Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion

Chars Leopard en Ukraine : l’Allemagne prendra une décision

par Jeromec, mardi 24 janvier 2023, 09:14 (il y a 3 jours) @ Jeromec

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1950462/pologne-allemagne-livraison-chars-assaut-l...

Chars Leopard en Ukraine : l’Allemagne prendra une décision « très rapidement »

Chars Leopard en Ukraine : l’Allemagne prendra une décision « très rapidement »
Un char d'assaut en action
L'acquisition de chars de type Leopard 2 représenterait pour Kiev un gain significatif susceptible de l'aider dans sa guerre contre l'envahisseur russe.

Afficher les commentaires
Radio-Canada
6 h 49 | Mis à jour à 8 h 51
Varsovie a officiellement demandé à Berlin la permission d'envoyer 14 chars Leopard 2 à Kiev, une manœuvre qui, selon Moscou, n'augure « rien de bon » pour la suite.

Le dépôt de la requête a été confirmé mardi par le ministre polonais de la Défense. L'Allemagne a déjà reçu notre demande d'accepter le transfert de chars Leopard 2 à l'Ukraine, a déclaré Mariusz Blaszczak sur Twitter, invitant du même coup Berlin à se joindre à la coalition de pays prêts à livrer de tels blindés au gouvernement Zelensky.

La Pologne espère maintenant une réponse rapide, a subséquemment déclaré le ministre à la presse.

Mariusz Blaszczak sous la neige.
Agrandir l’image(Nouvelle fenêtre)
Le ministre polonais de la Défense, Mariusz Blaszczak, apparaît résolu dans sa volonté de livrer à Kiev des chars d'assaut construits en Allemagne, avec ou sans l'assentiment de Berlin.

Berlin a de son côté confirmé la réception de la demande de Varsovie. Celle-ci sera étudiée avec l'urgence requise, conformément à la procédure prévue, a déclaré un porte-parole du gouvernement. Le ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius, a également assuré que la décision arriverait très rapidement.

Officiellement, les accords conclus sur la vente de chars interdisent l'exportation de ceux-ci vers un pays tiers. Varsovie assure toutefois être en pourparlers avec une quinzaine de pays pour décréter l'abandon unilatéral de cette clause.

En tout, une vingtaine de pays utilisent ces blindés tant convoités, dont l'Australie, les Pays-Bas, la Suède, le Danemark, la Finlande et la Norvège.

Le Canada possède 82 chars Leopard 2, et le premier ministre Justin Trudeau a réitéré lundi qu'il n'était pas exclu que certains d'entre eux soient livrés à l'Ukraine, comme il l'avait déjà laissé entendre la semaine dernière en entrevue au Globe and Mail.

Scholz inviter à trancher une fois pour toutes
La pression monte pour Berlin, alors que le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré mardi que la livraison de tels blindés à Kiev laisserait une trace indélébile et n'apporterait rien de bon à la relation [russo-allemande].

La Pologne, de son côté, a prévenu lundi qu'elle serait prête à se passer de l'aval de l'Allemagne si celle-ci continuait à souffler le chaud et le froid – une « indécision » décriée par l'Ukraine, qui réclame 300 chars lourds de la part de ses alliés occidentaux.

Pressé de toute part, le gouvernement de coalition au pouvoir à Berlin apparaît divisé sur cette question.

Dimanche, la cheffe de la diplomatie allemande, Annalena Baerbock (écologiste), a indiqué que son pays ne s'opposerait pas à la requête polonaise, alors que le chancelier Olaf Scholz (social-démocrate) ne s'est pas encore prononcé.

Jeudi dernier, le nouveau ministre de la Défense, Boris Pistorius, avait également évoqué que la décision serait prise « dans les prochaines heures ». Cinq jours plus tard, rien n'a bougé.

Selon des analystes, Berlin s'entête à bloquer l'envoi des blindés réclamés par Kiev par crainte d'une escalade militaire avec Moscou.

Cette hésitation au sujet des chars Leopard 2 n'a toutefois pas empêché les pays alliés d'annoncer vendredi dernier de nouvelles livraisons d'armes substantielles à l'Ukraine.''

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1950474/ukraine-gouverneurs-fonctions-demission-sc...

Ukraine : cinq gouverneurs et quatre vice-ministres démis de leurs fonctions
Le président de l'Ukraine Volodymyr Zelensky devant le drapeau de l'Ukraine.
Le président de l'Ukraine Volodymyr Zelensky


Afficher les commentaires
Agence France-Presse
Publié à 8 h 15
Cinq gouverneurs régionaux et quatre vice-ministres ont été démis de leurs fonctions en Ukraine, a annoncé le gouvernement mardi après un scandale de corruption présumé dans l'armée, en pleine invasion russe du pays.

Selon Taras Melnytchouk, représentant du gouvernement auprès du Parlement, les gouverneurs des régions de Dnipropetrovsk (centre) Valentin Reznitchenko, de Zaporijia (sud) Oleksandre Staroukh, de Soumy (nord) Dmytro Jivytsky, de Kherson (sud) Iaroslav Ianouchevitch et de la capitale Kiev Oleksiï Kouleba vont quitter leurs postes.

M. Reznitchenko a été accusé par plusieurs médias en novembre d'avoir attribué des contrats pour la réparation de routes portant sur des dizaines de millions d'euros à un groupe cofondé par sa petite amie travaillant comme entraîneuse sportive.

Selon des informations de presse, cet homme ainsi que ses confrères des régions de Soumy, Kherson et Zaporijia figurent dans des enquêtes judiciaires, alors que le limogeage de M. Kouleba est lié à sa prochaine nomination au sein de l'administration présidentielle.

Début du widget . Passer le widget?
Notre dossier Guerre en Ukraine
Fin du widget . Retour au début du widget?
Le gouvernement a également limogé le vice-ministre de la Défense Viatcheslav Chapovalov – dont la démission avait déjà été annoncée plus tôt mardi – celui de la Politique sociale Vitali Mouzytchenko et deux vice-ministres du Développement territorial, Ivan Loukeria et Viatcheslav Negoda.

Anatoliï Ivankevitch et Viktor Vychniov, tous deux chefs adjoints du service ukrainien des transports maritimes et fluviaux, ont également été démis de leurs fonctions.

Ces limogeages et démissions en cascade interviennent après des révélations de presse faisant état de prix gonflés dans un contrat d'approvisionnement alimentaire de l'armée ukrainienne, premier scandale de corruption à éclater depuis le début de la guerre au sein du ministère de la Défense.

Le président Volodymyr Zelensky avait annoncé lundi soir une série de décisions relatives au personnel face à ce scandale.

Les affaires de corruption étaient monnaie courante avant l'invasion russe de l'Ukraine. Ce scandale intervient alors que Kiev réclame à ses alliés occidentaux, dont le soutien militaire et financier est crucial, l'envoi de centaines de tanks pour faire face à Moscou.

  59 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

195733 messages dans 39790 fils de discussion, 1032 utilisateurs enregistrés, 35 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 35 invités)
Temps actuel sur le forum : 27/01/2023, 06:50
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum