Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

COMPLÉMENT SURPRENANT #2 -COMPLET-

par gilles surprenant ⌂, samedi 11 janvier 2014, 23:09 (il y a 2609 jours) @ jfpoulin

[image]
-----------------------------------------------------------------------------

[image]

[image]

LE MESSIE SE RÉVÈLERAIT À ISRAËL PEU DE TEMPS APRÈS LE DÉCÈS D’ARIEL SHARON SELON UNE PROPHÉTIE
[image]
Décédé en 2006 après une très longue vie – ses disciples disent qu’il a vécu plus de 110 ans -, c’était un des plus grands spécialistes de la Kabbale.Né à Bagdad, le rabbin Kadouri passa toute sa vie à étudier auprès des plus grands kabbalistes. Avec le temps, il acquit une certaine notoriété auprès de milliers de Juifs sépharades (mais pas seulement), auxquels il prodiguait conseils, bénédictions, et de petites amulettes qu’il créait pour chaque personne qui le nécessitait. Rapidement, sa notoriété dans ce petit monde clos devint celle d’un thaumaturge et d’un prophète. Par exemple, il annonça fin 2004 que « le monde allait voir de grandes tragédies », deux semaines avant le raz-de-marée qui ravagea les côtes de l’océan Indien.Kadouri était un homme pieux, qui vivait chichement, dans la simplicité. Lorsqu’il mourut en 2006, 300 000 personnes suivirent le cortège funèbre.

Ce long préambule pour bien comprendre le tremblement de terre religieux qui suivit…Juste avant sa mort, le rabbin Kadouri annonça à ses disciples avoir « rencontré le Messie » en songe. Cette assertion, auprès d’un peuple qui n’a toujours pas compris que le Christ était venu sur Terre il y a 2.000 ans, entrait dans un cadre messianique assez récurrent chez quelques rabbins parmi les plus traditionnels.Il précisa : « J’ai écrit sur un papier le nom du Messie. Vous ne devrez ouvrir ce papier qu’un an après ma mort. »

Ce qui fut fait.Et là, c’est le drame ! Voici la note en question :

[image]
Vous vous rendez compte ????!!!!

Pardon ? Il faut vous traduire ?Bon, en gros, ça donne : « Il élèvera son peuple et confirmera Sa parole et Sa loi. »Rien de choquant en soi. C’est même presque une définition du Messie. Sauf que les initiales de cette petite phrase, notée par Kadouri, kabbaliste – et donc expert en codes ésotériques –, donnent « Yehoshua », ce qui, en français bien de chez nous, se dit et s’écrit « Jésus » !Bref, pour faire court, l’un des rabbins les plus saints, aimés, respectés, thaumaturge et prophète, annonce à sa mort que le Messie d’Israël, c’est… Jésus !depuis 2007, il ressort que KADOURI AVAIT ANNONCÉ LA VENUE DU MESSIE « APRES LA MORT D'ARIEL SHARON ».


[image]

LA FINANCE ACTUELLE par JEAN de FLOR.
Adresse pour rejouindre JEAN: jeandefloride@gmail.com
FINANCE ACTUELLE avec le contrat traitre des banquiers envers le peuple qui ne réalise pas encore le piège de l'argent dette.Durée: 68 min.
DISPONIBLE AUX ABONNÉS AU CLUB CRÉÉE SALLE 1401 -Janvier 2014 .Conférence à Québec.

[image]

À VENIR EN JANVIER 2014

Comment s'en sortir ?
Telle sera le sujet de la deuxième partie
de cette formidable conférence...
à venir la semaine prochaine

[image]

[image]
En 5 MINUTES - LE BITCOIN
SOURCE

[image]

[image]

UNE JEUNE FILLE DE 12 ANS AFFIRME QUE LES BANQUES CANADIENNE SONT CORROMPUES


Victoria Grant, une Ontarienne de 12 ans, est devenue une vedette YouTube après la diffusion de son discours économique sur les médias sociaux. Elle reproche aux banques canadiennes de se faire de l'argent injustement sur le dos des Canadiens lors de la Public Banking in America Conference, en Philadelphie.La jeune fille n'a pas froid aux yeux, alors qu'elle accuse les banques et le gouvernement de tenir les citoyens canadiens en "esclavage". "La dette nationale est de plus de 800 milliards de dollars. Pourtant, nous payons 160 millions de dollars en intérêts par jour. Ce sont plus de 600 milliards de dollars que nous dépensons en intérêts par année. À qui va cet argent?"
Jusqu'aux années 1970, le gouvernement fédéral empruntait directement à la Banque du Canada. Dans les dernières décennies, toutefois, les banques privées se sont mêlées de la partie. Plusieurs critiques sont adressées au gouvernement, qui doit payer de l'argent inutilement pour combler les marges de crédit des institutions privées.En date du 16 mai 2012, le vidéo avait été visionné sur YouTube près de 80 000 fois.

[image]

INITIALE MARC-ANDRÉ AU CANAL MAtv
SITE OFFICIEL MATV
[image]
LE rendez-vous Web et télé où toutes les questions trouvent une réponse. Animateurs passionés, chroniqueurs éclairés, recherchistes à l'esprit allumé, l'équipe de choc prête une oreille attentive aux préoccupations du public et propose des pistes de solution afin de mieux comprendre notre monde en perpétuel mouvement.ANIMATEUR : MARC-ANDRÉ COALLIER.

[image]

LE GROUPE CHINOIS ALIBABA SOUHAITE INTERDIRE L'UTILISATION DI BITCOIN SUR SA PLATEFORME TAOBAO
SOURCE
[image]
Le géant mondial du commerce en ligne Alibaba a annoncé mercredi 8 janvier son intention d'interdire à partir du 14 janvier la vente ou l'achat de bitcoins, ou de toute autre monnaie virtuelle, sur son site marchand Taobao. Le groupe chinois a expliqué dans un communiqué mettre simplement en application les restrictions annoncées le mois dernier par Pékin, qui avaient provoqué un plongeon du cours de la monnaie virtuelle vers la mi-décembre.

L'usage du bitcoin pour les transactions n'est déjà pas accepté par Alibaba. La banque centrale chinoise avait interdit aux établissements financiers toute transaction en bitcoins, et les autorités chinoises avaient également interdit aux plateformes de paiement en ligne les opérations de compensation impliquant des bitcoins.Taobao, qui a fêté l'an dernier son 10e anniversaire, pourrait à terme, selon des experts, concurrencer les géants américains eBay et Amazon.

[image]

LE WEB PROFOND OU WEB INVISIBLE OU ENCORE WEB CACHÉ
WIKIPEDIA

[image]
Le web profond ou web invisible ou encore web caché (en anglais deep web) est la partie du web accessible en ligne, mais non indexée par des moteurs de recherche classiques généralistes ; certains moteurs, tels que BASE, prennent cependant en compte cette partie du réseau. La terminologie web profond est opposée à web surfacique.Le web profond n'est ni le web sombre (en), ni un réseau d'anonymisation (les services web auxquels on peut accéder via des outils tels Tor, Freenet, I2P, etc.), ni le web opaque (indexable, mais non indexé) bien que, selon les conceptions, on peut considérer que ces deux derniers (voire les trois) en font partie.Une étude de juillet 2001 réalisée par l'entreprise BrightPlanet1 estime que le web profond pouvait contenir 500 fois plus de ressources que le web indexé par les moteurs de recherche. Ces ressources, en plus d'être volumineuses, sont souvent de très bonne qualité.En 2008, le web dit « invisible » non référencé par les moteurs de recherche représente 70 à 75 % de l'ensemble, soit environ un trilliard de pages non indexées2.Une partie très importante du web est théoriquement indexable, mais non indexée de fait par les moteurs. Certains auteurs3 parlent dans ce cas, pour le web non profond et non indexé, de web opaque (opaque web) ou de web presque visible (nearly visible web).

Le web profond et le web opaque sont accessibles en ligne aux internautes, les deux ne sont pas indexées par les moteurs : le web opaque pourrait être indexé.

Les algorithmes des moteurs étant semblables (par exemple, page rank), les zones indexées se recoupent en partie d'un moteur de recherche à l'autre. Les ressources matérielles des robots d'indexation ne sont pas, malgré des moyens matériels importants, à même de suivre tous les liens théoriquement visibles par eux, que le web (gigantesque) contient.

Une équipe de chercheurs allemands a étudié le comportement des robots d'indexation face à des sites contenant énormément de pages. Ils ont créé un site web composé de 2 147 483 647 pages (231 - 1). Ce site web étant un arbre binaire, il est très profond (il faut au minimum 31 clics pour arriver à certaines pages). Ils ont laissé ce site en ligne, sans le modifier, pendant une année. Les résultats montrent que le nombre de pages indexées pour ce site, dans le meilleur des cas, ne dépasse pas 0,0049 %.

VIDEO

Journal LaPresse du Samedi 15 Décembre 2013
[image]

[image]

[image]


SOURCE COMPLÉMENT SURPRENANT 50

[image]

MONNAIE LOCALE OU COMPLÉMENTAIRE
CARTES DES MONNAIE LOCALES EN FRANCE
[image]
SOURCE
Une monnaie locale est, en sciences économiques, une monnaie non soutenue par un gouvernement national (qui n'a pas nécessairement cours légal), et destinée à n'être échangée que dans une zone restreinte. Les monnaies de ce type sont également appelées monnaies complémentaires. Elles prennent de nombreuses formes, aussi bien matérielles que virtuelles. Parler de monnaie locale, c'est s'inscrire dans un discours économique particulier.


Histoire

La banque libre est l'environnement économique des monnaies locales. Les monnaies locales les plus connues de l'ère moderne sont les jetons de salaire émis par des entreprises pour payer les travailleurs, et les jetons de certains commerces pour favoriser la loyauté de leurs clients. Au dix-neuvième siècle et au début du vingtième, les défaillances des banques nationales durant les crises ont fréquemment créé une forte demande de liquidités, à laquelle satisfaisaient les monnaies de nécessité créées par les chambres de commerce, des municipalités, des entreprises et des commerçants. Ces monnaies étaient généralement destinées à être rachetées en monnaie nationale à une date ultérieure.

Quelques-unes de ces monnaies, néanmoins, menèrent à la mise en place d'un système monétaire à part entière. L'idée d'utiliser la banque libre pour produire une monnaie de rechange à usage communautaire remonte au moins aux coopératives d'épargne et de crédit allemandes, dans les années 1800. Les plus anciens émetteurs de monnaie locale toujours en usage sont la Banque WIR de Suisse et ce qu'on pourrait désigner comme les banques syndicales du Japon.

Le terme monnaie complémentaire est un hyperonyme de monnaie locale. Mais les deux termes sont souvent utilisés indifféremment. Dans l'usage courant, monnaie locale ne désigne pas une monnaie soutenue au niveau national, mais une monnaie à usage local exclusivement.

Ses défenseurs, comme Jane Jacobs, soutiennent que ce type de monnaie permet à une région économiquement morose, voire déprimée, de se remettre d'aplomb, en donnant aux habitants un moyen de paiement contre des biens et des services localement produits ou assurés. D'une manière générale, il s'agit de la fonction essentielle de toute monnaie. Cependant, les monnaies locales fonctionnent généralement dans des régions géographiques relativement petites et elles encouragent le recyclage en favorisant la réduction des émissions de carbone liées au transport et à la fabrication des biens. En ce sens, elles font partie de la stratégie économique de nombreux groupes écologiques orientés vers des pratiques de vie durable, comme par exemple le parti vert de l'Angleterre et du pays de Galles.

Les monnaies locales voient parfois le jour dans des situations de tourmente économique touchant la monnaie nationale. La crise économique argentine de 2002 en fournit un exemple : les certificats de reconnaissance de dettes, sans prise d'intérêt et en petites coupures, mis en circulation par les administrations locales adoptèrent rapidement, et avec succès, certaines des caractéristiques des monnaies locales.


Monnaies locales modernes

L'utilisation de monnaies locales a fortement augmenté dans les vingt dernières années. Aujourd'hui, plus de 2 500 systèmes de monnaie locale sont utilisés à travers le monde. L'un des plus en vue est le LETS, Local Exchange Trading System, un réseau d'échange supporté par sa propre monnaie interne. Démarré à l'origine à Vancouver, au Canada, plus de 30 systèmes LETS sont aujourd'hui actifs au Canada, et plus de 400 au Royaume-Uni. L'Australie, la France, la Nouvelle-Zélande et la Suisse possèdent des systèmes similaires.

Une ville du sud de l'Angleterre bat sa propre monnaie, la livre de Lewes6. Les quelque 16 000 habitants de Lewes, capitale de l'East Sussex, près de Brighton, peuvent l'utiliser uniquement dans les commerces locaux.

Plus de soixante-dix sociétés ou magasins acceptent cette devise, valant autant que sa grande sœur la livre sterling. Une dizaine de millier de billets d'une livre de Lewes ont été imprimés, ressuscitant une époque glorieuse où la ville battait monnaie, de 1789 à 1895.

______________________________________________________________________________

LES MONNAIES COMPLÉMENTAIRES
LE BOOM DES MONNAIES PARALLELES
[image]
La monnaie est un intermédiaire destiné à faciliter les échanges… si l’on devait faire une analogie entre l’économie et le corps humain, la monnaie en serait son sang. Les deux conditions suivantes sont nécessaires à sa bonne santé :
• que la masse monétaire soit disponible en quantité suffisante.
• que celle-ci circule ; une thésaurisation outrancière de la monnaie aurait pour effet de gripper l’économie.

Or, aujourd’hui, notre économie est malade… L’argent s’est fait rare !

Est-ce parce que seuls 3% des flux monétaires sont consacrés à l’économie réelle ? Les 97% restants représentant des transactions financières, autrement dit de la spéculation…

L’argent ne sert donc plus qu’à faire de l’argent ; il a été détourné de son objectif initial ; ainsi a-t-on oublié que la monnaie, en soi, n’a aucune valeur (et ceci est particulièrement vrai depuis le 15 août 1971, date à laquelle Nixon met fin à la convertibilité en or de la dernière devise qui lui était rattachée, le dollar) mais qu’elle n’est qu’une représentation de la valeur marchande d’un bien ou d’un service.

Autre aspect important, celui de la création monétaire : beaucoup pensent que ce sont les états qui, par l’intermédiaire de leurs banques centrales, créent la monnaie…. Ceci est vrai, mais en partie seulement : la monnaie sonnante et trébuchante que l’on range dans nos porte-monnaie et dans nos poches et que l’on appelle monnaie fiduciaire ne représente que 10 à 15% de la masse monétaire en circulation.

Les 85% restants, appelés monnaie scripturale car n’étant que des écritures comptables sur votre compte bancaire sont créés par les banques !

Ce sont donc aujourd’hui les banques privées qui créent la monnaie ; en voici le mécanisme : lorsqu’une entreprise ou un particulier ou n’importe quel autre acteur économique s’adresse à sa banque pour obtenir un prêt, cette dernière, par une simple écriture comptable sur le compte du demandeur, crée l’argent du prêt ; autrement dit, si j’ai besoin de 100 000€, la banque écrit 100 000€ sur mon compte ET PUIS C’EST TOUT ! Enfin presque, il existe quand même des règles qui régissent cette création monétaire mais le principe est celui exposé ici.

La création monétaire est donc le fruit d’une dette. L’argent ainsi créé alimente la masse monétaire en circulation. Parallèlement, le remboursement de la dette donne lieu à la destruction de cet argent précédemment créé. Autrement dit, si tout le monde remboursait sa dette, il n’existerait plus que la monnaie fiduciaire en circulation, c'est-à-dire quasiment rien. On comprend donc, selon notre système en vigueur, que c’est la dette qui est le moteur de notre économie !

Autre constat : la banque, lorsqu’elle accorde un prêt, demande une rémunération : ce sont les intérêts ; or, elle crée seulement l’argent nécessaire au prêt, mais pas celui qui permet de payer les intérêts : conclusion, il est mathématiquement impossible pour tous emprunteurs de rembourser leur dette car la masse monétaire en circulation n’est pas suffisante pour couvrir le montant du prêt plus celui des intérêts ; le système donne donc l’illusion qu’il fonctionne tant qu’il existe une demande d’endettement suffisante et que les banques sont disposées à l’honorer, mais lorsque, pour une raison ou pour une autre, ce processus s’arrête, le système tombe en faillite.

Puisqu’il semble que les politiques soient incapables de résoudre la crise systémique (pis, ils en portent une grande partie de la responsabilité mais là n’est pas l’objet de ce billet) dans laquelle nous nous débattons tous aujourd’hui, quelle initiative citoyenne peut permettre de reprendre, au moins, en partie, le contrôle de cette situation qui semble échapper à tous ?

Lors de la grande dépression des années 30, des villes ruinées et ravagées par le chômage mettent en place leur propre monnaie ; c’est ainsi qu’apparait le Wara à Schwanenkirchen, une petite ville minière de Bavière, cette monnaie permet de relancer l’économie du village. Cette expérience est suivie de celle, plus connue, de Wörgl en Autriche… mais les autorités de l’époque mettent fin à ces dispositifs malgré leur succès.

Cependant, en Suisse, à la même époque, apparait le WIR (voir article le WIR), une monnaie de paiement interentreprises, qui n’est lui, pas réprimé par les autorités suisses. Aujourd’hui organisé en banque, le WIR est utilisé par le quart des PME helvètes soit 60 à 70 000 entreprises et représente un montant d’échanges de près de 2 milliards.

Plus récemment, la crise argentine du début des années 2000, a, elle aussi vu la création d’un système de monnaie alternative mais victime de son succès, le marché a été inondé de fausse monnaie, ayant pour effet de mettre prématurément fin à l’expérience.

Aujourd’hui, on dénombre environ 5 000 projets de monnaies alternatives dans le monde ; que ce soit des monnaies entre particuliers (systèmes d’échanges locaux ou SEL), des monnaies interentreprises (comme le WIR, encore appelées Barters) ou bien de monnaies complémentaires mettant en relation entreprises, particuliers voire pouvoirs publics, banques.

Nous ne nous intéresserons, ici, qu’à la 3eme catégorie, les monnaies complémentaires.

Ces monnaies commencent à fleurir discrètement sur le sol national : Toulouse, Brest, Villeneuve sur Lot, Quimper, etc… des projets sont aussi en cours à Nantes et Montreuil.

Comme leur nom l’indique, ces monnaies, sont complémentaires à l’Euro et n’entrent pas en concurrence avec lui ; juridiquement, il ne s’agit d’ailleurs pas de monnaie mais de « titres de service » pour les coupons papier ou de services de paiement d’entreprise dans le cas de paiements électroniques. Il existe certaines obligations : chaque unité de monnaie complémentaire émise, l’est en contrepartie d’un Euro déposé dans une institution financière ; d’autre part, l’utilisation d’une monnaie complémentaire se fait dans le cadre d’une association et par ses membres uniquement donc tous les utilisateurs doivent être des adhérents de l’association.

Quels sont donc les avantages des monnaies complémentaires, dont les contraintes pourraient en décourager certains ?

Une monnaie complémentaire circule dans un circuit géographiquement limité : il s’agit d’un quartier, d’une ville, rarement d’une région. Ainsi, cette monnaie va dynamiser les échanges et resserrer les liens locaux.

Comme nous l’avons vu au début de cet article, il est nécessaire qu’une monnaie circule pour qu’une économie soit saine : les monnaies complémentaires sont généralement des monnaies fondantes c'est-à-dire qu’elles perdent une partie de leur valeur au bout d’un certain temps (en général 2% tous les trimestres) ; ce principe incite les porteurs à faire circuler l’argent rapidement au lieu de l’épargner. On sait qu’une unité de monnaie complémentaire circule environ 3 à 4 fois plus qu’un Euro. C’est ce que nous apprend le Chiemgauer, implémenté en Bavière depuis 2003.


ADVERTISEMENT


Autre enseignement de cette monnaie, le chiffre d’affaires des entreprises l’utilisant augmente et permet la création d’emplois supplémentaires.

Une monnaie complémentaire permet également de promouvoir certaines pratiques vertueuses (seront, par exemple, autorisées à l’utiliser les entreprises faisant du recyclage, vendant des produits locaux, mais pas les vendeurs de pesticides), solidaires etc…

Puisqu’une monnaie complémentaire est adossée à son équivalent en Euro, cela signifie que l’on double la masse monétaire en circulation ; d’autre part, les Euros sont placés dans des établissements financiers comme la NEF qui privilégient les projets respectueux de l’environnement, solidaires etc… ainsi, cet argent est à l’abri des paradis fiscaux, de la spéculation et des entreprises peu vertueuses.

Enfin, en cas de faillite bancaire ou de dévalorisation de la monnaie nationale, les monnaies complémentaires s’avèrent être un outil de résilience, au moins à court terme, contre les effets induits par ces situations.

Face à un système financier peu enclin à considérer les dégâts économiques et sociaux dont il est responsable, les initiatives citoyennes commencent à émerger, preuve d’une prise de conscience et que s’il y a changement, c’est de vous et de moi qu’il viendra


[image]

MANIFESTE POUR TIRER PROFIT COLLECTIVEMENT DE NOTRE PÉTROLE...
-Plusieurs personnalités du Québec économique plaident en faveur de l’exploitation des ressources pétrolières de la province-

SOURCE et VIDEO
[image]
Le document, intitulé Pour tirer profit collectivement de notre pétrole est divulgué la journée même où plusieurs médias, dont Le Devoir, font état du lancement, par Québec, d’un appel d’offres visant à évaluer le « potentiel économique » des énergies fossiles du banc des Américains, « une vaste zone maritime située tout juste à l’est de la pointe de la Gaspésie ».
[image]

Dans une déclaration transmise par communiqué, ce collectif – auquel participent Bernard Landry, Monique Jérôme-Forget, le président du Conseil du patronat du Québec Yves-Thomas Dorval, et le président de Manufacturiers et exportateurs du Québec Simon Prévost, on soutient que l’exploitation des ressources naturelles québécoises permettrait « l’enrichissement collectif » des Québécois, et donnerait ainsi l’occasion de s’attaquer à la dette nationale, tout en permettant d’assurer des revenus plus importants pour contrer le vieillissement de la population.

Ainsi, l’exploitation des hydrocarbures ouvrirait la voie à la « préservation de la redistribution de la richesse ».

[image]

PERSPECTIVE EXTRATERRESTRE
Selon la philosophie qu'il faut se mettre a la place de ET pour comprendre la race humaine.
Voici un petit vidéo intéressant suggéré par Jean-François- (En anglais désolé)

[image]

LA PETITE ET LA GRANDE CIRCULATION
[image]


La petite circulation :
Venant de l'oreillette droite, le sang passe dans le ventricule du même coté. Les contractions du ventricule droit envoient le sang dans l'artère pulmonaire qui pénètre dans les poumons et s'y ramifie en capillaires pulmonaires. Ces derniers se rassemblent en veines pulmonaires qui aboutissent à l'oreillette gauche.

Le cycle est ainsi bouclé, mais notons déjà la différence qui existe entre le sang artériel et veineux de la grande et de la petite circulation (oxygéné dans les artères de la grande et les veines de la petite circulation, contenant du gaz carbonique dans les artères de la petite et les veines de la grande circulation))


La grande circulation :
Du ventricule gauche, part l'aorte. De l'aorte, se détachent des artères qui se rendent dans toutes les parties du corps.

Les artères deviennent de plus en plus petites et se ramifient en capillaires.

Les capillaires se réunissent en vaisseaux de plus en plus gros : les veines. Ces dernières se rassemblent finalement en deux grosses veines : les veines caves (supérieure et inférieure) qui se jettent dans l'oreillette droite. Les veines provenant des viscères abdominaux (estomac, intestin,...) aboutissent à une grosse veine, la veine porte, qui traverse le foie d'où elle ressort pour rejoindre la veine cave inférieure.)


[image]

LE RETOUR du PETIT PRINCE PAYE AVEC DES DIAMANTS
dans le retour du petit prince,Film fat par Richard Glenn en 1987,le petit prince paye avec des diamants ou cristaux,Monnaie Cosmique...
[image][image][image]

De retour sur terre, le Petit Prince veut rencontrer des humains heureux.D'aventures en aventures, de rencontres en rencontres il découvre que seuls les enfants sont véritablement heureux... et aussi les adultes qui ont conservé leur coeur d'enfant

[image]

MONORAIL TRENSQUÉBEC/Émission Découverte
DOSSIER MOTEUR-ROUE
[image]
un reportage sera consacré au projet de monorail électrique à moteur-roues Trens Québec ( Train Rapide Électrique National Suspendu ). Un monorail qui fait miroiter la possibilité de réaliser le trajet Montréal-Québec en 1 heure.

[image]


ALLEMAGNE : UN OVNI FERME L'AÉROPORT DE BRÊME, LE 7 JANVIER 2014
[image]

Un "OVNI" a entravé la circulation de l'air mardi à l'aéroport de Brême, dans le nord de l’Allemagne, plusieurs vols ont été annulés et reportés après l'objet volant non identifié est apparu sur le radar. Nous ne savions pas ce que c’était un porte-parole a déclaré aujourd'hui à la police locale via la presse. L'hypothèse de la décision, comme toujours, pointez sur un drone ou un objet semblable à un ballon.
[image]

L’objet, comme l'a souligné les services responsables des contrôleurs de la circulation aérienne à l’aéroport, a disparu au bout de trois heures sans radar ont pu être identifiés.

Un vol de Francfort a dû être annulé, un avion qui avait décollé de Munich vers Brême a été détourné vers l'aéroport de Hanovre un vol de Paris a été informé qu’il devait interrompre l’atterrissage, mais pourrait prendre la terre quinze minutes retard.

Un détail intéressant est que l'OVNI ne pouvait pas être repéré par des moyens visuels, apparu visible sur le radar et presque invisible dans le spectre visuel humain.

[image]

LE PETIT CHAPERON EXTRATERESTRE
"Le petit chaperon rouge a compris trop tard qu'il n'était pas bon de poser trop de questions
car sa mère-grand n'était pas celle qui était couchée dans le lit.
Ces extraterrestres qui circulent dans notre ciel proche
sont peut-être "le grand méchant loup"
qu'il vaut mieux ne pas déranger.Rappelons-nous l'analogie que Richard Glenn fais depuis des années entre
"Le Petit Chaperon Rouge" qui découvre peu à peu
les étrangetés de l'apparence de sa mère-grand,
celle couchée dans le lit.

[image]
C'est que petit à petit que les indices se multiplient.Découvrirons-nous trop tardque ce n'est pas la bonne mère-grand qui est dans le lit,
mais le méchant loup qui saute hors du lit et avale le "petit chaperon rouge"
lorsqu'à force de poser des questions,
il l'avait presque démasqué.

[image]

TERRA (MONNAIE)
LIEN
[image]
Terra est le nom d'un projet de création d'une monnaie fondante mondiale. Cette monnaie serait basée sur un panier d'une douzaine de commodités et de services parmi les plus courants sur le marché mondial (et non plus d'or, de dollars ou d'obligations) stockées en réserves (la monnaie correspondant en quelque sorte à une part du reçu d'inventaire). Cette monnaie a un taux négatif de 3,5 % (correspondant globalement au coût du stockage)1. Le projet est actuellement défendu par l'économiste Bernard Lietaer.

[image]
Le Belge Bernard Lietaer, co-fondateur de la monnaie européenne, l'Euro, était le principal orateur de la conférence qui s'est tenue le 29 octobre 2003 à Denver, au Colorado, à l'intention de dirigeants économiques et politiques venus du monde entier. Il annonça son plan de mise en place du "Terra", la première monnaie de référence du commerce international.
Le but de cette réforme est de résoudre le problème causé, au niveau du commerce international, par l'abandon en 1971 du dollar or, qui était jusque-là la monnaie de référence. Cela a conduit à un accroissement de la spéculation monétaire, au point qu'une monnaie peut perdre actuellement une bonne partie de sa valeur en l'espace de quelques heures, sous l'effet de la spéculation ou de simples rumeurs. Cette situation monétaire instable, au niveau mondial, a provoqué de nombreuses crises économiques, qui ont frappé pas moins de 87 pays au cours des 27 dernières années. La victime la plus récente fut l'Argentine, au début de l'année 2002.
Selon le site Internet de cette conférence ;le "Terra" permettra de créer "une monnaie de référence, qui s'appuiera sur une douzaine de produits et services parmi les plus courants sur le marché mondial".
Ce projet a pour but de "nous garantir un futur stable, en mobilisant les puissantes énergies des entreprises multinationales, dont les dirigeants constituent les éléments les plus influents pour ce qui concerne notre avenir collectif".
La mise en place de ce nouveau système monétaire international s'inspirera beaucoup de ce qui a été fait pour l'Euro. La première étape fut de créer une monnaie européenne de référence, utilisée pour les échanges économiques internationaux. Pendant ce temps, les citoyens européens ont continué à utiliser leur monnaie nationale, au sein de la future zone Euro. Ensuite, quand ce nouveau système a été solidement établi, on a supprimé les monnaies nationales, et introduit l'Euro, la monnaie nouvelle, pour toutes les transactions.
En même temps que la conférence étudiait cette possibilité, elle a aussi examiné de quelle manière, à l'avenir, nous pourrions procéder pour "acheter et vendre", considérant les progrès fulgurants des technologies monétaires au cours du siècle dernier. Les participants ont fait remarquer que le plus grand besoin, dans le domaine des transactions commerciales, était de prévenir les vols et les usurpations d'identité, notamment dans le domaine des règlements électroniques, en particulier dans celui des règlements par cartes bancaires. On a proposé le recours à des cartes d'identité comportant la mise en mémoire d'informations biométriques, comme vos empreintes digitales, ou la structure de votre iris. Ces technologies nouvelles visent à déterminer l'identité réelle des acteurs de toute transaction commerciale ou financière.

______________________________________________________________________________

MONNAIE MONDIALE PHOENIX POUR 2018?
[image]
La couverture du magazine " The Economist" de 1988 !!!! parlait déjà d'une crise économique majeure qui aboutirait à la création d'une monnaie mondiale.La monnaie sera appelé « Phoenix », une monnaie qui renaît des cendres de la crise économique mondiale. On peut voir une pièce de « 10 Phoenix » sur la couverture du magazine The Economist, vol. 306, 9/01/1988. Cette monnaie sera adoptée en 2018.

Actuellement, le seul type de monnaie internationale est une devise. Cette devise représente un panier de devises qui est un dérivé des taux de change du top 20, tel que définit par le Produit Intérieur Brut (PIB). Elle est appelée le Wocu. Elle n’empêche pas le risque de fluctuation. La Wocu de WDX est une entreprise privée reconnue et en conformité avec le FMI. La Wocu reste un produit boursier aux mains d’un « puissant » privé, ainsi il n’est pas le fruit d’une Nation et de sa communauté nationale. Le Wocu est une monnaie de second plan. Elle changera de nom, de système et non d’investisseurs, lors de sa mise en place prévue en tant que monnaie mondiale.

[image]

MICHEL FOISY/L'ÉLECTRICITÉ RADIANTE/TESLA
SITE OFFICIEL
INVITÉ de la SEMAINE PROCHAINE AU VIDEORANDIA
[image][image]
Disponible Salle 907 Club Créée-

L'électricité que nous utilisons dans nos maisons est de L'ÉLECTRICITÉ ALTERNATIVE. L'électricité des nos batteries (accumulateurs) est de l'ÉLECTRICITÉ CONTINUE. Mais, voici la meilleure sorte d'électricité: L'ÉLECTRICITÉ RADIANTE que Nicolas Tesla aurait préféré nous voir utiliser dans nos maisons car on ne peut pas s'électrocuter avec et que nous pouvons "amplifier" à volonté simplement en utilisant des aimants placés judicieusement sur les fils, juste avant nos appareils électriques.

Allumez une ampoule électrique, avec des fils dénudés, dans un bassin d'eau du robinet, en tenant le tout, à mains nues. Oui, vous avez bien lu : "dans l'eau". Augmentez la force de l'éclairage simplement en déplaçant des aimants sur le bord des fils d'alimentation de l'ampoule.

Avec un peu d'électricité radiante, chaque maison pourrait en avoir assez pour tout faire fonctionner à très bas coût et sans danger d'électrocution.

[image]

  5360 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

169824 messages dans 35672 fils de discussion, 950 utilisateurs enregistrés, 67 utilisateurs en ligne (2 enregistrés, 65 invités)
Temps actuel sur le forum : 05/03/2021, 11:10
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum