Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion

Le roi biblique Ézéchias

par Serge C, samedi 02 janvier 2016, 01:35 (il y a 3119 jours)

Bon! Maintenant qu'on a bien mangé, bien bu et bien ri, qu'on s'est taquiné on peut commencer la nouvelle année en essayant d'être un brin un peu plus sérieux (Dans mon cas, c'est presque mission impossible!).

Une primeur que je publie ici!

Je vais ajouter une notice sur mon blog d'ici quelques jours. Premièrement, une nouvelle fort intéressante - et je suis étonné que les soi-disants intéressés par l'archéologie n'en aient pas parlé en ces lieux - mais c'est probablement que c'est sans intérêt pour les théoriciens du complot ou qu'ils sont encore à penser comment détourner la nouvelle de son sens et nourrir la bé-bête…

Une fouille archéologique livre un sceau qui nomme le roi Ézéchias

Le 2 décembre 2015, l’archéologue israélienne Eilat Mazar annonce avoir fait une découverte historique : l’empreinte du sceau au nom d'un roi de la Bible, Ézéchias, qui régnait à Jérusalem à peu près de -716 à -687… Allez prendre connaissance de ça sur le blog de Michael Langlois de l'Université de Strasbourg qui nous livre aussi son interprétation.

[image]

L'inscription en paléo-hébreu se lit :

«À Ézéchias (fils de) Ahaz, roi de Juda»

L'image de ce roi dans la Bible est positive. On le considère comme celui qui a entreprit une réforme religieuse à Jérusalem. Cependant, le fils d'Ézéchias, le roi Manassé est décrit dans la Bible comme un idolâtre qui vénérait des dieux astraux (Deuxième livre des Chroniques, chapitre 33, 5).

Son histoire est racontée dans le Deuxième livre des rois, chapitres 18 à 20, ainsi que dans le Deuxième livre des Chroniques, chapitres 29-32 (si vous vous intéressez à la chose, idéalement allez les relire.)

Notons en passant qu'une tradition préservée dans le Talmud raconte qu'il aurait pu être choisi comme le Messie, mais qu'il ne chanta pas la louange de Dieu et qu'il ne fut finalement pas choisi. (ça c'est mystérieux et très intéressant pour la suite… la Talmud a l'habitude d'être bref et de receler de nombreuses “pognes” comme on dit en québécois!) Serait-ce une allusion voilée au fait qu'il vénérait des dieux étrangers en plus du dieu national? Laissons la question ouverte parce qu'elle demande qu'on se mette le nez dans le Talmud, dans la langue originale et sur un forum on veut rester accessible.

Le sceau qui vient d'être trouvé porte une inscription en caractères paléo-hébreux (l'alphabet hébreu ancien qui a précédé celui qui est en usage actuellement), mais aussi deux symboles égyptiens, une divinité solaire et la croix ansée, (ânkh). Étonnant puisqu'Ézéchias est reconnu pour avoir été l'artisan d'une importante réforme religieuse. Quel est donc le sens de ce sceau qui dit bien «À Ézéchias…»

La découverte est importante puisqu'elle vient confirmer d'une part ce que les historiens savent déjà, que la région était sous l'emprise égyptienne, mais aussi que les autorités politiques du Royaume de Juda à Jérusalem connaissaient des divinités étrangères en plus du dieu national (et avec Manassé, le fils d'Ézéchias, même la Bible en parle, donc rien de bien secret là).

Au début du message, je vous parle d'une primeur, la voici et ça a un lien indirect avec la découverte archéologique, mais la “synchronicité” est belle ;-)

Ce qui m'intéresse et m'interpelle dans cette découverte est que je travaille actuellement sur un texte chrétien copte (voir la note 1) dont la datation n'est pas encore certaine (j'y travaille, avis aux intéressés!) Ce texte se présente comme étant le récit d'un voyage céleste de l'apôtre Jean qui aurait été conduit et guidé dans les cieux par un “chérubin” mandaté par le Christ ressuscité (voir note 2). Au cours du voyage dans les cieux, l'apôtre Jean voit plein de choses : l'organisation angélique, il reçoit une interprétation ésotérique du récit d'Adam et Ève et… On lui révèle le rôle des “démons” auprès des rois Salomon et Ézéchias! Je trouve dans ce texte de nombreux points de rencontre aussi avec les textes de Nag Hammadi que je travaille depuis fort longtemps - les anciens lecteurs de ce forum le savent déjà ça aussi.

Ce texte copte est ainsi intéressant en plusieurs aspects et à ma connaissance il n'a jamais été traduit en français, seulement en anglais - mais il fait partie du corpus de la littérature chrétienne copte (avis aux chasseurs d'histoire de conspiration : Il ne s'agit pas d'un texte “caché” par le Vatican mais d'un texte qui appartient au patrimoine des chrétiens coptes… alors circulez, il n'y a rien à voir!)

Au cours du printemps, je devrais donner deux conférences sur ce texte copte, et d'ici l'automne proposer au moins trois articles à des revues scientifiques. Donc, nous pourrions nous en reparler et ça me ferait plaisirs d'offrir des comptes-rendus et des résumés de tout ça en ces lieux - sauf que… J'ai une énorme crainte. Soyons clair : Je n'ai aucunement besoin de ces lieux pour faire mes affaires, mais ça me fait plaisir de venir partager ça ici, si et seulement si il y a de l'intérêt pour ça - mais un intérêt sérieux. Je peux très bien m'en aller et ça ne me dérange pas du tout. Il ne s'agit pas d'une question d'avoir peur de la critique, j'ai toujours accueilli la critique articulée et documentée, mais les insultes, les procès d'intention, le salissage gratuit, disons que la corde est extrêmement sensible et que je suis moi aussi capable de répliquer avec des dards et des flèches - ce que je ne ferai plus d'ailleurs, je vais tout simplement me retirer des lieux et ça ne me dérangera pas une miette.

Ma crainte est donc que ça suscite encore une fois des crises et des débordements comme ça s'est malheureusement produit lors de ma dernière intervention un brin sérieuse en ces lieux (le fameux vidéorandia de décembre 2012) et comme ça se produisait trop souvent dans le passé.

Aussi, il y a ces “Cahiers” qui s'en viennent (que j'ai annoncés dans un autre message sur le forum), vous n'avez qu'à rester à l'écoute, aussitôt que le premier est prêt, vous allez le savoir et ce sera gratuit en format PDF.

La balle st donc dans votre camps. Si les sujets que j'apporte ici vous tapent sur les nerfs, ne me lisez pas. Si vous voulez m'adresser une critique, faites-le avec de la vraie documentation, pas avec des sites de conspiration (qui mélangent vraies info et intoxinfo et théories sans queue ni tête), ni avec de la littérature de fiction. Essayons tous ensemble d'élever le niveau des discussions.

Vive Édith!

Serge


**

Note 1 : Commençons par rappeler que le christianisme copte est celui qui s'est développé en Égypte dans l'Antiquité. La langue copte est grosso modo la langue égyptienne écrite avec des caractères grecs et quelques autres consonnes égyptiennes, et qui avait incorporé des mots et des formes verbales grecques).

Note 2 : Contrairement à une croyance tenace, répandue sur internet et dans la littérature pseudo-ésotérique, les livres dits “apocryphes” mettent en scène, pour la plupart, le Christ ressuscité et non pas un Jésus “prophète mortel” (une idée popularisée notamment par le Da Vinci Code.)

  2960 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

200968 messages dans 40918 fils de discussion, 1235 utilisateurs enregistrés, 88 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 88 invités)
Temps actuel sur le forum : 17/07/2024, 13:21
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum