Retour à l'index du forum
Chronologique

Des démissions d’infirmières à répétition qui pèsent lourd

par Jeromec, dimanche 05 juin 2022, 20:14 (il y a 65 jours)


https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1888632/depart-infirmieres-reseau-agences-placemen...

Des démissions d’infirmières à répétition qui pèsent lourd sur le réseau de la santé

Erreur provenant du média
Deux femmes de dos arborant un chandail noir sur lequel est écrit «La Chaudière déborde». En arrière-plan, la façade d'un hôpital.

En Chaudière-Appalaches, 700 postes d'infirmières sont à pourvoir. En conséquence, celles qui sont sur le front croulent sous le travail.

Photo : Radio-Canada / Camille Carpentier

Vincent Pichard (accéder à la page de l'auteur)
Vincent Pichard
Vincent Pichard
Publié hier à 19 h 09

La pandémie a découragé les meilleures volontés. Beaucoup de professionnelles de la santé, épuisées par la crise sanitaire, ont quitté le réseau public pour faire autre chose, pour prendre leur retraite, ou même pour travailler au privé.

Cette réalité se vérifie partout dans la grande région de Québec et en Chaudière-Appalaches. Depuis le début de l’année – qui n’est pas terminée –, 526 infirmières en poste au CHU

de Québec ont démissionné. Elles étaient 478 en 2021 et 417 en 2020.

Le CISSS

de Chaudière-Appalaches rapporte 310 départs pour la période 2021-2022, alors qu’il y en avait eu 240 en 2020-2021 et 213 en 2019-2020.

Les embauches ne parviennent pas à compenser cette fuite de main-d'œuvre. Résultat, il manque 800 infirmières au CHU
de Québec et 700 au CISSS

de Chaudière-Appalaches.

"Les gens n’en peuvent tout simplement plus", alerte Patricia Pouliot, la coprésidente par intérim du Syndicat des professionnelles en soins de Chaudière-Appalaches.
Les primes du gouvernement ont eu peu d'effet

Le gouvernement a bien tenté de convaincre les professionnelles de la santé de rester dans le public ou d’y venir, en accordant des primes. Hélène Gravel, la présidente de l’Association des entreprises privées de personnel soignant du Québec, juge que l’initiative n’a pas eu l’effet escompté.

"On n'a vu aucune différence. À notre avis, ce n'est pas une question d'argent, c'est une question de qualité de vie."

Brigitte Martel, la directrice des soins infirmiers au CHU

de Québec, abonde dans le même sens. "Il y a beaucoup d'offres de travail. Les infirmières font des choix pour leur vie personnelle."

Parce que le manque d’employés est criant dans les hôpitaux, le recours à des agences de placement augmente.

En 2019-2020, la proportion des heures travaillées par le personnel infirmier provenant d’agences au sein du CIUSSS

de la Capitale-Nationale était de 1,15 %. En 2021-2022, elle a atteint les 4,24 %.

Tandis que la saison estivale s’annonce, Patricia Pouliot craint le pire.''

[image]

Ça, c'est un cadavre qui est resté dans l'entrés des ambulances de l'hôpital Honoré-Mercier, à Saint-Hyacinthe. Le corps de ce patient est resté là de midi à 14h30, aujourd'hui. Il faisait 35 degrés celsius dans cet ancien garage converti en entrée pour les paramédics et leurs patients.

Si c'était la première fois que ça arrivait, on vous en parlerait probablement pas...

Centre hospitalier Honoré-Mercier, t'as #pasdallure

https://www.facebook.com/ftpq7300/photos/a.180006585387809/5092015667520185/

"On est rendu, je pense, et je n'aime pas tenir ce discours, à devoir couper des services. [...] La ligne est mince avant que les gens disent on lâche tout, on abandonne."

[image]

(chanté ça va bien aller, ça va bien aller...)

[image]

[image]

Un corps laissé à l’abandon plus de deux heures sur une civ

par Jeromec, lundi 06 juin 2022, 10:24 (il y a 64 jours) @ Jeromec

Si vous êtes dans la tranche d'âge des baby boomers, avez-vous confiance au gouvernement pour prendre soins de vous à la fin de vos jours.... (pas moi)


C'est drôle, j'ai l'impression que certains médias me lisent... dès fois...:-|

https://www.tvanouvelles.ca/2022/06/05/un-corps-laisse-a-labandon-plus-de-deux-heures-s...

Un corps laissé à l’abandon plus de deux heures sur une civière à l’hôpital
TVA Nouvelles| Publié le 5 juin 2022 à 13:44 - Mis à jour le 5 juin 2022 à 14:05
Un corps laissé à l’abandon plus de deux heures sur une civière à l’hôpital : reportage

Fullscreen
La dépouille d’un homme a été laissée sur une civière pendant environ 2h30, samedi, à l’hôpital Honoré-Mercier, à Saint-Hyacinthe, en Montérégie.

Le corps a été laissé dans le garage de l’hôpital où arrivent les ambulances alors qu’il y faisait très chaud.

«C’est un peu comme si on avait décidé de mettre cette civière-là avec un cadavre dedans dans le hall d’entrée de l’hôpital. C’est l’équivalent du hall d’entrée de l’hôpital pour les patients qui arrivent en ambulance», explique David Gagnon, vice-président de la Fraternité des travailleurs et travailleuses du préhospitalier du Québec (FTPQ-SCFP).


Lorsqu’un patient décède dans l’ambulance lors de son transport ou qu’une ambulance est appelée pour aller récupérer le corps d’une personne décédée à la maison, la dépouille est laissée dans le garage par les ambulanciers.

Il incombe alors à l’hôpital de prendre en charge la dépouille et de la déplacer.

Cette fois-ci, à l’hôpital Honoré-Mercier, les ambulanciers ont dû se plaindre pour que le corps soit finalement pris en charge par l’hôpital et déplacé.


Photo courtoisie

«Les travailleurs de l’hôpital non plus, ce n’est pas une façon dont eux ils doivent aimer disposer d’un cadavre. Ils doivent bien sentir que ce n’est pas la bonne chose à faire. C’est clair aussi, on pense nous à la famille, on pense aux paramédicaux pour qui c’est un environnement de travail. Ce n’est pas le bon endroit, on ne comprend pas pourquoi ça se répète toujours», déplore M. Gagnon.

Selon le syndicat, depuis 2019, des corps auraient été laissés dans le garage de cette façon au moins une dizaine de fois.

Les ambulanciers ont interpellé le ministre de la Santé, Christian Dubé, sur Twitter afin d’éviter qu’une telle situation ne se reproduise.

Le cabinet du ministre de la Santé qualifie cette situation d'«intenable».

«Nous allons faire des vérifications à l’instant auprès du CISSS. Nous comprenons qu’il y a un grave manque de main-d’oeuvre dans le réseau, mais ce genre de situation ne doit pas arriver. C’est une question de respect pour le défunt et sa famille», réagit le cabinet dans un courriel envoyé à TVA Nouvelles.


«Situation exceptionnelle»
La direction de l'établissement soutient, dans un courriel, qu'il s'agissait d'«une situation exceptionnelle alors qu’une ambulance est arrivée avec un patient décédé depuis plusieurs heures».

«Le médecin de l’urgence était occupé à voir des patients en attente de prise en charge et nous devions attendre l’autorisation du coroner pour déplacer le patient vers la morgue. De plus, la salle destinée aux patients décédés était déjà occupée. Les ambulanciers ont donc dû laisser le corps de la victime dans le garage à l’abri», explique la direction de l'hôpital.

«Nos équipes sont soucieuses et bienveillantes envers nos usagers et nos partenaires. Nous mettons tout en place pour éviter qu’une telle situation se produise à nouveau», peut-on aussi lire dans le courriel.

Fil RSS du sujet
193432 messages dans 39307 fils de discussion, 1015 utilisateurs enregistrés, 64 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 64 invités)
Temps actuel sur le forum : 09/08/2022, 12:39
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum