attentats du 11 septembre sont une fraude. Le général Albert « Bert » N. Stubblebine III, commandant général de l’armée des Etats Unis « Service de l’intelligence et du commandement de la sécurité » de 1981 à 1984 (à la retraite), déclare qu’aucun avion n’a percuté le pentagone et que les tours jumelles ont été détruites par démolitions controlées par des explosifs.


Les détracteurs de son témoignage très génant au vu de sa position d’expert au sein du plus haut niveau de l’armée tentent de le discréditer en disant qu’il est fou car il pense qu’il est possible que l’esprit humain puisse agir sur la matière (comme passer a travers un mur ou tordre des cuilleres…). Ceci est un fait, il le pense et le dit. Ceci faisait meme parti de son travail, recruter et entrainer des agents « psychiques » au sein de l’armée.

[image]
Son histoire a donné lieu a un film Hollywoodien : « Les chèvres du Pentagone » avec Georges Clooney.
__________________________________________________________________________


COSTA RICA : UN PAYS SANS ARMÉE
[image]
Le 1er décembre 1948, le Costa Rica a supprimé son armée, afin d'éviter les guerres civiles, mais également, et surtout, pour investir davantage dans l'éducation et la médecine, améliorant ainsi de manière spectaculaire, en moins de 10 ans, le niveau de vie de ses habitants. L’abolition de l’armée fut à l’initiative du président José Figueres Ferrer, "Don Pepe", alors à la tête du gouvernement, qui pour marquer le coup décida d'offrir la caserne à l'université du pays qui décida de transformer le bâtiment en musée national.Le Costa Rica est un des rares États à ne pas avoir d'armée. Vingt-huit pays indépendants du monde ne possèdent pas d'armée. Soit ils ont un accord de défense avec un pays tiers, soit ils possèdent de petites forces paramilitaires ou des gardes.L'absence d'armée permet chaque année le financement de toutes les universités publiques du pays ainsi que de trois hôpitaux ; les habitants bénéficient d'une couverture sociale et d'un matériel médical moderne, tant et si bien que la mortalité due à des maladies bénignes a fortement diminué et que l'espérance de vie est devenue très forte. Du point de vue de l'éducation, il faut noter un taux d'alphabétisation de 96% : il y a désormais des écoles dans tout le pays (même si des disparités existent encore, avec certains établissements mieux équipés que d'autres). Grâce à cette politique, l'indice de développement du Costa Rica le situe au 48è rang mondial, tandis que ses deux pays frontaliers, le Nicaragua et le Guatemala, se situent respectivement au 110è et au 118è rang.

Une société sans armée semble donc possible, celle-ci favorisant alors d'autres domaines essentiels à la qualité de vie de la communauté ; en même temps, on peut supposer qu'un pays sans armée n'a pas de prétention à dominer ses voisins et se place donc comme l'interlocuteur privilégié auquel s'adresser. Même sans armée, les armes n’ont pas été déposées. Pour assurer l’ordre public et la sécurité de la nation, après 1948, l’ancien corps militaire s’est transformé en garde civile. On compte 10 500 policiers. Ceci pour faire face à de nouveaux défis : le narcotrafic, la violence, qui n’épargne plus le pays, le sentiment d’insécurité d’une population qui, depuis dix ans, achète de plus en plus d’armes afin de se protéger elle-même.

L'ISLANDE N'A PAS D'ARMÉE!
[image]
LISTE DES PAYS QUI NE POSSEDE PAS D'ARMÉE

Si vous cherchez un endroit agréable, paisible à vivre, l’Islande est le pays idéal. En effet, selon les statistiques de 2014, cet État insulaire de l’Océan Atlantique Nord est le plus sûr et le plus pacifique au monde, et ce depuis cinq années consécutives.

Les islandais sont tellement pacifiques qu’ils ont seulement 600 policiers dont quelques dizaines armées qui tirent pour la première fois sur un homme et le tue en 2013.

Bien que ce pays soit membre de l’OTAN, il n’a pas d’armée, l’Islande contribue surtout financièrement à cette organisation politico-militaire.

C’est la Norvège, le Danemark et surtout les États-Unis qui assurent la défense de ce pays par des traités.

___________________________________________________________________________


LE DEMI,UNE MONNAIE GASPÉSIENNE INVENTÉE POUR STIMULER L'ÉCONOMIE LOCALE
SOURCE et AUDIO-CLIQUEZ ICI-
[image]
Une monnaie locale, le demi, circule depuis peu en Gaspésie. Il s'agit de billets ordinaires de la Monnaie royale canadienne qui ont été coupés en deux. Chaque morceau vaut la moitié de la valeur du billet initial.

Jusqu'ici, seulement quelques consommateurs et quelques commerçants acceptent les demis. Cette monnaie ne circule qu'en Gaspésie, ce qui permet de stimuler et de protéger l'économie locale, estiment ses utilisateurs.

Martin Zibeau, de Saint-Siméon, un utilisateur, fait remarquer qu'il est impossible d'accumuler les demis. « C'est une monnaie qui a besoin de rouler », mentionne-t-il.

Patrick Dubois, de Carleton-sur-Mer, ajoute que cette monnaie est complètement décentralisée. « Ça fonctionne par le bouche-à-oreille et c'est en développement. On ne sait pas combien de billets circulent ni combien de personnes les acceptent. Je connais cinq ou six commerces qui l'utilisent et tout autant de clients », estime-t-il.

C'est un peu une entente tacite entre commerçant et client.

Selon Patrick Dubois, beaucoup de touristes ont été en contact avec le demi et vont probablement en parler chez eux. « J'ai hâte de voir si le demi ne va pas apparaître partout! » plaisante-t-il.

Tant que la monnaie est utilisée comme monnaie, il semble que l'utilisation du demi soit légale, présume Martin Zibeau.

Il a été impossible jusqu'ici de communiquer avec la Monnaie royale canadienne.

Des Gaspésiens rêvaient de créer la piastre gaspésienne. Le demi en est peut-être un avant-goût.

_______________________________________________________________________


UN ROI AMÉRICAIN par HERVÉ FISHER
VIDEO REPORTAGE
[image]

Le couronnement de Denys Tremblay comme roi de L'Anse-Saint-Jean, le 24 juin 1997, a eu des échos médiatiques sur toute la planète. L'événement a inspiré le philosophe Hervé Fischer pour la rédaction d'Un roi américain.

Denys Tremblay, artiste et professeur à l'Université du Québec à Chicoutimi, aussi surnommé l'Illustre Inconnu, a eu un jour l'idée de se faire élire roi municipal afin de relancer l'activité touristique au Saguenay, durement éprouvée après le déluge de 1996.

L'ouvrage retrace la vie de cet homme qui créa ce qu'on appelle aujourd'hui le « really-made », une approche artistique fusionnant l'imaginaire au réel.

Pour Hervé Fischer, « il est indéniable que Denys 1er a créé son Québec imaginaire, qui s'inscrira dans notre histoire réelle ».

[image]
Il trace le portrait de l’artiste Denys Tremblay qui fut couronné Denys 1er, roi de la « première monarchie municipale des Amériques » : L’Anse-Saint-Jean. L’idée de couronner un souverain et de l’utiliser comme un « instrument permanent de promotion et de développement économique » a été adoptée par le conseil municipal afin de remédier aux problèmes qui ont suivi le déluge de 1996 et qui ont plongé l’endroit dans une morosité économique. Comme le rappelle Fisher : « Les reconstructions avaient exigé de nombreux emprunts. Le chômage grimpait, les jeunes s’en allaient. On manquait d’argent pour tout. On ne trouvait pas le financement requis pour le développement de la station de ski du mont Édouard, ni pour le projet de fresque végétale géante proposé par l’artiste Denys Tremblay pour aider la région sur le plan économique et touristique. »
[image]

Le maire a donc décidé de demander à la population son accord pour élire et couronner le premier roi de leur royaume et ainsi « affronter l’an 2000 en réalisant des développements économiques majeurs pouvant créer des emplois permanents ». Le couronnement eut lieu le 24 juin 1997 et s’avéra un succès médiatique. Des journalistes du monde entier vinrent assister à l’événement insolite pour lequel le village se dota d’une nouvelle auberge. La maison royale et les Brasseurs de L’Anse Inc. mirent quant à eux une nouvelle bière sur le marché : La Royale de L’Anse.
[image]
[image]
Le roi connut un vif succès. Pendant trois ans, le projet alla bon train. Tremblay pouvait faire progresser l’idée d’une fresque végétale géante sur les flancs de la montagne adjacente au mont Édouard. Il voulait « réaliser, grâce à des coupes sélectives d’arbres et à des plantations spécifiques, un immense dessin forestier représentant le visage et la main de saint Jean-Baptiste. » Toutefois en 2000, un mouvement de contestation s’éleva au sein de la population. Le roi abdiqua et devint un roi « déçu » : « Je suis déçu que la fresque n’ait pas été réalisée. Je suis un roi déçu qui s’est échoué sur les limites de l’imagination populaire. Mais pas un roi déchu qui a échoué! Il y avait une seule faiblesse dans mon projet : un conseil municipal de L’Anse-Saint-Jean nouvellement élu et qui a eu peur des dimensions que prenait l’aventure ».

Retraçant le parcours atypique du roi-artiste, qui enseigne entre autres à l’Université du Québec à Chicoutimi, Fisher l’inscrit dans une tradition d’artistes tels Marcel Duchamp et Robert Smithson. D’ailleurs, à l’instar de ce dernier, Tremblay fait de l’art une occasion de rassemblement social. Il participe de ce fait activement à une mobilisation autour de l’art qui devient un stimulateur de l’économie et surtout un stimulateur de l’esprit de communauté. Il lie « sa démarche artistique et social. Il considère […] que les longues transactions requises avec beaucoup d’institutions, les audiences, les réunions avec les citoyens, surtout lorsque sont impliquées des zones habitées, et la partie juridique de réalisation du projet, font intrinsèquement partie de l’œuvre. »

Tremblay est aussi derrière le concept de « really-made ». Comme le précise l’artiste, « Le ready-made [de Duchamp] fait appel au passé déjà fait, tandis que le really-made fait appel au futur à réaliser ». Il est par ailleurs l’un des premiers penseurs du périphérisme.
[image]
Par son œuvre, Denys 1er, qui s’est aussi fait connaître comme l’Illustre Inconnu, rappelle que l’imagination et l’audace en l’art peuvent être d’une grande aide en temps de morosité économique. Il suffit d’un peu de courage et de visions pour faire progresser des situations qui a priori semblaient aller nulle part.il est parvenu à se faire élire légalement et démocratiquement comme le Monarque dans sa ville. Il est même allé plus loin en imprimant sa propre monnaie qui avait cours légal dans son royaume. Sa monnaie était un peu comme du troc. Par son exemple, il a prouvé que cela était légalement possible.Depuis, ses projets sont tombés à l'eau...mais .le chemin qu'il a tracé par son exemple, demeurera... Ce que Denis de L'Anse St-Jean a réalisé à l'échelle d'une petite ville, le Grand Monarque le réussira à l'échelle du Québec. Puis, ce que le Grand Monarque réalisera au Québec servira ensuite d'exemple au reste de la planète par mimétisme planétaire..
Au prise avec des dettes astronomiques, les pays du monde seront très ouverts à cette nouvelle vision du CONTRAT SOCIAL.

______________________________________________________________________

VIDEO-CLIQUEZ ICI-

[image][image][image][image][image][image][image]

___________________________________________________________________

LA MONNAIE CANADIEN TIRE
[image]
L'« argent » Canadian Tire est un programme de fidélisation par Canadian Tire. Il est composé de coupons émis par la société, qui ressemblent à la monnaie réelle (bien que les bons soient beaucoup plus petits que ceux de la Banque du Canada), et peuvent être utilisés comme scrip dans les magasins Canadian Tire, mais n'est pas considéré comme une monnaie privée. Les billets sont imprimés sur du papier semblable à la véritable monnaie canadienne, et sont produites en commun par deux des imprimeurs de sécurité établis de longue date du pays, British American Banknote Company (BABN) et la Canadian Bank Note Company (CBN)1. En fait, certaines entreprises privées (au Canada) acceptent l'argent comme moyen de paiement car beaucoup des propriétaires de ces entreprises magasinent au Canadian Tire. L'argent Canadian Tire s'accumule également sur les cartes de crédits MasterCard et Visa Option. Au mois de décembre 2009, une pièce d'un dollar fut lancée, son utilisation est la même que les coupons.

____________________________________________________________________

LE RÉVEIL DE LA MACHINE A PIASTRE DU DÉFUNT CRÉDIT SOCIAL DE CAOUETTE

[image]
Le crédit social est une idéologie économique et un mouvement social qui est apparu au début des années 1920. À l'origine, c'était une théorie économique développée par l'ingénieur écossais Clifford Hugh Douglas. Chaque citoyen reçoit chaque année un total de monnaie créée proportionnel à la croissance des biens et services, et inversement proportionnel au nombre de citoyens de la zone monétaire. Le nom « crédit social » dérive de son désir de faire que le but du système monétaire (« crédit ») soit l'amélioration de la société (« social »).

Il a depuis été soutenu par nombre d'économistes dont le prix Nobel d'économie Maurice Allais qui dénonce une économie basée non pas sur la monnaie réelle, mais la monnaie-dette (création de la monnaie avec du crédit, amenée à disparaître au fur et à mesure du remboursement de celui-ci).

Le crédit social est aussi appelé dividende universel, dividende social ou, de façon sans doute plus adaptée, dividende monétaire.

L'argent vient des valeurs humaines d'une société qui exploite ses richesses naturelles territoriales.
Il faut faire crédit au peuple et retourner les argents au peuple NON aux banques dont les intérêts sont privés.
Ces institutions bancaires ruinent le peuple à cause de leur appât du gain égoïste.

_____________________________________________________________________

FILS A GRANT - VOTE LÉGO
-EXTRAIT DU LIVRE DE GRANT ELDER-
[image]
_______________________________________________________________________


LE PROJET DE LOI C-51 :L'ÉTAU SE REFERME SUR LES DROITS ET LIBERTÉS DES CANADIENS
VIDEO-CLIQUEZ ICI-
[image]
Ce projet de loi C-51 ne fait qu'officialiser et légaliser des pratiques qui se font déjà par les agences du renseignement et par les corps policiers. Ce que ça implique, c'est que tout individu qui a un discours anti-gouvernemental, qui dénonce activement des mesures politiques, environnementales ou des actions de groupes privés (pharmaceutiques, industries pétrolières, etc.) qui ont une large influence au sein du gouvernement (lobby) pourra être espionné, traqué et emprisonné sous prétexte de la sécurité nationale, de la loi antiterroriste!le libellé du projet de loi C-51 est si vague qu'il permettrait au Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) d'enquêter si quiconque remettait en question les politiques sociales, économiques et environnementales du gouvernement conservateur.

La loi, si elle est adoptée, donnera plus de pouvoirs au SCRS pour déjouer des complots terroristes, contrecarrer des transactions financières et perturber secrètement des sites Internet radicaux.

Elle permettrait également à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) d'obtenir plus facilement un engagement à ne pas troubler l'ordre public afin de restreindre les déplacements d'un suspect.

Il est aussi entendu, dans le projet de loi, qu'en « sont exclues les activités licites de défense d'une cause, de protestation, de manifestation d'un désaccord ou d'expression artistique ».
_______________________________________________________________________


LES PHARMACIENS ONT REÇU UN MILLIARD EN RISTOURNES

-7 SEPT 2015-
[image]
Les fabricants de médicaments génériques leur ont payé ce montant depuis 2008.Les fabricants de médicaments génériques ont versé plus d’un milliard de dollars en ristournes aux pharmaciens depuis 2008, selon des données jamais divulguées que notre Bureau d’enquête a finalement pu obtenir.
L’Ontario les a éliminées en 2013, mais au Québec, ces ristournes tombent dans les coffres des pharmacies privées comme des revenus supplémentaires.
Les ristournes sont une sorte de commission en argent versée aux pharmaciens pour favoriser la vente de génériques, moins chers que les médicaments d’origine. Plus un pharmacien en vend, plus les revenus sont importants. En moyenne, c’est plus de 80 000 $ par année par pharmacie qui sont versés par les fabricants de génériques. Ces sommes servent surtout à payer du personnel derrière le comptoir ou de l’équipement.

_______________________________________________________________________


FAIRE COMME LES SCANDINAVES: PENSER AVANT D'AGIR
[image]
De retour des pays scandinaves, Jean-René Dufort constate que « tout ce qui est tout croche ici paraît encore plus tout croche. »dire que la Suède (et la Scandinavie dans son ensemble) est en avance sur le Québec est un euphémisme. En fait, ça fait carrément mal de voir à quel point on est en retard sur... ben, TOUT: transports, technologie, art, tout y passe. Le Québec est figé dans les années 90 tandis que la Suède regarde vers le futur. Plusieurs ont déclarés la mort de l'exceptionalisme suédois dans les dernières années mais honnêtement, je prendrais ce supposé décès la plutôt que le désert d'idées et la morosité sociale du Québec. Ça donne vraiment le goût de sacrer le camp d'ici.» Il s’insurge contre le fait que les hommes politiques invoquent toujours le fait que cela coûte trop cher et choisissent ainsi des solutions de piètre qualité, comme les autobus au lieu du SLR sur le pont Champlain. Le chroniqueur s’en prend aussi à la laideur des édifices publics comme le stationnement sous-terrain extérieur du CUSM.N'avez-vous pas remarqué que chaque fois qu'il se publie un palmarès mondial, la Norvège est toute proche de la tête sinon EN tête.

L'éducation? Ce sont des modèles. L'environnement? On peut maintenant pêcher le saumon en plein milieu de la ville d'Oslo. Essayez de faire ça dans Hochelaga-Maisonneuve… Et le sport? Ils sont actuellement 3es AU MONDE, devant la Russie et la Chine!A une question référendaire suivante : « Voulez-vous être la Norvège? » Je dirai oui immédiatement. Voilà un vrai projet!

______________________________________________________________________

[image]

VIDEO-CLIQUEZ ICI-
[image]
Du premier au IIIe siècle de l'ère chrétienne, Baalbek, au Liban, s'appelait Héliopolis.

Cette cité phénicienne abritait un important centre de pèlerinage dédié à la triade Jupiter-Vénus-Mercure.

Pendant des siècles, cet immense sanctuaire fut entouré d'un insondable mystère.

Oui comment l'homme à t'il put façonner et déplacer des blocs de pierres de plus de mille tonnes en les ajustant avec une telle précision?
A Baalbek, sur un riche plateau à quatre vingt cinq km de Beyrouth, au Liban, se dressent les ruines d'un ensemble de temples romains, célèbres par leur beauté et la grâce de leur architecture.

Erigés au Ier siècle de notre ère, les temples s'élèvent sur une plate-forme surélevée, d’où l’on a une vue magnifique sur les environs. L’épais mur de pierre qui les entoure défie toutes les expertises actuelles.

À son extrémité occidentale gisent trois des plus gros morceaux de pierre du monde. Leur transport et leur installation en position horizontale poseraient des problèmes insurmontables aux ingénieurs modernes, même en utilisant les technologies les plus sophistiquées. Et, cependant, ces pierres ont été érigées il y a presque deux mille ans. Malgré l’habilité technique des Romains, on n'en connaît pas d'autre exemple dans tout le reste de leur ancien empire.
[image]
Les trois pierres colossales sont connues sous le nom de Trilithon. Si on les dresse, elles sont hautes comme un immeuble de cinq ou six étages. La plus grande mesure dix huit mètres sur quatre mètres vingt par trois mètres soixante et pèse environ huit cent tonnes. Taillé dans une carrière distante de près de deux kilomètres chaque bloc a été transporté sur le site de Baalbek et soulevé d'environ sept mètres cinquante en position finale, au sommet d'une plate-forme de pierres de moindres dimensions.couvrant quelques 5 millions de pieds2. 3 pierres colossales en particulier (appelées Trillithon), frappent les esprits, mesurant 64 pieds de long, 14 de haut et 12 de large, et pensant près de 800 t.

[image]
Ci-dessous, La phénoménale pierre « Hadjar el Gouble » de 22,7 3m de long-4,55m de large-4,68m de haut.
Masse: environ 1200 tonnes

D’où viennent ces pierres ? A priori de plus de 1 mile de distance, où se trouve une carrière où repose encore
« le Monolithe », Hadjar el Gouble
(« la pierre du sud ») un bloc découpé mais abandonné de 72 pieds de long et plus de 1000 t.
Il s’agit du plus grand bloc de pierre taillée sur Terre.

VIDEO-CLIQUEZ ICI-
_____________________________________________________________________

MUSÉE EN IRAK EN 2003
VIDEO
[image]
d'un tiers des 15 000 pièces volées ont été récupérées.
Cette réouverture moult fois reportée a été accélérée en réaction.

VIDEO
L'armée américaine est fortement critiquée par la communauté internationale, mais aussi aux États-Unis, pour avoir négligé, après la prise de la capitale irakienne, la protection du musée archéologique de Bagdad dont les collections couvrent 7000 ans d'histoire.

Dans son édition d'hier, The Independant, de Londres, estime à plusieurs milliards de dollars la valeur totale des oeuvres pillées dans l'établissement. Le secrétaire d'État américain Colin Powell a promis hier que son pays aiderait à «retrouver ce qui a été pris» et participerait «à la restauration de ce qui a été cassé».

Selon plusieurs sources, les militaires de la coalition américano-britannique n'ont protégé contre les pillages que les quartiers généraux des ministères irakiens de l'Intérieur et du Pétrole.

mise en cause de la négligence culturelle est d'autant plus embarrassante que, selon le Washington Post, des experts du Moyen-Orient ont alerté il y a des mois le Pentagone sur les risques de pillage des richesses inestimables des musées irakiens en cas de guerre.

LA GUERRE EN IRAK(1991) OU COMMENT EFFACER
LA MÉMOIRE D'UN PEUPLE

VIDEO-CLIQUEZ ICI-
En une semaine, les sept plus grands musées nationaux irakiens ont été pillés et la Bibliothèque nationale a été incendiée. Le plus vieil État du monde a été dépossédé de l’essentiel de ses trésors archéologiques et artistiques sous le regard impassible des forces de la Coalition.
[image]
« Les troupes américaines n'ont pas seulement négligé de protéger les sites historiques et les biens culturels, elles ont participé elles-mêmes à ces exactions. Elles ont bombardé l'université de Bagdad, qui date du XIIIe siècle, transformé le site d'Ur en base militaire, creusant même des tranchées dans le sol. Les chars américains roulent à travers les vieilles rues de Babylone, un acte symbolique de vainqueur. » première invasion des forces de la coalition en 1991, une destruction sytématique et organisée du patrimoine irakien, berceau de la civilisation est organisée.

Zainab Bahrani, PR d'Histoire de l'Antiquité à l'université de Columbia (New York) 2004.
Les archéologues et historiens du monde entier s'apitoient sur le destin de l'inestimable patrimoine culturel irakien et reprochent aux forces américano-britanniques de ne pas avoir protégé des pillages les célèbres sites et musées, alors que tous les puits de pétrole du pays ont été sécurisés. Cela, alors que les articles de la Convention de la Hague de 1954 et la Convention de l'UNESCO de 1970 obligent les forces occupantes à protéger les biens culturels.

_____________________________________________________________________

  4101 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

193943 messages dans 39425 fils de discussion, 1017 utilisateurs enregistrés, 205 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 205 invités)
Temps actuel sur le forum : 25/09/2022, 20:02
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum