Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

COMPLÉMENT SURPRENANT #29

par gilles surprenant ⌂, vendredi 16 juillet 2021, 23:36 (il y a 17 jours) @ Spyrale

[image]

[image]

[image]

[image]
-VIDÉO-30e Anniversaire-
ÉSO EXP -À PARTIR DE 12 MINUTES 34 SECONDES

https://www.youtube.com/watch?v=VUOjgoY97xA
[image]
Richard Glenn a gardé presque toute les Émissions de 1976 a 1997...Après 30 ans Richard Glenn a fait 1,500 Émissions et nous sommes à la 45e Années.-Voici à quoi ressemble la Machine ainsi que le format des Vidéo 3/4 de Pouce:
[image]
U-matic est l'un des premiers formats de cassette vidéo à avoir été commercialisé. Dévoilé par Sony en 1969 à l'état de prototype, il a été commercialisé à partir de 1971 puis a engendré deux dérivés : le BVU (Broadcast Video Umatic) introduit en 1978 et le BVU Sp introduit en 1988. Ces dérivés avaient pour but d'améliorer la qualité de l'image par des enregistrements de fréquences plus élevées.
-
-SOURCE:
https://fr.wikipedia.org/wiki/U-matic

[image]

[image]
-SITE OFFICIEL
-
-BIOGRAPHIE DE RAFAEL PAYEUR:
http://www.charlesrafaelpayeur.com/documents/biographie.html
[image]

-
[image]
Charles-Rafaël Payeur est né le 31 octobre 1962, à Thetford Mines, un petit village minier de la province de Québec, au Canada. Après ses études primaires, il a complété des études secondaires au Séminaire de la Très Sainte Trinité, à St-Bruno (Canada), de 1975 à 1980, avant de poursuivre ses études en sciences de la santé, un cours préparatoire aux études de médecine, au CEGEP de Sherbrooke, de 1980 à 1982. Il est ensuite entré à l’Université de Sherbrooke pour y faire des études de philosophie et de théologie, de 1982 à 1987...Après sa rencontre avec Armand Toussaint, qui devait durer une heure et qui se prolongea plus de sept heures, Charles-Rafaël Payeur savait qu’il serait prêtre dans l’Église gnostique que l’évêque de Bruxelles représentait. Dès l’automne de la même année, il reçut d’ailleurs rapidement, comme cela se fait trop souvent dans ces petites Églises marginales, les Ordres mineurs, le sous-diaconat, le diaconat et le presbytérat. Il reçut également une formation d’exorciste, une pratique spirituelle considérée comme fondamentale par son évêque. Puis, Armand Toussaint souhaita lui transmettre la plénitude du sacerdoce (l’épiscopat), afin qu’il puisse le représenter au Canada.C’est donc ainsi que Charles-Rafaël Payeur fut consacré évêque, le 25 novembre 1985, dans la lignée syro-jacobite d’Antioche...

-SOURCE
-
-CHAÎNE YOUTUBE de RAFAEL PAYEUR:
https://www.youtube.com/channel/UC8ea3dTKXxTG-VbPuWWJZDg/videos

[image]

[image]
-SOURCE:
http://prince100tt.canalblog.com/archives/2009/02/06/12401471.html
_____________________________________________________________________________

[image]
-VIDÉO CLIQUEZ ICI
[image]
L'Hermétisme antique est un corpus doctrinal extrêmement riche et composite. Son nom, dérivé d'Hermès, à la fois Dieu grec, divinité égyptienne (Thoth), médiateur entre ciel et terre, jeune et vieux, finira par se confondre avec Hermès Trismégiste (Trois-fois-Grand). On attribuera à ce dernier un ensemble de textes dont les célèbres Corpus Hermeticum et le « codex » alchimique la Table d'émeraude. « Le personnage d'Hermès correspond moins à une personne qu'à une influence spirituelle ». Cette influence a traversé les siècles et pénétré les domaines les plus divers, ceux du Symbolisme poétique et de la création artistique, entre autres.Sur le plan étymologique, ce nom est issu de Thot, dieu égyptien de l’écriture, de la connaissance et de la sagesse, que les grecs assimilèrent à Hermès, messager des dieux, inventeur des poids et des mesures, gardien des routes et des carrefours.
[image]
Pourquoi «Trismégiste», c’est-à-dire «Trois fois grand» ? Au-delà des diverses interprétations données à cette expression, Hermès aurait lui-même déclaré : «Je suis possesseur des trois parties de la philosophie du monde entier».Comme vous le savez certainement, l’un des textes les plus connus des «Hermetica» est la célèbre «Table d’émeraude», où il est dit notamment «Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, afin de faire les miracles d’une seule chose». Cette formule résume bien la philosophie hermétique, dans son approche des mystères de la vie. Elle laisse entendre que le macrocosme, monde de l’infiniment grand, est le reflet du microcosme, monde de l’infiniment petit, et inversement. En vertu de ce principe, l’homme, qui appartient au mésencosme, c’est-à-dire au monde intermédiaire entre les deux infinis, peut et même doit les étudier en relation l’un avec l’autre, au moyen de la «loi des correspondances».Et comme l’alchimie est indissociable de l’hermétisme. Dans l’absolu, elle est fondée sur l’idée que l’homme peut accélérer les processus de la nature pour transmuter des éléments la composants ; tout en étant une quête personnelle purement spirituelle.Alliant gnoses ésotériques à une vision pragmatique et rationnelle de l’Univers, l’hermétiste est un élève éternel cherchant perpétuellement de nouvelles connaissances venant étayer et compléter sa vision imparfaite de l’Unité absolue.Être hermétiste, c’est trouver en Soi l’Unité de tout.

[image]

[image]
[image]
_____________________________________________________________________________

[image]
-SOURCE
[image]

L'EAU est la première initiation issue de la Grande Tradition Primordiale Ésotérique.Le "BAPTÊME" est une simulation du rite caché des grandes
écoles initiatiques.Être noyé puis réanimé pour revivre et non survivre.

-L'AIR est la deuxième initiation issue de la Grande Tradition Primordiale Ésotérique.Le "PARDON" est une simulation du rite caché des grandes écoles initiatiques.Nettoyage de son KHARMA et surtout de son DHARMA.
https://esoterisme-exp.com/ClubCREEE_pub/CLUBCREEE.php?page=contenu802

-La TERRE est la troisième initiation issue de la Grande Tradition Primordiale Ésotérique." L'EUCHARISTIE "-Le "PARTAGE" eucharistique est une simulation du rite caché des grandes écoles initiatiques.Réunis au banquet tous les convives partagent un même repas.Tous les humains doivent partager la même Terre.
https://esoterisme-exp.com/ClubCREEE_pub/CLUBCREEE.php?page=contenu803

-Le FEU est la quatrième initiation issue de la Grande Tradition Primordiale Ésotérique." LA CONFIRMATION "Le rite de "PASSAGE" est une simulation du rite caché des grandes écoles initiatiques.Le FEU est le seul élément qui ne peut être souillé.
https://esoterisme-exp.com/ClubCREEE_pub/CLUBCREEE.php?page=contenu804


CINQUIÈME INITIATION CRISTAL- SACREMENT DE " L'ORDRE "-Celle par le VERBE.
ENTENDRE L'APPEL DE DIEU !dans l'Église Catholique on fait le sacrement de
L'ORDRE qui consacre la vie d'un homme à :
1- Soigner les malades
2- Chasser les démons
3- Transmettre la parole (qu'il a entendu lui-même).
https://www.esoterisme-exp.com/ClubCREEE_pub/CLUBCREEE.php?page=contenu805

" L'INITIATION ALLIANCE "-La SIXIÈME INITIATION est celle de l'union à la fusion.- ''l'INITIATION MÉTAL''- le sens sacré de "l'ALLIANCE" Et dans l'Église Catholique on fait le SACREMENT DU MARIAGE.
https://esoterisme-exp.com/ClubCREEE_pub/CLUBCREEE.php?page=contenu806


PREMIÈRE INITIATION COSMIQUE MAJEURE''INITIATION LUNAIRE''-(L'ASTRAL)Gérer son subconscient-Aspect féminin La création,La gestation Les émotions,Les pulsions,L'imagination,La réceptivité,La lune peut éclipser le soleil et non l'inverse !Lundi (lune)premier jour de la semaine.
https://www.esoterisme-exp.com/ClubCREEE_pub/CLUBCREEE.php?page=contenu808


DEUXIÈME INITIATION COSMIQUE MAJEURE ''INITIATION SOLAIRE''-Brûler son masque
(persona)-Aspect masculin de l'Intelligence du mental supérieur.La pensée objective.L'Éther.(La nouvelle peau).Comme une vielle écorce d'arbre, notre corps biologique va disparaître mais notre Esprit va s'en dégagé définitivement...pour retourner à la lumière.

https://esoterisme-exp.com/ClubCREEE_pub/CLUBCREEE.php?page=contenu809

[image]

[image]
-VIDÉO CLIQUEZ ICI
Ronald et Nancy Reagan consultaient une astrologue pour chaque décision importante de leur vie. Son nom : Joan Quigley.
-SOURCE
[image]
Ce jour-là, en mai 1988, les fracas du scandale venu de Washington m’avaient conduit sur les hauteurs de Nob Hill, le quartier chic de San Francisco. Joan Quigley vivait recluse depuis plusieurs jours, son téléphone débranché. Le secret le plus gardé de la Maison-Blanche venait d’être éventé par un ancien conseiller de Ronald Reagan tombé en disgrâce puis limogé sur les conseils impitoyables de Nancy. Le monde entier savait désormais qu’elle était l’astrologue de Nancy Reagan. Depuis 7 ans, elle inspirait dans l’ombre les décisions du président des Etats-Unis. C’est elle qui à la minute près, avait choisi l’heure de la rencontre historique entre le « verseau » Reagan et le « poisson » Gorbatchev. La date d’un sommet international, l’heure d’une conférence, le choix d’un collaborateur : Joan Quigley informait régulièrement la First lady des signes occultes des astres. Surtout depuis un 31 mars 1981, quand le Président avait failli être assassiné.

Sept années durant, le couple présidentiel avait soumis son emploi du temps à l’astrologue afin de se protéger des ennemis et choisir les moments les plus favorables pour la politique américaine. La « dame des astres » avait fui sa maison pour échapper aux journalistes. Elle avait le sentiment d'avoir été la victime d'un règlement de comptes interne à la Maison-Blanche. C'est sans doute pour cette raison qu'elle avait accepté de nous recevoir secrètement dans une chambre d'hôtel, à quelques pas de son luxueux appartement. Elle m’a raconté comment tout avait commencé.
"J'ai décidé désormais de faire appel à vos services."

[image]
Ce mardi d'avril 1981, Joan Quigley savourait tranquillement son thé du matin quand un appel téléphonique est venu bouleverser sa journée. Cette voix lointaine, un peu étranglée, encore marquée par l'émotion, lui était familière. C'était celle de Nancy Reagan.L'Amérique venait de revivre un grand cauchemar : l'assassinat manqué du Président. Au téléphone, la First lady affolée lui demandait de protéger son mari qui venait de tomber sous les balles de John Hinckley. « J'ai décidé désormais de faire appel à vos services », expliqua-t-elle. « J'ai étudié tous les diagrammes sur la période et je crois que j'aurais pu vous mettre en garde contre le danger que court le Président, répondit Joan Quigley. J'accepte à la condition que mon nom n'apparaisse jamais en public et que, quoi qu'il arrive, vous niiez mon existence. » A quatre mille kilomètres de Washington, l'astrologue régentait à distance chaque déplacement en public du Président et lisait dans les étoiles la date propice de ses conférences de presse et de ses voyages officiels à l'étranger.Un grand quotidien de San Francisco a lâché le nom de Joan Quigley qui n'a pu que reconnaître ses liens avec Nancy Reagan.Selon Joan Quigley, c'est sur la base de ces prévisions astrologiques que Ronald Reagan a attendu le mois de janvier 1984 pour annoncer officiellement sa candidature pour un second mandat.Joan Quigley n’est plus retournée dans les allées du pouvoir. Elle n’a plus jamais travaillé avec un président des Etats-Unis ou un candidat à la Maison-Blanche. L’astrologue devenue célèbre est morte de maladie le 21 octobre 2014 à l’âge de 87 ans.
-VIDÉO CLIQUEZ ICI

[image]

[image]

[image]

[image]
[image]
-ANDRÉ DESÈVE-VIDÉO CLIQUEZ ICI-à 46 Min 55 Sec-
https://www.youtube.com/watch?v=L3cxxunLUo8

[image]
-VIDÉO CLIQUEZ ICI-
https://www.youtube.com/watch?v=xKuxfYMPLNM&t=29s

[image]

[image]
SITE
[image]
La Société Thulé ou l'ordre de Thulé (en allemand Thule-Gesellschaft) a été une société secrète allemande de Munich, qui à l'origine était un groupe d'études ethnologiques s'intéressant tout spécialement à l'Antiquité germanique et au pangermanisme aryen.– Thule est une île légendaire dans le grand nord, similaire à Atlantis, supposément le centre d’une civilisation perdue ayant de grand niveau technologique. Mais pas tous les secrets de cette civilisation furent disparus. Ceux qui restèrent furent gardés par des anciens, des êtres très intelligents.Durant l'époque médiévale, Ultima Thule est parfois utilisé comme le nom latin du Groenland alors que Thule désigne l'Islande.
[image]
De nombreuses cartes du Moyen-âge montrent Thule...De par sa position mythique extrême, Thulé est parfois employée pour désigner le point le plus au Nord, une espèce d'absolu indépassable, proche de l'idée de "bout du monde". Et pour finir, il est important de savoir que le Gaelic écossais pour nommer l'Islande est "Innis Tile", ce qui se traduit par "île de Thulé"... et que Thulé a aussi donné son nom à un des éléments primordiaux, le 69ème dans la Table Périodique des éléments (ou table de Mendeleïev) : le Thulium...
[image]
Évoquées lors du procès de Nuremberg, en 1946, les relations du IIIème Reich avec l’occultisme et la magie noire n’ont pas retenu l’attention des juges.
____________________________________________________________________

[image]
La base aérienne de Thulé est la base la plus septentrionale de l'USAF, située à 1 524 kilomètres du Pôle Nord.
[image]
Elle est un maillon important de la chaîne de radars du NORAD (prévue pour détecter les éventuels tirs de missile balistiques venant d'Eurasie) depuis le début de la guerre froide, et une station de surveillance de satellites de l'Air Force Space Command.Tout a commencé en 1941, en pleine guerre mondiale, quand le Danemark autorisa son allié américain à implanter des bases aériennes au Groenland, à Thulé notamment.
[image]
En 1941 ou 1953 selon les versions, la base aérienne de Thulé est nommée ainsi par les américains d'après la légende, située au Groenland sur le sol danois de la région de Avannaa, elle sera le lieu d'un grave accident nucléaire en 1968, avec le crash d'un bombardier transportant 4 bombes nucléaires (dont une n'aurait pas explosée et n'aurait jamais été retrouvées d'après certains)...
[image]

[image]

[image]
-SOURCE
[image]
[image]
Vanité, du latin vanitas qui signifie état de vide, de non-réalité, vaine apparence,mensonge, tromperie, fraude, frivolité,légèreté, inutilité, jactance, fanfaronnade.

L’expression Vanité des vanités se trouve dans la Bible, plus précisément aux versets 1,2 et 12,8 du livre de Qohelet, patronyme issu de la racine verbale QaHaL qui signifie convoquer, faire assembler, en grec ekklêsiazô, mot qui explique que ce livre soit aussi appelé Ecclésiaste et d’où dérive le français église. Son auteur avait-il une fonction de responsable d’une assemblée, de prédicateur ou de poète ? Nul ne le sait. Mais certains attribuent ce livre au roi Salomon.Vanité des vanités est bien sûr la plus grande des vanités, superlatif hébraïque comme il y a un Roi des rois, un Cantique des cantiques ou un Saint des saints. En français on pourrait gloser avec un Vide des vides,On touche là au niveau zéro de la consistance, à l’impalpable total, à l’insaisissable absolu, à l’inutile irréversible.
[image]
Considérons d’abord le terme de vanité lui-même. Ce qu’on traduit habituellement en français par « vanité » est le terme hébreu hevel. C’est par exemple le nom donné à Abel, le fils cadet d’Adam et Eve, si bien qu’on pourrait traduire littéralement « vanité des vanités tout est vanité » par « Abel de Abel tout est Abel ». Or hevel signifie la buée, l’insaisissable haleine qui se forme pour se dissiper, ce qui est vaporeux, inconsistant, fantomatique, et donc le rien. On pourrait rendre compte de la sentence par « buée des buées tout est buée ». Il existe aussi un lien en hébreu entre hevel et habol, lequel désigne ce qui est « insensé », « absurde ». On aurait alors la traduction suivante : « absurdité des absurdités tout est absurdité ».
[image]
L’Ecclésiaste appelle « vanité » le semblant, mais un semblant qui a tous les attributs de l’importance et donc ce que nous considérons comme ayant valeur de vérité. Il ne s’agit pas d’un semblant qui se donnerait pour du semblant ; c’est un semblant qui a les traits de la vérité. L’Ecclésiaste, quant à lui, n’est pas dans le semblant. Il ne se laisse pas prendre par ce qui nous leurre ordinairement en attribuant aux objets du monde le pouvoir de tenir lieu de ce qu’ils ne sont pas. Nous consentons à l’illusion par amour du monde, par goût des choses et sous l’impulsion d’un désir. Pour ce qui le concerne, l’Ecclésiaste voit tout de suite que le semblant est du semblant ; il le démasque d’emblée ; le sortilège n’opère pas ; il voit la facticité du dispositif. C’est ce qui fait sa lucidité tout autant que son tragique.-On connaît la maxime qui ouvre, puis scande, le livre de l’Ecclésiaste : « Vanité des vanités tout est vanité ». Cette formule ne relève pas du simple constat ; elle valide un rapport spécifique au monde et à soi. Une lecture hâtive laisse souvent penser que l’Ecclésiaste défendrait l’idée selon laquelle tout se vaut, tout est équivalent et finalement tout sera emporté par le temps et par la mort. Or le cœur du propos est strictement inverse. En dévoilant l’une après l’autre les figures mondaines de la vanité, l’Ecclésiaste pose le problème de savoir ce qui vaut la peine d’être vécu, ce qui a une valeur digne d’être reconnu par une autre instance que le regard social.
[image]
Démasquer les figures factices du monde[/b] n’est pas une fin en soi et ne conduit vers aucun cynisme. Tout ce travail de démystification est au service d’une thèse qui apparaît progressivement. Cette thèse n’est pas celle — nihiliste — de l’absence de toute vérité, mais au contraire d’une vérité qu’on pourrait distinguer d’un simulacre.L’Ecclésiaste opère ainsi le dévoilement d’une figure du monde — notre monde — en fonction de la catégorie de « vanité ». À le lire, rien n’y échappe. Tout est vanité. Ce n’est pas seulement une partie du monde qui est frappée par le constat de la vanité, mais son « tout », sa totalité. Sans doute même que la vanité en tant que telle — le sentiment que tout est vain — participe à la même figure du monde. Il y a aussi une vanité de la vanité qui devrait nous empêcher d’en faire une posture héroïque ou sublime, de la même façon que qu'au sujet du désespoir qu’il ne fallait pas s’y attacher, tenir à lui, en jouir, mais aller au contraire jusqu’au point de désespérer de son désespoir. Le « tout est vanité » doit être pris au sérieux. Il s’applique à tout, y compris et peut-être même d’abord à celui qui considère le monde avec détachement, c’est-à-dire celui qui cyniquement regarde de l’extérieur tous ces êtres pris dans le jeu du semblant. Le « tout est vanité » est une opération de démystification systématique. L’enjeu n’est pas de faire apparaître la vanité de ce qui se donne à voir ainsi au premier regard ; il est de montrer la vanité contenue dans ce qui pour nous a le plus de valeur. Il s’agit de la vanité de ce qui compte à nos yeux et aux yeux des autres. La vanité est présente là où on ne la pense pas. Elle n’est même jamais aussi présente que là où, se mentant à soi, on suppose qu’elle ne peut pas être. Le « tout » est frappé de vanité. Cela étant, la question est encore de savoir si ce « tout » est une totalité absolue, si le « tout » est tout, sans que rien ne puisse l’excéder, ou si ce « tout » peut laisser un reste, une part qui est hors de lui.« Vanité » est un concept que l’Ecclésiaste utilise à la manière d’un outil tranchant. Il s’en sert pour faire une entaille ou un trou dans ce qui semble le plus consistant et le plus durable. La question redevient possible là où une réponse l’avait fermée. Grâce à cet instrument, il crée notamment une ouverture dans tout un système de causalité, c’est-à-dire cette idée selon laquelle il y aurait un rapport ou une relation simple entre les causes et les effets et donc un principe organisateur du monde.

[image]

[image]
[image]
[image]
Dans la religion bouddhiste, il n’est que deux états d’existence dans lesquels nous pouvons nous trouver : le Saṃsāra ou le Nirvana. Le saṃsāra, c’est le cycle de la succession des naissances et des décès, la vie dans laquelle nous sommes pris tant que nous n’avons pas atteint l’Eveil. On y traverse des états d’existence successifs conditionnés par l’ignorance et le karma, où règnent la souffrance et la frustration. Pour être délivré du saṃsāra, il faut atteindre le Nirvana.Le mot saṃsāra est traduit du tibétain par “CERCLE VICIEUX” : il se caractérise par une suite de renaissances au sein de différents domaines d’existence.Si vous voulez stopper le cycle des réincarnations dans lequel vous êtes inexorablement pris, il faut purifier, brûler votre karma.

Livrons nous à un petit exercice d’imagination.

Imaginons qu’il y ait une mare qui s’étend devant vous (c’est votre âme) : vous voulez la vider. Vous essayez de l’assécher, de la vider de son eau sceau après sceau. Cela reste sans succès. En effet, vous ne pourrez pas y parvenir si vous ne stopper pas le flux de l’eau à sa source. Mais comment donc stopper la source pour bloquer le flux qui provient d’elle?
[image]
Il faut dans un premier temps trouver la source d’où l’eau s’écoule : c’est ce que l’on appelle l’asvara.
[image]
LA ROUE DE FOIRE EST UN BEAU SYMBOLE DE LA RÉINCARNATION REPRÉSENTÉE EN ORIENT PAR LA ROUE DE SAMSARA.

Dans le bouddhisme, l’asvara est utilisé pour décrire la source du mauvais karma. L’asrava, c’est la source depuis laquelle le mauvais karma s’écoule jusqu’à votre esprit. Cela signifie simplement que votre esprit est toujours sous l’emprise du karma.

Si vous ne parvenez pas à stopper le flux karmique provenant de l’asrava, votre esprit ne peut pas être purifié, comme la mare ne pourra jamais être asséchée. Construisez un barrage autour de l’asrava, et le karma cessera de parvenir jusqu’à votre âme. Votre âme sera pleinement libre.nous sommes tous soumis à la roue de la temporalité, au cycle infernal du saṃsāra.

BERNARD DE MONTRÉAL-Les Lois de l’Incarnation(VIDÉO)-
https://www.youtube.com/watch?v=6oCFFLrAixA
-
BERNARD DE MONTRÉAL-Les Lois de l’Incarnation(VERSION TEXTE)-PARTIE 1
http://hommageabdm.canalblog.com/archives/2016/03/07/33479037.html

-
BERNARD DE MONTRÉAL-Les Lois de l’Incarnation(VERSION TEXTE)-PARTIE 2
http://hommageabdm.canalblog.com/archives/2016/03/12/33503801.html
_____________________________________________________________________________

[image]
-VIDÉO CLIQUEZ ICI
[image]
Nietzsche raconte en avoir eu l’inspiration un jour d’août 1881, au bord du lac de Silvaplana, près de Sils-Maria (Suisse).(CLIQUEZ LE LIEN)-
https://cheminstraverse-philo.fr/philosophes/leternel-retour-2/
On pourrait grossièrement résumer l'idée de l'Éternel Retour en un simple précepte tel que celui-ci : mène ta vie en sorte que tu puisses souhaiter qu’elle se répète éternellement.-Le concept de «l'éternel retour» est central dans la philosophie de Friedrich Nietzsche,lesquels croyaient en une vision cyclique de l'Univers, tout revenant un jour ou l'autre. Epictète, notamment, affirmait que tout ce qui arrive est déjà arrivé et arrivera de nouveau.En comprenant l'éternel retour à la façon d'Héraclite et des stoïciens, une consistance métaphysique en découle : même si l'individu sombre dans le néant et n'a qu'une seule vie, le monde, lui, ne cesse jamais de répéter les mêmes schémas, éternellement.
[image]
L’Éternel retour nietzschéen se distingue de toutes les anciennes conceptions cycliques (par exemple la perspective du cycle des réincarnations tel qu’il est exposé dans les textes hindous) : si la loi du karma lie l’existence future d’un être à son existence passée, et proclame une relation de débiteur à créancier de l’homme à lui-même (l’existence sert à payer les erreurs d’une existence passée), Nietzsche, pour sa part, nie toute dette et toute faute, et conçoit le devenir cyclique par delà bien et mal.

[image]
On fait quelque chose avec les lettres de Nietzsche ? On dirait pas, comme ça... - Avec les neuf lettres de Nietzsche, on forme, après un savant mélange, la deuxième personne du pluriel du présent de l'indicatif du verbe TECHNISER, qui est synonyme de techniciser, rendre technique. Vous « technisez ». Ca lui va bien, à Nietzsche, non ?


[image]

[image]
''L’acte de se mordre la queue illustre
le principe de l’autofécondation''

[image]
L’ouroboros est l’emblème de l’éternel retour et du caractère cyclique du temps. Son symbolisme rejoint celui du phénix qui renaît constamment de ses cendres.Ouroboros viendrait du copte ouros qui signifie « roi » et de l’hébraïque ob, qui veut dire « serpent ».Dans une autre étymologie. Le terme viendrait du grec oura, qui signifie « queue », et de boros qui signifie « dévorant » ou « qui dévore ». Ouroboros serait donc le Roi-Serpent pour l’un, et pour l’autre, une simple description de sa représentation, "le serpent qui se mort la queue".L’idée d’immortalité du serpent vient s’en doute du fait qu’il change régulièrement de peau ; il « rajeunit », terme qui signifiait aussi « se renouveler » et même « ressusciter »-L’ouroboros est une figure du Logos. « Je suis l’alpha et oméga, le commencement et la fin » dit le Christ.le serpent qui se mord la queue, en dessinant une forme circulaire, rompt avec une évolution linéaire, marque un changement tel qu'il semble émerger à un niveau d'être supérieur, le niveau de l'être céleste ou spiritualisé, symbolisé par le cercle ; il transcende ainsi le niveau de l'animalité, pour avancer dans le sens de la plus fondamentale pulsion de vie ; mais cette interprétation ascendante ne repose que sur la symbolique du cercle, figure d'une perfection céleste. Au contraire, le serpent qui se mord la queue, qui ne cesse de tourner sur lui-même, s'enferme dans son propre cycle, évoque la roue des existences, le samsâra, comme condamné à ne jamais échapper à son cycle pour s'élever à un niveau supérieur : il symbolise alors le perpétuel retour, le cercle indéfini des renaissances, la continuelle répétition, qui trahit la prédominance d'une fondamentale pulsion de mort.En alchimie, l'ouroboros est un sceau purificateur. Il symbolise en effet l'éternelle unité de toutes choses, incarnant le cycle de la vie (naissance) et la mort.

[image]
Pour comprendre apprenons à rêver, disait Kekulé: …
[image]
Un exemple célèbre de l’apport du rêve à la créativité concerne le fameux rêve de Kekulé von Stradonitz, le grand chimiste allemand du XIXème siècle qui participa d’une façon décisive à l’essor de la chimie organique (et auquel l’industrie pharmaceutique moderne doit ainsi l’origine de son développement). Alors qu’il « séchait » depuis un certain temps sur la formule chimique du benzène, Kekulé eut véritablement la révélation soudaine de cette structure en voyant en rêve une image traditionnelle des alchimistes, déjà connue dans la Crète antique (où elle figurait, sous le nom de l’Ouroboros).
[image]
Je tournai ma chaise vers le feu et tombai dans un demi-sommeil. De nouveau, les atomes s'agitèrent devant mes yeux [...] De longues chaînes, souvent associées de façon plus serrée, étaient toutes en mouvement, s'entrelaçant et se tortillant comme des serpents. Mais attention, qu'était-ce que cela ? Un des serpents avait saisi sa propre queue, et cette forme tournoyait de façon moqueuse devant mes yeux. Je m'éveillai en un éclair [...] August Kekulé von Stradonitz, fondateur de la chimie du carbone, ou chimie organique, était non seulement un grand rêveur, mais aussi un récidiviste. Déjà, en 1858, la structure des molécules organiques lui était venue en rêvassant. En 1865, c'est en somnolant devant un feu qu'il " voit " celle, cyclique, du benzène. On comprend mal que les universités allemandes n'aient pas aussitôt institué des cours obligatoires de sieste créative - avec travaux pratiques puisque apparemment la découverte onirique réclame un certain entraînement. Kekulé s'est cependant bien gardé de parler de son rêve au moment de sa découverte. Il ne l'a fait que trente-cinq ans plus tard, lors d'un banquet donné en son honneur. Sage précaution. Sans cela, sa glorieuse carrière aurait très certainement pris une toute autre direction... "Apprenons à rêver concluait-il, mais gardons-nous de rendre publics nos rêves avant qu'ils n'aient été mis à l'épreuve par notre esprit bien éveillé.

-VIDÉO-Kekulé et le benzène-RÊVE
https://www.youtube.com/watch?v=4ZdR3ZgP6QQ

[image]

[image]
[image]
« Vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut : vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde » (Jean 8:23). Plus tard, alors qu’il recommandait les siens à son Père, il dit : « Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde » (Jean 17:16). Et dans les versets 14 à 19 : il amène véritablement ses disciples dans sa propre position vis-à-vis du monde, de même que dans les versets précédents (6-13) il les a placés dans sa propre position vis-à-vis du Père. Ils prennent sa position dans ce monde parce que -remarquez le bien - ils ne sont pas du monde, comme Lui n’est pas du monde. Car, étant nés de nouveau, ils n’appartiennent plus au monde.

[image]

[image]
[image]
Le Mont Golgotha : ce mot signifie « crâne ». De quel crâne s'agit-il ? Il s'agit du crâne d’Adam qui se trouvait enterré sur le Mont Golgotha.

Le Mont Golgotha est un endroit qui a toujours été considéré comme le centre des terres émergées. Ce lieu correspond symboliquement au Paradis, et plus précisément à l'endroit où se dressaient « l'arbre de la connaissance du bien et du mal » et « l'arbre de vie ». Même si le Paradis n'était pas sur la Terre, puisqu'il se trouvait dans la sphère solaire, en imaginant une projection du Paradis sur le sol terrestre, on aboutirait au Mont Golgotha et à sa région. C'est le lieu où toute l'histoire d'Adam et Ève s'est déroulée et l'endroit où, après la « Chute », ils ont vécu et où Adam est mort, puis a été enterré. Ce lieu est donc en même temps celui où s'est perpétué le péché qui a entraîné l'humanité dans l'incarnation et celui de la Rédemption grâce à l'intervention du Christ.Le corps physique est constitué de deux parties : l'empreinte spirituelle ou le moule, d'une part, et la matière qui remplit ce moule, d'autre part. Notre société matérialiste ne connaît que la matière qui remplit le moule.

À cause de l'histoire du « fruit », l'être humain s'est vu confisquer une partie de son corps éthérique appelée « l'arbre de vie », c'est-à-dire la vie éternelle...
[image]
La tradition religieuse considère que c'est le lieu où Adam est né, où il a péché et où son corps fut enfoui. Melchisédech, roi de Jérusalem au temps d'Abraham, aurait déposé le crâne d'Adam dans le calvaire. Les descendants de Noé lui auraient légué cette précieuse relique.

Le Golgotha, ou calvaire, représente le lieu de crucifixion de Jésus et des deux brigands. Certains avancent que lors de la crucifixion de Jésus, on aurait découvert le crâne d’Adam, enseveli en ce même lieu. La tradition chrétienne enseigne que le sacrifice de Christ puis sa résurrection trois jours après, pardonne le péché originel dont Adam était responsable et apporte de ce fait le salut de l'humanité ; à tous ceux qui croient en ce salut.

[image]

[image]
[image]
Annoncée depuis les années 1980 en raison de la généralisation des cartes bancaires, la fin de l'argent liquide semble être à nos portes.La Fin de l'argent liquide : on nous "cash" tout ?Ils veulent liquder le Liquide:)
[image]

-VIDÉO-La fin de l’argent comptant?
https://ici.radio-canada.ca/info/videos/media-7832287/fin-argent-comptant
-
Fin de l'argent liquide - La Marque de la bête
https://www.youtube.com/watch?v=otdwODA8ztk
-
La pandémie marque-t-elle le début de la fin pour l’argent comptant?
https://www.acadienouvelle.com/actualites/2020/05/28/la-pandemie-marque-t-elle-le-debut...

[image]

[image]

[image]

[image]
[image]
L’expérience du « maître intérieur », consignée par saint Augustin dans son De magistro qui s’organise à partir du célèbre conseil de Jésus laissé à ses disciples : « Ne vous faites pas appeler “maître” : car vous n’avez qu’un seul maître qui est dans les cieux et vous êtes tous frères. »-Se faire appeler maître, en effet, consisterait non pas à être le médiateur de la parole divine, mais à se substituer au seul Maître véritable, car les vérités divines sont dans le coeur des hommes, et ne peuvent faire l'objet d'une transmission. Mais alors, que fait Augustin lui-même lorsqu'il dialogue avec son jeune disciple Adéodat ? Comment enseigner, c'est-à-dire étymologiquement « faire signe », à son brillant élève sans communiquer un savoir qui viendrait par-là même se substituer à la parole du Christ ? La fonction du « Maître intérieur » et une conception originale de la fonction d'enseigner.Le Maître (en latin De Magistro) est un texte écrit par le théologien chrétien et philosophe Augustin d'Hippone, vraisemblablement aux alentours de 388. Le dialogue implique deux partenaires : Augustin dans la posture de l'enseignant d'une part et son défunt fils Adéodat d'autre part. Par le questionnement de la valeur sémantique des signes dans le cadre de l'enseignement va alors se poser la réflexion des possibilités-mêmes de la connaissance entre les hommes. Le but est bien dans cette perspective de savoir la juste place des mots.
[image]
Le dialogue porte prioritairement sur la notion de langage[/b].Il permet l'enseignement aux hommes en désignant les choses enseignées par le Christ. Il y a pour Augustin un langage intérieur qui a valeur de remémoration de ces choses, les mots ne sont alors que des signes propices à cette remémoration : « facit venire in mentem res ipsas quarum signa sunt verba ».Augustin va développer l'idée qu'on ne peut prétendre enseigner sans les signes, sans les mots. Si les mots ne désignent pas systématiquement des choses , peut-on pour autant montrer sans signes ? La réponse est négative ; en revanche Augustin et Adéodat parviennent à la conclusion que l'enseignement diffère de l'acte de parler comme de signifier. Le langage se signifiant lui-même puisqu'il est un signe.L'enseignement n'est pas une transmission du maitre a l'eleve mais une relation triangulaire entre le maitre, le disciple et la verite - Augustin inscrit sous la figure du maitre interieur la verite comme tiers lieu ou les esprits s'accordent. Le maitre enseigne ce qui est vrai mais l'eleve ne peut pas apprendre la verite du dehors a partir des paroles d'un autre. La comprehension du "de magistro" se heurte a deux difficultes, celle de la lecture d'un dialogue a visee formatrice plutot qu'informatrice et celle de l'identification du maitre interieur, de la verite et du christ.La metaphore du maitre interieur a une fonction praxeologique d'injonction a la conversion interieure et que la triade du maitre, du disciple et du maitre interieur a une dimension ethique liberatrice des effets alienants de la position de maitrise. Avec saint augustin se constitue le paradigme hermeneutique de l'homme interieur.
___________________________________________________________________________

[image]
-SOURCE
Message donné à Giuliana Buttini par Saint Augustin le 17 novembre 1973, page 214, du volume 1 « Saint Augustin - Mes paroles pour votre temps »).Recueil de messages que l'auteure a reçus de Saint-Augustin, qui partage à travers elle ses souvenirs, ses pensées sur Dieu, sur la beauté, l'éternité, la vie future.
[image]
-LIVRE AU COMPLET:
http://www.sspycher.ch/Giuliana_Buttini_Saint_Augustin_1.pdf
[image]
[image]

-SOURCE:
https://www.parvis.ch/fr/stella-maris/stella-maris-531/prophetes-et-propheties
[image]

[image]

[image]
[image]
[image]


[image]

[image]
[image]
Au matin du vendredi 13 octobre 1307, tous les Templiers de France, soit plusieurs milliers au total, sont arrêtés sur ordre du roi Philippe IV le Bel, petit-fils de saint Louis. Cet acte de violence arbitraire met fin à un ordre original de moines-soldats, vieux de près de deux siècles, qui s'est illustré en Terre sainte et s'est acquis puissance et richesse, s'attirant ainsi la jalousie des féodaux et la convoitise des souverains.L'ordre du Temple est né en Terre sainte, en 1119, après la première croisade, pour protéger les pèlerins se rendant à Jérusalem.Le prestige des moines-chevaliers au manteau blanc frappé d'une croix rouge est immense pendant les deux siècles que durent les croisades...Mais les musulmans finissent par chasser les Francs de Terre sainte et s'emparent de Saint-Jean-d'Acre le 28 mai 1291 malgré la résistance héroïque des Templiers.
[image]
Au début du XIVe siècle, l'ordre du Temple, chassé de Palestine, n'en dispose pas moins encore d'une force militaire impressionnante de quinze mille hommes, bien plus que n'aurait pu en lever n'importe quel roi de la chrétienté. Mais, de soldats, les Templiers se sont reconvertis en usuriers et ont complètement perdu de vue la reconquête des Lieux saints.

C'est que de considérables donations ont rendu l'ordre immensément riche et l'ont transformé en l'une des principales institutions financières occidentales... et la seule qui soit sûre. Il gère ainsi, en véritable banquier, les biens de l'Église et ceux des rois d'Occident (Philippe le Bel, Jean sans Terre, Henri III, Jaime Ier d'Aragon...).Les commanderies templières couvrent l'ensemble de l'Europe médiévale d'une véritable toile d'araignée. Elles abritent les moines-soldats, avec aussi une vocation caritative.
[image]
L'opinion européenne commence à s'interroger sur la légitimité du Temple. Le roi Philippe le Bel lui-même a souvenance que les Templiers ont refusé de contribuer à la rançon de saint Louis lorsqu'il a été fait prisonnier au cours de la septième croisade. Il entend aussi quelques méchantes rumeurs sur les moeurs prétendument dépravées et diaboliques des moines-chevaliers...Le roi presse le pape d'agir contre l'Ordre et, finalement, décide d'arrêter les Templiers sous l'inculpation d'hérésie, sans prendre la peine d'en référer au pape.C'est ainsi que tous les Templiers de France sont arrêtés au petit matin par les sénéchaux et les baillis du royaume au terme d'une opération de police conduite dans le secret absolu par Guillaume de Nogaret. Ils sont interrogés sous la torture par les commissaires royaux avant d'être remis aux inquisiteurs dominicains.

Parmi les 140 Templiers de Paris, 54 sont brûlés après avoir avoué pratiquer la sodomie ou commis des crimes extravagants comme de cracher sur la croix ou de pratiquer des « baisers impudiques ». L'opinion publique et le roi lui-même y voient la confirmation de leurs terribles soupçons sur l'impiété des Templiers et leur connivence avec les forces du Mal.
[image]
Pour ne pas donner l'impression d'être désavoué, le pape choisit la fuite en avant et, le 22 novembre 1307, ordonne à son tour l'arrestation des Templiers dans tous les États de la chrétienté et l'ouverture d'une enquête sur leurs crimes supposés.

Le roi obtient de Clément V la suppression de l'ordre, au concile de Vienne, en 1312. Elle est officialisée le 3 avril 1312 par la bulle « Vox in excelso », bien qu'il soit tout à fait exceptionnel qu'un ordre religieux soit purement et simplement dissous.

Avec l'affaire du Temple, la monarchie capétienne montre qu'elle entend suivre son intérêt politique et ne plus se comporter en vassale de l'Église.

-VIDÉO-L'arrestation des Templiers - Philippe le Bel (13 octobre 1307)
https://www.youtube.com/watch?v=MdGXLA2Wzeg

[image]
-VIDÉO-À PARTIR DE 5 MINUTES 59 SECONDES-MALÉDICTION-ROIS MAUDITS
https://www.youtube.com/watch?v=9NIGDXSJPOM
[image]
Le 19 mars 1314, du haut de son bûcher en flammes, Jacques de Molay, dernier grand maître de l’ordre du Temple, jette l’anathème sur ses juges et bourreaux:« Pape Clément !… Chevalier Guillaume !… Roi Philippe !… Avant un an, je vous cite à paraître au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste jugement ! Maudits ! Maudits ! Maudits ! Tous maudits jusqu'à la treizième génération de vos races ! »Une version populaire de la légende attribue à la malédiction la mort de Louis XVI qu'elle situe à la treizième génération après Philippe le Bel, alors que la treizième génération est celle des enfants de Louis XIV.
_____________________________________________________________________________

[image]
_____________________________________________________________________________

[image]
https://www.youtube.com/watch?v=96hLNCd-w68
[image]

[image]
-À 55 minutes mérovingiens et avant sur marie madeleine-
https://www.youtube.com/watch?v=loCbD4icwLA
[image]
____________________________________________________________________________

[image]
[image]
l’histoire s’est jouée sur un coup de dés. "À un quart d’heure près".Le 21 janvier 1793, Louis XVI, roi de France, monte sur l’échafaud et a la tête tranchée par la guillotine."La royauté n’est pas morte en France le 10 août 1792, mais le 21 juin 1791, lors de l’arrestation de Louis XVI à Varennes".Vous vous souvenez que Louis XVI et sa famille furent arrêtés le 21.6.1791 à Varennes.Ce soir là, la famille royale fut conduite dans une auberge pour y passer sa première nuit de captivité, et l'enseigne de cette auberge où commençait l'agonie royale, portait ces mots-AU GRAND MONARQUE-...
[image]
Le 21 janvier 1793, Louis XVI, roi de France, monte sur l’échafaud et a la tête tranchée par la guillotine.-Quelquefois, un arbre est coupé dans la forêt ; il ne reste plus que le tronc ; mais un rejeton pousse au printemps et les années le développent et le font g randir, il devient lui-même un arbre magnifique et l’honneur de la forêt.
-LIEN WIKIPEDIA

[image]

[image]
[image]

[image]
Du latin indulgentia (« bienveillance, complaisance ») qui devint à l’époque classique « remise de peine, pardon » puis en bas latin « pardon des péchés ».-Le catéchisme de l'Eglise catholique (§ 1471) et le droit canon définissent ainsi l'indulgence «L'indulgence est la rémission devant Dieu de la peine temporelle due pour les péchés dont la faute est déjà effacée, rémission que le fidèle bien disposé obtient à certaines conditions déterminées, par l'action de l'Église, laquelle, en tant que dispensatrice de la rédemption, distribue et applique par son autorité le trésor des satisfactions du Christ et des saints».

[image]
Le commerce des indulgences vient de la possibilité dans l'Église catholique romaine d'acheter des indulgences (du latin indulgere, « accorder »), c'est-à-dire la rémission totale ou partielle devant Dieu de la peine temporelle encourue en raison d'un péché pardonné. Cette pratique qui remonte au IIIe siècle reçoit une définition juridique dans les décrétales pontificales au XIIe siècle. L'indulgence obtenue en contrepartie d'un acte de piété (pèlerinage, prière, mortification), don, au cours du temps s'est transformée en un commerce lucratif.Des millions de messes sont dites chaque année par les prêtres, contre rétribution, pour des particuliers.

Seuls les plus riches peuvent se payer l'espoir d'accéder au Paradis quoi qu'il arrive. Certains prêtres vivent dans le luxe, revendent à d'autres leur droit à dire des messes, et ne mettent même plus les pieds dans leurs paroisses. La plus célèbre des indulgences est celle accordée à quiconque aidera à la construction de la nouvelle basilique Saint-Pierre de Rome. Le pape Léon X (1513-1521), manquant de fonds pour les travaux, eut l'idée de revendre ces indulgences à Albert de Brandebourg, titulaire à 24 ans de deux ou trois évêchés, selon les sources, et qui souhaitait devenir archevêque de Mayence. Pour acheter « en gros » ces indulgences, Albert emprunta en 1515 la somme de 24 000 ducats à Jacob Fugger, banquier d'Augsbourg et de l'empereur Charles Quint. Pour s'acquitter de sa dette, Albert revend des indulgences aux fidèles, avec l'accord du Pape, qui prélevait une commission de 50 %.

[image]
La pratique des indulgences a été réformée par le concile Vatican II. Dans la Constitution apostolique Indulgentiarum doctrina (1er janvier 1967), le pape Paul VI a reconnu que « des abus se sont introduits dans la pratique des indulgences, soit parce que « par des indulgences immodérées et superflues » on dépréciait les clefs de l’Église et on affaiblissait la satisfaction pénitentielle, soit parce que le nom des indulgences était blasphémé à cause de « profits condamnables » » ; Paul VI a également modifié les conditions d'attribution des indulgences partielles et plénières.


[image]

[image]
SOURCE
Lorsque Gutenberg inventa l'imprimerie LA RELIGION (toute puissante à l'époque) perçu cette invention comme très suspecte et menaçante. Pour amadouer les autorités ecclésiastiques de l'époque, Gutenberg eu la brillante idée d'imprimer "La Sainte Bible". L'imprimerie connue immédiatement le succès que l'on connaît aujourd'hui.
[image]
A notre époque, avec InterNET, puisque l'Histoire se répète cette "invention" (ordinateur personnel) perçue encore par plusieurs comme une menace a d'abord amadoué les sphères de l'autorité actuelle dans notre société moderne qu'est LA SCIENCE (qui a détrôné la RELIGION) Ce fut donc par des réseaux universitaires et militaires que le réseau InterNET a vu subtilement le jour.


[image]

[image]
-''l'intellect tue el: le nom "El" = Dieu
-l'intellect tue elle:L'intellect tue la partie Féminine dans l'Humain''
-Richard Glenn-
[image]
De génération en génération, perdant graduellement leurs facultés cérébrales, les humains ont commencé à oublier la TRADITION ORALE. Ils ont du réagir en créant un moyen extéroceptif -capté à l'extérieur de soi- pour se souvenir. L'écriture est née. Matérielle, cette méthode a réduit notre Esprit et nos liens avec notre nature spirituelle profonde, nous faisant perdre du même coup le sens exact des concepts parfois métaphysiques et métapsychologiques de certains passages de la TRADITION ORALE. "La lettre tue, l'Esprit vivifie".Moins une RELIGION change, plus elle nie l'ESPRIT qui souffle. En général, ce sont des RELIGIONS dogmatiques figées dans des textes écrits il y a de milliers d'années. Ceux qui captent l'ESPRIT ne restent pas prisonniers dans une RELIGION quelle qu'elle soit. La VIE est alors leur religion... un ART DE VIVRE intégré aux autres humains dans la Nature. Un proverbe populaire dit: "Il est bon de naître dans une religion, mais il n'est pas bon d'y mourir".


[image]

[image]
[image]
Dieu ou L'Archonte,dans le Jardin Déden, donne à Adam et Ève des tuniques de peaux,des vêtements ou dans une autre version Gnostique,ils les Corporises,ils leurs offrent un corps de matière dans cette hypothèse,Adam et ève seraient de purs esprits,n'auraient pas de formes corporelles et à partir de ce moment le Seigneur ou l'Archonte du Jardin D'éden va les corporiser,les inclurent dans le monde matériel afin qu'ils interagissent en bien ou en mal dans ce dernier.
[image][image]
Dans le Film COCOON,Les Extraterrestres ont un habit de Peau qui cache leur source de Corps de Lumière...

Alors si Adam et Ève sont de purs esprit,le Jardin d'Éden est un lieu spirituel,un lieu qui n'est pas matériel.
[image]
Dans le livre de la Genèse, le texte ne parle pas de pomme, mais de fruit,il est décrit comme «juste le« fruit de l’arbre ».« C’est tout ce qu’il dit. Aucune identification. Nous ne savons pas quel genre d’arbre, nous ne savons pas quel fruit.» Le mot hébreu utilisé dans ce verset est «peri», un mot générique pour fruit en hébreu biblique et moderne,Le mot hébreu moderne pour pomme, « tapuach », par contre, n’apparaît nulle part dans la Genèse ou dans les cinq premiers livres de la Bible hébraïque.La pomme a commencé à Rome en 382 après JC, lorsque le pape Damase a demandé à un érudit nommé Jérôme de traduire la Bible en latin, selon l’Encyclopedia Britannica. Dans le cadre de ce projet, Jérôme a traduit l’hébreu «peri» en latin «malum»,en latin, le mot malum (pomme) se prononce de façon très proche au mot malum(mal).

[image]

[image]
[image]
-SOURCE
[image]
Thomas d'Aquin (né en 1224/1225 au château de Roccasecca près d'Aquino en Italie du Sud, mort le 7 mars 1274 à l'abbaye de Fossanova près de Priverno dans le Latium), est un religieux de l'ordre dominicain, célèbre pour son œuvre théologique et philosophique. -patron des universités, écoles et académies catholiques, et aussi un des patrons des libraires. Il est aussi qualifié du titre informel de «DOCTEUR ANGÉLIQUE»...Pour lui, les anges étaient des amis fidèles. Des tuteurs personnels, comme il les décrit dans sa Somme théologique. Lorsqu’une personne naît, on lui attribue un tuteur. Il en est de même avec les forces célestes : chacun a son propre ange gardien. Dans nos vies terrestres, nous avançons vers notre patrie céleste. Et sur ce chemin, nous sommes menacés par de nombreux dangers qui viennent « de l’intérieur et de l’extérieur. » Pour y faire face, il nous faut une protection spéciale. Aussi, tant qu’il pèlerine sur ce chemin terrestre, l’homme se voit attribuer un gardien spécial : « son ange gardien », comme le précise le grand théologien -Tout agir humain repose sur des dispositions de l'âme qu'on nomme vertu. La vertu est un avoir (habitus) acquis et possédé durablement dans l'âme qui «favorise chez l'homme le bon agir» et grâce auquel il atteint le bonheur et aide à la correction raisonnable entre les fins et la nature humaine. C'est par conséquent un «principe intérieur» des actes humains. Dans la mesure où les vertus sont indispensables pour le bon développement de la vie morale, et par conséquent des biens qui va en découler, il est indispensable de les inclure dans cette étude sur le bien de l'homme. D'autant plus que la vertu est définie comme étant une bonne disposition de l'âme et comme ce qui rend bon : «la vertu est ce qui rend bon celui qui la possède», car la vertu est ce qui oriente durablement l'âme vers le bien.Thomas d'Aquin distingue :

-les vertus appétitives ou morales, qui sont dans la partie sensible (ou irrationnelle) de l'âme
-les vertus intellectuelles, qui sont dans l'intellect, soit spéculatif, soit pratique
-les vertus théologales, ou les dons du Saint-Esprit.

Pourquoi saint Thomas est-il appelé le « docteur angélique » ?
https://www.youtube.com/watch?v=EPBJq8Cv_KU&feature=emb_logo

Les 4 sens de l'Ancien Testament d'après saint Thomas d'Aquin
https://www.youtube.com/watch?v=fD9ak7b6uV8

Dieu existe: Les 5 voies de Thomas D'Aquin
https://www.youtube.com/watch?v=lDQSGngyUjU

Thomas d'Aquin
https://www.youtube.com/watch?v=ebMGbn7xX1o

[image]
____________________________________________________________________________

  1083 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

177600 messages dans 36767 fils de discussion, 966 utilisateurs enregistrés, 147 utilisateurs en ligne (1 enregistrés, 146 invités)
Temps actuel sur le forum : 03/08/2021, 04:48
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum