Retour à l'index du forum
Ouvrir dans le fil de discussion

Iran Protestation à la Coupe du monde 2022 Quatar...

par Jeromec, lundi 21 novembre 2022, 18:39 (il y a 14 jours) @ Jeromec

Je le sais vraiment pas c'est quoi que ça va prendre pour qu'il y ait une réaction de la ministre des relations internationales du Québec...:-| :-| :-| :-|

Al Jazeera :
Disturbing videos show Iranian crackdown on protesters | Al Jazeera Newsfeed

https://www.youtube.com/watch?v=qKn0k5KPR5g

Lors de la manif de samedi le SPVM a été exemplaire... une manif propre sans répression... c'est tout à leur honneur...

https://www.tvanouvelles.ca/2022/11/21/la-peine-de-mort-utilisee-pour-eteindre-la-conte...

La peine de mort utilisée pour éteindre la contestation en Iran
Agence France-Presse| Publié le 21 novembre 2022 à 13:26
Manifestation dans les rues de Fuladshahr en Iran: images Reuters
Play Video
L'Iran, déjà l'un des pays exécutant le plus de condamnés au monde, entend utiliser la peine de mort pour stopper le mouvement de contestation en instaurant un climat de peur dans la population, dénoncent des ONG.

• À lire aussi: Des militants craignent un durcissement de la répression contre les Kurdes

• À lire aussi: Sept pays renoncent au brassard inclusif «One Love»

La justice a déjà prononcé six condamnations à mort depuis le début des manifestations liées à la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une Kurde de 22 ans arrêtée pour infraction au code vestimentaire.


Ce nombre devrait augmenter puisque, selon Amnesty International, au moins 21 personnes sont actuellement jugées pour des crimes passibles de la pendaison.

L'Iran est le pays qui exécute le plus au monde en dehors de la Chine, selon les groupes de défense des droits de l'Homme. Au moins 314 personnes y ont été mises à mort en 2021 d'après l'ONG, tandis que le groupe Iran Human Rights (IHR), basé en Norvège, fait état de plus de 482 exécutions cette année.

Pour Amnesty, les «simulacres de procès» organisés ces dernières semaines par les autorités sont «destinés à intimider ceux qui participent au soulèvement populaire et à dissuader d’autres personnes de rejoindre le mouvement».

Cette stratégie vise à «instiller la peur au sein de la population», ajoute l'organisation, qui fustige «une escalade effrayante dans l'utilisation de la peine de mort comme outil de répression politique».

«Ennemis de Dieu»
Les tribunaux iraniens ont jugé les six condamnés à mort coupables d'être des «ennemis de Dieu» («mohareb» en persan)» ou de «corruption sur terre» («efsad-e fel arz»), selon l'agence de l'Autorité judiciaire Mizan Online.

Selon Amnesty, parmi eux figure Mohammad Ghobadlou, un jeune homme dont la mère est apparue sur les réseaux sociaux en plaidant avec émotion pour la vie de son fils.

Dans la liste des 21 personnes menacées d'être condamnées à la peine capitale figurent Farzaneh Ghare-Hasanlou et son mari, Hamid, un médecin, selon Amnesty. De même que Saman Seydi, alias Saman Yasin, un rappeur téhéranais de la minorité kurde, qui a soutenu la contestation sur les réseaux sociaux et est accusé d'avoir tiré en l'air.


Les ONG s'inquiètent de la proportion particulièrement forte de membres des minorités ethniques, comme les Kurdes ou les Baloutches du sud-est du pays, parmi les condamnés à mort.

Dans ce contexte tendu, les groupes de défense des droits de l'Homme exhortent la communauté internationale à lancer une action commune pour tenter de convaincre le régime iranien de stopper les exécutions.

Le sujet devrait être abordé au cours d'une rare session sur l'Iran au Conseil sur les droits de l'Homme de l'ONU jeudi.

«Mur de la peur»
«À moins que la communauté internationale n'envoie un message très, très fort, à la République islamique, nous allons faire face à des exécutions de masse», a averti le directeur de l'IHR, Mahmood Amiry-Moghaddam, au Congrès mondial contre la peine de mort à Berlin.

Il a mis en avant non seulement les exécutions politiques, mais aussi «celles ayant un moindre poids politique, surtout liées au trafic de drogue».

Face à cette recrudescence des pendaisons, la mobilisation contre la peine de mort s'est amplifiée depuis un an en Iran comme à l'étranger, notamment sur les réseaux sociaux avec le mot-clé #edam_nakon («n'exécutez pas» en persan), devenu viral.

Parmi les Iraniens croupissant dans les geôles figure le réalisateur Mohammad Rasoulof, dont le film sur la peine de mort «Le diable n'existe pas» a obtenu l'Ours d'Or au festival de Berlin en 2020. Il a été arrêté avant le début de la contestation.

«La République islamique a utilisé la peine capitale pour consolider le mur de la peur depuis 43 ans», et la révolution islamique de 1979, souligne Mahmood Amiry-Moghaddam. «Les manifestations actuelles ont abattu ce mur, mais les autorités tentent de le reconstruire avec la répression et les condamnations à mort.»

  108 vues

Fil complet:

 Fil RSS du sujet

194925 messages dans 39627 fils de discussion, 1027 utilisateurs enregistrés, 51 utilisateurs en ligne (0 enregistrés, 51 invités)
Temps actuel sur le forum : 06/12/2022, 05:20
Fil RSS des messages  Fil RSS des discussions | Contact
powered by my little forum