Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion
Avatar

COMPLÉMENT SURPRENANT #51 - Mise a Jour 23 Déc-

par gilles surprenant, dimanche 23 décembre 2012, 06:20 (il y a 1761 jours) @ KIWAN
édité par gilles surprenant, dimanche 23 décembre 2012, 23:56

[image]
LIEN SERGE CAZELAIS QUESTIONS/RÉPONSES
[image]


LE GRAND COLLISIONNEUR DE HADRONS ARRÊTÉ
[image]
Le Grand collisionneur de hadrons (LHC), le plus grand accélérateur des particules au monde,a été arrêté pour la période de vacances de Noël.

Après les vacances, les protons entreront pour la dernière fois en collision avec des ions plomb et le collisionneur sera arrêté pour 20 mois de modernisation.

Situé dans un tunnel circulaire construit à 100 m sous terre, sur la frontière franco-suisse, le collisionneur dont la construction a coûté plus de 6 milliards d'euros, a démarré pour la première fois en septembre 2008. Toutefois il a été arrêté le 19 septembre 2008 à la suite d'un accident dans le secteur 3-4. La panne a en partie détruit le système de refroidissement de l'accélérateur, provoquant une fuite d'environ une tonne d'hélium liquide et une hausse brutale de la température des aimants. Le LHC a été remis en marche dans la nuit du 20 au 21 novembre dernier, après un an de réparations.

[image]

UN ''TYPE GENTIL'' ET ARMÉ, DANS CHAQUE ÉCOLE
[image]

La NRA lance son propre programme d’autodéfense en milieu scolaire

Une semaine après la tuerie qui endeuille la ville de Newton au Connecticut, le vice-président exécutif de la National Rifle Association (NRA), Wayne LaPierre, a mis fin à plusieurs jours de silence avec une conférence de presse très attendue à Washington ce vendredi.


« Pensez-y bien », a souligné l’homme à la tête de plus de 4,3 millions de membres, « nous nous soucions de notre argent, alors nous protégeons nos banques avec des gardes armés. Les aéroports, les bureaux, les centrales électriques, les tribunaux, même les stades de sport, tous sont protégés par une sécurité armée. […] Pourtant, quand il s’agit des membres que nous chérissons le plus au sein de la famille américaine, nos enfants, vulnérables et innocents, nous les laissons sans défense, et les monstres et les prédateurs le savent et l’exploitent. »


M. LaPierre, qui représente le plus puissant des groupes de pression favorables aux armes à feu, a profité de l’occasion pour annoncer le lancement du programme « National School Shield Emergency Response Program » (Programme national de réponse d’urgence et de protection pour les écoles). Ce programme, gratuit, sera financé par la NRA a expliqué M. LaPierre, qui propose de faire appel « aux millions » de policiers, militaires, ou pompiers à la retraite pour protéger les écoles. « La seule chose qui arrête un mauvais gars avec un pistolet, c’est un type gentil avec un pistolet. »


Quelques heures avant l’intervention de M. LaPierre, la Maison-Blanche a publié une vidéo où le président Barack Obama appelle à un meilleur contrôle des armes à feu. « Un homme déséquilibré ne devrait pas pouvoir mettre ses mains sur un fusil d’assaut militaire aussi facilement. » Le président a cependant également renouvelé son engagement envers le deuxième amendement, rappelant que « la vaste majorité » des propriétaires d’armes étaient des gens responsables. Le deuxième amendement de la Constitution des États-Unis garantit à chaque citoyen le droit de porter une arme pour se défendre.


Cette vidéo se voulait une réponse au plus de 200 000 personnes ayant signé des pétitions populaires appelant à une réduction de la violence armée. Hébergées dans la section « We the people » (nous le peuple) du site Internet de la Maison-Blanche, ces pétitions en côtoient d’autres réclamant au contraire moins de contrôle des armes et plus de sécurité armée. Ainsi la pétition « un fusil dans chaque classe d’école » compte plus de 9000 signataires.

[image]

USA : EST-CE PLUS FACILE D'ACHETER UNE ARME QU'UN KINDER?
[image]

Il est difficile pour les consommateurs américains de se procurer les fameux oeufs en chocolat avec des jouets alors que le port d’arme est légal aux Etats-Unis.


Pourquoi les oeufs Kinder sont illégaux aux Etats-Unis alors que les armes sont légales. C’est la question qui circule sur Twitter et à laquelle Le HufPost apporte un élément de réponses concernant les célèbres oeufs en chocolat.


Pourquoi les Kinder sont-ils dangereux ?

C’est à cause du danger d’étouffement que représentent les jouets contenus dans les oeufs. En 2011, les douanes ont saisi plus de 60.000 œufs Kinder dans les bagages des voyageurs et les expéditions de courrier international.

En juillet, deux hommes de Seattle ont affirmé avoir passé plus de deux heures dans un centre de détention à la frontière canadienne après que des agents de douanes ont découvert des Kinder Surprise dans leur voiture, rapporte Le HuffPost.

Encore plus loufoque, une touriste canadienne, Lind Bird, prise en flagrant délit avec un Kinder, a reçu une lettre du gouvernement américain, pour qu’elle donne l’autorisation de détruire l’oeuf. En cas de refus, elle aurait dû payer 250 dollars pour que l’oeuf soit conservé la durée du procès.


Pourquoi les armes sont légales aux Etats-Unis ?

Le droit de posséder et porter une arme à feu est établi par le deuxième amendement de la Constitution américaine : « Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d’un État libre, le droit qu’a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé ».

Cette petite phrase est le rempart légal, derrière lequel se regroupent tous les propriétaires d’armes à feu, qu’ils soient chasseurs, tireurs sportifs, vétérans de guerre, psychopathes, ou collectionneurs d’antiquités.

Il est donc extrêmement facile de se procurer une arme dans la plupart des Etats américains. La législation en Europe, et plus particulièrement en Belgique, est, elle, beaucoup plus restrictive.


La loi en Belgique

La loi en Belgique permet de détenir des armes pour le tir sportif et récréatif en faisant une demande d’autorisation. Il faut fournir un extrait de casier judiciaire vierge, un certificat médical, les documents prouvant la réussite de l’examen théorique et pratique à la manipulation d’une arme à feu. Il est également nécessaire que les personnes cohabitant avec le demandeur marquent leur accord.

Il est également possible d’obtenir une licence de tireur sportif, qui autorise à acheter certaines armes sur simple déclaration.

Il existe également une catégorie d’armes, dites « armes de panoplie » qui sont vendues librement aux résidents Belges de plus de 18 ans, sans munitions toutefois. Cette catégorie d’armes englobe celles qui sont dépassées ou dont le calibre est très peu répandu.

[image]

LE PORT D'ARMES - LE DEUXIEME AMENDEMENT
[image]

Le deuxième amendement de la constitution des Etats Unis régis la loi qui définis si les citoyens Américains majeurs non militaires ont le droit, ou non, de porter des armes, ainsi que les situations autorisant le port d’arme.

Le premier problème autour de cet amendement est qu’il laisse libre champs a interprétation, si bien que chaque Etat a décidé de le redéfinir en des termes précis, afin d’avoir une loi cadrant précisément l’achat, le port et l’utilisation des armes à feu. Le second problème, qui fait polémique depuis longtemps, est bien entendu la morale entourant l’utilisation et la libre circulation des armes dans le but de se protéger, avec toutes les dérives que cela peut engendrer.

De l’histoire…


Le deuxième amendement de la constitution des Etats Unis a été adopté par le « Congress » (détenteur du pouvoir législatif fédéral des Etats Unis, regroupant le sénat et la « House of representatives ») lors de l’écriture du « Bill of Rights » des Etats Unis, dont la première adoption par la chambre des représentants date du 21 Aout 1789.Voici ce que dit ce deuxième amendement aujourd’hui :


« Une milice bien réglementée étant nécessaire à la sécurité d’un Etat libre, le droit au peuple de conserver et porter des armes ne doit pas être enfreint. »

Définition de milice : Une force militaire constituée de civils dont le but est d’épauler une armée régulière en temps de crise.

Comme on peut le constater, la déclaration laisse libre champs à l’interprétation, surtout pour les quatre premiers mots : « Une milice bien réglementée ». C’est aussi ce que se sont dits les représentants de chaque état, ce qui a donné lieu à des adaptations de l’amendement, dont on va retrouver surtout trois grands modèles d’interprétation.
Le premier modèle, dit du droit d’Etat (ou droit Collectif), indique que l’amendement ne s’applique pas aux citoyens, mais reconnait plutôt le droit à un Etat de fonder et armer sa propre milice. Les individus ne peuvent pas posséder ni porter d’arme en dehors de leur fonction dans la milice.

Le second modèle, dit du droit Collectif sophistiqué, dit la même chose que le premier modèle, sauf que les membres d’une milice ont le droit de posséder et porter une arme, même en dehors des activités de la milice.

Le troisième modèle, dit du modèle Standard, reconnait à chaque individu le droit de posséder et de porter une arme.

Dans les deux premiers modèles, ce qui importe est la première partie de l’amendement, c’est à dire la présence d’une milice unique contrôlée par l’Etat. Comme tous les citoyens majeurs d’un même Etat ne peuvent faire partie de la milice (l’Etat ne peut en aucun cas réguler une milice comprenant tous ses citoyens), le contrôle sur la vente et la détention d’arme est très fort et contraignant. On retrouvera la Californie et New York dans les Etats ayant adopté cette vision du second amendement.

Les défenseurs du troisième modèle disent que, au contraire, la première partie de l’amendement n’est utilisée qu’à titre d’exemple : l’Etat ne possède pas une milice unique et les citoyens peuvent fonder et participer à une milice, ou, par défaut, faire partie de la défense de l’Etat. Ainsi le droit est garanti pour chaque individu de l’Etat de pouvoir acheter, posséder et porter sur soi une arme à feu, pour sa propre défense et la défense de l’Etat.

A la pratique.

Au 8 juin 2008, 40 Etats sur les 50 que comptent les Etats Unis, ont dans leur constitution une version plus ou moins modifiée du troisième modèle. Par exemple, certains Etats ont produit des lois afin de refuser le port d’armes dissimulées dans les lieux publiques (voir le port d’arme tout court). D’autres, comme la Pennsylvanie garantissent la détention et le port d’arme sans restriction.

[image]

PERMIS D'INITIATION A LA CHASSE
SOURCE
[image]
Le permis d’initiation à la chasse s’adresse à tout résident du Québec âgé d’au moins 12 ans, qui n’a jamais été titulaire d’un certificat du chasseur. Ce résident peut se procurer, une seule année dans sa vie, tous les permis de chasse au tarif régulier prévu pour chacun d’eux.

Pour chasser, le titulaire d’un permis d’initiation devra être accompagné d’un résident du Québec âgé d’au moins 25 ans, titulaire du certificat du chasseur approprié.

[image]

LE SURVIVALISME
[image]
Le survivalisme est un terme qui désigne les activités ou le mode de vie de certains groupes ou individus qui veulent se préparer à une hypothétique catastrophe locale ou plus globale dans le futur, une interruption de la continuité sociétale ou civilisationnelle au niveau local, régional, national ou mondial, voire plus simplement à survivre face aux dangers de la nature. Les survivalistes se préparent en apprenant des techniques de survie et des rudiments de notions médicales, en stockant de la nourriture, en construisant des abris, ou en apprenant à se nourrir en milieu sauvage. Ces dernières années, d'autres termes moins controversés comme "prepper" (individu se préparant a…) ou "self-sufficient" (autosuffisant -autonome) ont fait leur apparition dans le milieu de la préparation, sans doute dans un effort de trouver un terme pouvant décrire une position sociale plus abordable et acceptable par le collectif que celui de survivaliste.

Types de problèmes envisagés

Le survivaliste se prépare en fonction de la situation anticipée. La préparation la plus importante est celle pour un évènement qui nous touche individuellement, comme :

•un accident de la route ;
•un incendie au domicile ;
•un accident domestique ;
•un décès ;
•un cambriolage ;
•une agression.
•une situation d'isolement dans la nature ; Les Stroud, parfois qualifié d'expert survivaliste, en est le représentant américain le plus médiatisé.

Ensuite viennent les évènements locaux, touchant une zone limitée, par exemple des suites du mauvais temps ou de troubles sociaux :
•Coupure d’électricité, de gaz ou d'eau ;
•Rupture des circuits d'approvisionnement en nourriture ;
•Rupture des services public (plus de police, pompiers, etc.) ;
•Catastrophes naturelles (tornades et ouragans, tremblements de terre, blizzards, inondation, éruption volcanique, tsunami...) ou d'origine humaine mais avec le même effet (centrale nucléaire, rupture de barrage).

Enfin viennent les évènements à échelle régionale, nationale ou mondiale. Lors de ces évènements, chaque individu est livré à lui-même.
•Catastrophe économique ;
•Catastrophe naturelles liées au réchauffement climatique ;
•Pandémie mondiale ;
•Conflits humains (guerre nucléaire, guerre biologique, guerre chimique, guerre conventionnelle, guérilla, attaque terroriste, guerre civile) ;
•Désordre consécutif à la catastrophe primaire : rupture d'approvisionnement en eau potable et en aliments sains, en énergie, médicaments, dissolution de l'ordre social, développement de conflits autour des ressources restantes.

[image]

VIMEO
SOURCE
TOUT LES VIDEOS DE L'ANNÉE

[image]

[image]

PRÉSENTATION DE SERGE CAZELAIS
SITE OFFICIEL CAZELAIS
[image]
Je suis un chercheur canadien, né à Montréal (Québec). Je mène des travaux dans les domaines du Christianisme ancien et médiéval, de la tradition platonicienne, de la paléographie et de l’ecdotique, ainsi que de la littérature grecque et latine de l’Antiquité Tardive. Les champs de recherches qui retiennent le plus mon attention sont le symbolisme du masculin et du féminin, notamment celles du couple et des imageries nuptiales. Je m’intéresse aussi aux questions relatives à l’âme et à l’exégèse allégorique des textes sacrés, ou considérés comme tels par les auteurs de l’Antiquité tardive et du Haut Moyen-âge, notamment la Bible, la littérature apocryphe chrétienne, Homère, Platon, Virgile et les Oracles Chaldaïques. J’ai aussi un vif intérêt pour les romans greco-romains et la poésie amoureuse latine.
Depuis 1999, je participe à diverses activités de recherche au sein du “Groupe de recherche sur le christianisme et l’antiquité tardive” (GRECAT) de l’Université Laval. Depuis 2010, je suis membre du Concordia Nag Hammadi Seminar. Je suis aussi chargé de cours contractuel au Department of Theological Studies de Concordia University à Montréal où j’enseigne bisannuellement des cours de grec biblique.

Ces dernières années, j’ai eu l’occasion d’occuper quelques postes contractuels de chargé de cours au Department of Religion à Bishop’s University. J’ai aussi eu l’opportunité de passer une année en tant que chercheur associé (Fellow) dans le cadre de la chaire de théologie catholique de l’Université St. Thomas à Frédéricton au Nouveau-Brunswick (2005-2006) et de chercheur visiteur et stagiaire en ecdotique (techniques d’édition de textes anciens) à l’Institut des Sources Chrétiennes – CNRS UMR 5189 (HiSoMA) à Lyon en France (2004-2005). À ce titre, je prépare une édition et une traduction française de l’ensemble des Commentarii in Apostolum de Marius Victorinus (Rome au IVe siècle), en collaboration avec l’Institut des Sources Chrétiennes de Lyon.

Mon intérêt pour le christianisme ancien m’a aussi mené à étudier la langue copte et la Bibliothèque Copte de Nag Hammadi, notamment les évangiles gnostiques comme ceux de Marie (Codex de Berlin), de Thomas, de Philippe, et surtout de Judas (Codex Tchacos) auquel j’ai consacré quelques articles scientifiques. Mon parcours m’a aussi conduit à étudier l’exégèse juive ancienne et la langue hébraïque avec le professeur lyonnais Bernard Barc.

Au fil des années, j’ai eu l’occasion de prononcer des conférences autant dans le cadre de congrès savants que pour le grand public dans plusieurs provinces canadiennes ainsi qu’aux États-Unis et en France. Mon cv vous en dira plus sur ma formation, mes enseignements et mes publication et vous y trouverez aussi des liens vers des PDF d’une sélections de mes articles scientifiques.


“AUX PREMIERS TEMPS DE LA CHRÉTIENTÉ”
SITE RADIO VILLE-MARIE
[image]
Écoutez-moi le mardi à 21h00 et en reprise le dimanche à 10h00 sur Radio Ville-Marie, en compagnie de Normand Cazelais à l’émission “Aux premiers temps de la chrétienté”.nous avons des discussions sérieuses, presque un accord de principe si j’ose dire, avec un éditeur pour produire un livre tiré de la série d’automne 2012…
[image]
[image]

AIMER DANS TOUTES LES LANGUES : ''JE T'AIME'' EN GREC ANCIEN
-Le vendredi 7 décembre 2012-
GEORGES LEROUX
[image]
Comment une langue peut-elle traduire la vision du monde d'un peuple? Qu'est-ce qu'un mot, une expression ou une façon particulière de dire les choses peut révéler sur une culture? On répond à ces questions dans cette chronique. Comme dénominateur commun de toutes les langues, on a choisi le mot « aimer » et l'expression « je t'aime » . Cette semaine, Catherine Perrin donne la parole à Georges Leroux, professeur émérite au département de philosophie de l'Université du Québec à Montréal. Georges Leroux a enseigné la philosophie grecque de 1969 à 2006. Pour cette chronique, il fait un bond dans une autre culture et dans l'histoire. Il nous dit « je t'aime » en grec ancien.
[image]
NIBIRU : DISTINGUER LES FAITS DE LA FICTION – A PROPOS DE SITCHIN
SOURCE
[image]

Mon enquête me montre que l’origine de ces rumeurs autour du passage de la planète Nibiru, et de ses présumés habitants, les annunaki, tirent toutes leurs sources des livres de Zecharia Sitchin. M. Sitchin semble lui-même s’être librement inspiré des idées d’Immanuel Velikovsky, ainsi que des conjectures de certains astronomes qui croyaient qu’une autre planète se trouvait dans le système solaire. Je ne suis pas astronome, je ne commenterai donc pas ces conjectures d’astronomes, mais plutôt ce qui suit : Ce M. Sitchin est l’auteur d’un livre intitulé La douxième planète, un livre que j’ai lu et qui est truffé d’informations fausses sur la signification de certains mots en hébreu dans la Bible. Ça, je l’ai vérifié par moi-même puisque l’hébreu est une langue que je connais bien, que je lis, que j’ai étudié pendant plusieurs années et que j’ai approfondie pendant une année de façon intensive lors d’un séjour d’étude à l’Université Lyon 3 Jean-Moulin (en 2004-2005). Ce que M. Sitchin dit de certains mots hébreux, notamment « Nephilim », « Giborim », « Elohim » et « Shem » et quelques autres est faux. Ses élucubrations lui permettent ainsi de parler d’un vaisseau spatial dans l’épisode de la tour de Babel et des Nephilim qui descendent du ciel (qu’il confond avec les Fils d’Élohim – un autre contresens) dans le chapitre six du livre de la Genèse.
[image]
À propos d’« Elohim » (pour me limiter à ce seul mot, afin de ne pas faire de longueurs), il faut le dire une bonne fois pour toute que ce mot, même s’il a une forme plurielle, est accordé au singulier. Sa syntaxe montre qu’il est un singulier dans le livre de la Genèse. En Genèse 1, 1, il ne faut pas dire « Les Elohim créèrent », mais « Elohim créa » (le verbe est au singulier.) Des formes plurielles accordées au singulier, il y en a plusieurs dans les langues sémitiques – et même en grec. Le nom de la ville d’Athènes est un pluriel dans sa forme, mais son accord se fait au singulier. C’est quelque chose de très commun, mais je conçois bien qu’un étudiant de première année ne comprenne pas ce phénomène linguistique.M. Sitchin parle aussi de certains mots en sumérien et il prétend que les sumériens connaissaient l’existence de cette présumée planète X.On me dira – et on me l’a dit – qu’il y a des milliers de sites web et de chercheurs qui arrivent aux mêmes conclusions que M. Sitchin et qu’ainsi, ce n’est plus l’affaire d’un seul homme. Or, faites-les, justement, vos recherches et vous verrez que 100% de ceux qui parlent de la planète X du nom de Nibiru et ses habitants les annunaki tirent leurs informations ou bien directement des livres de M. Sitchin, ou bien indirectement par autres livres ou sites web interposés.Je redis bien clairement en terminant que mon but n’est pas de démolir l’ésotérisme, ni même de démolir M. Sitchin, mais plutôt de faire la lumière sur cette histoire. Comme à l’habitude, je dis : Montrez-moi que je me trompe et je vous en serai reconnaissant.

[image]

[image]
Robert Charroux, de son vrai nom Robert Grugeau né le 7 avril 1909 à Payroux dans la Vienne (France) et mort le 24 juin 1978 à Vienne dans l'Isère, est un écrivain français.
[image][image][image]

[image]

LANGUE AGGLUTINANTE-SUMÉRIEN
[image]
Le sumérien est une langue agglutinante, ce qui signifie que chaque mot est formé de multiples morphèmes associés les uns aux autres ; il s'oppose ainsi aux langues isolantes comme le chinois (où chaque mot n'existe que sous une forme fixe) et aux langues flexionnelles, où les mots se déclinent sous des formes différentes formées par l'utilisation d'affixes ne pouvant être séparés de la racine. On retrouve en sumérien une utilisation importante de mots composés : ainsi par exemple le mot lugal signifiant « roi » est formé par l'accolement des mots pour « grand » et « homme ».C'est aussi une langue ergative, ce qui signifie que le sujet d'un verbe transitif direct est décliné au cas ergatif, ce qui se marque par la postposition -e. Le sujet d'un verbe intransitif et l'objet direct d'un verbe transitif relèvent de l'absolutif, ce qui en sumérien (comme dans la plupart des langues ergatives) est marqué par l'absence de suffixe (ou encore ce qui est appelé « suffixe zéro »), comme dans lugal-e é mu-un-dù « le roi construit une maison / un temple / un palais » ; lugal ba-gen « le roi partit ».

[image]

LE MONDE DES RELIGIONS- APOCRYPHES
SITE OFFICIEL
Le dernier numéro du Monde des Religions consacre un dossier aux apocryphes juifs et chrétiens.
[image]
La naissance de Jésus est sûrement l’une des scènes bibliques les plus célèbres : à l’approche de Noël, vitrines et foyers se parent de crèches miniatures figurant l’enfant, Marie, Joseph, les bergers, les animaux — sans oublier les célèbres mages venus d’Orient, guidés par les astres jusqu’à Bethléem. Nombre de lecteurs connaissent d’ailleurs leur identité : Gaspar, Balthazar et Melchior. Ce que tous ne savent pas, en revanche, c’est que celle-ci n’est mentionnée nulle part dans la Bible. Sans le savoir, ils ont d’ores et déjà franchi les frontières du domaine biblique. Bienvenue en territoire apocryphe…
[image]


EN MARGE DU CANON : études sur les écrits apocryphes juifs et chrétiens
Après une introduction générale à la littérature apocryphe, sept documents sont étudiés parmi lesquels les Oracles sibyllins, l'Evangile selon Thomas, l'Apocalypse syriaque de Daniel et l'Evangile de Judas en s'intéressant aux transferts culturels et théologiques entre Juifs et Chrétiens, à la question du Jésus de l'histoire et de sa Passion et à la structure et à la cohérence des documents.
[image]


Table des matières
•Introduction
André Gagné et Jean-François Racine
•Écrits canoniques et écrits apocryphes: un couple bien assorti
Jean-François Racine

•Jésus de l’histoire et écrits apocryphes chrétiens
Jean-Paul Michaud
•Vers une redéfinition du champ apocryphe. Aperçus de la recherche récente consacrée aux apocryphes chrétiens
Paul-Hubert Poirier
• Mémoire histoire dans la littérature apocryphe juive et chrétienne
Marie-Françoise Baslez
•Le cours du temps selon l’Apocalypse syriaque de Daniel
Pierre Cardinal
•Le récit de la Passion dans les Oracles sibyllins
Jean-Michel Roessli
•L’Évangile de Judas cinq ans après sa (re)découverte
Serge Cazelais
•Lire un apocryphe en synchronie. Analyse structurelle et intratextuelle du logion 22 de l’Évangile selon Thomas
André Gagné
•L’Enoch Seminar. Quelques considérations rétrospectives et prospectives de la part d’un « vétéran »
Pierluigi Piovanelli

[image]

INDICIBLE DÉFINITION
[image]
Composé de in- et dicible, issu du latin dicibilis (« qui peut être dit »)ce qui est innommable-.1.Qu’on ne peut exprimer par des mots, indescriptible.-ineffable serait un synonyme.

« L'esprit qui nous révèle Dieu est ce murmure indicible en quoi s'achève la parole. »-de Henri Le Saux

[image]
DÉBAT ENTRE SERGE CAZELAIS ET ÉRIC DUCHAÎNE EN 2006
SOURCE
[image]
Après l'exposé de Éric Duchaîne
s'en est suivi un débat fort instructif.
Serge Cazelais, a remis les pendules à l'heure en expliquant que des "légendes urbaines" existent aussi en ésotérisme et font la manchette.

Méfions-nous, lorsque des auteurs, sortis de nulle part, proposent des idées sans vouloir donner accès à leurs sources, soi-disant, découvertes archéologiques récentes ou révélations iconoclastes fondées ... RIEN de vérifiable ni d'authentique.Serge Cazelais a invité sérieusement Éric Duchaîne a venir consulter avec lui certains documents rares dont il a un accès privilégié vue son statut universitaire.

[image]

BIBLE - KING JAMES -
[image]
La Bible du roi Jacques (King James Version en anglais, souvent abrégé KJV), publiée pour la première fois en 1611, est une traduction de la Bible en anglais réalisée sous le règne de Jacques Ier d'Angleterre.

La traduction du Nouveau Testament réalisée par William Tyndale et publiée en 1538 aurait inspiré cette nouvelle version.

La King James est l'œuvre d'une équipe de traducteurs dont le travail s'est étendu sur plusieurs années. Elle a exercé une influence déterminante sur la littérature anglaise et la langue anglaise dans leur ensemble. La syntaxe de l'anglais aussi bien que les œuvres d'auteurs comme John Bunyan, John Milton, Herman Melville, John Dryden ou William Wordsworth sont truffées d'hébraïsmes, passés « tels quels » en anglais, et de réminiscences de cette traduction.

Le Nouveau Testament de la Bible du roi Jacques a été traduit depuis le « texte reçu » (Textus Receptus), ainsi appelé étant donné qu'il était en accord avec la majorité des textes bibliques alors existants. L'Ancien Testament, quant à lui, est traduit depuis le texte massorétique en hébreu. Les bibles anglophones modernes, telles que la New American Standard Bible ou l'English Standard Version, tirent leur autorité de textes manuscrits entièrement différents.

Bien qu'appelée le plus souvent Bible du roi Jacques, ce dernier n'a joué une part active dans la traduction qu'en levant la peine de mort applicable à la traduction du texte sacré, puis en fixant un certain nombre de règles raisonnables pour mener à bien cette entreprise (proscrire l'érudition partisane et les notes de bas de page, etc.)

Le nom alternatif de « version autorisée » (Authorised Version) a été longtemps utilisé au Royaume-Uni, car l'expression de « Bible du roi Jacques » était considérée comme très américaine.

[image]

ST-JÉRÔME ET LUCIFER
SOURCE
[image]
C'est Jérôme, le traducteur de la Bible en 385, qui traduira en latin (Vulgate) le mot « NJS » par «le serpent » ou « le Satan » alors que ce mot indique un corps opposant une résistance et plus généralement le vice. Ce n'est qu'en 1546 que le Concile de Trente affirmera l'authenticité de la bible de Jérôme, cependant qu'elle avait été révisée (sic) au VIIIème siècle par Alcuin et Théodulphe, tous deux religieux l'un à Tours, l'autre à Orléans.


LUCIFER EST UN TITRE DU CHRIST
SOURCE
[image]

Il ne faut pas trop s'inquiéter avec Lucifer! Si on passe outre les
contresens modernes autour de ce nom, si on met à la corbeille ce que les
évangéliques disent, ainsi que les récupérations du New Age et des
mouvements aux prétentions occultes, ésotéristes, néo-païennes,
lucifériennes et sataniques, il ne reste qu'une seule chose : Un titre du
Christ!


Lucifer est en effet un des plus anciens titres du Christ qui a été perverti.


En effet, j'ai souvent expliqué ça à plusieurs personnes. Dans la
littérature chrétienne ancienne, avant le quatrième siècle, ainsi que dans
le Nouveau Testament, Lucifer est un titre du Christ comme dans 2 Pierre
1.19 (“phosphoros” en grec et “Lucifer” dans toutes les traductions
latines pré-vulgate et Vulgate, traduit la plupart du temps en français
par “étoile du matin”)
. Pierre écrit donc qu'il espère que Lucifer se lève
dans le coeur de ses lecteurs! Ainsi, “Lucifer”, l'étoile du matin, celle
qui s'illumine la première, représente symboliquement le Christ (tu as ça
aussi dans l'Apocalypse à deux reprises en 2.28 et 22.16.) En 2.28,
l'étoile du matin est donnée en récompense à celui qui a vaincu! En 22.16,
Jésus s'attribue à lui-même ce titre!

[image]
Ainsi en s'inspirant de ces versets, le titre de “Lucifer” est omniprésent
dans la liturgie chrétienne ancienne, dans les anciens recueils de chants
chrétiens, dans des anciennes prières qui ont été conservées et notamment
dans la liturgie latine catholique qui en garde des traces, bien que dans
les liturgies plus récentes on a souvent remplacé “Lucifer” par “stella
matutina”
.


Deuxième point : Lucifer était aussi un prénom extrêmement commun chez lesromains. On y revient dans un instant...


D'où ça vient alors Lucifer comme nom du prince des ténèbres? Ça vient
d'une mauvaise joke plate de St-Jérôme. À l'époque de St-Jérôme, une
controverse existait à savoir s'il fallait ou non réhabiliter les
disciples d'Arius si ceux-ci acceptaient le crédo de Nicée. La majorité
des évêques disaient oui, mais un groupe plus radicaux refusait. Ce groupe
se rattachait à l'évêque de Cagliari en Sardaigne qui avait pour prénom...
Lucifer!
Ses disciples portaient ainsi le nom de lucifériens! Mais ça
n'avait rien à voir avec le diable, c'était qu'ils refusaient de
réintégrer les disciples d'Arius dans la communion de l'Église et surtout
de leurs confier des charges ministérielles. St-Jérôme les trouvant
radicaux décida de donner le nom de Lucifer au roi de Babylone dans sa
traduction d'Esaïe 14 afin de se moquer d'eux!
Peu à peu, luciférien
devint synonyme de « celui qui manque de charité», parce que les disciples
de l'évêque Lucifer de Cagliari avaient manqué de charité en ne voulant
pas admettre les anciens hérétiques dans la communion de l'Église.


Ainsi, le prince des ténèbres porte le nom d'une joke!


Je te fais une histoire courte. C'est la traduction King James qui fut la
première version moderne à donner le nom de Lucifer au diable. Et c'est
bien là une des preuves (et il y en a d'autres) qui montre clairement que
cette traduction, et toutes celles qui s'en sont inspirées ne traduisent
pas à partir des originaux, mais qu'elles se sont souvent librement
inspirées de la Vulgate latine!
(Ne dis pas ça à certains évangéliques -
comme ceux qui dénoncent sans savoir de quoi ils parlent les «manuscrits
d'Alexandrie» - parce qu'ils vont te lapider!) Au 20e siècle le Livre
d'Urantia et un peu avant ce livre, la Société de théosophie se sont
construits toute une mythologie autour d'un ange déchu nommé Lucifer qui
n'est pas attesté dans la Bible autrement que dans la traduction (et
j'insiste) King James et dans un seul passage de la Vulgate dont on sait
que ce fut intentionnel de la part de St-Jerôme que de vouloir faire une
blague en visant l'évêque de Cagliari. Le reste, c'est de la mythologie
populaire. Madame Blavatsky qui connaissait un peu le latin avait bien vu
que Lucifer signifiait porteur de lumière. Comme dans la traduction King
James, c'est le nom du diable, elle a imaginé cette affaire d'ange déchu
(s'inspirant d'Ésaie 14) en assimilant sa nouvelle innovation avec le dieu
grec Prométhée qui dans la mythologie grecque avait dérobé le feu à Zeus
pour le donner aux hommes. Son succès fut immédiat et même les chrétiens
se sont laissés entraîner par la vague.


En fait, la Bible ne connait pas cette légende d'un ange (ou d'un
archange) rebelle et déchu qui aurait pour nom Lucifer. C'est la culture
populaire qui s'est inventée ça afin de suivre la Société de théosophie,
tout comme elle s'invente un paquet d'histoires subversives afin ou bien
de se faire des peurs ou bien de s'inventer ses propres voies de salut.

J'ai essayé de trouver des traces d'un ange déchu qui ressemblerait à
Lucifer dans la littérature juive pré-chrétienne et je n'ai rien trouvé.


Satan n'est pas un ange déchu, c'est un être qui s'oppose, qui se place
devant Dieu et qui lui résiste et rien n'indique qu'il ait été un ange.
Le
livre de Job lui donne accès à la cours divine, mais ne lui donne pas le
statu d'ancien ange déchu, et encore moins le nom de Lucifer. S'il est
vrai qu'il entraîne à sa suite une partie des anges (selon l'Apocalypse)
et que des anges désobéissants se joignent finalement à sa cause selon ce
qu'on peut interpréter du livre éthiopien d'Hénoch, nulle part il n'est
mentionné que l'un d'eux porte le nom de Lucifer (sauf dans la culture
populaire.)


Que faire alors des satanistes lucifériens modernes et que penser de ceux
qui invoquent le nom de Lucifer et qui font apparaître des bibites
astrales? Ce qu'il faut en penser, c'est que c'est leurs affaires et c'est
dommage pour eux et qu'ils se font niaiser par ces entités astrales (des
démons) au même titre que lorsque ces entités se présentent en disant
qu'elles sont le Comte de Saint-Germain ou la reine de Saba ou Hénoch ou
les Anges Xedas. Une grosse menterie et une joke auxquelles on ajoute
d'autres mensonges et supercheries ne donnent pas au total un vrai
personnage. Autrement dit, ce n'est pas parce qu'une entité leur apparaît
et qu'elle dit être Lucifer et qu'eux croient en leur
“Lucifer-le-déchu-porteur-de-lumière” et que Dieu l'aurait mis à la porte
du Paradis parce qu'il voulait apporter la lumière aux hommes et qu'ils
l'identifient à Prométhée qu'il faut que les chrétiens aussi y croient!
Mais malheureusement, notre monde chrétien s'est coupé de ses fondements.
Plus personne n'étudie la Bible dans le texte original et encore moins de
monde n'étudie l'histoire. La place est ainsi libre pour cette légions
d'écrivains, de gourous et d'appentis sorciers du Nouvel âge. Ils
composent donc des sagas extraordinaires (comme celles d'Anton Park dont
tu as peut-être entendu parler) en prétendant s'inspirer des tablettes
anciennes de Sumer ou de manuscrits non trafiqués de la Bible et y mettre
Lucifer - mais celui de la théosophie - comme pivot de leurs histoires.


Conclusion : C'est normal d'assimiler le Christ au symbole que représente
l'Étoile du Matin. Bien entendu, pour nos oreilles modernes, d'entendre le
mot Lucifer dans cette liturgie fait immédiatement penser à une alliance
entre le Vatican et les lucifériens, mais il n'en est rien. L'Église de
Rome est dans la brume spirituelle, comme le sont aussi les églises
évangéliques et comme le sont la majorité des chrétiens. Le Vatican n'est
ni mieux, ni pire que les USA. Pour revenir à cette liturgie (Exsultet), à
l'époque où elle fut composée, le nom “Lucifer” n'avait pas encore cette
connotation satanique qu'il a aujourd'hui. La joke de Jérôme était certes
connues, mais comme la Vulgate n'était pas encore pleinement répandue,
c'était marginal. J'ai plein de textes à la maison qui datent des premiers
siècles et le nom de Lucifer comme titre du Christ est omniprésent.
Malheureusement, la plupart du temps, lorsqu'on essaie d'expliquer ça, on
se fait taxer de satanique! C'est donc assez difficile que de chercher à
débroussailler tout ça, d'inciter les chrétiens à réapprendre à lire leur
propre texte source et de ne pas se laisser embrouiller la vue et
l'esprit. En fait, je ne considère pas que c'est important d'expliquer ça,
sauf si quelqu'un pose explicitement la question comme tu viens de le
faire.


Si on résume : Lucifer est le nom de l'Étoile du Matin et déjà dans le
Nouveau Testament c'est un titre donné au Christ. C'est ce bon vieux
St-Jérôme qui a voulu faire du sarcasme avec le nom d'un évêque qui a
allumé l'affaire. La confusion s'est définitivement installée lorsqu'on a
publié la traduction anglaise King James qui est devenue une véritable
idole dans certains milieux évangéliques (parce que certaines de leurs
doctrines propres ne fonctionnent plus si on lit le Nouveau Testament en
grec!) Cette traduction a inspiré Madame Blavatsky et le livre d'Urantia
et les groupuscules pseudo-occultistes ont ensuite forgé de leur
imagination fertile la légende de Lucifer, l'ange déchu qui voulait
apporter la lumière aux hommes. La suite, tu la connais.

[image]


TRAITÉ SUR LA RÉSURECTION -BIBLIOTHEQUE COPTE DE NAG HAMMADI
[image]

[image]

DÉCOUVERTE EN 1947 DE NAG HAMMADI
LISTE DES ÉCRITS APOCRYPHES
[image]
En 1947, le jeune berger Mohammed edh-Dhib Hassan cherchait l'une de ses chèvres égarée dans les falaises calcaires qui surplombent Qumrân, près de la rive nord-ouest de la mer Morte. En se reposant assis à l'ombre des rochers, il jeta en guise de jeu une pierre dans un trou de rocher visible en face de lui. Il fut surpris d'entendre un bruit d'objet cassé, provenant du lieu où il avait jeté la pierre. Intrigué, il revint le lendemain en compagnie de son cousin, muni de lampes et de cordes. Les jeunes gens pénétrèrent dans la grotte, quasiment inaccessible au flanc de la falaise.Ils y trouvèrent de nombreux tessons de poterie, et huit grandes jarres fermées par des couvercles. Elles étaient intactes à l'exception de l'une d'elles qui était brisée, et d'où ils tirèrent de vieux rouleaux de parchemin.
[image]
Ces rouleaux enveloppés dans du lin étaient couverts d'une écriture qui leur était inconnue. Par la suite, ils dégagèrent d'autres rouleaux assez dégradés ainsi que quelques fragments. L'étude minutieuse et approfondie des rouleaux révéla qu'il s'agissait essentiellement de textes concernant le judaïsme. Rédigés en hébreu, ils contenaient entre autres la quasi-totalité de l'Ancien Testament, à l'exception du Livre d'Esther. Ces documents constituent désormais les plus anciens exemplaires connus de la Bible hébraïque. Le manuscrit le plus fameux est le rouleau d'Isaïe, le plus ancien livre biblique complet, datant du IIème siècle av. J.-C.. Auparavant, les textes bibliques les plus anciens que l’on connaissait dataient du IIème siècle de notre ère (extraits en grec) et du Xème siècle (Bible hébraïque dite Codex du Caire). Les manuscrits de la mer Morte contiennent aussi certains livres qui n'ont pas été intégrés dans toutes les versions de la Bible. Ce sont les livres de Tobie, de l'Ecclésiastique et la Lettre de Jérémie.

[image]

LE SOMMEIL D'ADAM DANS DEUX TRAITÉS DE NAG HAMMADIMORE
SOURCE CAZELAIS
[image]
[image]

BENOÎT XVI ET LES ANIMAUX DANS LA CRECHE
[image]
Le lendemain de la parution du dernier livre de Benoît XVI «L'Enfance de Jésus», le 20 Novembre, les officiels du Vatican ont trouvé quelques titres qu'ils n'attendaient pas.
«Le Pape rabat-joie anéantit les traditions de la nativité» énonce un titre à sensation, affirmant que Benoît avait snobé des traditions comme les animaux dans la crèche et les chants de Noël.
-Dans le livre de 137 pages, le pape déclare un fait: que, dans les évangiles, il n'y a "pas de référence" de la présence des animaux dans l'étable - en fait, c'était probablement une grotte - où Jésus est né.
Les blogueurs s'en sont donnés à coeur joie, l'un d'eux parlant de «bombe numéro 1».Ce que certains ont négligé, c'est que quelques phrases plus loin, le pape déclare que, même aujourd'hui, «Aucune représentation de la crèche n'est complète sans le bœuf et l'âne».
Il explique: La tradition de l'âne et du bœuf est venue de la réflexion sur certaines parties de l'Ancien et le Nouveau Testament. L'iconographie chrétienne a ensuite adopté le motif tôt dans l'histoire de l'Église, pour montrer que même les animaux savaient que Jésus était le Fils de Dieu.

______________________________________________________________________________

SYMBOLISME ANIMAUX CRECHE
[image]
« Chaque année, le 25 décembre, la chrétienté fête la naissance de Jésus, et dans toutes les églises on a préparé une crèche. L’enfant est là, couché sur de la paille, Marie et Joseph veillent sur lui, mais aussi un âne et un boeuf. Jamais on n’oublierait l’âne et le boeuf, ils sont étroitement liés à la naissance de Jésus. Pourquoi ? Parce que cette représentation est symbolique. Elle correspond à des processus qui se déroulent dans l’être humain lui-même.

L’étable représente le corps physique. Le boeuf représente la force sexuelle. Quant à l’âne, il représente celui que l’on appelle le vieil Adam, égocentrique, têtu, buté, mais bon serviteur. Lorsque l’homme décide de se perfectionner pour faire naître le Christ en lui, il commence par entrer en conflit avec les forces de sa nature inférieure et de sa sexualité. Ce sont elles qu’il doit maîtriser pour les mettre au service de l’Enfant divin. C’est pourquoi il est dit que dans l’étable, le boeuf et l’âne soufflaient sur l’enfant Jésus, ils le réchauffaient de leur haleine…

Quand l’être humain réussit à transmuer en lui l’âne et le boeuf, ils viennent chauffer et alimenter l’enfant nouveau-né. Tous ceux qui sont arrivés à faire naître le Christ en eux seront servis par les forces de leur nature inférieure et de leur sexualité, car ce sont des forces extraordinairement utiles si on est capable de les atteler à un travail.» Omraam Mikhaël Aïvanhov


[image]

[image]
(La naissence d'Emanuel) Ésotérisme Expérimental
SOURCE DU VIDEO

[image]

PAIX SUR LA TERRE AUX HUMAINS DE BONNE VOLONTÉ
[image]

[image]

  7287 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

142152 messages dans 29875 fils de discussion, 854 utilisateurs enregistrés, 17 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 17 invités)
Temps actuel sur le forum : 19/10/2017, 08:55
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum