Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

***COMPLÉMENT GILLES SURPRENANT

par gilles surprenant ⌂, samedi 09 avril 2011, 05:29 (il y a 4140 jours) @ jfpoulin
édité par gilles surprenant, mercredi 13 avril 2011, 14:24

COMPLÉMENT GILLES SURPRENANT

[image]

ENFIN,IL N'Y A PLUS DE CHEMTRAIL DANS LE CIEL DE MONTRÉAL
depuis le 11 mars 2011.. à cause des radiations atmosphériques,plus aucun chemtrail dans le ciel du quebec

[image]

[image]

DÉFINITION DES TERMES

CONTRAIL:(condensation - trails = traînées de condensation): il s’agit de la condensation de la vapeur d’eau émise dans les gaz d’échappement des avions.Leur formation dépend et de l’altitude et de la température (aussi pour les moteurs à hélice)

. Caractéristique:-EPHEMERE- Les avions actuels, équipés de moteurs plus puissants génèrent des traînées plus persistantes sur des longueurs de 30 à 40 km.

DISTRAILS-(dissipation – trails = dispersion): ce sont des tunnels qui se forment lorsqu’un avion vole à travers un nuage. Les gouttelettes d’eau se transforment en vapeur d’eau.

CHEMTRAILS-(chemical – trails = traînées chimiques) : il s’agit de traînées d’avion délibérément provoquées par épandage à des fins militaires ou politiques.Elles sont plus persistantes (durent des heures et se déploient)En quadrillant, de grandes surfaces peuvent être couvertes.

[image]
Un chemtrail serait une traînée blanche dans le ciel ressemblant à une traînée de condensation mais constituée de produits chimiques ou aérosols et non de la vapeur d'eau laissée par les réacteurs des avions. Le nom lui-même est un néologisme construit par la contraction de l'anglais « chemical trail », soit « trainée de produits chimiques », sur le modèle de, et par opposition à, « contrail », contraction de « condensation trail ».
[image]

En 2001,aux États-Unis, le terme « chemtrails » se retrouvait dans un projet de loi nommé le Space Preservation Act, mentionné en tant qu'arme exotique. Ce projet présenté à l'origine devant le Congrès par le politicien Dennis Kucinich fut rejeté, si bien que les références aux chemtrails furent supprimées dans les versions suivantes. Dans une interview de janvier 2002, Bob Fitrakis, du journal Columbus Alive, demanda à Kucinich pourquoi il voulait introduire le terme chemtrails dans un projet de loi alors que le gouvernement US a sans cesse nié leur existence. Kucinich lui répondit : « la vérité est qu'il y a un programme entier, au Département de la Défense, nommé Vision pour 2020, qui développe ces armes » . Lors d´une audience publique à Santa Cruz(Californie), en juin 2003, Kucinich confirmait de nouveau l'existence et l´emploi effectif de l'arme climatique : « Chemtrails are real ! » affirmait-il[
[image]
selon certains les épandages poursuivraient simultanément plusieurs de ces objectifs.Un des objectifs principaux concernerait le contrôle du climat à des fins militaires, généralement avec des effets néfastes pour la population et l'écosystème, notamment par l'utilisation conjointe du système HAARP. Des expériences préliminaires auraient été menées en ce sens dans certains états aux USA dans les années 1990, et lors de la guerre du Golfe. Le contrôle du climat serait, à cet effet, un des objectifs de recherche militaire de l'US Air Force depuis de nombreuses années, cf. le rapport : « Le climat comme un multiplicateur de force: posséder le temps en 2025 ».

[image]
PARMI LES OBJECTIFS,ON RETROUVERAIT AINSI:

DES OBJECTIFS ÉCONOMIQUES: le contrôle du climat permettrait de contrôler en partie l'économie d'une nation, au niveau social ou agricole, par exemple, en sabotant de façon silencieuse les récoltes d'un pays par l'augmentation des précipitations, des orages, des tornades, ou de canicules. (cf. HAARP).

LE CONTROLE DU CLIMAT en temps de guerre, conjointement avec HAARP : brouillage des communications, génération de perturbations atmosphériques.

LE CONTROLE DE LA POPULATION: au sens manipulation mentale et/ou contrôle démographique. Dans ce dernier cas, l'épandage de chemtrails pourraient être un moyen global plutôt discret pour affaiblir les défenses immunitaires, et épandre virus et bactéries.

Concernant la modification du climat à l'échelle mondiale, les techniques utilisées seraient celles qu'a inventé une science de contrôle climatique dénommée la Géo-ingénierie, qui fit son apparition dès les années 1950 et qui, selon les partisans, serait appliquée à l'échelle mondiale depuis presque deux décennies. Cette dernière consiste à larguer des particules réfléchissantes dans l'atmosphère via des moyens aériens (ballons, avions ou fusées). Selon les partisans, les chemtrails seraient d'ailleurs en partie à l'origine de l'assombrissement global. En termes de modification climatique, les chemtrails poursuivraient ici deux objectifs contradictoires :
[image]
LA LUTTE CONTRE LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE: pour certains partisans, les chemtrails seraient un moyen de créer une sorte de bouclier chimique qui filtrerait une partie des rayons du soleil et permettrait ainsi de diminuer l'indice UV. Néanmoins, d'après d'autres partisans, cette raison officieuse serait de la désinformation.Dans le cas, par exemple, de l’interdiction de vol de trois jours qui a suivi les attentats du 11 septembre aux États-Unis, un écart de température moyenne d'1,35 °C par rapport aux prévisions météo aurait été noté. Ceci aurait confirmé que les contrails refroidissaient localement et provisoirement le climat.

LA CRÉATION D'UN EFFET DE SERRE ARTIFICIEL: en revanche, pour d'autres partisans, les chemtrails contribueraient au contraire à favoriser le réchauffement climatique, car les nuages artificiels provoqués par les épandages de nuit, majoritaires, bloqueraient les radiations infra-rouge dans l'atmosphère.Les brevets concernant des méthodes d'épandages d'aérosols contenant des métaux lourds, et matières organiques (virus, bactéries) seraient légion. Ainsi une référence souvent citée parmi les partisans des chemtrails est le brevet Welsbach qui présente une méthode pour réduire l'effet de serre par le biais d'épandages à grande échelle de particules dans l'atmosphère.

il est difficile de déchiffrer une règle stricte et routinière des épandages. Néanmoins, selon eux, une observation quotidienne et répétée du ciel que tout un chacun peut faire par temps dégagé, permet de conclure justement que les trainées observées ne peuvent uniquement provenir d'un trafic aérien « normal » régulier utilisant des couloirs statiques. Ainsi, selon eux, il est possible de constater les faits suivants qui indiqueraient qu'il puisse s'agir d'épandage :
[image]
Les chemtrails peuvent être répandus aussi bien de jour comme de nuit. Beaucoup d'entre eux se feraient d'ailleurs la nuit (bien visibles à la lumière de la lune)ou au petit matin. Ceci alors qu'il est argumenté que de simples trainées de condensation ne se forment que très rarement la nuit . Certains jours, les chemtrails seraient clairement répandus « en face le soleil » (i.e. par rapport à un point donné au sol), alors que dans la direction opposée, le ciel en serait dépourvu; ceci étant particulièrement flagrant quand le ciel est vide de nuage au départ.Beaucoup de chemtrails seraient reconnaissables au fait qu'ils disparaîtraient beaucoup plus lentement que les traînées de condensation d'avions, resteraient plusieurs heures en forme de traînées en s'étendant progressivement pendant un long moment, pour enfin former un voile artificiel; durant ce temps, il est possible d'observer des volutes aux formes « inhabituelles » et très diverses. Il en résulte un ciel brumeux et blanchâtre, voire éblouissant. Ceci alors que les conditions d'apparition de traînées de condensation ne seraient pas remplies la plupart du temps, contredisant ainsi la théorie selon laquelle les avions ne produisent des traînées de condensation que quand la température est très faible et le taux d'humidité très élevé. Dans certains cas, il serait également possible d'observer la formation d'une couche nuageuse en dessous ce voile.Les chemtrails seraient épandus à haute et basse altitude. En particulier, certains avions dispersant les chemtrails ne suivraient pas toujours les couloirs aériens civils, voleraient assez bas avec une altitude inférieure à 4 000 m / 12 000 pieds, altitude très peu favorable à la formation de trainées de condensation, dont la probabilité d'apparition augmente à partir de 32 000 pieds (8 000 m). Les avions voleraient plus lentement, seraient plutôt silencieux, bien visibles à l'œil nu et auraient des directions « atypiques »
[image]
par rapport à des avions de ligne normaux. Ces avions seraient banalisés, par exemple : blancs sans aucun marquage visible, rendant leur identification délicate. Les avions seraient la plupart du temps des ATR survolant l'espace militaire.Il aurait été remarqué que les chemtrails sont souvent dispersés suivant des motifs de lignes parallèles, croix ou quadrillages; en un lieu donné, ces derniers ne seraient d'ailleurs pas toujours tournés dans le même sens, et ne pourraient ainsi être confondus avec des couloirs aériens. Notamment, il arriverait fréquemment que n avions venant de n directions différentes, se croisent à quelques secondes d'intervalle seulement.Il serait régulièrement possible d'observer le point de commencement et de fin de l'épandage, voire des avions commençant et arrêtant un épandage.
Le jour suivant un épandage, il serait possible d'observer ces retombées sous la forme de nuages grisâtres bas, s'effilochant, sans réelle consistance, restant dans certains cas, sous la forme de lignes parallèles, croix, etc. Ceci est particulièrement visible lors de journées sans vents.
Les chemtrails seraient dispersés aussi bien au-dessus des villes, quelle que soit leur taille, des campagnes, des montagnes, ou au large (visible sur photos satellite), et se feraient souvent région par région. Si bien que certains jours,
[image]
il serait possible d'observer clairement sur les photos satellite, des régions entièrement couvertes de trainées, alors que d'autres frontalières restent immaculées[28]. Selon Franz Weber, écologiste suisse : « Les avions paraissent souvent par groupes de 3 à 5, ou en vol parallèle très rapproché. On peut en observer parfois jusqu´à une dizaine. Il s'agit souvent aussi de passages à l´écart des couloirs aériens connus. »
Il serait possible de remarquer des avions laissant des trainées persistantes, et d'autres n'en laissant aucune, ceci alors que ces avions volent de front et à la même vitesse.Certains chemtrails seraient reconnaissables à leur forme en « collier de perle ». Selon Franz Weber, à propos de l'aspect des chemtrails : « Il arrive aussi que ces nuages se « recroquevillent » en boule jusqu´à ressembler à des colliers de perles. Malgré toute la créativité dont nos météorologistes font preuve dans leurs explications, il est clair que les traces de condensation n´ont jamais eu cette apparence-là. »
Les chembows : un phénomène qui serait de plus en plus fréquent est le chembow - pour chemical rainbow - pseudo arc-en-ciel qui a la singularité d'être à l'envers et qui témoignerait d'un processus d'irisation . Certains clament que cette observation , inhabituelle il y a quelques années, serait le résultat d'un épandage microparticulaire dans l'atmosphère.
Selon certains partisans, un des moyens de « lutter » directement contre les chemtrails, serait l'utilisation d'orgone, et notamment l'usage de chembusters.

[image]
LES BREVETS SE RATTACHANT AUX CHEMTRAILS
SOURCE
Ceux qui sont responsables des épandages aériens peuvent bien nier ce qu’ils veulent, mais ils se trahissent en voulant protéger leurs investissements. Les archives du service gouvernemental américain des brevets sont là pour en témoigner : le cerveau humain est capable de bien tristes réalisations:

27 avril 1920
Paul Weiss

Procédé et appareil pour la production de nuage, brume ou brouillard artificiel intense.
“La présente invention rend possible la production de brouillard artificiel très opaque en effectuant la vaporisation de chlorides anhydrés, tels que le chloride de titanium ou le chloride stanique, ou un autre corps semblable, dans une atmosphère humide et amonaquifié.”

1 mars 1927
Donald Bradner

Procédé pour produire des nuages de fumée à partir d’un avion en mouvement.
“Entre autre objet de cette invention est la possibilité d’un procédé où des liquides fumigènes peuvent êtres relâchés d’un avion, et où le liquide réagit avec un ou plusieurs des constituants de l’air ou l’atmosphère et génère un écran de fumée en tombant.”

24 avril 1951
Harvey Brandau
W.C. Inc

Procédé pour contrôler le climat.
“Cette invention relate un procédé pour effectuer des changements dans les conditions météorologiques et plus spécifiquement à un processus pour dissiper les nuages et le brouillard en nettoyant l’atmosphère de particules d’humidité qui sont assez grosses pour être visibles, mais pas encore assez grosses pour retomber de leur suspension dans les gaz de l’atmosphère.”

15 janvier 1952
Mal Carberry
Fresno

Appareil de dissémination de matériel pour les avions.
“Cette invention se rapporte à un appareil pour disséminer des matériaux finement divisés ou en poudre à partir d’avions, tel que communément connu et pratiqué dans l’art de l’arrosage des champs.”

13 octobre 1959
Roger T Stone
Fincase

Méthode de dispersion des nuages et brouillards atmosphériques naturels.
“La présente invention se rapporte au contrôle du climat et plus particulièrement à une méthode de dispersion des nuages et brouillards atmosphérique, aussi bien que la provocation de précipitations.”

24 janvier 1967
Stuart Seaton
NASA

Moyen de communiquer à travers une couche de gaz ionisés.
“Cette invention se rapporte généralement à la modulation des oscillations électromagnétiques et plus particulièrement concerne une méthode et un appareillage pour communiquer à travers une couche de gaz ionisés.”

11 avril 1967
David Merrill

Appareil d’ensemencement de nuages.
“La présente invention se rapporte en général à un appareil d’ensemencement de nuages et plus particulièrement à un outil aéroporté d’ensemencement de nuages adapté à la production de cristaux d’iodes d’argent de type gamma à être dispersés dans les nuages pour induire la pluie.”

30 juin 1970
Arnold Miller
Rockwell

Nuage artificiel d’ions.
“Appareil et méthode pour produire dans la couche d’ozone un nuage artificiel d’ions ayant une densité d’électron suffisante pour refléter les ondes électromagnétiques. Des microsphères d’hydride de lithium, hydride de sodium, lithium butyle, ou césium éthyle sont relâchés par un bec verseur (nozzle) installé sur un véhicule traversant la stratosphère.”

20 octobre 1970
Jay Don Gensler
Dow Chemical

Contrôle des particules atmosphériques.
“Un procédé pour produire la coalescence et la précipitation des particules suspendues dans l’atmosphère tel brouillard, fumée, nuages, et autres en contactant de tels atmosphères saturées avec une polyélectrode sous forme de fines particules. La polyélectrode rompt l’équilibre électrique à l’intérieur de la masse de particules suspendues.”

15 janvier 1974
William Womack
Colspan

Système d’ensemencement de nuages.
“Un système d’ensemencement de nuages comprenant un véhicule fusée propulsante surmotorisée solide et un moyen de lancer le véhicule pour transporter les matériaux d’ensemencement de nuages vers les nuages pour augmenter les précipitations et/ou supprimer la formation de grêle.”

5 mars 1974
Rudolf Kuhue
Meister Lucius & Bruning

Procédé de modification climatiques.
“Les produits de condensation des acides sulfoniques et des aldéhydes alipatiques de la naphtalène, ou furfureux, ou composés capables de relâcher de tels aldéhydes, sont efficaces pour influencer la température. ex: ils éliminent le brouillard et les nuages, ou causent la pluie.”

12 août 1975
Donald Werle
US Navy

Génération de contrail de poudre.
“Une poudre de particules dispersant les pigments de lumières, dont la surface est traitée pour minimiser les forces de cohésion entre particules, est poussée d’un moulin de propulsion désaglomérant en particules séparées pour produire un contrail de poudre ayant une visibilité et un rayon de dispersion maximal pour le poids de tout matériel donné.”

30 nov. 1976
Roger Kitterman
Albany Int’l
(acrobat .pdf)

Diffusion de traces d’agents chimiques biologiquement actifs.
“Une méthode et un dispositif conçus pour disséminer de façon égale par des techniques d’épandage, des quantités d’agents chimiques biologiquement actifs tel que nutriments, insecticides, fongicides, régulateurs de croissance et autres. Les agents chimiques biologiquement actif sont encapsulés dans un microdistributeur tel qu’un conduit filamenteux de grandeur et de croisement régulés. Les microdistributeurs remplis sont ensuite introduits dans une force de déplacement des fluides, préférablement l’air, et le liquide porteur contenant les microdistributeurs est ensuite diffusé à travers la région.”

16 août 1977
Neil Brice
Cornell Research

Méthode et appareillage pour déclencher un changement substantiel dans les caractéristiques terrestres et mesurer les changements terrestres.
“Des précipitations substantielles de particules énergétiques sont déclenchés par l’injection de gaz de basses énergies ionisées, tels que l’hydrogène, dans des régions de grande affluence de particules énergétiques ou près de l’équateur magnétique.”

12 déc. 1978
Andrew Pouring
US Naval Academy

Méthode et appareillage pour la production de matériaux d’ensemencement.
“Une méthode préférée de réaliser l’invention inclut chauffer un composé volatile dans une chambre fermée pour former une vapeur, pressurisant la chambre avec du nitrogène gazeux et relâchant avec contrôle la combinaison vapeur-nitrogène résultante par une bec verseur (nozzle) ou orifice en débit supersonique.”

27 février 1979
Robert Gerber
US Navy

Distributeur automatique de cartouches de modifications climatiques.
“Un distributeur de cartouches de modifications climatiques pour mettre à feu et distribuer automatiquement des charges pyrotechniques de modifications climatiques où le distributeur est en fait un canon à ressort automatique motorisé.”

31 août 1982
O. Tsutomu
Hiraoka

Matériel de couverture protectrice blanc capable de refléter les rayons ultraviolets.
“Qui comprend (A) une matrice matérielle substantiellement transparente comprenant un matériel polymère thermoplastique et (B) un agent blanc reflétant les rayons ultraviolets comprenant du ZrO², le matériel de la couverture étant difficile à distinguer des surfaces de neige non seulement par l’oeil nu, mais aussi, par un appareil d’inspection de rayons ultraviolets.”

7 déc. 1982
Robert Montmory
ANVAR


Procédure pour la modification artificielle des précipitations atmosphériques aussi bien que les composés avec un base de sulfoxyde diméthylique pour utiliser dans la réalisation de la dite procédure.
“Un procédé pour modifier artificiellement les précipitations atmosphériques où une composition liquide contenant du sulfoxide dymethylique comme principal ingrédient est dispersé dans l’atmosphère à partir d’un récipient en forme de microgouttes ayant un diamètre moyen se situant entre 1 et 10 microns.”

1 nov. 1983
Wesley Yates
Berkeley Un.

Pulvérisateur laminaire micropropulsé et méthode d’épandages aériens de liquides.
“Un pulvérisateur laminaire micropropulsé et la méthode d’épandage aérien impliquent l’utilisation d’une carlingue ayant une ouverture dans les pales de directions pour ainsi permettre une zone confortable à l’intérieur des ailes dans laquelle le liquide pour l’épandage est introduit.”

31 mars 1987
Pierre St-Amand
US NAVY

Méthode de production de nuages cumulus.
“La rupture d’une inversion thermale et la formation de nuages cumulus est produite par la mise à feu d’une composition pyrotechnique contenant un métal terrestre alcalin.”

10 nov. 1987
Irving Barditch

Aérosol chargé.
“Une méthode de défense contre des nuages d’aérosols toxiques de guerre utilise un aérosol défensif chargé qui est épandu dans les nuages. L’aérosol défensif est fait d’un agent défensif qui peut être chimiquement ou biologiquement actif.”

14 août 1990
Jules Picot

Appareil de vaporisation liquide pour l’épandage aérien.
“Un vaporisateur liquide rotatif pour l’épandage aérien est activé par un moteur à vitesse variable, alimenté à son tour en courant d’un générateur AC à vitesse variable. Le générateur est alimenté d’un démarrage fourni par le moteur de l’avion d’épandage, un ensemble de fonctionnement inclut un appareil pour contrôler la vitesse du générateur relativement à la vitesse de l’appareil.”

12 mars 1991
Ronald Bass
APTI

Création de nuages d’ionisation artificielle au-dessus de la terre.
“Une méthode pour former un nuage d’ionisation artificiel au-dessus de la terre en chauffant initialement le plasma résident à une altitude désirée avec des radiations électromagnétiques ayant une fréquence approximativement la même que le plasma.”

26 mars 1991
David Chang
Hughes

Ensemencement stratosphérique welsbach pour la réduction du réchauffement global.
“La méthode inclut l’étape d’ensemencement de la couche de gaz absorbants la chaleur dans l’atmosphère avec des particules de matériaux caractérisés par une dépendante émissivité des ondes.”

13 août 1991
Bernard Eastlund
APTI

Méthode pour produire une coquille de particules relativistes à une altitude au-dessus de la surface terrestre.
“Une méthode pour établir une région de plasma de haute densité et de haute énergie à une altitude d’au moins environ 1500 kilomètres au-dessus de la surface terrestre.”

25 octobre 1994
Graeme Mather
WRC

Méthode d’ensemencement de nuages.
“Une méthode d’ensemencement de nuages pour l’amélioration des précipitations comprend le relâchement de particules d’ensemencement hygroscopiques à partir d’une fusée d’ensemencement. Les particules sont obtenues par combustion, dans la fusée, une composition pyrotechnique qui inclut, comme agent oxydant, un composé sélectionné du groupe composé de chlorure de potassium et perchlorure de potassium.”

1 nov. 1994
Slavko Mentus
Alberta

Méthode et composition pour des précipitations d’eau atmosphérique.
“Une méthode pour précipiter l’eau atmosphérique par un moyen d’aérosol multi composant, incluant des compositions d’aérosols multi composantes complexes à base d’iodide.”

13 nov. 2001
Peter Cordani

Méthode de modification climatique.
“Une méthode pour modifier artificiellement le climat en ensemençant des nuages de pluie d’un orage avec les polymères aqueux interreliés appropriés. Le polymère est dispersé dans le nuage et le vent de la tempête agite le mélange forçant le polymère à absorber la pluie.”

Et le plus incriminant des brevets dans l’affaire des chemtrails:


14 avril 1992
Laurence Reising
Boeing

Appareil et méthode pour rejeter de la matière d’un avion.
“Un éjecteur de fluide pour décharger des gaz et des fluides d’un avion. L’éjecteur de fluide est rattaché à une surface extérieure de l’avion et inclut un tube d’air qui est espacé de la surface extérieure de l’avion par un mât.”


PHOTOS DE CHEMTRAILS PRISES AU QUÉBEC
PHOTOS

[image]
CHEMTRAIL TRAINÉ CHIMIQUE VILLE DE QUÉBEC LE 21 MAI 2010
PHOTOS

CHEMTRAILS EN FRANCE
PHOTOS


LIVRE-CHEMTRAIL:LES TRACÉS DE LA MORT par Nenki
[image]
Le phénomène des chemtrails exposé par un Québécois. L'explication des enjeux et des conséquences désastreuses sur la santé, l'écosystème et le comportement humain. Avec de nombreuses références en ligne, des témoignages, des archives et autres, François Pierre, alias Nenki, résume une quantité impressionnante d'informations sur le contrôle mondial des masses par le gouvernement.


UN CHEMTRAIL DANS LE CIEL DE L'ALLEMAGNE NAZIE EN 1938!
VIDEO-Le Chemtrail peut être vu à 1.29 :
[image]


CHEMTRAIL,LE PRÉSENTATEUR MÉTÉO DIT LA VÉRITÉ
VIDEO MÉTÉOROLOGUE CHEMTRAILS


73 AVIONS AVANT LE DÉJEUNER
VIDEO

IMAGE PRISE DE L'ESPACE OU L'ON VOIT PLUSIEURS CHEMTRAILS
[image]

Un film incroyable qui apporte des preuves tangibles que nous somme victimes d’aspersion d’aluminium et de baryum par avion et ce pour des objectifs plutôt obscures. Ce film doit faire le tour, il se doit d’être visionné par le plus grand nombre de personne possible, car les chemtrails hypothèquent la vie des générations à venir.Vous ne croyez pas au chemtrails? regardez ce film et preparer vous à la vérité.
FILM 97 MINUTES
[image]

U.F.O. CONTRE CHEMTRAILS 1
VIDEO 1


U.F.O. CONTRE CHEMTRAILS 2
VIDEO 2

[image]


Tous aux abris le livre qui sauve P F Derems 1982

[image][image]

LA RADIOACTIVITÉ C'EST LA VIE
[image]


LA COUCHE D'OZONE EST TRES MINCE CETTE ANNÉE
[image]

C’est en 1985 que l’alerte a été donnée avec la découverte d’une diminution importante de la concentration d’ozone au cours des mois de septembre et d’octobre au-dessus du continent Antarctique. Une réduction de près de 50 % du contenu total d’ozone était observée, se produisant au cours du printemps austral et couvrant toute la surface de l’Antarctique.

Depuis la fin des années 1970, l’épaisseur de l’ozone est passée, en certains endroits, de l’équivalent de 3 mm à 2 et même 1,5 mm aujourd’hui, en moyenne pour le mois d’octobre.

C’est cette diminution relative de l’épaisseur de la couche d’ozone stratosphérique (par rapport à son épaisseur standard ou initiale de 300 DU), que l’on nomme « trou d’ozone » ou « trou dans la couche d’ozone ».

En 2000, 2001 et 2003, le trou dans la couche d’ozone a atteint une superficie jamais observée avant 2000, alors que celui de 2002 était le plus petit qui ait été observé depuis 1998. En effet, à la fin de l’été 2003, le trou a de nouveau atteint un record de superficie… pour diminuer rapidement durant le mois d’octobre. En 2006, un nouveau record a été enregistré au-dessus de l’Antarctique
[image]

En 2006, l’ONU et les experts alertent sur le fait que la couche d’ozone se reconstitue moins vite que prévu, en raison probablement de l’utilisation persistante de gaz interdits, mais peut-être aussi à cause de l’effet de serre et des trainées de condensation laissées par les avions. Ces dernières, avec d’autres émetteurs de gaz à effet de serre, contribuent en réchauffant les basses couches de l’atmosphère à priver les hautes couches d’une partie des calories provenant du rayonnement du sol. Ces hautes couches se refroidissent, or le froid intensifie les réactions chimiques de destruction de l’ozone.

Le trou dans la couche d’ozone a atteint une superficie record fin septembre 2006. À cette époque, à Ushuaia, petite ville du sud de l’Argentine (non loin de l’Antarctique), les habitants ont été contraints de ne pas sortir découverts, car ils risquaient des irradiations.

Le trou de la couche d’ozone :

Le trou dans la couche d’ozone a atteint une superficie record fin septembre 2006. À cette époque, à Ushuaia, petite ville du sud de l’Argentine (non loin de l’Antarctique), les habitants ont été contraints de ne pas sortir découverts, car ils risquaient des irradiations.

[image]

LE PRIX DU PÉTROLE AUGMENTE...A CAUSE DE 3 RAISONS

[image]
BP et toutes les pétrolières qui ont fait des ravages (naufrages de tankers)
......Les pétrolières doivent dédommager les victimes...

[image]
......BP - Golfe du Mexique +5 millions de barils: Dette 40 milliards de $$$$$$$$$
b- Les guerres et guéguerres au Moyen-Orient.

[image][image]

......La guéguerre en Libye pour commencer des puits dans la Méditerranée.
c- Épuisement de la ressource naturelle

[image]

AUTOS ÉLECTRIQUES

Toyota Prius: 1 million d'exemplaires vendus aux USA]

[image]

Onze ans après son lancement chez l'Oncle Sam, la Toyota Prius franchit un cap symbolique.
Lancé en 1997 au Japon puis en 2000 en Europe ainsi qu'aux Etats-Unis, la première Toyota Prius n'a pas laissé un souvenir impérissable.

En revanche, la deuxième génération commercialisée en 2003 a été un vrai succès, faisant de la Toyota Prius et de son look reconnaissable entre tous, le véhicule emblématique des hybrides vendus de par le monde. Une réussite renforcée avec l'arrivée de la Prius 3 en 2009.

Bob Carter, vice-président de Toyota USA, s'est félicité de ce résultat en soulignant que ce million de Toyota Prius vendu avait permis au parc automobile américain d'économiser 2.19 milliards de dollars de pétrole et d'émettre 12,4 millions de tonne de CO2 en moins, grâce aux différents systèmes hybrides employés.


Voiture electrique : Nissan Leaf
[image]
VIDEO

La mobilité électrique semble à nouveau marquer un nouveau point sur le marché de l’automobile classique. En effet, c’est la Leaf du constructeur nippon Nissan Motors qui a remporté le titre de voiture de l’année 2011. Ce véhicule fait doublement honneur à Nissan vu qu’elle se présente comme le tout premier véhicule électrique à obtenir une telle nomination. La Leaf, qui se présente comme le premier véhicule de type « zéro émission » qui sera commercialisé en grande série a l’échelle mondiale, a du faire face a 40 autres véhicules compétiteurs afin de pouvoir obtenir la première place sur le podium de l’une des plus illustres récompenses automobiles.
[image]
La consécration de la Leaf du constructeur Nissan a été rendue possible grâce à un panel composé de 58 journalistes provenant de 23 pays.

Publicité Nissan Leaf avec un Ours Polaire
Nissan fait dans la pub classe et écologique avec cette nouvelle vidéo de publicité pour sa Nissan Leaf.On y voit un ours polaire qui quitte la banquise pour découvrir le monde civilisé….Enfin pas tant que ca…. jusqu’au moment où il découvre une voiture éco-responsable : une voiture électrique.

VIDEO-PUBLICITÉ

Le marché du véhicule électrique lié au sort du Japon
LIEN

Appel à la libération de l'Energie libre !
VIDEO


Le moteur Minato à énergie libre vendu en supermarché
'' Je ne fais pas ça pour l'argent '' dit Minato, mais je souhaite apporter une contribution à la société, aider les fabricants des bas quartiers d'ici et d'ailleurs. Je souhaite inverser les tendances causées par les grandes multinationales. Il y a de la place pour les entreprises. Mais comme nous l'avons appris avec l'industrie pétrolière, l'énergie est un domaine où une invention qui fait une percée telle que celle-ci ne peut pas être confiée à de grosses sociétés.''
[image][image]
Des investisseurs arrivent, la société commence à recevoir des fonds. Les banques ne considèrent plus M. Minato comme un excentrique. Le jour de la visite de John Dodd, un banquier d'Osaka a annoncé sa participation à hauteur de 100 millions.

La société de Minato préfère que la commercialisation soit lancée au Japon, car Minato n'a pas eu de bonnes expériences avec les USA et la Chine, et il pense ainsi s'assurer que les choses seront bien faites, grâce à de petites sociétés munies d'un excellent savoir faire.

Déjà des ventilateurs et climatiseurs de voiture sont en fabrication. 40.000 appareils ont déjà été vendus. On imagine mal qu'un japonais achète un appareil qui n'est pas valable. Les applications prévues concernent par exemple les appareils domestiques, les ordinateurs, les téléphones (un micro générateur est en cours de fabrication)...et même les véhicules.
LIRE LA SUITE DU TEXTE

La F-1 sera électrique en 2013

Pourquoi pas des Formule 1 électriques ? Cette idée surprenante est venue de la bouche du président de la FIA, Jean Todt, soumettant une proposition de championnat parallèle pour 2013
Une formule 1 équipée d'un moteur électrique a tourné sur les circuits de Magny-Cours (Centre) et du Mans (Ouest) au mois de septembre, dans le cadre d'un projet confidentiel développé depuis deux ans.
L'objectif est d'arriver à des performances "équivalentes à celles d'une formule 3 à moteur thermique, avec une autonomie de quinze à vingt-cinq minutes, selon les circuits", a précisé David Barrière, l'un des responsables de Formulec, qui travaille en liaison avec Segula Technologies. Formulec peut déjà compter sur des partenaires importants comme Siemens (moteur), Saft (batteries) et Michelin (pneus). Le châssis est celui d'une Brawn GP de la saison dernière, modifié pour accueillir le moteur et les deux batteries dans des conditions compatibles avec des performances élevées.

[image]
Le monde de la Formule 1 pourrait être bouleversé par les projets de construction de véhicules à moteur électrique. REUTERS/GIAMPIERO SPOSITO

[image]
moteurs-roues de Hydro-Qc de Pierre Couture
pierre couture biographie

Moteur roue Pierre Couture Hydro-Québec découverte radio-canada 1995
VIDEO ÉMISSION DÉCOUVERTE SUR MOTEUR-ROUE

L'AUTO-ÉLECTRIQUE DU QUÉBEC
UN AUTRE CAS DE PRISE DE CONSCIENCE PLANÉTAIRE

DOSSIER SITE ESOTERISME EXPÉRIMENTAL

[image]
Thierry Vandal exhibe une batterie au lithium, développée par Hydro-Québec, une technologie d'avenir pour les véhicules électriques rechargeables.
[image]

Investissement dans la filière des véhicules électriques
VIDEO


LES ROTISSERIES ST=HUBERT MISE SUR LA VOITURE ÉLECTRIQUE

[image][image]

Les restaurants St-Hubert pourraient un jour accueillir des bornes de recharge pour voitures électriques et effectuer des livraisons avec ces véhicules. La célèbre chaîne mène actuellement des négociations à ce sujet avec Hydro-Québec.
C'est ce qu'a révélé Daniel Cousineau, président des Rôtisseries St-Hubert, en entrevue avec Argent jeudi. Il s'apprêtait à faire une allocution à la série de conférences Franchiseurs Bâtisseurs, organisée par le Conseil québécois de la franchise.

[image]
«Nous sommes en discussion, dit M. Cousineau, avec des manufacturiers et avec Hydro-Québec pour éventuellement offrir des bornes, et nous-mêmes utiliser des voitures électriques.»

Ce type de véhicule pourrait donc s'inscrire dans la stratégie d'affaires, explique le patron de St-Hubert. «Depuis deux ans, le propriétaire Jean-Pierre Léger nous pousse à réfléchir à la prochaine technologie de transport. Nous utilisons plus de 500 voitures.»

La semaine dernière, Thierry Vandal, PDG d'Hydro-Québec, indiquait justement à Argent que des emplacements commerciaux pourraient accueillir des bornes de recharge.

[image]

LA BLOOM VA-T-ELLE SAUVER LE MONDE?
[image]
Bloom Energy est une entreprise américaine très discrète, voire secrète. Pourtant, ses chercheurs ont réussi à mettre au point une source d'énergie véritablement révolutionnaire.

Le principe de fonctionnement est pourtant simple puisqu'il reprend celui de la pile à combustible. Cette "pile" est en fait composée d'un empilement de couches de céramique entre lesquelles sont placées des feuilles d'aliage métallique, le tout recouvert d'un matériau spécial dont la composition est tenue secrète.

La réaction chimique, par contre, est connue puisqu'elle consiste à faire réagir un hydrocarbure (gaz naturel, biogaz,...) avec de l'oxygène à une température de 1000°C pour produire de l'électricité. Le concepteur nous promet qu'un générateur de ce type, composé d'une trentaine de couches de céramique, suffirait à alimenter une maison entière d'ici 5 à 10 ans.

Certaines grosses sociétés américaines n'ont pas attendu 10 ans pour se mettre à utiliser la solution de Bloom Energy. Même si pour le moment ces Bloom Box ressemblent plus à de gros réfrigérateurs qu'à des rubik's cubes, elles n'en sont pas moins efficaces. Google, eBay, Amazon et bien d'autres l'utilisent déjà pour alimenter leurs immenses locaux en électricité. Et le résultat est là ! Ainsi eBay affirme avoir économisé $100.000 d'électricité en 9 mois grâce à 5 de ces "boxes", bien plus que les 3000 panneaux solaires installés sur les toits de son siège social.

Pour le moment donc, il s'agit d'une solution crédible et rentable pour les grosses sociétés. En effet, il leur faut débourser en moyenne $800.000 par "box" installée. La solution dédiée aux particuliers dont nous vous parlions au début de l'article coûtera, elle, aux environs de $3000 lorsqu'elle sera disponible. Rendez-vous donc dans 5 à 10 ans pour voir si cette mini centrale électrique prendra place chez le commun des mortels.
[image]

Pour les plus curieux, voici un reportage (américain) sur le sujet avec interview de l'inventeur et visite d'une usine de fabrication Bloom Energy:

VIDEO


C'est une pile genre boîte électrique fait de couches de végétal/sable/végétal/sable....
[image]
comme le générateur d'Orgone de Wilhelm Reich !

LIEN


ENVOIE DE MINIMALIST SUR LE FORUM

Depuis les accidents nucléaires des centrales de Chernobyl et de Fukushima, de plus en plus d'êtres humains prennent conscience des dangers inhérents à l'énergie nucléaire, et ce, pour toutes les formes de vie sur cette planète.

Or, on nous répète sans cesse que l'énergie nucléaire est là pour rester, car ''il n'existe tout simplement pas d'alternative''. Pourtant, rien n'est plus faux!

Voici un exemple concret de technologie actuelle qui peut parfaitement remplacer la technologie nucléaire: il s'agit de la technologie Bloom Box, un dispositif constitué d'un cube à peine plus grand qu'un cube Rubik (!) et fournissant de l'énergie électrique par simple réaction chimique.

Le cube Bloom Box est fabriqué par l'empilement de minces gaufrettes de céramique. Ces gaufrettes sont fabriquées à base de sable chauffé.

Sur chaque côté d'une gaufrette, un applique un enduit différent, formant une anode et une cathode, dont les recettes chimiques sont gardées secrètes par l'inventeur. Au contact de l'air, une seule gaufrette génère de l'électricité en quantité suffisante pour alimenter une ampoule incandescente. Il suffit d'empiler les gaufrettes pour générer plus d'électricité et former un cube que l'on à baptisé Bloom Box (cube Bloom). Deux cubes Bloom suffisent pour alimenter un foyer nord-américain.
[image]
Non seulement ce dispositif fonctionne bien, mais, fait surprenant, il est déjà utilisé par plusieurs grandes corporations (!): eBay, Google, FedEx, Staples et WalMart. Ce n'est donc pas un rêve délirant, c'est la réalité.

Voyez par vous-même le reportage diffusé par l'émission américaine 60 Minutes sur le Bloom Box, qui montre que plusieurs corporations transnationales utilisent déjà la technologie Bloom Box(!!):
VIDEO
Alors svp, la prochaine fois qu'on vous dit qu'il n'existe pas d'alternative aux centrales nucléaires polluantes et radioactives, vous saurez quoi répondre... Il est de la plus haute importance que les populations soient pleinement informées de l'existence des ces nouvelles technologies. On ne peut plus attendre.

Le serveur Bloom Energy dévoilé - Cette technologie n'est pas encore disponible pour les foyers]

Les énergies de remplacement sont la seule solution pour le dilemme énergétique actuel de l'humanité. D'ailleurs, le secteur privé et les gouvernements dépensent des millions de dollars pour que les scientifiques découvrent et développent LA technologie combustible « Libre et propre ».

Sur le radar, nous avons pourtant un autre concurrent poids plume, la compagnie Bloom Energy. Avec un nom dans le vent, une publicité générée par la diffusion de l'émission 60 Minutes et un scientifique/PDG de la NASA à la tête de l'entreprise (dont le nom est difficile à prononcer par la plupart d'entre nous) nous obtenons le cube Bloom !

Évidemment, les scientifiques qui nous présentent ce dispositif révolutionnaire se concentrent actuellement sur les grandes entreprises avant d'aller vers les foyers. Pourquoi ? Nous espérons que c'est simplement parce que c'est plus rentable.

(...)

Pour les profanes qui ne savent pas ce qu'est une pile à combustible, permettez-moi de vous éclairer. Généralement, il ne s'agit pas d'une grosse batterie, mais d'une centrale entière.

Ici, l'unité est appelée Serveur d'énergie ES-5000 (Bloom Box). Elle est constituée de deux agents chimiques appelés ''oxydant'', et de l'autre côté ''carburant'' – ces deux agents se verrouillent ensemble (comme deux adolescents amoureux) et vous obtenez de l'électricité, avec des électrons se déversant dans les circuits de n'importe quel dispositif auquel elle est branchée.

[image]
Bon, les piles à combustible existent depuis bien avant Star Trek – depuis aussi loin que le milieu du XVIIIe siècle; donc tous ces scientifiques ont eu un certain temps pour jouer et développer cette technologie. La majorité de ces inventions sont des piles à combustible d'hydrogène.

Attendez, ça devient intéressant !

Cependant, la pile à combustible Bloom Box est basée sur l'utilisation d'oxyde solide. Ce qui signifie qu'elle a un avantage sur les autres piles à combustible. Elle est efficace, abordable et produit moins d'émissions polluantes. Le facteur le plus important avec ce type de pile est qu'elle tolère une température élevée, jusqu'à 1800ºF, tandis que les autres piles tomberaient en panne à une telle température.

(...)

Le plus gros problème avec ce type de pile est … vous le devinez bien, le prix !
Le coût n'est-il pas ce qui compte ? Une pile de 100 kilowatts heure peut coûter entre $700 et 800 000 $!

(...)

La technologie Bloom permet aux entreprises qui peuvent se le permettre d'économiser de l'argent. « L'efficacité du système de piles à combustible Bloom permet à un client typique de rentabiliser son investissement en 3 à 5 ans, ce qui en fait un choix attrayant. »
[image]
(...) Si, et seulement si, Bloom Energy trouve le moyen de fabriquer d'ici les 5 à 10 prochaines années des unités pour le foyer à 3 000 $ l'unité, nous pourrions alors voir se déployer des changements à grande échelle.

[image]

[image]

L'OVNI DOMESTIQUE DE SEARL

[image]
John Roy Robert Searl est né le 2 mai 1932 dans une famille anglaise très pauvre. A l’âge de quatre ans, il a été séparé de son frère et de sa sœur et placé dans une famille d’accueil. Depuis l’âge de quatre ans et demi, jusqu’à dix ans il s’est mis à faire deux rêves par an dont l’un était la suite de l’autre. A dix ans, il a pensé que ces rêves avaient un sens et il a essayé de les interpréter.

Searl est l’un des nombreux inventeurs qui découvrit un moyen de générer de l’énergie gratuite et sans limites ainsi qu’une force d’anti-gravité, simplement en montant des systèmes rotatifs.
A quatorze ans, il construisit son premier Space Energy Generator (SEG) grâce au financement d’un gentleman âgé, M. George Haines qui croyait en lui. Ce premier appareil monté au domicile de M. Haines se mettait à accélérer lorsque Searl plaçait les rouleaux sur les plaques. Quand le SEG accélérait, un champ se développait autour de lui, il perdait de sa gravité, décollait et percutait le plafond à la grande surprise de M. Haines qui, lui, comptait sur un générateur et non un objet volant.

[image]
FILM D'UN DISQUE DE SEARL EN VOL RÉALISÉ A PARTIR DE 5 PHOTOS

Le SEG restait collé au plafond jusqu’à ce qu’il sorte et disparaisse ; c’est ainsi que six modèles furent définitivement perdus. Searl ne savait pas comment contenir le champ produit. Pour M. Haines c’était de drôles de pétards à tirs uniques et « terriblement coûteux ! » selon Searl.

Un témoignage anonyme
Searl, en 1949 travaillait pour la Compagnie des Midlands comme simple assembleur d’appareils électroniques. C’est en autodidacte qu’il étudia le mécanisme des génératrices et des moteurs électriques. Il constata rapidement que le mouvement rotatif des pièces de métal engendre une faible force électromotrice dont la polarité négative tendait à s’éloigner de l’axe de rotation tandis que la polarité positive tendait à s’en rapprocher.

En 1950, il poursuivit ses recherches en se servant d’une dynamo rotative composée de bagues collectrices ou disc-rotor segmenté, que l’on mettait en rotation à grande vitesse parmi des électroaimants situés dans sa périphérie. A l’aide d’un appareil de mesure classique, il enregistra la force électromotrice de faible intensité qu’elle générait. Ayant remarqué que ses cheveux avaient tendance à se hérisser lorsqu’il se tenait à proximité de la dynamo en mouvement, il en déduisit que des électrons libres de charge négative, produisaient un champ de force centrifuge alors que l’électricité statique du métal engendrait un champ de force centripète. Il décida alors de construire une génératrice sur ce principe.
[image]
Il acheva dès 1952, sa première magnéto, d’un diamètre de un mètre. Le rotor était constitué d’un disque segmenté qui, en tournant, transmettait l’énergie à un stator périphérique formé d’électroaimants lesquels contribuaient à produire la force électromotrice. Avec l’aide d’un ami, Searl transporta son appareil dans un champ et le mit en route au moyen d’un petit moteur. Comme prévu, sa génératrice produisit de l’électricité mais à un taux qui dépassa largement ses attentes. A une vitesse relativement faible, elle était de l’ordre de 100.000 volts estimée d’après l’électrisation des objets environnants. Très vite, le million de volts fut dépassé, produisant un crépitement et une odeur d’ozone. Searl dit : '' Une fois que la machine a dépassé un certain seuil de potentiel, l’énergie à la sortie excédait celle d’entrée. A partir de ce moment, la production d’énergie semblait virtuellement sans limites. ''

C’est alors que se produisit un phénomène totalement inattendu. Le rotor se mit à accélérer, puis l’appareil commença à s’élever de terre, rompit le cordon d’alimentation qui le rattachait au moteur et se mit à flotter dans l’air en tournant de plus en plus vite, et continua à grimper jusqu’à une altitude de quinze à vingt mètres à laquelle il se stabilisa quelques temps. Tout autour du générateur - effet corona - , l’air était devenu rose fluorescent tant l’ionisation qu’il produisait était importante. Dans les parages, des récepteurs radio se mirent à fonctionner spontanément à cause de l’induction électromagnétique.
[image]
Finalement, le rotor de la génératrice s’emballa à une vitesse fantastique et l’appareil ‘’tomba’’ dans l’espace comme si la gravitation terrestre était inversée et on ne le revit jamais.
Aussitôt que la génératrice franchit un certain seuil d’énergie potentielle de l'ordre de milliards (sic) de volts, la puissance fournie se met à dépasser celle qui est absorbée et continue de monter vers un niveau virtuellement illimité. Les mesures prises la situaient à des milliards (sic) de watts. A ce niveau de puissance, la génératrice et toutes ses composantes paraissent s’affranchir de la force d’inertie ; mais en se libérant de l’attraction terrestre, elles semblent aussi attirer à elles des morceaux de matière puisqu’elles ont tendance, en s’élevant, à arracher des mottes de gazon. (Voir l'effet d'écran que M. David explique par suppression d'une certaine quantité de gravitons ce qui annule ainsi une partie de la poussée gravitationnelle en direction de la Terre).

Il y a tout lieu de croire que la génératrice provoque une tension dans l’espace qui l’entoure. L’effort fourni pour abaisser cette tension se manifeste sous la forme d’un champ magnétique dont l’énergie est absorbée à nouveau par la génératrice qui, ainsi alimentée, fournit encore plus de tension à l’espace environnant, lequel réagit par un accroissement du champ magnétique qui, à son tour relance la génératrice dans une interaction sans fin, créant par le fait même une sorte de mouvement perpétuel. Ce processus démontre à l’évidence qu’il n’y a qu’une infime proportion de tissu spatial traversant l’appareil qui est convertie en énergie.
[image]
Au cours des expériences suivantes, Searl monta ses turbines dont deux de 10 mètres de diamètre, plus fermement dans le sol. Mais celles-ci s’arrachaient encore de la terre emportant avec elles leurs fondations. Elles semblaient produire une puissante force d’anti-gravité et d’après le cratère de forme hémisphérique laissé dans le sol, on déduisit que cette force opérait sur une sphère dont le générateur était le centre.

(Ndlr : Nous nous permettrons à titre de pure hypothèse de lier ce passage descriptif parlant de « cratères » provoqués par le procédé Searl, avec les nombreux cratères visibles sur les images satellites de la mystérieuse zone 51, où se sont effectuées durant des années, les plus secrètes expériences militaires américaines. Ces cratères sont prétendument le résultat d’expériences nucléaires. La lecture des expériences de Searl nous propose une autre possibilité qui a de quoi nous faire rêver. Remarquez bien l’alignement mathématique de certains de ces cratères qui pourrait trahir la position de décollage de certains des ovnis aperçus dans la zone…)
[image]
Searl venait de ‘’tomber’’ sur d’extraordinaires phénomènes associés avec le mouvement de vortex.

Le Pr Searl a construit ensuite 40 disques à lévitation, contrôlés, que M Haines démontait ensuite pour protéger la technologie, les pièces étant utilisées pour la génération suivante. Le dernier appareil fabriqué était Demo 1, malheureusement perdu lui aussi. Ce n'était pas un petit modèle tenu par des fils mais un vaisseau de 6,40 mètres de diamètre, capable de voler et qui pesait des tonnes.

Des effets curatifs du SEG : Les appareils de Searl ont été détruits sauf deux donnés à des malades dont l’un d’eux avait une espérance de vie de quelques mois en raison d’une maladie des poumons. Le SEG a un avantage certain, il produit des décharges d’ions phénoménales aux effets curatifs. Searl avait été un jour brûlé par l’huile bouillante d’un récipient qu’il transportait dehors et qu’une malencontreuse ouverture de porte lui fit renverser. De plus, il était en sang. Deux semaines plus tard, il n’avait absolument plus aucune cicatrice.

John Searl offre son invention : tout le monde fait la sourde oreille
Dans les années 70, Searl qui était patriote offrit d’abord sa technologie à l’Angleterre. A la Reine et au Prince, il fit savoir ceci :
« Voudriez-vous accepter ceci, je peux vous montrer comment construire cet appareil pour produire de l’énergie et pour fabriquer réellement un nouveau type de vaisseau aérien, ou simplement un appareil capable de remplacer l’avion. »

[image]
Dans leurs réponses la Reine et le Prince le remercièrent vivement mais ne désirèrent pas le voir.
Searl offrit alors son invention aux USA. Il fit une démonstration à la base de l’Air Force d’Edwards. Au cours de la démonstration, il fit, à la télécommande, faire un tournant à 25 g. Les hommes de la base lui ont dit : « Bon, cela pourrait tuer tous les passagers à bord des avions, nous ne voulons pas voir cet appareil, trop dangereux, nous ne pouvons pas nous en servir. »

Searl, déconcerté fit ensuite un certain nombre d’essais pour déterminer la valeur des forces " g " internes de son appareil. Dans un de ces essais, un peu stupide, une ampoule contenant un élément radioactif était suspendue à l’appareil. Elle était censée se casser sous une force de 2 g. Searl fit subir à l’appareil diverses évolutions qui auraient pu le détruire, mais au retour, l’ampoule était intacte, démontrant ainsi que la relativité à l’intérieur de l’appareil n’était pas la même que dans un aéronef classique.

En 1989, Searl offrit sa technologie à Munich, en Allemagne et à un groupe de scientifiques autorisés à travailler dessus, du moins en R&D pour fabriquer un SEG. Le contrat de fabrication n’est pas connu, ses termes en seront discutés quand les offres seront présentes et qu’il sera alors possible de parler aux investisseurs devant l’appareil en fonctionnement.

Les médias et le Pr Searl
Les quatre plus grandes chaînes de télévision anglaises ont des vidéos complètes sur les disques en vol, on peut les demander à BBC1 qui se propose de les vendre – chères : 32 livres pour les 30 premières minutes et 10 livres pour chaque image plus 17,5 % de taxes - au Pr Searl (qui est à la recherche de tous documents puisque les siens ont été détruits).
24/01/1976 BBC.1 Nationwide Prog ram /// 28/10/1988 BBC.1 Daytime /// May 1994 Southern Oregon Public Television & Local Access Cable /// 16/07/1994 Radio WCVE /// 08/09/1994 Radio WCVE /// 29/05/1995 KRO Ararat Radio Station, Hilversum.

(TERRE/LUNE EN 9 HRS.)
[image]

La presse écrite a beaucoup parlé de Searl :
Daily Mirrorr du 13/03/1968 /// Hants & Berks Gazette du 04/07/1969 /// Sunday Mirror du 28/11/1971 /// Parade Magazine du 19/05/1973 /// Daily Express du 25/04/1978 /// The Chronicle Toowoomba du 19/07/1995 Queensland, Australia /// Perth Paper du 07/08/1995 Western Australia /// Hendon Times du 02/11/1995 /// Raum & Zeit de décembre 1984, avril-mai, juin-juillet, octobre novembre 1989, et janvier-février1990 /// MAG2000 vers 1968, n° 4 février-mars 1995, et n°103 août-septembre 1996 /// Dansk Institut For koogisk Teknik No 21 –2 05/10/1990 /// UFO NORGE 1991 /// Extra Ordinary Science Symposium Edition Vol.VI Issue 2,n°1 mai 1994 /// SAFE NEWS n°1 oct / nov / déc 1989

A chaque conférence, Searl a l’appareil avec lui, ce qui lui permet d’en faire la démonstration. Un générateur à effet Searl a été présenté au congrès de la DVS à Denver en 1994.

La destruction du travail de Searl
En 1982, alors qu’il était occupé à une de ses expériences, dans sa maison de Mortimer dans le Berkshire en Angleterre, un groupe d’officiers pénétra chez lui, confisqua son appareil et arracha le câblage électrique. Il fut jugé pour vol d’électricité à la compagnie locale et condamné à payer une amende. Comme son appareil ne lui fut jamais rendu, il refusa de payer l’amende, et ce refus l’amena en prison. Sa femme et ses enfants n'ont jamais rien su de plus sur le travail de Searl que ce qui s'est dit à la télévision ou dans les articles à son sujet.

[image]
Le Pr Searl avait demandé à Gunnar Sandberg d'aller chez lui et de retrouver des papiers y compris le registre de tous ses témoins. Sandberg s'y est rendu mais a dit au Pr qu'il y avait trop de choses et qu'il y retournerait plus tard. Pendant qu’il était incarcéré, sa maison fut incendiée. Les autorités ont brûlé tous ses papiers avec le consentement de sa femme.

Il a fallu quatre jours pour détruire des années de travail et l'équivalent de 5 millions de livres. Sa femme, seule à en connaître la raison, est responsable de son emprisonnement et de l'incendie. Cet épisode entraîna leur séparation et le Pr Searl ne veut plus rien savoir de sa famille. Selon un témoignage, Le Pr Searl aurait vécu à Birmingham après 1987 sous un nom d'emprunt.

Le Pr Searl poursuit avec acharnement ses travaux en dépit de grandes difficultés et il met actuellement au point un générateur d'électricité basé sur sa technologie. Il souhaite que cela atteigne le public avant une autre censure ou destruction. Il croit que le temps est venu pour que le monde dispose de cette technologie pour le plus grand bénéfice de l'humanité et la réparation des dommages causés à la couche d'ozone par la pollution mondiale.
SOURCE

____________

  9241 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

193427 messages dans 39306 fils de discussion, 1015 utilisateurs enregistrés, 121 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 121 invités)
Temps actuel sur le forum : 09/08/2022, 03:58
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum