Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion

Coca-Cola et Nestlé bientôt maitre de l’eau

par Antithèse12, jeudi 08 février 2018, 22:26 (il y a 100 jours)

La richesse d’une civilisation se mesurera bientôt en litres. On entend dire depuis quelque temps que le manque d’eau sera la cause de guerres dans un avenir pas très lointain et que la possession de cette ressource sera un trophée inestimable.

Or ici, dans le Sud, au cœur d’une région partagée entre quatre pays, se trouve la perle rare, l’aquifère Guarani, qui non seulement passe actuellement pour être la troisième réserve souterraine d’eau douce du monde mais aussi qui pourrait être la plus grande nappe d’eau existant sous terre, selon les dernières estimations.

Toutes les questions alarmistes habituelles, même les plus extravagantes, commencent à se faire entendre. Est-ce que les gens qui n’ont plus d’eau vont venir puiser dans le Guaraní ? Est-ce qu’ils risquent de nous prendre notre eau par la force ?

Et bien nous y sommes… Quand les trusts apatrides, plus puissants que les états qu'ils corrompent, auront fini de prendre le contrôle de toutes les ressources, de l'argent, de la santé, et de la nourriture, nous serons les bienvenus dans le meilleur des mondes où, nous ne déciderons plus de rien et serons esclaves de tout.

C'est déjà en bonne voie, dans l'indifférence de la majorité des gens. L'eau est une ressource vitale pour tous, malheureusement, pas tout le monde y a accès. Elle devrait être gratuite. Souvenez-vous du chef Raoni qui luttait contre le barrage Belo Monte et de la corruption des autorités.

Allons-nous laisser faire et nous laisser déposséder de cette eau qui appartient à toute l'humanité pour le profit?

Des sociétés privées comme Coca-Cola et Nestlé sont en train de privatiser la plus grande réserve d’eau, dans l’indifférence général. L’aquifère est situé sous la surface du Brésil, de l’Argentine, du Paraguay et de l’Uruguay, il constitue le deuxième plus grand système aquifère connu au monde.

Les principaux conglomérats transnationaux “avancent” dans leurs négociations pour privatiser le système aquifère. Des réunions ont d’ores et déjà été organisées avec les autorités du gouvernement actuel, comme Michel Temer, pour définir les procédures nécessaires à l’exploitation des sources d’eau par les entreprises privées. Les contrats de concession dureront plus de 100 ans.

Le premier entretien public sur ce dilemme a eu lieu le 25 janvier, le jour même de l’ouverture du vote pour la destitution du Président Dilma Rousseff. Comme le rapporte Central Politico : « Cette coïncidence a été fatale pour l’ajournement de la réunion. Il doit y avoir une autre liste de projets à accorder ou à privatiser à moyen terme, avec des ventes aux enchères pouvant aller jusqu’à un an, comme les distributeurs d’énergie Eletrobras et les sources d’eau douce. », ajoute le site de nouvelles.

Cette question s’étend au-delà de l’Amérique du Sud, car tous les êtres humains seront touchés par la décision de privatiser le deuxième plus grand système aquifère du monde. Essentiellement, les sociétés tirent profit d’une ressource naturelle qui devrait être librement accessible à tous.

Dans le cadre du Projet de protection de l’environnement et de développement durable du projet d’aquifère Guarani, connu sous le nom de Projet d’aquifère Guarani de l’ANA (SAG), l’aquifère serait géré et préservé pour les générations présentes et futures. Après la victoire des conservateurs en Argentine et le coup d’État, poussé par l’ultra-droite au Paraguay et au Brésil, seul l’Uruguay a pu voter sur la privatisation de l’aquifère.

Environ les deux tiers (1,2 million de km²) de la réserve sont situés sur le territoire brésilien, en particulier dans les États de Goiás, Mato Grosso do Sul, Minas Gerais, São Paulo, Paraná, Santa Catarina et Rio Grande do Sul. Les générations futures en souffriront si cet accord est conclu, et c’est pourquoi les organisations de défense des droits de la personne du monde entier s’y impliquent.

« La société civile organisée est attentive aux éventuelles stratégies de privatisation des groupes économiques transnationaux. Depuis 2003, l’Organisation des États américains (OEA) et la Banque mondiale, par l’intermédiaire du Fonds pour l’environnement mondial (FEM), ont mis en œuvre le projet de protection de l’environnement et de développement durable visant à rassembler et développer la recherche sur l’aquifère Guarani, dans le but de mettre en œuvre un modèle institutionnel, juridique et technique commun pour les pays du Mercosur. », indique un document de l’Organisation des droits de l’homme Terra de Direitos.

Rien ne changera si nous, en tant que population, restons les bras croisés et regardons des individus avides exploiter l’environnement et arracher des ressources précieuses aux générations présentes et futures. Si vous êtes d’accord, veuillez partager cet article pour sensibiliser les gens.

Petite aparté : c’est bien de s’indigner, et de faire passer l’info.

Mais sinon pour être concret à ce niveau, n’achetez plus de soda, ni de l’eau en bouteille, et surtout, interpellez vos chers Zélus pour la (re)mise en place de régie communale pour la gestion et la distribution de l’eau du robinet.

L’eau est un bien commun. Ce ne sont pas à des intérêts privés d’en monopoliser la distribution, en se gavant sur notre dos au passage.

Sources:
Mondialisation.ca
Truththeory

  244 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

145238 messages dans 30749 fils de discussion, 877 utilisateurs enregistrés, 11 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 11 invités)
Temps actuel sur le forum : 20/05/2018, 09:52
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum